Cette page est un export des articles du site.
Il est possible d’ajouter des champs.
Pour cela, aller dans "squelettes-caetla" > "rubrique=12.html"
À la ligne 18, on trouve les titres des colonnes, en ajouter si besoin et ajouter les champs voulus en dessous vers la ligne 28.
Les champs supplémentaires disponibles sont :
[(#SURTITRE)]
[(#SOUSTITRE)]
[(#CHAPO)]
[(#PS)]

Attention de bien respecter l’ordre titre / champ !

Pour la conversion en CSV : sélectionner et copier l’ensemble du texte ci dessous, le coller dans un fichier texte, donner l’extension .csv

titre;chapo;auteurs;bios;date de parution;texte;
Acacia 22; <p>Format : 17x26cm, relié<br class='manualbr' />96 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-291-1</p>; Camacho, Edgar ; <p>Né en en 1989 à Toluca (Mexique), Edgar Camacho a fait des études de design. Il vit à Metepec où il exerce le métier de graphiste. Depuis la parution de son premier livre en 2015, Edgar Camacho a publié une dizaine de bandes dessinées et livres jeunesse pour lesquels il a remporté plusieurs prix. Il est connu au Mexique pour son blog dessiné, Tiras sin Sentido, qu'il anime sous le nom d'Edgarcito et où il publie des strips. Son roman graphique "Piel de Cebolla" a remporté le Premio Nacional de Novela Gráfica Joven en 2016 et paraîtra aux États-Unis en 2021 chez Top Shelf. "Acacia 22", son dernier roman graphique est inédit et n'a pas encore été publié au Mexique.</p> ; avril 2021; <p>Deux jeunes Mexicaines de province, toutes les deux nommées Susana, emménagent dans le même appartement du 22 de la rue Acacia à Mexico, à 50 années de distance. La Susana du présent démarre une carrière de graphiste dans une agence de communication où elle subit les frasques d'une boss tyrannique et se sent isolée. La Susana des années 1970 est dactylo dans un bureau mais rêve de devenir écrivaine et écrit des manuscrits qui sont systématiquement refusés par les éditeurs. La vie de la Susana des années 2020 est bouleversée quand elle trouve une lettre qui lui est adressée, dissimulée dans un trou derrière le chauffe eau de l'appartement. Dans cette lettre, l'ancienne Susana raconte toute sa vie... <i>Acacia 22</i> est le portrait croisé de deux femmes qui connaissent des vies similaires à un demi-siècle de distance. L'expérience de la plus âgée des deux, dont les ambitions seront toujours contrecarrées par la société de son époque, bénéficiera à la plus jeune.</p> <p><i>Acacia 22</i> est l'œuvre d'un jeune talent de la scène mexicaine, Edgar Camacho, qui montre une impressionnante maîtrise de la narration à travers ce récit à cheval sur deux époques, couplée à une inventivité débridée dans le découpage et la mise en scène qui font de cette bande dessinée une belle découverte.</p>;
La Grâce; <p>Format : 15x21cm, broché<br class='manualbr' />304 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-290-4</p>; Valve, Emmi ; <p>EMMI VALVE est née en 1984 en Finlande. Elle travaille en tant qu'autrice de bandes dessinées et illustratrice depuis 2009. Elle a publié ses premiers récits autobiographiques - un journal intime en bande dessinée - sur son blog, « Emmi Valve Fan Club », et dans plusieurs fanzines. Suite au succès de ces histoires courtes, un recueil a été publié sous le titre "Sit kun sun naama räjähtää" (Quand ta figure explosera) en 2013 aux éditions Huuda Huuda. "La Grâce" (Armo), son deuxième ouvrage publié en Finlande, est une autobiographie parue aux éditions Asema en 2017. Elle a ensuite publié en 2018 "Girl gang bang bang", une fiction sur un gang de femmes, aux éditions Zum Teufel.</p> ; mars 2021; <p><i>La Grâce</i> de l'autrice finlandaise Emmi Valve est un récit saisissant sur la dépression. Dans ce récit autobiographique de 300 pages, Emmi Valve décrit l'expérience qu'elle a, depuis son enfance, d'une forme particulière de dépression sévère parfois appelée dépression existentielle. Les personnes qui en souffrent ressentent un vide absolu dans leur existence et éprouvent de façon terriblement exacerbée le sentiment que leur vie n'a aucun sens. Emmi Valve décrit méthodiquement sa plongée dans l'horreur, la dégradation de son état psychique alors qu'elle était jeune adulte et sa lente sortie de cet enfer après en séjour en HP. C'est un récit brut, sans fard, raconté avec beaucoup d'honnêteté, mais aussi avec du recul et sans auto apitoiement, rythmé par des têtes de chapitres extraites des carnets dans lesquels l'autrice couchait ses doutes et questionnements. Emmi Valve montre également une belle maîtrise de la couleur - qui jouera un rôle important dans sa bataille pour mener une vie « normale » - et qu'elle utilise pour retranscrire les sensations, les ressentis et très souvent l'angoisse et la noirceur.</p> <p><i>La Grâce</i> est un livre puissant et percutant, la terrible histoire d'une jeune femme dont la vie a longtemps été un véritable cauchemar éveillé.</p>;
Soleil Mécanique; <p>Format : 22x16cm, relié<br class='manualbr' />144 pages bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-289-8</p>; Wojciechowski, Lukasz ; <p>Łukasz Wojciechowski, né 1978 en Pologne, est architecte de formation et cofondateur du cabinet VROA Architekci qui a assuré la rénovation du Musée d'Art Contemporain de la ville de Wroclaw. Il est également professeur assistant à la faculté d'architecture de l'université de technologie de Wrocław où il enseigne le design. Il dirige un blog sur l'architecture, niepokoje.wordpress.com, et participe à la fondation Jednostka Architekturi. Il a écrit plusieurs ouvrages sur l'architecture, ainsi que des articles pour des revues spécialisées... Et il fait de la bande dessinée sous Autocad. "Ville Nouvelle" ("Nowe Miasto", 2020 éditions Kultura Gniewu) est son premier livre.</p> ; février 2021; <p>1937, Tchécoslovaquie. Bohumil Balda est architecte dans la petite ville de Hradec Králové, non loin de la Pologne. Passionné par son métier, il suit les principes de l'architecture moderniste et tente d'insuffler une forme d'avant-garde dans tous ses projets. Balda se méfie comme de la peste des nazis et de leur rhétorique anti-moderniste, d'autant plus que son propre beau-père, qu'il exècre, est affilé au parti National-Socialiste. Mais Balda se voit confier des travaux de plus en plus importants par la direction locale du NSDAP et alors qu'il réalise les premiers projets à son corps défendant, il bascule progressivement, fasciné par les projets délirants et grandioses du régime nazi. Il en vient à concevoir un bâtiment spectaculaire, une salle géante pour les allocutions des dignitaires nazis, le Soleil Mécanique, qui va provoquer sa disgrâce et sa chute finale.</p> <p><i>Soleil Mécanique</i> est une fiction inspirée par l'histoire chaotique de l'architecture européenne entre les années 1930 et 1940, une satire des délires de grandeur du régime nazi ainsi qu'un rappel des compromissions de certains artistes qui se sont fourvoyés avec le IIIe Reich. Deuxième livre de l'architecte polonais Lukas Wojciechowski remarqué pour <i>Ville Nouvelle</i> en 2019, <i>Soleil Mécanique</i> confirme l'impressionnante créativité de cet auteur dans ce nouvel opus également dessiné sous AutoCAD.</p>;
Bergen; <p>Format : 19x26cm, relié<br class='manualbr' />144 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 17 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-288-1</p>; Dahle Øverbye, Anja ; <p>Née en 1981, Anja Dahle Øverbye a suivi des études artistiques à l'Académie de Bergen (Norvège) puis a obtenu un diplôme en communication visuelle de l'Université UCA (University for the Creative Arts) en Angleterre. "Sous le signe du grand chien" (Hundedegar), son premier roman graphique a été publié en 2015 en Norvège (Jippi Comics) puis en 2017 en Angleterre (Centrala) et en 2019 en France (çà et là). Il a remporté le prix de la meilleure bande dessinée norvégienne du Festival d'Oslo en 2016. Son deuxième roman graphique, "Bergen", est paru en 2018 en Norvège puis en janvier 2021 en France aux éditions çà et là. Anja Dahle Øverbye vit à Kongsberg où elle travaille sur de nouvelles bandes dessinées et également comme illustratrice.</p> ; janvier 2021; <p>Bergen, deuxième plus grande ville de Norvège, est le cadre d'un récit partiellement autobiographique, dans lequel Anja Dahle Overbye raconte comment une amitié entre deux jeunes femmes est mise à l'épreuve par la dépression de l'une d'elles. Maria et Johanna sont amies de longue date et elles se réjouissent de faire leur rentrée en première année de fac ensemble. Elles partagent un appartement, travaillent dans le même magasin pour arrondir leurs fins de mois et sortent beaucoup, au cours de soirées très arrosées. Mais Maria souffre de dépression et son état empire pendant l'année ; elle cumule les aventures sans lendemain alors qu'elle est en couple et boit de plus en plus. Elle se met à sécher les cours et elle a le sentiment de s'enfoncer dans des sables mouvants. Il faudra toute la patience de son amie et de sa thérapeute pour que Maria parvienne à progressivement s'en sortir.<br class='autobr' /> Dans ce deuxième roman graphique, Anha Dahle Overbye aborde avec délicatesse et pudeur la thème de la dépression chez les jeune dans un récit qui est dans le prolongement des tensions entres adolescentes décrites dans son précédent livre, <i>Sous le signe du grand chien</i>.</p>;
Les Mondes du Jeu; <p>Format : 17x23cm, broché<br class='manualbr' />208 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-287-4</p>; Ross, Edward ; <p>Né en 1985 en Écosse, Edward Ross a fait des études de littérature et de cinéma à l'Université de Stirling dont il est sorti diplômé en 2007. Bénévole pour le prestigieux Festival international du film d'Édimbourg depuis l'âge de 16 ans, il y a travaillé pendant six ans après la fin de ses études. Il a commencé à auto publier Filmo Graphique (Filmish) en 2009 et terminera la première version en 2013. Le livre remanié sera publié en 2015 aux éditions Self Made Hero et les droits seront vendus dans plusieurs pays étrangers dont la Pologne et la Corée.<br class='autobr' /> Depuis 2013, Edward Ross se consacre à son métier de dessinateur de bandes dessinées et collabore notamment avec le centre de recherche médicales de l'Université de Glasgow sur une collection de bandes dessinées scientifiques.</p> ; novembre 2020; <p>Après sa remarquable bande dessinée <i>FilmoGraphique</i> qui était consacrée au cinéma, l'auteur écossais Edward Ross se penche sur l'histoire du jeu vidéo. Il brosse un portait approfondi de ce medium à travers l'histoire en remontant aux origines des tout premiers jeux joués par les hommes, puis l'apparition des premiers ordinateurs, des premiers jeux d'arcade, des premières consoles jusqu'aux innovations les plus récentes. Edward Ross analyse l'influence des jeux dans notre société, sur nos comportements et il explique pourquoi ils nous fascinent tant, quels en sont les ressorts narratifs, techniques, scientifiques, et pourquoi tellement de joueurs y consacrent autant de temps.<br class='autobr' /> A travers une multitude de références, Edward Ross montre l'extraordinaire variété des jeux, des plus rudimentaires aux plus sophistiqués, du FPS au jeux de plate forme en passant par les jeux en ligne multijoueurs et les jeux de stratégie. Edward Ross propose une vision synthétique et foisonnante, complétée par de très nombreuses citations de théoriciens, de créateurs et de journalistes spécialistes du domaine, s'appuyant sur des exemples allant de <i>Grand Theft Auto</i> aux jeux indépendants queer pour illustrer son propos. <i>Les Mondes du Jeu</i> est une passionnante plongée dans un monde d'infinies possibilités.</p>;
J’adore mon chat (mais il s’en fout complètement); <p>Format : 12x18cm, broché<br class='manualbr' />128 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 11 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-286-7</p>; Montt, Alberto ; <p>Né en 1972 à Quito (Équateur), Albert Montt fait des études en arts plastiques à l'université de Quito avant de créer une société de design et d'illustrations pour la presse. En 1998, il part s'installer au Chili où il vit depuis.<br class='autobr' /> En 2007, il crée le blog Dosis diarias (doses quotidiennes) où il publie un dessin par jour, et qui connait un grand succès avec jusqu'à 100 000 visites quotidiennes. Il a reçu le prix du meilleur blog hispanophone décerné par la Deutsche Welle en 2011, et huit recueils des dessins de son blog ont été publiés à travers le monde hispanophone (Chile, Argentine, Mexique et Espagne). Ses dessins de presse apparaissent périodiquement dans les journaux et magazines d'Amérique latine et d'Europe. Il est également auteur de plusieurs livres pour enfants.<br class='autobr' /> Son premier roman graphique, "Roucou", qu'il a auto-édité en 2014, regroupe des anecdotes autobiographiques.</p> ; octobre 2020; <p>Vous pensiez déjà tout savoir sur nos adorables animaux de compagnie à fourrure, mais saviez-vous qu'Abraham Lincoln avait quatre chats à la Maison Blanche ? Que les chats sont intolérants au lactose ? Et surtout, saviez-vous qu'ils viennent de l'espace ?</p> <p>Alberto Montt souffre de chatophilie aiguë. Ce dessinateur star au Chili est fasciné par les chats depuis des décennies. C'est le tout premier animal qu'il a dessiné quand il était enfant et il a décidé de leur consacrer ce livre pour vous aider à déterminer si vous souffrez du même mal que lui (petit indice : si votre photo de profil sur les réseaux sociaux est celle de votre chat, c'est gagné). Mais Alberto en profite aussi pour raconter l'histoire ultra secrète de l'invasion de la Terre par les chats et il dévoile les astuces qu'ils ont trouvées pour dominer l'espèce humaine et nous obliger à acheter des livres d'humour sur les félins. En très grandes quantités.</p>;
Trois Heures; <p>Format : 17x24cm, broché<br class='manualbr' />128 pages, n&b et couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-283-6</p>; Neyestani, Mana ; <p>Né à Téhéran en 1973, Mana Neyestani a une formation d'architecte, mais il a commencé sa carrière en 1990 en tant que dessinateur et illustrateur pour de nombreux magazines culturels, littéraires, économiques et politiques. Il devient illustrateur de presse à la faveur de la montée en puissance des journaux réformateurs iraniens en 1999. En 2000, il publie son premier livre en Iran, "Kaaboos" (Cauchemar), qui sera suivi de "Ghost House" (2001) et "M. Ka's Love Puzzle" (2004). Catalogué comme dessinateur politique, Neyestani est ensuite contraint de faire des illustrations pour enfants. Celle qu'il a faite en 2006 a conduit à son emprisonnement et à sa fuite du pays. Entre 2007 et 2010, il vit en exil en Malaisie, en faisant des illustrations pour des sites dissidents iraniens dans le monde entier. Dans la foulée de l'élection frauduleuse de 2009, son travail est devenu une icône de la défiance du peuple iranien. En 2012, il publie en France le récit de son emprisonnement et de sa fuite d'Iran, "Une Métamorphose Iranienne" (coédition çà et là / Arte). Il publie ensuite en 2013 un recueil de dessins de presse, "Tout va Bien !", puis en 2015 son "Petit manuel du parfait réfugié politique" (çà et là / Arte).</p> <p>Mana Neyestani a remporté de nombreux prix iraniens et internationaux, plus récemment, le Prix du Courage 2010 du CRNI (Cartoonists Rights Network International ). Membre de l'association Cartooning for Peace, il a reçu le Prix international du dessin de presse, le 3 mai 2012, des mains de Kofi Annan et le Prix Alsacien de l'engagement démocratique en 2015.<br class='manualbr' />Mana Neyestani est réfugié politique en France depuis 2011 et vit à Paris avec sa femme.</p> ; octobre 2020; <p>Mana Neyestani est réfugié en France depuis 2011, après avoir dû s'enfuir d'Iran à cause d'un dessin, des événements qu'il a décrits dans son premier livre,<i> Une Métamorphose Iranienne</i> (çà et là/arte éditions, 2012). Dans <i>Trois Heures</i>, il raconte comment sa condition de réfugié lui pèse, condamné à ne pas pouvoir revenir dans son pays où il risque la prison à vie, tout en ne se sentant pas encore chez lui en France. Cette condition lui a été cruellement rappelée en 2017, au moment où il s'apprêtait à s'envoler pour le Canada pour présenter son dernier roman graphique et rendre visite à son frère. Bloqué à l'aéroport par la compagnie aérienne qui ne savait pas comment traiter son titre de voyage de réfugié, Mana Neyestani s'est heurté à un mur d'incompréhension.</p> <p><i>Trois Heures</i> détaille cette longue attente durant laquelle il ne peut que constater son impuissance et le peu d'attention accordée aux personnes dans sa position. C'est aussi l'occasion pour cet homme timide qui n'ose jamais élever la voix ou défendre ses intérêts de se livrer à un exercice d'introspection.</p> <p>Un récit poignant, parfois drôle et tout le temps honnête, sur un homme forcé à l'exil mais dont le pays d'accueil le traite encore trop souvent comme un intrus.</p> <p><strong>Une coédition çà et là / ARTE Éditions</strong></p>;
