Téléchargez un extrait
(8.4 Mo)

" Lynda Barry est sans équivalent. " Dave Eggers - New York Times Book Review

" Un récit touchant sur la construction d’une identité, dans lequel Lynda Barry prouve brillamment qu’elle a su trouver sa place et faire la paix avec les tourments du passé." Les Inrockuptibles

" En une dizaine de strips chaque fois, Lynda Barry boucle des micro-aventures racontées à la manière d’un journal où elle se donne rarement le beau rôle mais les endosse tous avec une drôle de luci­dité, souvent poignante [....] L’auteur évoque un genre qu’elle nomme « autobifictionalographie ». Soit l’art et la manière, graphiques ­aussi, de réinventer un petit théâtre ­intime, où l’écriture a la part belle, et le dessin, l’aplomb elliptique des croquis jetés dans l’urgence, faussement naïfs. Difficile de résister à ces Cent démons, qui ont un charme irrésistible." Télérama

" Drôle à mourir et déprimé jusqu’à la moelle, Mes Cent Démons ! applique les méthodes et la sincérité acide des comics indépendants au récit girly et emporte l’adhésion sans aucune restriction." Fluctuat.net

Mes Cent Démons !
Barry, Lynda
Titre original : One Hundred Demons ! (États-Unis)
Traduit de l’anglais par Fanny Soubiran, lettrage de Sorya Lim

Lynda Barry est l’une des illustratrices américaines les plus réputées dans son pays. Depuis 35 ans, elle réalise des comic strips publiés par des dizaines de journaux américains. Mes Cent démons est un ouvrage étonnant où Lynda Barry montre son talent unique pour parler de l’enfance avec naturel. Elle pratique avec bonheur l’autofiction, ou comme elle l’appelle, l’autobifictionalographie, et se met en scène sous les traits d’une gamine un peu gauche, un peu moche, aux cheveux roux incoiffables, parfaitement incapable de danser, mais mourant d’envie d’être cool. La structure du livre est construite autour d’un exercice de dessin asiatique qui consiste pour l’artiste à faire sortir de sa plume une centaine de démons intérieurs.

Lynda Barry s’étend sur ses souvenirs dans de longues séquences narratives parfois douces et parfois douloureuses. Elle aborde aussi bien sa sensibilité aux odeurs des autres, sa consommation d’acide à l’âge de 16 ans, ou la couleur des poux que l’art de domestiquer les chiens victimes de violences. Elle retranscrit avec beaucoup d’acuité la cruauté et les plaisirs de l’enfance, remémorés avec floraison de détails et sans fard et aborde pour la première fois sa propre histoire après des années de strips qui lui ont permis de peaufiner un ton et un style inimitables. Le résultat est à la fois poignant et drôle...

Sélection Officielle Festival d’Angoulême 2015

Sélection Prix Artémisia 2015

Informations
Parution le jeudi 22 mai 2014

Format : 24x15 cm, relié
224 pages couleur
Prix de vente : 24 euros
ISBN : 978-2-916207-90-2

Née en 1956 dans le Wisconsin, Lynda Barry est l’une des principales figure de la bande dessinée féminine aux États-Unis. Fille d’un charcutier irlando-norvégien et d’une immigrante philippine employée dans un hôpital de Richland, après des études artistiques à l’Evergreen State College d’Olympia où elle rencontre Matt Groening qui publie sa première histoire dans le journal du campus , elle entame une prolifique carrière de dessinatrice de comic strips en 1979. Elle est surtout connue pour sa bande dessinée hebdomadaire « Ernie Pook’s Comeek  » qui a été publiée pendant trente ans à travers les États-Unis et au Canada. Elle a également adapté son roman, "The Good Times are Killing Me" en pièce de théâtre. Lynda Barry est l’auteur de 17 livres, a travaillé en tant que commentateur pour la radio NPR, et collabore régulièrement à de nombreuses publications comme Esquire et Mother Jones Magazine. Elle est récipiendaire de nombreux prix, dont deux Eisner Awards pour ses romans graphiques "What It Is" (2008) et "Picture This" (2010). Elle vit dans la campagne du Rock County, dans le Wisconsin.