Kent State, quatre morts dans l’Ohio; <p>Format : 17x25cm, broché<br class='manualbr' />288 pages, deux couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 24 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-282-9</p>; Backderf, Derf ; <p>John « Derf » Backderf est né en 1959 à Richfield, une petite ville de l'Ohio où il passera toute son enfance. Après un bref passage dans une école d'art, il retourne chez lui et travaille un an comme éboueur, avant de recevoir une bourse pour l'université de l'Ohio où il suivra un cursus en journalisme tout en réalisant des illustrations pour le journal local. Une fois diplômé, Derf Backderf devient journaliste pour un quotidien de Floride, puis abandonne cette carrière pour se lancer dans la réalisation d'un strip, "The City" avec ses "True Stories", qui durera vingt-quatre ans et sera publiés dans près de 200 journaux et magazines américains.<br class='manualbr' />Le premier roman graphique de Derf Backderf, "Punk Rock & Mobile Homes" (publié en 2014 chez çà et là), a été consacré comme l'un des meilleurs romans graphiques de 2010 par le magazine Booklist. En 1994, Derf Backderf avait commencé à travailler sur la réalisation de "Mon ami Dahmer" ; le livre sera finalement publié en 2012 aux États-Unis, puis en 2013 en France. "Mon Ami Dahmer" a reçu le Prix Polar SNCF 2014, le Prix Révélation du Festival d'Angoulême 2014 et le Prix littéraire des lycéens de la région PACA 2015. Le troisième roman graphique de Derf Backderf, "Trashed", a été publié en 2015 en France et aux États-Unis. Le livre a reçu le Prix Tournesol 2016 de la bd écolo de l'année et a été sélectionné pour le Prix BD Fnac 2016.<br class='autobr' /> Derf Backderf a été nominé pour deux Eisner Awards et a reçu de très nombreuses récompenses pour son travail de dessinateur de presse, dont le prestigieux Robert F. Kennedy Journalism Award du dessin politique en 2006. Il vit à Cleveland (Ohio) avec sa femme Sheryl Harris (journaliste lauréate du Prix Pulitzer) et leurs deux enfants.</p> ; septembre 2020; <p><strong>50 ans après les événements tragiques de la manifestation de Kent State, Backderf livre un récit historique magistral et poignant.</strong></p> <p>Après l'autobiographie (<i>Mon Ami Dahmer</i>) et l'autofiction (<i>Trashed</i>), l'auteur américain Derf Backderf réalise un magistral documentaire historique sur les années 1970 et la contestation contre la guerre du Vietnam. Kent State relate les événements qui ont mené à la manifestation du 4 mai 1970 et à sa violente répression sur le campus de cette université de l'Ohio. Quatre manifestants, âgés de 19 à 20 ans, furent tués par la Garde nationale au cours de cette journée. Cet événement marqua considérablement les esprits et provoqua des manifestations gigantesques dans tout le pays avec plus de quatre millions de personnes dans les rues, marquant un retournement de l'opinion publique sur l'engagement américain au Vietnam.</p> <p>Derf Backderf, avait 10 ans à l'époque des faits. Il a vu des troupes traverser sa ville en 1970, et il a été profondément marqué par la répression sanglante de la manifestation du 4 mai. Dans <i>Kent State</i>, il brosse le portrait des étudiants qui seront tués au cours de la manifestation ainsi que celui d'un membre de la Garde nationale. Sa description détaillée de la journée du 4 mai 1970, montre comment l'incompétence des responsables locaux a débouché sur une véritable boucherie.</p> <p>Derf Backderf a consacré trois ans à la réalisation de <i>Kent State</i>, il a réalisé un véritable travail journalistique et interviewé une dizaine de personnes ayant participé à la manifestation. Kent State est un récit extrêmement prenant, poignant, une leçon d'histoire et une démonstration implacable de l'absurdité de l'utilisation de la force armée pour contrôler des manifestations.</p> <p><strong>Prix Comics ACBD 2020 de la bande dessinée anglo-saxonne de l'année</strong></p> <p><strong>Sélection Prix France Info de la bande dessinée d'actualité et de reportage 2021</strong></p> <p><strong>Sélection Prix des Libraires de Bande Dessinée 2020</strong></p> <p><strong>Sélection Officielle Festival d'Angoulême 2021</strong></p> <p><strong>Sélection Prix littéraire Les Inrockuptibles 2020</strong></p>;
Ville Nouvelle; <p>Format : 15x17cm, relié<br class='manualbr' />76 pages, une couleur<br class='manualbr' />Prix de vente : 14 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-281-2</p>; Wojciechowski, Lukasz ; <p>Łukasz Wojciechowski, né 1978 en Pologne, est architecte de formation et cofondateur du cabinet VROA Architekci qui a assuré la rénovation du Musée d'Art Contemporain de la ville de Wroclaw. Il est également professeur assistant à la faculté d'architecture de l'université de technologie de Wrocław où il enseigne le design. Il dirige un blog sur l'architecture, niepokoje.wordpress.com, et participe à la fondation Jednostka Architekturi. Il a écrit plusieurs ouvrages sur l'architecture, ainsi que des articles pour des revues spécialisées... Et il fait de la bande dessinée sous Autocad. "Ville Nouvelle" ("Nowe Miasto", 2020 éditions Kultura Gniewu) est son premier livre.</p> ; juin 2020; <p><i>Ville Nouvelle</i> dévoile le quotidien d'une équipe d'architectes entre 1958 et 1977, ainsi que l'avancée de leur projet de reconstruction d'une ville européenne, à la suite des ravages de la guerre. Ce qui, au départ, devait être un chantier novateur, habité par la soif du progrès ainsi que le désir de s'affranchir du passé et de révolutionner le monde, prend progressivement mauvaise tournure. L'euphorie initiale fait place à l'abattement. Le futur qui avait été idéalisé devient une dure réalité qui déçoit. On fini par construire une ville où l'homme n'a plus vraiment sa place, où tout est robotisé. Mêmes les architectes sont remplacés par des machines et il ne reste plus personne pour servir le café...</p> <p>Dans ce premier livre très maîtrisé, au registre graphique empreint de design Trente Glorieuses, l'architecte polonais Lukasz Wojciechowski décrit avec ironie un univers rétro futuriste pas si dystopique que ça , où les fantasmes architecturaux, les évolutions technologiques et les délires urbanistiques post-Seconde Guerre mondiale provoquent la lente déshumanisation des villes.</p>;
Ne regarde pas derrière toi; <p>Format : 15x21cm, broché<br class='manualbr' />128 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 14 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-280-5</p>; Colazo, Anabel ; <p>Anabel Colazo est née en 1993 à Ibiza. Après des études d'art à l'université de Valence en Espagne, elle publie son premier ouvrage "El cristal imposible" (DeHavilland) en 2015. Elle est à l'origine du fanzine Nimio et collabore entre autres à Paranoidland (tous deux ont<br class='autobr' /> gagné le prix du meilleur fanzine au salon de la BD de Barcelone 2016 et 2017). Elle a également participé à l'anthologie collective Teen Wolf (Fosfatina, 2016). "Proches rencontres" est son premier roman graphique.<br class='autobr' /> Anabel Colazo vit et travaille actuellement à Valence.</p> ; février 2020; <p>Blanca sait que les fantômes n'existent pas. Ni les extraterrestres. Rien de tout ça n'existe. En revanche, ses amis sont bien réels. Eric, Sam, qu'elle n'a pas vue depuis trois ans, et Cookiefire, une youtubeuse fan de mangas à l'eau de rose. Blanca distingue très bien ce qui est réel et ce qui ne l'est pas, mais il y a cet être étrange qui apparaît et que personne ne peut voir, sauf elle. Serait-ce une sorte d'avertissement ?</p> <p>Pour le moment, ce qui semblait devoir être un jour comme les autres s'est terminé par une nouvelle apparition mystérieuse suivie d'une découverte macabre : le cadavre d'une fille sur la plage. Cet événement replonge Blanca dans ses souvenirs du terrible accident qui s'est déroulé des années auparavant...</p> <p>Après <i>Proches Rencontres</i> qui abordait le thème des victimes d'enlèvements par des extraterrestres, Anabel Colazo continue d'explorer les mythes de la pop culture, dans un récit inspiré des « creepypastas », ces légendes urbaines qui circulent sur internet. Comme dans son précédent livre, Anabel Colazo pratique les faux semblants : le dessin crayonné, les personnages aux traits enfantins et les couleurs explosives dissimulent en réalité de sombres secrets.</p>;
Quelques heures; <p>Format : 16x22cm, broché<br class='manualbr' />136 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 14 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-279-9</p>; Orff, Joel ; <p>Joel Orff est né en 1962 à Stillwater, dans le Minnesota (Etats-Unis).<br class='manualbr' />Il a passé la plus grande partie de son enfance à réaliser des recueils de bandes dessinées de 32 pages en agrafant des comic strips découpés dans le journal local de sa petite ville natale. Depuis, ses illustrations et histoires courtes ont été publiées par de nombreux magazines et anthologies, dont "Tattoo Comix" de Artisti Allibratori Associati (Italie), "Fahrenheit Magazine" (Danemark), "The Comix Compendium" de Mangajin Books (Canada) et "The Stranger", un hebdomadaire de Seattle.<br class='autobr' /> Le premier livre de Joel Orff, Strum and Drang : Great Moments in Rock 'n' Roll (édité en 2003 par Alternative Comics), a été nominé aux YALSA 2004 (prix décernés par l'ALA, American Library Association).<br class='manualbr' />Il vit à Minneapolis, dans le Minnesota.</p> ; janvier 2020; <p>Bob Frank, la trentaine, habite à Minneapolis où il est chauffeur de taxi. Il reçoit un jour une carte postale d'une ancienne petite amie qui lui annonce de but en blanc qu'il est père depuis des années et que sa fille, Casey, va débarquer chez lui dans les jours qui viennent. Une fois la jeune adolescente arrivée, Bob se rend compte qu'elle est là contre son gré et que sa mère l'a obligée à s'installer quelques temps chez son père. Il va devoir déployer des trésors d'imagination pour amadouer sa fille. Au départ farouche, Casey va rapidement se faire à ce père nouvellement découvert, mais pour combien de temps ?</p> <p><i>Quelques heures</i> marque le retour de l'un des premiers américains publiés par çà et là, Joel Off, auteur d'<i>Au Fil de l'eau</i>, publié en 2006 et de <i>Nuits Blanches</i> en 2007. Dans ce nouveau récit, on retrouve la narration empreinte de mélancolie caractéristique de cet artiste au registre graphique singulier et très éloigné des autres auteurs américains.</p>;
Kafkaïen; <p>Format : 17x24cm, relié<br class='manualbr' />160 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 18 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-278-2</p>; Kuper, Peter ; <p>Né en 1958 à Cleveland (États-Unis), Peter Kuper est l'auteur de nombreux ouvrages de bande dessinée portant un regard critique sur la société américaine. Il est notamment l'auteur de <i>Ruines</i> pour lequel il a remporté l'Eisner Award du meilleur roman graphique en 2016. Peter Kuper collabore fréquemment avec The New Yorker, Libération et Time Magazine. Depuis 1996, il est également le dessinateur attitré de la série <i>Spy vs Spy</i> publiée dans le mensuel MAD Magazine. Peter Kuper enseigne la bande dessinée à la School of Visual Arts de New York depuis plus de 25 ans ainsi qu'à l'université de Harvard. Il vit à New York avec sa femme et sa fille.</p> ; novembre 2019; <p>Peter Kuper adapte en bande dessinée quatorze histoires de Franz Kafka !</p> <p>L'univers de Kafka sied à merveille à cet auteur américain engagé contre les régimes autoritaires et observateur attristé de l'absurdité du monde contemporain. Kuper est également un adepte de la carte à gratter, une technique particulièrement pertinente pour évoquer des ambiances oppressantes. Il a commencé à adapter Kafka dès 1988. Un premier recueil de neuf nouvelles a été publié en 2004 aux éditions Rackham, avec son adaptation de <i>La Métamorphose</i>. Le présent recueil comporte cinq autres histoires, dont <i>La colonie pénitentiaire</i>.</p> <p>« Kafka est mort à l'âge de quarante ans, il y a près d'un siècle, mais ses histoires résonnent comme si elles avaient été écrites hier... Leur place est ici et maintenant, ses fables sont des feuilles de route pour notre condition humaine. Elles nous avertissent des dangers que peuvent représenter nos institutions, nous rappellent nos faiblesses et nous poussent à rire de nos absurdités. Alors que notre monde mérite de jour en jour davantage l'adjectif « kafkaïen », les messages que Kafka nous souffle à l'oreille et entre les cases prennent un sens renouvelé. » Extrait de la préface de Peter Kuper</p>;
Juice, vol.3; <p>Format : 14x21cm, broché<br class='manualbr' />208 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 15 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-276-8</p>; Jeeno, Art ; <p>Art Jeeno est l'un des artistes les plus connus de la bande dessinée thaïlandaise. Né en 1987 à Chiang Mai dans le nord du pays, il a suivi des études aux Beaux-Arts de l'université de sa ville natale. Il commence à mettre ses dessins en ligne dans les années 2000 et rencontre rapidement un grand succès. Son premier livre, publié en 2011 chez Salmon Books, le principal éditeur de bandes dessinée en Thaïlande, sera suivi de neuf autres ouvrages, dont "Now", paru en en 2013. Il est très suivi sur son blog, Instagram et Facebook (150 000 abonnés), plusieurs expositions on été consacrées à son travail et il a remporté de nombreux prix dont le Bronze Award aux International Manga Awards de 2014.</p> ; novembre 2019; <p>Mon et Tim, ont maintenant respectivement seize et dix-sept ans. Tim est en terminale et Mon en première, dans le lycée professionnel d'une grand ville du nord de la Thaïlande où ils sont depuis deux ans. Les relations entre les deux anciens amis sont au plus bas depuis que Mon s'est rendu compte que Tim sortait avec Nim, pour laquelle Mon avait eu un coup de foudre. Mais Mon va à son tour rencontrer une jeune fille, ce qui va progressivement changer son attitude. Il souhaite désormais remonter sur scène avec Tim, mais il craint que celui-ci refuse de reformer leur groupe...</p> <p>Ce troisième volume conclut la trilogie <i>Juice</i>, commencée en 2014 par Art Jeeno, le jeune prodige de la scène thaïlandaise. Dans <i>Juice</i>, il met en scène le quotidien d'ados thaïlandais sous pression, obligés d'être en uniforme au lycée et obnubilés par les filles, qui cherchent un exutoire à travers la musique occidentale. Dessinateur virtuose, Art Jeeno donne énormément de dynamisme à ses personnages volubiles et hyper expressifs, le trait vif et le découpage énergique étant au diapason de la véhémence de ces ados impulsifs.</p>;
Fichtre !; <p>Format : 17x12cm, relié<br class='manualbr' />160 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 14 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-277-5</p>; Montt, Alberto ; <p>Né en 1972 à Quito (Équateur), Albert Montt fait des études en arts plastiques à l'université de Quito avant de créer une société de design et d'illustrations pour la presse. En 1998, il part s'installer au Chili où il vit depuis.<br class='autobr' /> En 2007, il crée le blog Dosis diarias (doses quotidiennes) où il publie un dessin par jour, et qui connait un grand succès avec jusqu'à 100 000 visites quotidiennes. Il a reçu le prix du meilleur blog hispanophone décerné par la Deutsche Welle en 2011, et huit recueils des dessins de son blog ont été publiés à travers le monde hispanophone (Chile, Argentine, Mexique et Espagne). Ses dessins de presse apparaissent périodiquement dans les journaux et magazines d'Amérique latine et d'Europe. Il est également auteur de plusieurs livres pour enfants.<br class='autobr' /> Son premier roman graphique, "Roucou", qu'il a auto-édité en 2014, regroupe des anecdotes autobiographiques.</p> ; octobre 2019; <p>Connu dans toute l'Amérique latine, Alberto Montt publie des dessins humoristiques depuis une douzaine d'années sur son blog <i>Dosis Diarias</i> qui reçoit jusqu'à 100 000 visites quotidiennes.</p> <p><i>Fichtre !</i> rassemble plus de 150 de ces cartoons à l'humour complètement déjanté. On y croise Dieu, le Diable, des vaches folles, des microbes dépressifs, des super héros qui tapent la discute au troquet et des hommes des cavernes accros aux réseaux sociaux...</p>;
Kolya; <p>Format : 17x24cm, relié<br class='manualbr' />128 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 17 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-275-1</p>; Larina, Lida ; <p>Née en 1991 à Noguinsk (Russie), Lida Larina a été diplômée en 2015 de l'Académie d'État de création industrielle S.G. Stroganov à Moscou et termine actuellement un cursus à la British Higher School of Art and Design (Moscou). Elle travaille régulièrement comme illustratrice pour la presse (notamment pour Root & Star Magazine) et pour des marques. Lida Larina est également illustratrice de trois livres jeunesse. Kolya est sa première bande dessinée.</p> ; octobre 2019; <p>Un couple emménage dans un appartement situé dans un immeuble de type HLM de la banlieue de Moscou. Ils se retrouvent avoir pour voisin un homme bizarre, Kolya, qui ne ferme jamais sa porte, et qui parle de façon très "personnelle", marmonnant des sons pas toujours compréhensibles. Le jeune couple s'en inquiète un peu, mais il s'avère que Kolya est connu des personnes âgées du voisinage qui s'occupent de lui avec bienveillance. Suite à sa prise en charge à plusieurs reprises par des infirmiers, le couple va apprendre que Kolya a "fait la guerre" (sans que soit précisé laquelle). Un jour, il ne revient pas de l'hôpital et curieusement, son absence commence à se faire sentir dans l'immeuble...</p> <p>Première bande dessinée de l'autrice russe Lida Larina, <i>Kolya</i> nous fait découvrir un jeune talent singulier. Mélangeant collages, photos et dessins à l'ordinateur, <i>Kolya </i> révèle sous des dehors chatoyants une réalité plus sombre.</p> <p><strong>Sélection Prix Malévitch de la bande dessinée russe 2019</strong></p>;
Alerte Rouge; <p>Format : 20x27cm, relié<br class='manualbr' />96 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-274-4</p>; TBC Lavric, Tomaz ; <p>Tomaz Lavric, alias TBC, est l'un des principaux auteurs de bande dessinée slovènes. Il est notamment l'auteur de "Fables de Bosnie", publiée en 1999 chez Glénat qui a reçu le Grand Prix au Festival de Sierre en Suisse en 1999 et le Lion d'Argent au prix du Lion 1999 à Bruxelles.</p> <p>Né en 1964 à Ljubljana, Tomaz Lavric est diplômé de l'Académie des Beaux Arts de Ljubljana. Il a commencé à publier ses bandes dessinées dans l'hebdomadaire Mladina en 1987, magazine où il publie encore à ce jour. Dans les années 1990, Lavric a publié ses premiers romans graphiques, basés sur des histoires pré-publiées dans Mladina. "Alerte Rouge" (Rdeci Alarm) sera son premier titre, publié en 1996, suivi de "Ratman" et "Cartes Postales de Bosnie" en 1997. Il a depuis réalisé une douzaine de bandes dessinées, pour la plupart publiées en France par les éditions Glénat. Ses ouvrages paraissent également en Italie et en Espagne. Son dernier livre paru en France est "Yeshua" (éditions Mosquito, 2018).</p> ; septembre 2019; <p><i>Alerte rouge</i> est un récit semi-autobiographique dans le milieu de la scène alternative yougoslave des années 1980, alors que le punk rock franchit le rideau de fer pour devenir un mouvement important, le plus souvent réprimé par le régime autoritaire de l'époque. A la fin des années 1990, Youri, alias La Taupe, ancien batteur du groupe de punk rock Alerte Rouge devenu graphiste, croise le chemin de Mike, l'ex-chanteur du groupe maintenant homme d'affaires. Ils se remémorent avec nostalgie, mais aussi avec une pointe d'ironie, leurs débuts et leurs premiers concerts alors qu'ils étaient encore lycéens. Puis arrive la traditionnelle séparation des membres du groupe, la plongée dans la came mais aussi la hantise du service militaire quelques années plus tard, au moment de l'indépendance de la Slovénie et de la guerre dans l'ex-Yougoslavie. Entre 1980 et 2010, ont suit l'évolution de ces ex jeune révoltés désormais bien assagis</p> <p>Drôle, un poil cynique et au rythme très enlevé, <i>Alerte Rouge</i> est le premier roman graphique de Tomaz Lavric, alias TBC, l'auteur slovène le plus connu dans son pays comme à l'étranger. Initialement auto-édité en 1996, le livre a été publié dans une version augmentée en 2010. C'est cette édition qui est publiée par les éditions çà et là, complétée par une nouvelle introduction de TBC.</p> <p><strong>Compétition Officielle Angoulême 2020 - Catégorie Patrimoine </strong></p>;
Comment le Roi a perdu la tête; <p>Format : 17x24cm, relié<br class='manualbr' />160 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-273-7</p>; Ranta, Ville ; <p>Ville Ranta est né en 1978 à Oulu en Finlande. Après des études littéraires à l'université d'Helsinki, il crée en 2000 une société d'édition indépendante, Asema, qui publiera notamment des ouvrages de Kati Kovacs et Jyrki Heikkinen. Il sort en 2003 son premier roman graphique, <i>Sade</i> (La Pluie) et en 2005, il collabore avec Lewis Trondheim pour la réalisation de l'album <i>Celebritiz</i>. Ville Ranta a depuis publié quatre autres bandes dessinées : <i>Papa est un peu fatigué</i>, <i>L'Exilé du Kalevala</i> et <i>Sept Saisons</i> chez çà et là et <i>Suite Paradisiaque</i> chez Rackham. Il est également dessinateur de presse, notamment pour le magazine Kirkko & Kaupunki et collabore régulièrement avec le plus grand quotidien finlandais, Helsingin Sanomat. En 2006, il a réalisé pour un magazine finlandais une bande dessinée mettant en scène Mahomet qui a provoqué un scandale et le licenciement du rédacteur en chef du magazine. <br class='autobr' /> Ville Ranta a reçu le Grand Prix du festival de Kemi 2006 et est lauréat 2014 du prestigieux Prix Finlande remis chaque année par le Ministère de la Culture à sept personnalités artistiques. Il vit à Oulu avec sa famille.</p> ; août 2019; <p>Avec <i>Comment le roi a perdu la tête</i>, Ville Ranta, chef de file de la scène indé finlandaise, nous trimbale dans un récit complètement foutraque et surréaliste, qui n'est pas sans rappeler le cultissime <i>Monty Python Sacré Graal</i>. Le roi de Ville Ranta tente lui, plus humblement, de s'occupe tant bien que mal de ses trois filles adolescentes, de sa mère subclaquante, de son château qui tombe en ruine et de son amante bouffonne mais pas folle. Tout ça, sans oublier de libérer des princesses prisonnières de dragons et de chercher des réponses métaphysiques à ses nombreux problèmes existentiels.</p>;
Sous le signe du grand chien; <p>Format : 19x26cm, broché<br class='manualbr' />72 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 15 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-270-6</p>; Dahle Øverbye, Anja ; <p>Née en 1981, Anja Dahle Øverbye a suivi des études artistiques à l'Académie de Bergen (Norvège) puis a obtenu un diplôme en communication visuelle de l'Université UCA (University for the Creative Arts) en Angleterre. "Sous le signe du grand chien" (Hundedegar), son premier roman graphique a été publié en 2015 en Norvège (Jippi Comics) puis en 2017 en Angleterre (Centrala) et en 2019 en France (çà et là). Il a remporté le prix de la meilleure bande dessinée norvégienne du Festival d'Oslo en 2016. Son deuxième roman graphique, "Bergen", est paru en 2018 en Norvège puis en janvier 2021 en France aux éditions çà et là. Anja Dahle Øverbye vit à Kongsberg où elle travaille sur de nouvelles bandes dessinées et également comme illustratrice.</p> ; juin 2019; <p>Les « journées du chien » est un phénomène qui se produit au cœur de l'été, pendant les journées les plus chaudes de l'année, entre le 22 juillet et le 23 août. Cette période est placée sous le signe de la constellation du Grand Chien, au moment où les esprits s'échauffent sous l'effet de la chaleur, « dans ces jours de chaleur, le sang est furieusement excité ! » (Roméo et Juliette, Shakespeare ).</p> <p>C'est à ce moment-là que nous faisons la connaissance d'une jeune norvégienne, Anne, à mi-chemin entre l'enfance et l'adolescence. Le temps de plus en plus étouffant et poisseux de cet été a des répercussions sur les relations de la jeune fille avec son entourage. Sa meilleure amie, Mariell, préfère passer du temps avec Karianne, qui est légèrement plus âgée. Anne est laissée de côté, et même brimée par les deux autres filles mais elle veut désespérément redevenir amie avec Mariell... Jusqu'à quel point ? Les paysages de l'ouest de la Norvège, représentés avec une grande sensibilité dans des dessins au crayon jouent un rôle central dans cette histoire, un aperçu de la nature parfois violentes des relations entre adolescentes.</p> <p><i>Sous le signe du grand chien</i> est le premier roman graphique de l'autrice norvégienne Anja Dahle Øverbye.</p>;
Le Trauma, quelle chose étrange; <p>Format : 18x24cm, broché avec rabats<br class='manualbr' />32 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 12 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-269-0</p>; Haines, Steve / Standing, Sophie ; <p>Né en 1966, Steve Haines travaille dans le domaine la santé depuis plus de vingt-cinq ans. Il exerce en tant que chiropracteur et enseigne également la thérapie craniosacrale. Il est le co-auteur du livre « Cranial Intelligence : A Practical Guide to Biodynamic Craniosacral Therapy ». Steve Haines est le scénariste des trois premiers livres de la série « … quelle chose étrange ». Il vit et travaille entre Londres et Genève.</p> / <p>Née en 1992, Sophie Standing est diplômée de l'Université de Kingston (Angleterre) où elle a étudié l'illustration et le dessin animé et travaille comme illustratrice notamment pour The Royal Opera House. « La Douleur, cette chose étrange », parue en 2015 en Angleterre est son premier livre, elle a ensuite dessiné « Le trauma, quelle chose étrange », « l'Anxiété, quelle chose étrange », et « Le pardon, quelle chose étrange ».</p> ; juin 2019; <p>Après <i>La douleur quelle chose étrange</i> publié en octobre 2018 et <i>L'Anxiété quelle chose étrange</i> (mars 2019), Steve Haines consacre un nouveau petit précis à un thème de santé. Il se penche ici sur le traumatisme psychique, qui touche tout le monde à des degrés plus ou moins importants. En trente-deux pages, Haines brosse un tableau synthétique de ce que l'on sait sur ce phénomène psychologique en s'attardant notamment sur sa manifestation la plus courante, la dissociation. Cette réaction de notre cerveau à un ou plusieurs événements insupportables se manifeste par des amnésies sélectives ou une sensation de déconnexion de son propre corps dans le cas des expériences les plus traumatisantes. Comme dans ses précédents ouvrages, Steve Haines propose également des pistes pour les personnes qui souffrent de traumatismes psychiques, à base de techniques simples qui peuvent permettre de diminuer l'intensité des troubles ressentis.</p> <p>L'illustratrice anglaise Sophie Standing, déjà dessinatrice des deux autres essais de Steve Haines, met à nouveau en dessin le texte avec un vrai travail stylistique et la volonté de rendre compréhensible les explications du scénariste mais aussi de trouver des astuces graphiques tout en utilisant une palette de couleurs et un style singuliers, inhabituels dans le registre de la bande dessinée didactique.</p>;
Souffre-douleur; <p>Format : 16x23cm, broché<br class='manualbr' />192 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-268-3</p>; Mutard, Bruce ; <p>Né à Melbourne (Australie) en 1967, Bruce Mutard a commencé des études d'ingénieur avant de bifurquer vers le design au Swinburne Institute of Technology (Melbourne). Il est dessinateur de bandes dessinées depuis plus de vingt ans. Il a publié quatre romans graphiques : "The Bunker" (Image Comics, 2003), "The Sacrifice" (Allen & Unwin, 2008), "The Silence" (Allen & Unwin, 2009 et édition çà et là, 2013), et "A Mind of Love" (Black House Comics, 2011). Il collabore fréquemment avec des magazines australiens, dont Overland, Meanjin, The Australian Book Review and Tango et il a illustré plusieurs livres pédagogiques pour la série Australia's History de Macmillan Education.<br class='autobr' /> "Souffre Douleur", son nouveau roman graphique, paraît en première exclusivité en juin 2019 aux éditions çà et là. Bruce Mutard vit actuellement à Perth où il travaille sur une thèse sur la bande dessinée.</p> ; mai 2019; <p>1980, Bruce a une douzaine d'années et il fait sa rentrée dans un collège de Melbourne. Chétif, timide, pas sportif pour un sou, il est la risée de la plupart des autres enfants. Lui qui semble ne pas être attiré par les filles - une hérésie - devient rapidement un véritable souffre-douleur. Bruce se réfugie alors dans un monde parallèle où il assouvit ses pensées morbides de vengeance et où il se fantasme lui-même harceleur de ceux qui le maltraitent. Cette situation va durer jusqu'à ses 18 ans... Ce n'est qu'à l'entrée à l'université que Bruce commence à mettre en place un mécanisme de défense et qu'il parvient, grâce à l'humour et un esprit de transgression très poussé, à repousser les jeunes de son âge qui lui cherchent des noises. Mais des années plus tard, une fois adulte et sa carrière de dessinateur bien entamée, Bruce va se rendre compte que les brimades subies dans son enfance auront un impact délétère à long terme et il devra se débattre avec un sévère problème de trouble alimentaire.</p> <p>Avec beaucoup d'honnête et de transparence, Bruce Mutard se livre dans <i>Souffre-Douleur</i> à un véritable exercice d'auto analyse, et revient sur cette enfance dévastée. Il livre un récit dur et émouvant sur le harcèlement scolaire et ses répercussions sur la psyché de ceux qui en ont souffert.</p>;
Edition collector "Mon Ami Dahmer" avec DVD; <p>Format : 17x25cm, relié<br class='manualbr' />256 pages n&b<br class='manualbr' />DVD multizone vo et vf sous titrés<br class='manualbr' />Couverture cartonnée<br class='autobr' /> Gaufrage et marquage au fer<br class='autobr' /> Jaquette couleur<br class='autobr' /> Pages de gardes teintées dans la masse<br class='manualbr' />Prix de vente : 50 euros</p>; Backderf, Derf ; <p>John « Derf » Backderf est né en 1959 à Richfield, une petite ville de l'Ohio où il passera toute son enfance. Après un bref passage dans une école d'art, il retourne chez lui et travaille un an comme éboueur, avant de recevoir une bourse pour l'université de l'Ohio où il suivra un cursus en journalisme tout en réalisant des illustrations pour le journal local. Une fois diplômé, Derf Backderf devient journaliste pour un quotidien de Floride, puis abandonne cette carrière pour se lancer dans la réalisation d'un strip, "The City" avec ses "True Stories", qui durera vingt-quatre ans et sera publiés dans près de 200 journaux et magazines américains.<br class='manualbr' />Le premier roman graphique de Derf Backderf, "Punk Rock & Mobile Homes" (publié en 2014 chez çà et là), a été consacré comme l'un des meilleurs romans graphiques de 2010 par le magazine Booklist. En 1994, Derf Backderf avait commencé à travailler sur la réalisation de "Mon ami Dahmer" ; le livre sera finalement publié en 2012 aux États-Unis, puis en 2013 en France. "Mon Ami Dahmer" a reçu le Prix Polar SNCF 2014, le Prix Révélation du Festival d'Angoulême 2014 et le Prix littéraire des lycéens de la région PACA 2015. Le troisième roman graphique de Derf Backderf, "Trashed", a été publié en 2015 en France et aux États-Unis. Le livre a reçu le Prix Tournesol 2016 de la bd écolo de l'année et a été sélectionné pour le Prix BD Fnac 2016.<br class='autobr' /> Derf Backderf a été nominé pour deux Eisner Awards et a reçu de très nombreuses récompenses pour son travail de dessinateur de presse, dont le prestigieux Robert F. Kennedy Journalism Award du dessin politique en 2006. Il vit à Cleveland (Ohio) avec sa femme Sheryl Harris (journaliste lauréate du Prix Pulitzer) et leurs deux enfants.</p> ; mai 2019; <p>Le collector <i>Mon Ami Dahmer</i> est une édition limitée du roman graphique culte de Derf Backderf, imprimée à 1 000 exemplaires en exclusivité pour la France. Cette édition numérotée comporte trente-deux pages inédites, une couverture cartonnée avec jaquette et le DVD exclusif du film adapté de la bande dessinée (en vo et vf). Un jeu de quatre cartes postales et quatre marque-pages est également joint au collector.</p> <p><strong>Prix Révélation - Festival d'Angoulême 2014 </strong></p> <p><strong>Prix du Polar SNCF 2014 </strong></p> <p><strong>Sélection Prix France Info 2014 de la bd de reportage et d'actualité </strong></p> <p><strong>Sélection Prix de la BD Fnac 2014 </strong></p> <p><strong>Sélection Prix Ouest-France - Quai des Bulles 2013</strong></p>;
True Stories; <p>Format : 17x25cm, broché<br class='manualbr' />208 pages n&b et couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-265-2</p>; Backderf, Derf ; <p>John « Derf » Backderf est né en 1959 à Richfield, une petite ville de l'Ohio où il passera toute son enfance. Après un bref passage dans une école d'art, il retourne chez lui et travaille un an comme éboueur, avant de recevoir une bourse pour l'université de l'Ohio où il suivra un cursus en journalisme tout en réalisant des illustrations pour le journal local. Une fois diplômé, Derf Backderf devient journaliste pour un quotidien de Floride, puis abandonne cette carrière pour se lancer dans la réalisation d'un strip, "The City" avec ses "True Stories", qui durera vingt-quatre ans et sera publiés dans près de 200 journaux et magazines américains.<br class='manualbr' />Le premier roman graphique de Derf Backderf, "Punk Rock & Mobile Homes" (publié en 2014 chez çà et là), a été consacré comme l'un des meilleurs romans graphiques de 2010 par le magazine Booklist. En 1994, Derf Backderf avait commencé à travailler sur la réalisation de "Mon ami Dahmer" ; le livre sera finalement publié en 2012 aux États-Unis, puis en 2013 en France. "Mon Ami Dahmer" a reçu le Prix Polar SNCF 2014, le Prix Révélation du Festival d'Angoulême 2014 et le Prix littéraire des lycéens de la région PACA 2015. Le troisième roman graphique de Derf Backderf, "Trashed", a été publié en 2015 en France et aux États-Unis. Le livre a reçu le Prix Tournesol 2016 de la bd écolo de l'année et a été sélectionné pour le Prix BD Fnac 2016.<br class='autobr' /> Derf Backderf a été nominé pour deux Eisner Awards et a reçu de très nombreuses récompenses pour son travail de dessinateur de presse, dont le prestigieux Robert F. Kennedy Journalism Award du dessin politique en 2006. Il vit à Cleveland (Ohio) avec sa femme Sheryl Harris (journaliste lauréate du Prix Pulitzer) et leurs deux enfants.</p> ; avril 2019; <p>Le retour du plus connus des dessinateurs de Cleveland (après Joe Shuster), dans une anthologie de ses histoires courtes ! <br class='manualbr' /></p> <p>Derf Backderf a réalisé des strips hebdomadaires pendant près d'un quart de siècle, entre 1990 et 2014. D'abord diffusés dans les journaux gratuits de la ville de Cleveland, ces strips seront par la suite publiés dans une cinquantaine de magazines du pays. Voici 200 de ces histoires rassemblées pour la première fois en un unique volume.<br class='autobr' /> Dans <i>True Stories</i>, on croise des illuminés en tous genre, pris sur le vif dans la rue ou dans des magasins, dans des scènes du quotidien qui font mouche. <i>True Stories</i>, c'est l'Amérique profonde, dérangée, saturée de malbouffe, foutraque. On retrouve avec bonheur la patte de cet auteur dont le dessin, en construction au début des années 1990, évolue au fil des histoires, et cette faculté à déceler les situations baroques et à croquer des personnages marquants, alliée à un art consommé de la chute.</p> <p>« <i>Oui, tout ce qui est dans ce livre est réellement arrivée. J'ai été personnellement témoin de la plupart de mes True Stories. Les autres m'ont été rapportées par des amis en lesquels j'ai confiance. Devoir réaliser un strip chaque semaine ne me manque pas vraiment. Ce qui me manque, c'est de me balader dans les rues de la ville à la recherche de gens bizarres. Ça a toujours été ce qui me plaisait le plus dans ce boulot.</i> » Derf Backderf</p>;
L’Anxiété, quelle chose étrange; <p>Format : 18x24cm, broché<br class='manualbr' />32 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 12 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-264-5</p>; Haines, Steve / Standing, Sophie ; <p>Né en 1966, Steve Haines travaille dans le domaine la santé depuis plus de vingt-cinq ans. Il exerce en tant que chiropracteur et enseigne également la thérapie craniosacrale. Il est le co-auteur du livre « Cranial Intelligence : A Practical Guide to Biodynamic Craniosacral Therapy ». Steve Haines est le scénariste des trois premiers livres de la série « … quelle chose étrange ». Il vit et travaille entre Londres et Genève.</p> / <p>Née en 1992, Sophie Standing est diplômée de l'Université de Kingston (Angleterre) où elle a étudié l'illustration et le dessin animé et travaille comme illustratrice notamment pour The Royal Opera House. « La Douleur, cette chose étrange », parue en 2015 en Angleterre est son premier livre, elle a ensuite dessiné « Le trauma, quelle chose étrange », « l'Anxiété, quelle chose étrange », et « Le pardon, quelle chose étrange ».</p> ; mars 2019; <p>Après <i>La douleur quelle chose étrange</i> publiée en octobre 2018, Steve Haines consacre un nouveau petit précis à un thème de santé. Il se penche ici sur l'anxiété, parfois considérée comme le nouveau mal du siècle. En trente-deux pages, Haines brosse un tableau synthétique de ce que l'on sait sur cette émotion désagréable ressentie par tout le monde (sauf par les psychopathes), à des degrés plus ou moins importants. Steve Haines présente les nombreux facteurs considérés comme des causes pouvant accroître l'état d'anxiété, il détaille les différentes manifestations de ce trouble, et présente des pistes d'actions pour ceux qui en souffrent le plus ; les personnes pour lesquelles de nombreuses décisions du quotidien deviennent presque une question de vie ou de mort et provoquent des crises de panique.</p> <p>Comme dans le précédent volume, l'illustratrice anglaise Sophie Standing met en dessin le texte de Haines, avec un vrai travail stylistique et la volonté de rendre compréhensible les explications du scénariste mais aussi de trouver des astuces graphiques tout en utilisant une palette de couleurs et un style singuliers, inhabituels dans le registre de la bande dessinée didactique.</p> <p>Le troisième et dernier volume de cette mini série sur la santé, <i>Le Trauma quelle chose étrange</i>, paraîtra en mai 2019.</p>;
La Tournée; <p>Format : 16x23cm, broché<br class='manualbr' />272 pages noir&blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-263-8</p>; Watson, Andi ; <p>Andi Watson est né en 1969 à Wakefield (Angleterre). Après des débuts dans le jeu vidéo, puis un passage par le dessin animé, il se consacre à la bande dessinée à partir de 1993 avec "Samouraï Jam" . Il crée ensuite la série "Skeleton Key" puis "Geisha", qui lui vaudra une nomination aux prestigieux Eisner Awards en 2000.</p> <p>Il est également l'auteur de plusieurs romans graphiques abordant avec finesse les relations entre hommes et femmes, dont "Breakfast After Noon" (nominé aux Eisner Awards en 2001), "Slow News Day", "Ruptures" et "Little Star". Dans un registre moins intimiste, il a également collaboré avec Marvel, DC et Dark Horse Comics, puis a réalisé plusieurs bandes dessinées pour enfants. Andi Watson vit à Worcester (Angleterre) avec sa femme et sa fille.</p> ; février 2019; <p>G.H. Fretwell, un petit auteur de romans peu connus, vit dans une petite ville anglaise, avec sa femme, Rebecca, qui ne lui prête pas une grande attention. Son nouveau roman, <i>Sans K</i>, vient de sortir et Fretwell se lance dans une tournée de rencontres en librairie pour en faire la promotion. Plus ou moins bien accueilli dans les librairies de son circuit, Fretwell ne réussit jamais à signer le moindre livre et passe des journées à arpenter des ruelles pour trouver son chemin. Délaissé par son éditeur qui a manifestement d'autres chats à fouetter, il attend impatiemment la parution d'une recension de Sans K dans la rubrique littéraire d'un grand quotidien, chronique qui ne viendra jamais.<br class='autobr' /> Les ennuis de Fretwell commencent quand il est interrogé par la police à propos d'une valise volée car son circuit est étrangement similaire à celui du « Tueur à la valise », un tueur en série qui sévit à ce moment là. Fretwell va progressivement comprendre que la police le soupçonne…</p> <p>Le nouveau livre d'Andi Watson, qui paraît en première exclusivité en France, est un petit bijou d'humour noir au style graphique retro. On suit avec délice les déboires de cet auteur confronté à une situation où tout lui échappe, une histoire kafkaïenne, qui prend une tournure surréaliste au fur et à mesure que les problèmes s'amoncellent sur le chemin de Fretwell.</p> <p><strong>Sélection Officielle Angoulême 2020</strong></p>;
Juice, vol.2; <p>Format : 14x21cm, broché<br class='manualbr' />200 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 15 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-260-7</p>; Jeeno, Art ; <p>Art Jeeno est l'un des artistes les plus connus de la bande dessinée thaïlandaise. Né en 1987 à Chiang Mai dans le nord du pays, il a suivi des études aux Beaux-Arts de l'université de sa ville natale. Il commence à mettre ses dessins en ligne dans les années 2000 et rencontre rapidement un grand succès. Son premier livre, publié en 2011 chez Salmon Books, le principal éditeur de bandes dessinée en Thaïlande, sera suivi de neuf autres ouvrages, dont "Now", paru en en 2013. Il est très suivi sur son blog, Instagram et Facebook (150 000 abonnés), plusieurs expositions on été consacrées à son travail et il a remporté de nombreux prix dont le Bronze Award aux International Manga Awards de 2014.</p> ; janvier 2019; <p>Dans ce deuxième volume de la trilogie <i>Juice</i>, Art Jeeno continue d'explorer le mal être de jeunes thaïlandais qui se sentent bloqués dans un système rigide. On y retrouve Tim et Mon, le duo de lycéens fauteurs de troubles du premier volume. Tim s'est assagi et est en froid avec son ancien groupe d'amis. Il a abandonné son projet de monter un groupe en vue de participer à un tremplin musical et a planté les organisateurs du défilé scolaire dont il devait faire partie. Un jour, il tombe par hasard sur Nim, une jeune fille qui était son amie à l'école primaire et qui vient de se faire plaquée par son petit ami. Les deux ados mal dans leur peau vont se mettre ensemble, amenant progressivement Tim à se poser des questions sur ce qu'il veut réellement faire. De son côté, Mon qui poursuit envers et contre tout le projet de groupe de rock a décidé de se mettre à la batterie et s'avère étonnamment doué. Les deux comparses décident finalement de former un duo et parviennent à convaincre l'administration scolaire de les laisser jouer au lycée de filles où étudie Nim. Tout ne va pas se dérouler exactement comme prévu...</p> <p><strong>Troisième volume à paraître en 2019</strong></p>;
Proches rencontres; <p>Format : 17x21cm, broché<br class='manualbr' />114 pages noir&blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 12 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-262-1</p>; Colazo, Anabel ; <p>Anabel Colazo est née en 1993 à Ibiza. Après des études d'art à l'université de Valence en Espagne, elle publie son premier ouvrage "El cristal imposible" (DeHavilland) en 2015. Elle est à l'origine du fanzine Nimio et collabore entre autres à Paranoidland (tous deux ont<br class='autobr' /> gagné le prix du meilleur fanzine au salon de la BD de Barcelone 2016 et 2017). Elle a également participé à l'anthologie collective Teen Wolf (Fosfatina, 2016). "Proches rencontres" est son premier roman graphique.<br class='autobr' /> Anabel Colazo vit et travaille actuellement à Valence.</p> ; janvier 2019; <p>Suite à un étrange accident de route, Daniel - jeune espagnol passionnément curieux - se retrouve coincé trois jours dans le village d'El Cruce où abondent énigmes et événements inexplicables : des ombres noires, des messages menaçants, des kidnappings... Il s'avère qu'El Cruce est un endroit mythique pour tout amateur d'ésotérisme, au très riche passé d'événements paranormaux. Le bois à l'orée de la ville est d'ailleurs réputé comme point d'observation d'OVNI. Par chance - ou par malheur - quelques villageois semblent enclins à dévoiler certains secrets à Daniel. Il rencontre Marina, une jeune habitante de la ville et son frère Juan, obnubilé par les phénomènes paranormaux avec lesquels il va vivre une expérience extra-ordinaire et traumatisante. Chacun va réagir différemment à cet événement, déni pour Daniel, Marina sombre dans la folie et Juan vit en ermite.</p> <p>20 ans plus tard, Daniel est interviewé par une étudiante en journalisme passionnée par les OVNI. L'étudiante s'attelle à son tour à mener l'enquête au cœur du village d'El Cruce.</p> <p>Publié en 2017 en Espagne, <i>Proches Rencontres</i> a marqué les esprits. Le livre a été sélectionné pour le prix de la meilleure bande dessinée espagnole au festival de Barcelone 2017 et son autrice était en lice pour le Prix de la révélation 2017 du même festival.</p>;
Les lumières de Niterói; <p>Format : 17x24cm, relié<br class='manualbr' />240 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 24 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-259-1</p>; Quintanilha, Marcello ; <p>Marcello Quintanilha est né en 1971 à Niterói (État de Rio de Janeiro). Autodidacte, il commence sa carrière de dessinateur en 1988 dans la bande dessinée d'horreur, puis travaille dans le dessin animé pendant une dizaine d'années. Il devient ensuite illustrateur pour de nombreux magazines et journaux brésiliens, et publie son premier livre en 1999, "Fealdade de Fabiano Gorila" d'après la vie de son père, joueur de football professionnel dans les années 1950.<br class='manualbr' />En 2002, il signe avec les éditions du Lombard pour réaliser les dessins de la série "Sept Balles pour Oxford" sur des textes de Jorge Zentner et Montecarlo (sept albums publiés à ce jour). En 2009, le recueil de nouvelles "Mes Chers samedis" (Sábado dos Meus Amores) est publié au Brésil. Son premier roman graphique, "Tungstène", publié en 2015 en France aux éditions çà et là, a remporté le Prix du Polar au Festival d'Angoulême 2016 avant d'être adapté au cinéma par le réalisateur Heitor Dhalia. "Talc de Verre" a ensuite été publié en France 2016, puis "L' Athénée" en 2017 et "Les Lumières de Niteroi" en 2018.</p> <p> Marcello Quintanilha a reçu de nombreux autres prix, notamment à la Biennale internationale de bande dessinée de Rio de Janeiro en 1991 et 1993. Son recueil "Mes chers samedis" a remporté le prix du meilleur dessinateur HQ Mix en 2009. <br class='manualbr' />Depuis 2002, il habite et travaille à Barcelone.</p> ; novembre 2018; <p>Brésil, années 1950, dans la Baie de Guanabara. (état de Rio de Janeiro).</p> <p>Au bord de la plage, Hélcio - un jeune défenseur prometteur de l'équipe de football du Canto do Rio de Niterói, et Noël, l'un de ses plus fidèles amis, vendeur dans une échoppe de boissons et atteint d'une impressionnante malformation physique - aperçoivent au loin quelqu'un en train de pêcher à la dynamite. Ils partent en barque dans l'intention de récupérer une partie des poissons morts pour les revendre sur l'île de Paquetá, située non loin de là.</p> <p>L'expédition va se transformer en dangereux périple et les deux larrons se retrouveront embarqués dans une aventure qui va mettre leur amitié à rude épreuve. Après avoir tenté sans succès de revendre une partie de leur butin à des naturistes, les deux compères devront affronter une énorme tempête, alors que Hélcio est attendu à Niterói le soir même par toute son équipe pour la préparation d'un match important qu'ils doivent jouer le lendemain.</p> <p>Librement inspiré de la vie du père de Marcello Quintanilha, Hélcio Carneiro Quintanilha, <i>Les Lumières de Niterói</i> est une nouvelle démonstration de la virtuosité de Quintanilha devenu en quelques années l'un des principaux auteurs de la bande dessinée brésilienne. Prenant de bout en bout, le récit entraîne le lecteur dans un suspense haletant mais est avant tout une formidable histoire d'amitié.</p>;
Au plus près; <p>Format : 17x24 cm, broché<br class='manualbr' />224 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-261-4</p>; Furmark, Anneli / Steinholm, Monica ; <p>Anneli Furmark est née en 1962 à Vallentuna et a grandi à Lulea (Suède). Elle a fait ses études à l'Académie des Beaux Arts d'Umea, où elle est ensuite devenue enseignante. Peintre et autrice de bandes dessinées, elle a publié son premier livre en 2002. Elle a participé à de nombreuses anthologies et a réalisé sept romans graphiques à ce jour. Son travail a été primé à deux reprises au festival de Kemi, en Finlande. Son premier livre publié en France, "Peindre sur le rivage" (Les Éditions de l'An 2, 2010) a été suivi du "Centre de la Terre" (çà et là, 2013), puis de "Hiver Rouge" (çà et là, 2015, Sélection Officielle Angoulême 2016), "Un soleil entre des planètes mortes" (çà et là, 2017) et "Au plus près" (çà et là, 2018) . Anneli Furmark vit à Umea.</p> / <p>Monika Steinholm (née le 26 mai 1983 à Tromsø) est une écrivaine norvégienne. Elle a publié trois romans publiés également au Danemark et en Suède.</p> ; novembre 2018; <p>Adapté par la dessinatrice suédoise Anneli Furmak d'un roman de la romancière norvégienne, Monica Steinholm, <i>Au plus près</i> aborde le thème de l'homosexualité à travers l'histoire de deux jeunes norvégiens, Jens et Edor.</p> <p>Jens a 17 ans et ce jeune norvégien rondouillard et un peu timide vient de comprendre qu'il était amoureux d'un ami d'enfance, Niklas. Jens choisit de révéler à ses parents qu'il est gay mais cette décision l'effraie et le plonge dans une grande confusion. Juste après avoir fait son coming out, il décide de quitter temporairement ses parents et de se rendre chez son oncle qui vit en couple avec un homme à Finnsnes, à une centaine de kilomètres de là. Jens y rencontre Edor, un jeune habitant des environs Finnsnes de 18 ans, qui a une petite amie, Beate. Edor aime se baigner nu et tester ses propres limites pour « savoir qu'il est vivant », comme il le dit. En passant du temps ensemble, les deux garçons se lient et Edor se rend progressivement compte que les sentiments qu'il ressent pour Jens sont les mêmes que ceux qu'il éprouvent pour Beate.</p> <p>Adapté avec brio par Anneli Furmark, Au plus près est un récit tout en retenue et en sobriété. Anneli Furmark nous dévoile avec pudeur et poésie l'histoire touchante de ces deux jeunes adultes avec en toile de fond les somptueux paysages du nord de la Norvège.</p> <p><strong>Sélection Prix Littéraire Région Sud</strong></p>;
La douleur, quelle chose étrange; <p>Format : 18x24cm, broché<br class='manualbr' />32 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 12 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-258-4</p>; Haines, Steve / Standing, Sophie ; <p>Né en 1966, Steve Haines travaille dans le domaine la santé depuis plus de vingt-cinq ans. Il exerce en tant que chiropracteur et enseigne également la thérapie craniosacrale. Il est le co-auteur du livre « Cranial Intelligence : A Practical Guide to Biodynamic Craniosacral Therapy ». Steve Haines est le scénariste des trois premiers livres de la série « … quelle chose étrange ». Il vit et travaille entre Londres et Genève.</p> / <p>Née en 1992, Sophie Standing est diplômée de l'Université de Kingston (Angleterre) où elle a étudié l'illustration et le dessin animé et travaille comme illustratrice notamment pour The Royal Opera House. « La Douleur, cette chose étrange », parue en 2015 en Angleterre est son premier livre, elle a ensuite dessiné « Le trauma, quelle chose étrange », « l'Anxiété, quelle chose étrange », et « Le pardon, quelle chose étrange ».</p> ; octobre 2018; <p><i>La douleur, quelle chose étrange</i> est le premier volume d'une trilogie de courts essais en bande dessinée consacrés à la douleur, au trauma et à l'anxiété par les anglais Steve Haines et Sophie Standing.</p> <p><i>La douleur, quelle chose étrange</i> explore les mécanismes psychologiques et physiologiques à l'œuvre dans le phénomène de la douleur, à la fois familier et craint. Praticien adepte des médecines douces, sans pour autant être un adversaire de la médication, Steve Haines aborde la question du regard que la société porte sur la douleur (considérée comme une émotion ou un signal d'alerte selon les écoles) et examine de façon approfondie, à l'aide de très nombreuses références et citations de spécialistes du domaine, comment la douleur agit. Steve Haines s'attarde plus particulièrement sur les douleurs chroniques qui sont souvent dans l'angle mort de la médecine conventionnelle, et dont il n'est pas toujours possible d'identifier la cause. Les nombreux concepts et mécanismes biologiques abordés au fil de cet ouvrage sont brillamment mis en images par Sophie Standing qui parvient à associer un réel parti-pris stylistique à une narration documentaire et pédagogique.</p> <p>Les deux autres titres de la trilogie ; <i>Le trauma, quelle chose étrange</i> et <i>L'anxiété, quelle chose étrange</i> paraîtront au premier semestre 2019.</p>;
Roucou; <p>Format : 17x24 cm, broché<br class='manualbr' />148 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 18 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-257-7</p>; Montt, Alberto ; <p>Né en 1972 à Quito (Équateur), Albert Montt fait des études en arts plastiques à l'université de Quito avant de créer une société de design et d'illustrations pour la presse. En 1998, il part s'installer au Chili où il vit depuis.<br class='autobr' /> En 2007, il crée le blog Dosis diarias (doses quotidiennes) où il publie un dessin par jour, et qui connait un grand succès avec jusqu'à 100 000 visites quotidiennes. Il a reçu le prix du meilleur blog hispanophone décerné par la Deutsche Welle en 2011, et huit recueils des dessins de son blog ont été publiés à travers le monde hispanophone (Chile, Argentine, Mexique et Espagne). Ses dessins de presse apparaissent périodiquement dans les journaux et magazines d'Amérique latine et d'Europe. Il est également auteur de plusieurs livres pour enfants.<br class='autobr' /> Son premier roman graphique, "Roucou", qu'il a auto-édité en 2014, regroupe des anecdotes autobiographiques.</p> ; septembre 2018; <p>« Le roucou, est un arbuste dont le fruit contient des graines enduites d'une substance visqueuse d'un rouge intense avec laquelle on produit des pigments. C'est, en outre, une épice fréquemment employée comme colorant et aromate dans la cuisine latino-américaine. C'est un pont entre deux mondes que j'aime. La nourriture et la couleur... Toutes les histoires contenues dans ce livre ont été dépeintes telles que je me les rappelle. Sans aucun ordre chronologique ni géographique. Pour moi, les illustrer fut une manière de conjurer l'oubli. » Alberto Montt (préface de son livre)</p> <p><i>Roucou</i> est le premier ouvrage publié en France de l'auteur équatorien Alberto Montt. Connu pour ses dessins d'humour dans toute l'Amérique du Sud, Alberto Montt s'y livre pour la première fois à l'exercice du récit autobiographique. Alberto Montt se remémore douze moments qui ont d'une façon ou d'une autre marqué sa vie, de son enfance à l'âge adulte ; son premier amour, un accident de coiffure à huit ans, la mort d'un ami... Sa longue pratique du dessin d'humour (noir) se retrouve dans le rythme de le narration et dans le découpage, Montt maniant avec dextérité l'art de l'ellipse et de la chute qui donnent une tonalité singulière à ses histoires tragi-comiques.</p>;
Deux femmes; <p>Format : 17x24 cm, broché<br class='manualbr' />168 pages deux couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 18 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-256-0</p>; Aram, Song ; <p>Song Aram est née à Séoul en 1981. Elle a toujours rêvé d'être dessinatrice mais la vie ne lui a pas facilité la tâche ; après des errances liées à son incapacité à s'adapter au système scolaire, elle finit par faire des études de droit, jusqu'au jour où elle assiste par hasard à un cours de manhwa et se découvre plus de passion pour cet art que pour ses études. Elle parvient à changer de voie et devient dessinatrice. Elle décide alors de partager un atelier avec des camarades qu'elle a connus pendant les cours de manhwa. À partir de 2007, elle publie régulièrement des œuvres en partie autobiographiques dans le magazine Sal. En 2013, elle publie dans le magazine Jayu la première partie de ce qui deviendra ensuite « Deux femmes ». Son premier manhwa, « Je n'arrête pas de penser à toi » (paru en 2015 en Corée), a d'abord été publié sous forme de feuilleton sur son blog, puis sur le site de BD en ligne Lezhin Comics. « Deux Femmes » a été publié en 2017 en Corée du Sud aux éditions Esoope.</p> ; septembre 2018; <p>Dans ce récit intimiste, en grande partie autobiographique, l'autrice sud-coréenne Song Aram retrace l'amitié de deux femmes vivant entre Daegu (grande ville du sud du pays) et Séoul et qu'a priori tout sépare : leur caractère, leur rapport aux hommes, leur milieu familial…</p> <p>Gongju, une jeune femme plutôt réservée et originaire de la ville de Daegu, a abandonné ses études puis a travaillé comme serveuse en attendant de pouvoir trouver du travail dans la presse à Seoul. Elle et la très enjouée Hing-yeon se sont rencontrées sur Internet grâce à un blog et sont liées d'amitié une fois Gongju installée à Seoul. Après quelques années de galères à travailler comme rédactrice pour des tabloïds ou des sites de commerce, Gongiu apprend à Hong-yeon qu'elle a décidé de quitter Séoul pour retourner vivre dans sa ville natale et s'occuper de sa mère malade. Au même moment, Hong-yeon annonce à son amie qu'elle est enceinte et qu'elle va se marier alors qu'elle a toujours été contre l'idée du mariage. La vie de famille va être particulièrement éprouvante pour la jeune femme confrontée à sa belle-famille et à un mari peu bienveillant. Les deux femmes vont se suivre à travers une correspondance régulière. Les histoires délicatement intriquées de Hong-yeon et Gongju donnent un aperçu de la réalité de la société coréenne, conservatrice et patriarcale.</p> <p><strong>Sélection Officielle Angoulême 2019</strong></p>;
Phagocytose; <p>Format : 18x25 cm, relié<br class='manualbr' />128 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-255-3</p>; Danide / Prior, Marcos ; <p>Né en 1981 à Barcelone, Danide (de son véritable nom Daniel Deamo), a suivi les cours en bande dessinée de l'Escola Joso de Barcelone. Sa première bande dessinée (scénarisée par son frère Raoul Deamo), Telekillers, Asesinos a Domicilio, est sortie en 2001 sous le label créé par les deux frères, Deamo Bros. Il a ensuite réalisé de nombreux ouvrages, en tant que dessinateur et scénariste, parmi lesquels figurent Maculas (Spaceman, 2017), Rubor (La Cupula, 2015), Tales From The End Of The World ( Norma Editorial, 2013), Fagocitosis (Glénat, 2011), Sèrie B (Glénat, 2010), Duke Ellington (Discmedi, 2009), Juan Nadie (Doble Dosis, 2002) Telekillers (Amaniaco, 2001) ... et quelques pages pour la revue El Jueves et Le Journal de Spirou<br class='autobr' /> Danide vit à Barcelone.</p> / <p>Dessinateur et scénariste espagnol, Marcos Prior est né en 1975 à proximité de Barcelone. Il a longtemps collaboré à la revue El Vibora et il a notamment publié, en tant que scénariste ou dessinateur, Catálogo de Bunkers (Astiberri, 2017), Gran Hotel Abismo (Astiberri, 2016 / Editions Rackham en France en 2017 sous le titre Grand Hôtel Abîme), Necrópolis (Astiberri, 2015), Rosario y los inagotables (La Cúpula, 2014), Panorama (Astiberri, 2013), Tales From The End Of The World (Norma Editorial, 2013), El Año De los 4 Emperadores (Diábolo, 2012) , Fagocitosis (Glénat, 2011), Fallos de Raccord (Diábolo, 2008), Raymond Camille (La Cúpula, 2002), Cool Tokio (Planeta, 1997) et Oropel (Planeta, 1996).<br class='autobr' /> Marcos Prior vit à l'Hospitalet de Llobregat, commune située dans la banlieue de Barcelone.</p> ; août 2018; <p>Nouveau livre des auteurs de <i>Potlatch</i>, Marcos Prior et Danide, <i>Phagocytose</i> est une satire réjouissante de la société de consommation et de l'ultralibéralisme. A travers une série d'histoires courtes très ironiques, les auteurs se penchent plus spécifiquement sur la récupération du discours politique de la gauche engagée par les médias mais aussi par des catégories sociales aisées, une posture qui ne conserve de l'action politique que ses signes extérieurs, symbolisée dans le livre par une chaîne de fast food nommée Marx Donald's...</p> <p>D'une sitcom basée sur la vie de Marx et Engels à une pseudo enquête à la Bourse de Barcelone en passant par un candidat qui torpille volontairement un entretien d'embauche, Danide et Marcos Priori appuient là où ça fait mal. Ils mettent en lumière l'absurdité de certaines pratiques commerciales, le marketing à outrance, la financiarisation de la société, la novlangue et les présentations powerpoint à tout crin. Des idées que Marcos Prior, le scénariste, avait déjà abordées dans <i>Grand Hôtel Abîme</i> (éditions Rackham). Le dessinateur, Danide, virevolte avec brio d'un registre graphique à un autre, adaptant son trait à l'esprit des saynètes, passant d'un dessin cartoon à un style semi-réaliste pour des fausses réclames, des annonces d'embauche délirantes et tutti quanti. Une lecture chaudement recommandée par les temps qui courent.</p>;
Tout va bien !; <p>Format : 18x18 cm, broché<br class='manualbr' />440 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-254-6</p>; Neyestani, Mana ; <p>Né à Téhéran en 1973, Mana Neyestani a une formation d'architecte, mais il a commencé sa carrière en 1990 en tant que dessinateur et illustrateur pour de nombreux magazines culturels, littéraires, économiques et politiques. Il devient illustrateur de presse à la faveur de la montée en puissance des journaux réformateurs iraniens en 1999. En 2000, il publie son premier livre en Iran, "Kaaboos" (Cauchemar), qui sera suivi de "Ghost House" (2001) et "M. Ka's Love Puzzle" (2004). Catalogué comme dessinateur politique, Neyestani est ensuite contraint de faire des illustrations pour enfants. Celle qu'il a faite en 2006 a conduit à son emprisonnement et à sa fuite du pays. Entre 2007 et 2010, il vit en exil en Malaisie, en faisant des illustrations pour des sites dissidents iraniens dans le monde entier. Dans la foulée de l'élection frauduleuse de 2009, son travail est devenu une icône de la défiance du peuple iranien. En 2012, il publie en France le récit de son emprisonnement et de sa fuite d'Iran, "Une Métamorphose Iranienne" (coédition çà et là / Arte). Il publie ensuite en 2013 un recueil de dessins de presse, "Tout va Bien !", puis en 2015 son "Petit manuel du parfait réfugié politique" (çà et là / Arte).</p> <p>Mana Neyestani a remporté de nombreux prix iraniens et internationaux, plus récemment, le Prix du Courage 2010 du CRNI (Cartoonists Rights Network International ). Membre de l'association Cartooning for Peace, il a reçu le Prix international du dessin de presse, le 3 mai 2012, des mains de Kofi Annan et le Prix Alsacien de l'engagement démocratique en 2015.<br class='manualbr' />Mana Neyestani est réfugié politique en France depuis 2011 et vit à Paris avec sa femme.</p> ; juin 2018; <p>Auteur d'<i>Une Métamorphose Iranienne,</i> Mana Neyestani est aussi dessinateur de presse depuis l'âge de 16 ans. D'abord en Iran, pour des journaux réformistes puis gouvernementaux – jusqu'à ce dessin qui provoquera son emprisonnement et sa fuite à l'étranger –, puis en Malaisie, entre 2006 et 2011, et enfin en France, où il vit en tant que réfugié politique. Son travail d'illustrateur pour des sites dissidents iraniens a connu un énorme retentissement à partir de 2009 et des mouvements de contestation d'une partie de la population iranienne. Certains de ses dessins, très critiques envers le régime, étaient utilisés par les manifestants et le mouvement vert. Il est depuis devenu l'un des porte-paroles de la contestation du régime théocratique et tyrannique de la république islamique d'Iran. Mana continue à être très actif et réalise plusieurs dessins par semaine. Membre de l'association <i>Cartooning for Peace</i>, créée par Plantu, il a reçu le prix international du Dessin de Presse, le 3 mai 2012, des mains de Koffi Annan.</p> <p>À travers ses dessins aux fines hachures rappelant ceux de Serre et de Topor, Mana Neyestani porte un regard empreint d'humour noir sur le monde, et notamment sur la situation politique en Iran et dans d'autres pays du Moyen-Orient (Syrie, Israël, Palestine...). Édition augmentée d'un ouvrage initialement publié en 2013, ce recueil rassemble près de 220 illustrations noir&blanc et couleurs.</p> <p><strong> <i>Tout va bien !</i> est une coédition Arte Éditions / Éditions çà et là</strong></p>;
Juice, vol.1; <p>Format : 15x21 cm, broché<br class='manualbr' />160 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 14 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-253-9</p>; Jeeno, Art ; <p>Art Jeeno est l'un des artistes les plus connus de la bande dessinée thaïlandaise. Né en 1987 à Chiang Mai dans le nord du pays, il a suivi des études aux Beaux-Arts de l'université de sa ville natale. Il commence à mettre ses dessins en ligne dans les années 2000 et rencontre rapidement un grand succès. Son premier livre, publié en 2011 chez Salmon Books, le principal éditeur de bandes dessinée en Thaïlande, sera suivi de neuf autres ouvrages, dont "Now", paru en en 2013. Il est très suivi sur son blog, Instagram et Facebook (150 000 abonnés), plusieurs expositions on été consacrées à son travail et il a remporté de nombreux prix dont le Bronze Award aux International Manga Awards de 2014.</p> ; juin 2018; <p>Mon, un jeune ado thaïlandais, fait sa rentrée des classes dans un nouveau lycée professionnel où il ne connaît encore personne mais où il est fermement décidé à trouver une petite copine. En lieu et place d'une petite amie, il fait rapidement la connaissance de Tim, forte tête du lycée et guitariste fan des Ramones. Mon va se lier d'amitié avec Tim et il réussi petit à petit à s'intégrer dans son groupe d'amis. Désœuvrés et très peu motivés par leurs études, les lascars vont chercher à monter un groupe de rock tout en tentant de survivre à l'ennui qui les submerge cette année-là.</p> <p>Premier volume d'une trilogie consacrée à un trio d'ados, <i>Juice</i> permet de découvrir un nouveau pan du travail d'Art Jeeno, le jeune prodige de la scène thaïlandaise, dont çà et là a déjà publié Now en janvier 2018. Dans <i>Juice</i>, il met en scène le quotidien de ces ados thaïlandais sous pression, obligés d'être en uniforme au lycée et obnubilés par les filles, qui cherchent un exutoire à travers la musique occidentale. Dessinateur virtuose, Art Jeeno donne énormément de dynamisme à ses personnages volubiles et hyper expressifs, le trait vif et le découpage énergique étant au diapason de la véhémence de ces ados impulsifs.</p> <p><i>Juice</i> vol. 2 paraîtra en novembre 2018 et <i>Juice</i> vol. 3 au 1er semestre 2019.</p> <p><strong>Bronze Award aux International Manga Awards de 2014</strong></p>;
Pittsburgh; <p>Format : 22x28 cm, relié<br class='manualbr' />224 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 28 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-252-2</p>; Santoro, Frank ; <p>Frank Santoro est né le 14 mai 1972 à Pittsburgh.<br class='autobr' /> Après des études artistiques au San Francisco Art Institute, il se lance en 1992 sous le pseudonyme de Sirk dans l'auto-édition d'un magazine d'illustrations photocopiées détournant l'imagerie populaire des années 30. Dix numéros de ce magazine seront publiés entre 1992 et 1994.</p> <p>Fasciné par le grand format des bandes dessinées publiées dans les pages du dimanche des quotidiens américains, Frank Santoro se lance dans un projet lui permettant d'expérimenter de nouvelles techniques de narration et de découpage des planches de bande dessinée. Il dessine Storeyville de janvier à juin 1995. Il imprime dans le Wisconsin 10 000 exemplaires de Storeyville au format des quotidiens américains, sur papier journal. Un petit nombre d'exemplaires seront vendus au cours de conventions mais la plus grande partie du tirage finira distribuée gratuitement dans des boîtes à lettres, des librairies ou encore des salles de cinéma de la région de Pittsburgh. En dépit de ces problèmes de distribution, Storeyville devient l'une des bandes dessinées de référence des années 1990. <br class='autobr' /> Quelques-unes des plus grandes figures de la bande dessinée indépendante américaine auront remarqué ce brillant ouvrage, et parmi eux Chris Ware, Seth et David Mazzucchelli.</p> <p>Frank Santoro délaisse ensuite la bande dessinée pendant une dizaine d'années et retourne à San Francisco en 1996 pour se consacrer à la peinture. Trois ans plus tard il déménage à New York où il travaille à la galerie Matthew Marks, puis pour le peintre Dorothea Rockburne. En 2001, il expose ses travaux à l'American Academy of Arts and Letters Invitational puis devient l'assistant du peintre italien Francesco Clemente. À partir de 2005, il renoue avec la bande dessinée et publie quelques histoires courtes. En 2007, PictureBox réédite Storeyville en reproduisant à l'identique le format de la version originale, mais sous couverture cartonnée. Il publie ensuite quelques histoires courtes publiées par PictureBox ou dans les revues Mome et Kramers Ergot. Il collabore régulièrement avec Dash Shaw sur les projets de dessins animés. Son dernier livre, Pompeii est publié en septembre 2013 chez PictureBox.<br class='autobr' /> Frank Santoro vit à Pittsburgh.</p> ; mai 2018; <p>Originaire de la ville de Pittsburgh (Pennsylvanie) où il habite toujours, Frank Santoro tente avec ce nouveau livre de comprendre comment ses parents, divorcés depuis près de 30 ans, en sont arrivés à ne plus s'adresser la parole alors qu'ils travaillent dans le même endroit. Il retrace l'histoire compliquée de sa famille, irlandaise du côté de sa mère et italo-écossaise du côté de son père en remontant aux prémices de la relation de ses parents, mariés très jeunes en pleine guerre du Vietnam. La vie de cette famille aux relations très conflictuelles tournait autour de la petite boutique du grand-père, dans cette ancienne ville industrielle dont la population est passée de près de 700 000 habitants dans les années 1950 à tout juste 300 000 habitants de nos jours, une ville ruinée par les différentes crises économiques qui ont frappé la rust belt américaine,</p> <p>Narration poétique, effets de collage, mélange des registres graphiques et des techniques de dessin Frank Santoro continue d'expérimenter avec la grammaire de la bande dessinée, explosant les procédés narratifs et visuels habituels de l'autobiographie en bande dessinée, pour raconter l'histoire de ce divorce qui a bouleversé sa vie. Inédit, même aux États-Unis, <i>Pittsburgh</i> est une nouvelle œuvre marquante de cette figure incontournable de la scène indépendante américaine.</p> <p><strong>Sélection Officielle Angoulême 2019</strong></p>;
Angola Janga; <p>Format : 17x24 cm, relié<br class='manualbr' />432 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 24 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-251-5</p>; D’Salete, Marcelo ; <p>Né en 1979, Marcelo d'Salete est auteur de bandes dessinées, illustrateur et enseignant. Il a suivi des études de design graphique à l'université de Sao Paulo, il a un diplôme en beaux-arts et est titulaire d'une maîtrise en histoire de l'art. Il a illustré de nombreux livres jeunesse et participé à plusieurs anthologies et revues de bande dessinée, dont Front, Graffiti, Suda Mery K ! (Argentine) et Stripburger (Slovénie). Son travail a été présenté dans plusieurs expositions au Brésil, en Argentine et en Espagne. Cumbe, publié en 2014 au Brésil est son troisième livre, après deux autres recueils d'histoires courtes "Noite Luz" (Lumière de Nuit, 2008) et "Encruzilhada" (Carrefour, 2011).<br class='autobr' /> Marcelo d'Salete habite à Sao Paulo</p> ; avril 2018; <p>Angola Janga, c'est "la petite Angola" ou, comme il est écrit dans les livres d'histoire, Palmares. Pendant près de cent ans, il y eu en plein Brésil un royaume africain indépendant, le plus étendu de tous les quilombos, qui rassembla jusqu'à 30 000 habitant(e)s. Macaco, la capitale d'Angola Janga, aurait eu une population équivalente à celle des plus grandes villes brésiliennes de l'époque.</p> <p>Créé à la fin du XVIe siècle dans l'état du Pernambouc autour de petits villages d'esclaves marrons, Angola Janga a longtemps résisté aux attaques des Hollandais puis à celles des forces coloniales portugaises. Cible de la haine des colons, c'était aussi un symbole de liberté pour les esclaves jusqu'à sa destruction en 1695. Son plus grand roi, Zumbi, est devenu une véritable légende et a inspiré la création du jour de la conscience et de la résistance afro-brésilienne (consciência negra).</p> <p>Pendant onze ans, Marcelo D'Salete, auteur de <i>Cumbe</i>, a mené des recherches pour pouvoir raconter l'histoire de cette rébellion, une référence majeure de la lutte contre l'oppression et le racisme au Brésil. Le résultat est un grand roman historique, le portrait d'un moment décisif de l'histoire de ce pays et une épopée qui dévoile l'incroyable résistance de ces hommes et femmes insoumis(e)s.</p>;
L’une d’elles; <p>Format : 17x23 cm, broché<br class='manualbr' />208 pages n&b et couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-250-8</p>; Una ; <p>Née en 1965 en Angleterre, Una est artiste et auteure de bande dessinée. Elle a auto-édité plusieurs récits sur le handicap, les psychoses, l'activisme politique et les violences faites aux femmes et aux enfants. Son premier roman graphique, "L'une d'elles", a été publié en Angleterre en septembre 2015.<br class='autobr' /> Elle vit dans le Yorkshire où elle travaille sur ses prochaines parutions "Beauty" (à paraître chez Mayfly Press) et "Eve" (à paraître chez Virago Press)</p> ; mars 2018; <p>Un récit personnel dévastateur sur les violences faites aux femmes sur fond d'affaire de l'éventreur du Yorkshire, le tueur en série qui a sévi en Angleterre et tué treize femmes entre 1975 et 1980.</p> <p>Nous sommes en 1977, Una a douze ans et vit dans le West Yorkshire. Un assassin sème la panique dans la région en s'attaquant à des femmes isolées, en majorité des prostituées. La police peine à résoudre l'affaire - en dépit de milliers d'heures passées à la recherche du tueur et alors que les forces de l'ordre ont interrogé plusieurs fois le meurtrier sans le savoir. L'incapacité des policiers à trouver le coupable soulève l'indignation à travers le pays. Dans la période où ces meurtres ont eu lieu, Una a été victime d'une série d'agressions sexuelles, agressions dont elle s'est par la suite sentie coupable.</p> <p>Retraçant son histoire personnelle, expliquant les raisons des ratés de l'enquête, fournissant des statistiques édifiantes sur le degré d'impunité des hommes coupables de féminicides et d'agressions sexuelles, <i>L'une d'elles</i> explore ce que signifie grandir dans une société où la violence masculine n'est jamais remise en question. Avec le recul, Una décrypte ce qui lui est arrivé il y a une trentaine d'années, se demande si quelque chose a vraiment changé et questionne nos sociétés qui imposent aux victimes de ces violences d'en payer elles-mêmes le coût.</p> <p><strong>Prix Artémisia 2019 du combat féministe</strong></p>;
Courtes distances; <p>Format : 26x26 cm, relié<br class='manualbr' />128 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 24 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-248-5</p>; Winterhart, Joff ; <p>Né en 1974, Joff Winterhart est illustrateur, dessinateur d'animation et batteur dans son groupe, Bucky. Il a étudié le cinéma et le dessin animé à la Newport Arts School au sud du pays de Galles. En 2002, il a écrit et réalisé un court-métrage d'animation, « Violet and Turquoise », sélectionné pour le Festival International d'Edinburgh et qui a remporté de nombreux prix dont un Bafta. « Days of the Bagnold Summer », son premier livre, a été publié chez Jonathan Cape en 2012.<br class='autobr' /> off Winterhart vit à Bristol.</p> ; février 2018; <p>Sam, jeune anglais désœuvré de 27 ans, se remet d'une dépression chez sa mère quand, par un curieux concours de circonstances, il se retrouve engagé comme assistant d'un certain Keith Nutt. Quinquagénaire bedonnant que la mère de Sam ne laisse pas indifférent, Keith a une mini entreprise, KLN Ltd, spécialisée dans « la distribution et le transport », mais son travail semble consister uniquement à faire la tournée de petites entreprises des zones d'activité économique locales pour faire signer des papiers à des interlocuteurs que Sam ne voit jamais. Coincé dans la voiture de Keith la plus grande partie de la journée, Sam s'attarde sur les petits détails du quotidien de la ville et des habitants qu'il croise chaque jour. Dans un premier temps très distante, la relation de Sam et Keith évolue progressivement et les problèmes de communication cèdent le pas à une certaine forme de connivence.</p> <p>Talentueux portraitiste, Joff Winterhart s'attarde avec tendresse sur les détail des corps et des visages pour brosser le portrait de ces deux âmes esseulées. Poignant, drôle et brillamment dialogué, <i>Courtes Distances</i> confirme la singularité du travail de cet auteur.</p> <p><strong>Sélection Officielle Angoulême 2019</strong><br class='manualbr' /><strong>Sélection Grand Prix de la Critique ACBD 2019</strong><br class='manualbr' /><strong>Meilleur roman graphique 2017, The Guardian</strong></p>;
Now; <p>Format : 13x17cm, relié avec jaquette<br class='manualbr' />112 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 13 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-247-8</p>; Jeeno, Art ; <p>Art Jeeno est l'un des artistes les plus connus de la bande dessinée thaïlandaise. Né en 1987 à Chiang Mai dans le nord du pays, il a suivi des études aux Beaux-Arts de l'université de sa ville natale. Il commence à mettre ses dessins en ligne dans les années 2000 et rencontre rapidement un grand succès. Son premier livre, publié en 2011 chez Salmon Books, le principal éditeur de bandes dessinée en Thaïlande, sera suivi de neuf autres ouvrages, dont "Now", paru en en 2013. Il est très suivi sur son blog, Instagram et Facebook (150 000 abonnés), plusieurs expositions on été consacrées à son travail et il a remporté de nombreux prix dont le Bronze Award aux International Manga Awards de 2014.</p> ; janvier 2018; <p>Une jeune femme est seule dans un espace blanc, sans murs, entièrement vide à l'exclusion d'une porte, qu'elle n'arrive pas à ouvrir. Cette femme d'aspect fragile se révèle rapidement être terriblement curieuse et pugnace. Elle va de l'avant et franchit les obstacles au fur et à mesure qu'ils se dressent devant elle. Dans ce monde sans haut ni bas, la jeune femme marche, vole, dans on ne sait quel but. Hypnotisé, le lecteur se laisse entraîné par ce trip onirique envoûtant, dans un lieu définit uniquement par le cadre des cases et un trait virtuose de couleur noire ou rose saumon.</p> <p><i>Now </i> a été réalisé en 100 jours, comme un exercice de style, par son auteur, le jeune prodige thaïlandais Art Jeeno, acclamé dans son pays et primé au Japon. Complètement onirique, sans aucune parole, ni aucun son, Now est une belle expérience de lecture et une brillante démonstration de la capacité de la bande dessinée à mettre en scène le mouvement, les sensations physiques et à créer des univers singuliers avec une économie de moyens confondante. Cette première publication du travail d'Art Jeeno en France sera suivie d'autres ouvrages courant 2018.</p>;
Alors que j’essayais d’être quelqu’un de bien; <p>Format : 17x23cm, broché<br class='manualbr' />368 pages bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 26 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-246-1</p>; Lust, Ulli ; <p>Ulli Lust est née en 1967 à Vienne (Autriche) et vit depuis 1995 à Berlin, où elle a fait des études artistiques à la Kunsthochschule. Elle commence sa carrière comme illustratrice de livres pour enfants en 1993 et se lance dans la bande dessinée en 1998. Elle pratique la bande dessinée-reportage et réalise des illustrations pour de nombreux journaux ou magazines, notamment Le Monde diplomatique.</p> <p>Ulli Lust participe à l'anthologie de bandes dessinées,"Alltagsspionage"publiée chez Monogatari en 2001, puis elle réalise de nombreux ouvrages dont "Fashionvictims, Minireportagen aus Berlin" (2008, Avant-Verlag). Elle a participé au collectif "Pommes d'amour" (publié en 2008 chez Delcourt) et L'employé du Moi a édité en 2009 son récit érotico-mythique : « Airpussy ». Publié en 2009 en Allemagne, et en 2010 en France, « Trop n'est pas assez » (Heute ist der Letzte Tag vom rest Deines Lebens »), a remporté le Prix Révélation Angoulême 2011 et le Prix Artémisia 2011. "Voix de la Nuit" (Flughunde), a été publié en 2013 en Allemagne. En 2014, Ulli Lust a reçu le prestigieux Prix Max und Moritz de la meilleure artiste de bande dessinée de langue allemande.</p> <p>Ulli Lust est également la créatrice du site de publication online electrocomics.com où elle publie des e-books et des strips d'auteurs du monde entier.</p> ; novembre 2017; <p>Confessions sur une jeunesse amoureuse agitée, cinq ans après les événements décrits dans <i>Trop n'est pas assez</i> (Prix Révélation Angoulême 2011 et Prix Artémisia 2011).</p> <p>Autriche, 1990. Ulli Lust a vingt-deux ans et vit désormais à Vienne, où elle tente de faire carrière comme illustratrice tout en alternant petits boulots et aide sociale. Elle revient tous les week-ends chez ses parents, dans la campagne autrichienne, pour passer du temps avec son jeune fils, Philipp, qu'elle a eu à dix-sept ans suite à une rencontre sans lendemain. Ulli vit avec Georg, acteur dans une petite troupe de théâtre, limite dépressif et beaucoup plus âgé qu'elle. Suite à une rencontre dans un parc, elle s'engage dans une relation avec Kim, un jeune Nigérian récemment arrivé en Autriche, et une intense passion charnelle va se nouer entre eux. Mais Ulli tient à continuer sa relation avec Georg, tout en étant avec Kim...</p> <p>Ce nouvel opus autobiographique d'Ulli Lust est une réussite totale. On y retrouve son sens de la narration, le talent de cette auteure pour mettre en scène sa jeunesse, et sa capacité à transmettre aux lecteurs les émotions, les passions, les peurs qu'elle a elle-même ressenties des années auparavant.</p> <p><strong>Sélection Officielle Angoulême 2018</strong><br class='manualbr' /><strong>Sélection Prix Artémisia 2018</strong></p>;
Breakfast After Noon; <p>Format : 17x24cm, broché<br class='manualbr' />200 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-245-4</p>; Watson, Andi ; <p>Andi Watson est né en 1969 à Wakefield (Angleterre). Après des débuts dans le jeu vidéo, puis un passage par le dessin animé, il se consacre à la bande dessinée à partir de 1993 avec "Samouraï Jam" . Il crée ensuite la série "Skeleton Key" puis "Geisha", qui lui vaudra une nomination aux prestigieux Eisner Awards en 2000.</p> <p>Il est également l'auteur de plusieurs romans graphiques abordant avec finesse les relations entre hommes et femmes, dont "Breakfast After Noon" (nominé aux Eisner Awards en 2001), "Slow News Day", "Ruptures" et "Little Star". Dans un registre moins intimiste, il a également collaboré avec Marvel, DC et Dark Horse Comics, puis a réalisé plusieurs bandes dessinées pour enfants. Andi Watson vit à Worcester (Angleterre) avec sa femme et sa fille.</p> ; octobre 2017; <p>Rob et Louise, deux jeunes trentenaires d'une petite ville des West Midlands, en plein centre de l'Angleterre, sont sur le point de se marier lorsqu'ils sont licenciés par la manufacture de faïences qui les employait tous les deux. Rob et Louise réagissent très différemment. Louise entame tout de suite des recherches pour trouver un autre emploi. Rob n'accepte pas son licenciement, se refuse à changer d'employeur, et encore plus de métier. En plein déni, il cache son licenciement à sa famille et à ses amis et sombre dans la dépression. Leur relation se dégrade au fur et à mesure jusqu'à peut-être menacer leur couple.</p> <p>Initialement publié dans la collection Casterman Ecritures il y a 15 ans et depuis longtemps indisponible, <i>Breakfast After Noon</i> est le premier roman graphique d'Andi Watson publié en France. On retrouve la patte de cet auteur sensible à la peinture des relations amoureuses et au réalisme social et avec en toile de fond la crise économique post-thatcherisme qui a frappé de plein fouet les régions industrielles anglaises. Avec la publication de <i>Breakfast After Noon</i>, la totalité des œuvres de cet auteur incontournable de la scène anglaise est désormais au catalogue des éditions çà et là, avec <i>Slow News Day</i>, <i>Rupture</i>,<i> Little Star</i> et <i>Points de Chute</i>.</p>;
L’Athénée; <p>Format : 20x28cm, relié<br class='manualbr' />96 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-244-7</p>; Quintanilha, Marcello ; <p>Marcello Quintanilha est né en 1971 à Niterói (État de Rio de Janeiro). Autodidacte, il commence sa carrière de dessinateur en 1988 dans la bande dessinée d'horreur, puis travaille dans le dessin animé pendant une dizaine d'années. Il devient ensuite illustrateur pour de nombreux magazines et journaux brésiliens, et publie son premier livre en 1999, "Fealdade de Fabiano Gorila" d'après la vie de son père, joueur de football professionnel dans les années 1950.<br class='manualbr' />En 2002, il signe avec les éditions du Lombard pour réaliser les dessins de la série "Sept Balles pour Oxford" sur des textes de Jorge Zentner et Montecarlo (sept albums publiés à ce jour). En 2009, le recueil de nouvelles "Mes Chers samedis" (Sábado dos Meus Amores) est publié au Brésil. Son premier roman graphique, "Tungstène", publié en 2015 en France aux éditions çà et là, a remporté le Prix du Polar au Festival d'Angoulême 2016 avant d'être adapté au cinéma par le réalisateur Heitor Dhalia. "Talc de Verre" a ensuite été publié en France 2016, puis "L' Athénée" en 2017 et "Les Lumières de Niteroi" en 2018.</p> <p> Marcello Quintanilha a reçu de nombreux autres prix, notamment à la Biennale internationale de bande dessinée de Rio de Janeiro en 1991 et 1993. Son recueil "Mes chers samedis" a remporté le prix du meilleur dessinateur HQ Mix en 2009. <br class='manualbr' />Depuis 2002, il habite et travaille à Barcelone.</p> ; octobre 2017; <p>Rio, années 1870. Le jeune Sergio, âgé de 11 ans, entre au prestigieux pensionnat l'Athénée, réservé à la fine fleur de l'aristocratie et de la bourgeoisie brésilienne. Le pensionnat est dirigé d'une main de fer par son directeur, Aristarco, qui mélange un certain paternalisme avec l'humiliation en public des élèves aux mauvais résultats. Sergio se retrouve plongé dans cet univers violent dont il ne maîtrise pas encore les codes, où les enfants ont le choix entre devenir victimes ou tortionnaires. Au cours des deux années qu'il passera à l'Athénée, Sergio va se lier d'amitiés parfois troubles avec certains pensionnaires mais il va aussi se faire de dangereux ennemis, dans ce monde clos où les femmes sont presque absentes à l'exception de Dona Ema, la femme du Directeur, dont Sergio va s'amouracher.</p> <p>Roman d'apprentissage par excellence, en partie autobiographique,<i> L'Athénée</i> est adapté d'un ouvrage écrit par Raul Pompeia en 1888 et est considéré comme un classique de la littérature brésilienne. Brillamment adapté par Marcello Quintanilha, dont le dynamisme du découpage est à l'aune du comportement violent des enfants et des enseignants et avec une attention portée aux détails visuels qui donne vie aux nombreuses descriptions du roman d'origine, <i>L'Athénée</i> permettra à de nombreux lecteurs français de découvrir l'œuvre singulière de Raul Pompeia.</p>;
Filmo Graphique; <p>Format : 17x24cm, broché<br class='manualbr' />208 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-243-0</p>; Ross, Edward ; <p>Né en 1985 en Écosse, Edward Ross a fait des études de littérature et de cinéma à l'Université de Stirling dont il est sorti diplômé en 2007. Bénévole pour le prestigieux Festival international du film d'Édimbourg depuis l'âge de 16 ans, il y a travaillé pendant six ans après la fin de ses études. Il a commencé à auto publier Filmo Graphique (Filmish) en 2009 et terminera la première version en 2013. Le livre remanié sera publié en 2015 aux éditions Self Made Hero et les droits seront vendus dans plusieurs pays étrangers dont la Pologne et la Corée.<br class='autobr' /> Depuis 2013, Edward Ross se consacre à son métier de dessinateur de bandes dessinées et collabore notamment avec le centre de recherche médicales de l'Université de Glasgow sur une collection de bandes dessinées scientifiques.</p> ; septembre 2017; <p>Avec à <i>Filmo Graphique</i>, Edward Ross combine ses deux passions, le cinéma et la bande dessinée et nous fait (re)découvrir des pans entiers de l'histoire du cinéma. <br class='autobr' /> Edward Ross a fait des études de littérature et de cinéma avant de travailler pendant six ans au Festival International du Film d'Édimbourg, où il a vu des centaines de films. Dans son livre, il traverse toute l'histoire du cinéma, de sa création à la fin du XIXe siècle jusqu'à l'avènement de la 3D, à travers des analyses de films regroupés par grandes thématiques (la représentation du corps, le son, les décors, la voix, le temps...) et des citations de théoriciens du cinéma. Edward Ross a réalisé pour ce faire une sélection qui reflète son panthéon personnel, navigant des films grands publics les plus commerciaux à des longs-métrages beaucoup plus pointus, une sélection qui mélange les genres, les époques et les continents, de <i>Star Wars</i> à <i>Hiroshima mon Amour</i> en passant par <i>Do the right thing</i>. <br class='autobr' /> Au fil des pages, Edward Ross redessine des scènes iconiques du 7ème art, créant un impressionnant patchwork visuel et narratif constitué de plus de 300 films. Il compose ainsi une filmographie graphique, dans laquelle il se met en scène, à la fois scénariste, réalisateur et acteur.</p>;
Soudain l’univers prend fin; <p>Format : 14x21cm, relié<br class='manualbr' />304 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 25 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-242-3</p>; McFadzean, Dakota ; <p>Né en 1983 au Canada, dans le Saskatchewan, Dakota McFadzean fait partie de la jeune garde indépendante canadienne. Il a suivi les cours du Center for Cartoon Studies à White River Junction (USA). Son travail a été publié dans le très prestigieux Mad Magazine, mais aussi dans The Best American Comics et la revue Funny or Die. Son premier livre, Other stories and the horse you rode in on in a été publié en 2013 au Canada par Conundrum Press. Entre 2011 et 2015, il a dessiné un strip par jour, The Dialies, partiellement publiés sous forme de recueil en 2015 par Conundrum. Dakota McFadzean est également le co-éditeur de l'anthologie Irene avec les illustrateurs américains Andy Warner et d.w.<br class='autobr' /> Dakota McFadzean vit à Toronto où il travaille comme storyboarder pour DreamWorks sur la série Home : Adventures with Tip & Oh.</p> ; septembre 2017; <p>Entre le 1er janvier 2011 et le 31 décembre 2015, le dessinateur canadien Dakota McFadzean a dessiné chaque jour un strip en quatre cases pour le mettre en ligne sur son site internet. Soit in fine un total de mille huit cent vingt-cinq strips dessinés sur une période de quatre ans ! C'est un accomplissement remarquable pour un jeune auteur (bien que ce type de contrainte soit familier aux dessinateurs de la presse quotidienne). Mais le plus remarquable est la facilité avec laquelle Dakota McFadzean jongle avec l'humour noir et l'absurde. Alternant brillamment des histoires complètement surréalistes avec des strips plus introspectifs, Dakota McFadzean sait varier les effets allant du gore à la poésie, avec un sens du rythme et de la réplique qui fait mouche à chaque fois...</p> <p>Puisque les éditions çà et là font bien les choses, nous allons publier l'intégrale des strips de Dakota McFadzean en deux volumes de plus de 300 pages chacun, reprenant les strips de 2011 à 2013 déjà publiés sous forme de recueil au Canada chez Conundrum Press mais également les strips réalisés entre 2014 et 2015, entièrement inédits au format papier in the whole wide world.</p> <p><strong>Lauréat du Doug Wright Award 2016<br class='manualbr' />Nomination Slate Cartoonist Prize 2013<br class='manualbr' />Nomination Shuster Awards 2012</strong></p>;
Potlatch; <p>Format : 18x25cm, relié<br class='manualbr' />112 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-241-6</p>; Danide / Prior, Marcos ; <p>Né en 1981 à Barcelone, Danide (de son véritable nom Daniel Deamo), a suivi les cours en bande dessinée de l'Escola Joso de Barcelone. Sa première bande dessinée (scénarisée par son frère Raoul Deamo), Telekillers, Asesinos a Domicilio, est sortie en 2001 sous le label créé par les deux frères, Deamo Bros. Il a ensuite réalisé de nombreux ouvrages, en tant que dessinateur et scénariste, parmi lesquels figurent Maculas (Spaceman, 2017), Rubor (La Cupula, 2015), Tales From The End Of The World ( Norma Editorial, 2013), Fagocitosis (Glénat, 2011), Sèrie B (Glénat, 2010), Duke Ellington (Discmedi, 2009), Juan Nadie (Doble Dosis, 2002) Telekillers (Amaniaco, 2001) ... et quelques pages pour la revue El Jueves et Le Journal de Spirou<br class='autobr' /> Danide vit à Barcelone.</p> / <p>Dessinateur et scénariste espagnol, Marcos Prior est né en 1975 à proximité de Barcelone. Il a longtemps collaboré à la revue El Vibora et il a notamment publié, en tant que scénariste ou dessinateur, Catálogo de Bunkers (Astiberri, 2017), Gran Hotel Abismo (Astiberri, 2016 / Editions Rackham en France en 2017 sous le titre Grand Hôtel Abîme), Necrópolis (Astiberri, 2015), Rosario y los inagotables (La Cúpula, 2014), Panorama (Astiberri, 2013), Tales From The End Of The World (Norma Editorial, 2013), El Año De los 4 Emperadores (Diábolo, 2012) , Fagocitosis (Glénat, 2011), Fallos de Raccord (Diábolo, 2008), Raymond Camille (La Cúpula, 2002), Cool Tokio (Planeta, 1997) et Oropel (Planeta, 1996).<br class='autobr' /> Marcos Prior vit à l'Hospitalet de Llobregat, commune située dans la banlieue de Barcelone.</p> ; août 2017; <p>Maximo Pérez, un jeune barcelonais, souffre d'hyperthymésie, forme très rare d'hypermnésie. Il se souvient de tous les événements qui ont ponctué sa vie, sans en oublier aucun détail et se remémore en permanence ces souvenirs, à son corps défendant... À l'occasion d'un traquenard organisé par un ancien ami, Maximo rencontre une jeune femme, Claudia, dont il tombe sous le charme. Maximo, qui travaille dans une agence de détectives privés, demande alors à l'un de ses collègues d'espionner Claudia afin de mieux la séduire. Il parvient à ses fins et au cours d'un repas, lui qui vit entouré de souvenirs et de collections en tous genres, est marqué par une déclaration de Claudia : "les choses que tu possèdes finissent par te posséder"...<br class='manualbr' />À l'image du cerveau de Maximo, le récit multiplie les va-et-vient entre différentes périodes, sollicitant la sagacité du lecteur qui devra lui-même reconstruire l'intrigue dans l'ordre chronologique. Un ouvrage réalisé à quatre mains, où la bande dessinée devient un véritable jeu narratif et visuel.</p> <p><strong>Nominé pour le Prix de la meilleure bande dessinée espagnole Festival Barcelona 2014</strong></p>;
L’unE pour l’autrE; <p>Format : 17x24cm, broché<br class='manualbr' />192 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-239-3</p>; Sandgren, Hilding ; <p>Hilding Sandgren est né en 1984 et a grandi dans le Småland (province du sud de la Suède). Hilding vit aujourd'hui à Göteborg et travaille pour une association d'aide aux jeunes séropositifs. "L'une pour l'autre" est la suite de "Ce qui se passe dans la forêt (çà et là 2016), son premier roman graphique, qui a remporté plusieurs prix en Suède.</p> ; juin 2017; <p>Quelques années ont passé depuis les événements décrits dans <i>Ce qui se passe dans la forêt</i>. Le trio d'amies constitué par Tess, Marlène et Aida est toujours aussi soudé, mais elles ont maintenant seize ans et beaucoup de choses ont changé. Aida vit de plus en plus mal le comportement agressif de son père envers sa mère, Marlène ne pense qu'à avoir sa propre voiture pour ne plus dépendre de son frère aîné qui la balade de soirée en soirée et enfin Tess ne supporte plus ses parents et étouffe dans l'appartement familial. Au cours d'une nuit qu'elle passe chez un de leurs amis, Marlène est violée par ce jeune adulte que les trois amies fréquentent pourtant régulièrement. Ébranlé par cette histoire, le trio se serre les coudes face aux doutes de leur entourage et des adultes. Petit à petit, une relation amoureuse commence à se nouer entre deux des jeunes filles.</p> <p>À travers la chronique des histoires de Tess, Marlène et Aida, de leurs révoltes adolescentes, contre leurs parents, contre les violences qu'elles subissent dans cette campagne du fin fond de la Suède, Hilding Sandgen célèbre l'importance des liens d'amitié indéfectibles entre ces trois jeunes femmes.</p> <p><strong>Ouvrage traduit avec le soutien du Swedish Arts Council</strong></p>;
L’araignée de Mashhad; <p>Format : 17x24cm, broché<br class='manualbr' />164 pages n&b et couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 18 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-238-6</p>; Neyestani, Mana ; <p>Né à Téhéran en 1973, Mana Neyestani a une formation d'architecte, mais il a commencé sa carrière en 1990 en tant que dessinateur et illustrateur pour de nombreux magazines culturels, littéraires, économiques et politiques. Il devient illustrateur de presse à la faveur de la montée en puissance des journaux réformateurs iraniens en 1999. En 2000, il publie son premier livre en Iran, "Kaaboos" (Cauchemar), qui sera suivi de "Ghost House" (2001) et "M. Ka's Love Puzzle" (2004). Catalogué comme dessinateur politique, Neyestani est ensuite contraint de faire des illustrations pour enfants. Celle qu'il a faite en 2006 a conduit à son emprisonnement et à sa fuite du pays. Entre 2007 et 2010, il vit en exil en Malaisie, en faisant des illustrations pour des sites dissidents iraniens dans le monde entier. Dans la foulée de l'élection frauduleuse de 2009, son travail est devenu une icône de la défiance du peuple iranien. En 2012, il publie en France le récit de son emprisonnement et de sa fuite d'Iran, "Une Métamorphose Iranienne" (coédition çà et là / Arte). Il publie ensuite en 2013 un recueil de dessins de presse, "Tout va Bien !", puis en 2015 son "Petit manuel du parfait réfugié politique" (çà et là / Arte).</p> <p>Mana Neyestani a remporté de nombreux prix iraniens et internationaux, plus récemment, le Prix du Courage 2010 du CRNI (Cartoonists Rights Network International ). Membre de l'association Cartooning for Peace, il a reçu le Prix international du dessin de presse, le 3 mai 2012, des mains de Kofi Annan et le Prix Alsacien de l'engagement démocratique en 2015.<br class='manualbr' />Mana Neyestani est réfugié politique en France depuis 2011 et vit à Paris avec sa femme.</p> ; mai 2017; <p>Après <i>Une Métamorphose Iranienne</i> et le <i>Petit Manuel du parfait réfugié politique</i>, Mana Neyestani réalise un fascinant docu-fiction à propos d'un tueur en série qui a sévi dans l'est de l'Iran au début des années 2000. Basé sur des entretiens filmés par deux journalistes proches de Mana Neyestani,<i> L'Araignée de Mashhad</i> retranscrit le parcours de Said Hanaï, qui, au prétexte de se conformer à des prescriptions religieuses, assassina seize femmes prostituées ou droguées en quelques mois dans la ville sainte de Mashhad, située au nord-est du pays. Le tueur amenait toutes ses victimes chez lui avant de les étrangler, d'où l'appellation par les médias de « meurtres de l'araignée ».</p> <p>Alternant véritables interviews du tueur et passages fictionnels, Mana Neyestani dévoile aussi bien le point de vue du tueur, que celui de ses proches, de ses victimes, ou du juge en charge du dossier. Il met en lumière le poids d'une vision rigoriste de la religion dans cette ville, l'une des plus conservatrices du pays, où une partie de la population a manifesté en soutien au tueur après son arrestation. Combinant différents registres narratifs et graphiques en passant d'un protagoniste à l'autre, Mana Neyestani montre à travers ce fait divers une société malade, où ceux qui vivent en marge sont considérés comme des sous-humains, allant parfois jusqu'à justifier les pires extrémités.</p> <p><strong> En coédition avec ARTE Editions</strong></p>;
Fudafudak, l’endroit qui scintille; <p>Format : 18x26cm, broché<br class='manualbr' />192 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-236-2</p>; Lin, Li-Chin ; <p>Li-Chin Lin est née à Taïwan en 1973. Après des études en histoire à Taïwan et une brève expérience professionnelle dans une société d'import-export, elle choisit de devenir illustratrice et quitte l'île pour faire des études artistiques en France à l'École Supérieure de l'Image d'Angoulême, puis à l'école d'animation La Poudrière à Valence. Elle réalise des courts métrage d'animation puis se lance dans la bande dessinée à partir de 2002 en collaborant à de nombreux fanzines et réalise en parallèle deux livres pour enfants pour un éditeur de Taïwan. Elle anime régulièrement des ateliers de bande dessinée pour collégiens. "Formose", son premier roman graphique, a reçu le Prix Littéraire des Lycéens de la Région Île-de-France en 2012. Son deuxième roman graphique, "Fudafudak" est paru en 2017 aux éditions çà et là.<br class='autobr' /> Li-Chin vit à Valence.</p> ; avril 2017; <p>Après un premier roman graphique consacré à Taïwan (<i>Formose</i>, çà et là, 2011), Li-Chin Lin réalise avec <i>Fuda-Fudak</i> un reportage passionnant sur l'une des communautés aborigènes de l'île, les Amis. Avant l'arrivée des immigrés chinois au 17e siècle, Taïwan était habitée par une vingtaine de groupes aborigènes, pour la plupart aujourd'hui assimilés. Les Amis sont l'une des tribus indigènes qui subsistent. En 2013, une amie de Li-Chin, Hsiao-Ching, décide de quitter la capitale, Taipei, pour s'installer à Dulan, un village Amis de la côte Est. Elle y monte un projet de ferme bio et noue rapidement des relations fortes avec les Amis, puis en vient à défendre leurs intérêts, et milite avec eux contre un énorme projet de complexe hôtelier sur la plage de Fudafudak, proche de Dulan....</p> <p>Réalisé entre 2013 et 2015, <i>Fudafudak</i> décrit l'installation de Hsiao-Ching dans ce village, la mise en place de son projet de ferme bio, ses relations avec les aborigènes, ainsi que l'histoire du conflit avec les autorités locales jusqu'à la conclusion de l'affaire Fudafudak. Li-Chin a vécu avec Hsiao-Ching et les Amis pendant plusieurs mois et, à travers le récit de leurs quotidien, elle montre comment une minorité tente envers et contre tout de préserver ses coutumes et son cadre de vie, face à un gouvernement obnubilé par des intérêts financiers.</p> <p><strong>Sélection Prix Médecins sans Frontières du Festival de Clermont-Ferrand 2017</strong></p>;
Dans l’ombre de la peur, le Big Data et nous; <p>Format : 18x25cm, broché<br class='manualbr' />56 pages couleur<br class='manualbr' />Prix de vente : 14,50 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-235-5</p>; Neufeld, Josh / Keller, Michael ; <p>Josh Neufeld est né en 1967 à New York, ville où il réside encore, après avoir vécu en Californie mais aussi en Europe. Ce dessinateur de la mouvance indépendante underground a autopublié nombre de ses créations, en général des œuvres ancrées dans le réel. Il a notamment collaboré avec Harvey Pekar (pour lequel il a mis en image plusieurs scénarios d'"American Splendor"). En 2011, il a publié "La Nouvelle Orléans après le Déluge, A.D." (La Boîtes à Bulles) . En 2012/2013, Josh Neufeld a été sélectionné pour participer au prestigieux Knight-Wallace Fellowship in journalism de l'Université du Michigan. En 2014 sort en France "La Machine à Influencer", écrit par la journaliste radio Brooke Gladstone et dessinée par Neufeld, cet ouvrage recevra le Prix Spécial du Jury des Assises Internationales du Journalisme 2014.</p> / <p>Diplômé de l'école de journalisme de l'université de Columbia à New York, Michael Keller a collaboré avec le Washington Post puis a été Senior Data Reporter pour Newsweek et The Daily Beast. Il a ensuite rejoint l'équipe du département multimedia d'Al Jazeera America pour couvrir les domaines liés aux interactions entre technologie et société civile. Il a fondé en 2012 le collectif CSV soundsystem, qui regroupe des hackers civiques new-yorkais, puis il a piloté le projet Newslynx du département Journalisme Numérique de l'université de Columbia, pour aider les rédactions à mesurer l'impact qualitatif de leur travail. Il est actuellement journaliste chez Bloomberg où il s'occupe des rubriques d'infos interactives dans le domaine de la technologie, de la vie privée et de la surveillance.</p> ; mars 2017; <p>Après <i>La Machine à Influencer</i>, consacré aux médias, le dessinateur Josh Neufeld s'associe au journaliste Michael Keller pour un reportage sur le big data et les données personnelles. Les utilisateurs de réseaux sociaux, téléphones portables, et de nombreux sites internet sont désormais fichés et suivis à la trace par des entreprises privées qui amassent des quantités phénoménales d'informations personnelles. Facebook, Google, Apple et consorts peuvent ainsi établir des profils très détaillés pour anticiper les besoins des leurs utilisateurs et adapter leurs politiques commerciales en fonction des comportements de chacun, mais cela va aller encore plus loin...</p> <p>Josh Neufeld et Michael Keller ont interviewé des spécialistes du domaine ; politiques, universitaires et chercheurs, pour un tour d'horizon de ces pratiques qui soulèvent de nombreuses questions et notamment celle des risques liés à l'exploitation de ces données. Neufeld et Keller abordent le sujet à travers de nombreux exemples concrets et questionnent également le principe des notes données à des services et des personnes, principe qui s'étend progressivement à des pans entiers de la société moderne. Avec humour mais également avec rigueur Neufeld et Keller montrent comment des gestes apparemment anodins risquent d'avoir un impact très concret sur notre quotidien dans un très proche avenir...</p>;
Sestrières; <p>Format : 15x22cm, broché<br class='manualbr' />208 pages bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-233-1</p>; Biagi, Lucia ; <p>Née en 1980 à Pise, Lucia Biagi est la cofondatrice et animatrice du label Amenità Comics et elle s'occupe avec son compagnon d'une librairie spécialisée bd à Turin, Belleville Comics. Point de Fuite (publié en 2014 en Italie chez Diabolo Edizioni) est sa deuxième bande dessinée, après Pets (Kappa Edizioni, 2009). Elle a également réalisé le reportage dessiné Japonize Me, un guide du manga publié sous forme d'ebook en 2014 (Zandegu). Lucia Biagi a fait partie des jeunes talents sélectionnés pour la mostra Futur Antérieur du Napoli Comicon de 2012.</p> ; février 2017; <p>Fédérica, une jeune préado italienne, passe l'été avec ses grands-parents dans la petite station de ski de Sestrières, non loin de Turin. Elle se réveille un matin après une soirée dont elle conserve peu de souvenirs et constate rapidement que son amie Noémie, qui était avec elle en soirée, a disparu. D'abord inquiète puis bientôt franchement paniquée, Fédérica se lance à la recherche de son amie, aidée par un jeune du coin, Giorgio.</p> <p>Au fil de leur enquête, ils rencontrent de nombreux habitants de cette station où tout le monde s'épie et où les ragots vont bon train. Fédérica découvre alors que des histoires sordides se déroulent dans la petite ville à l'abri des regards indiscrets. Intriguant, le récit alterne l'enquête menée par Fédérica avec des flashs-back de la soirée au cours de laquelle Noémie a disparu...</p>;
Un soleil entre des planètes mortes; <p>Format : 18x26cm, relié<br class='manualbr' />176 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 24 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-232-4</p>; Furmark, Anneli ; <p>Anneli Furmark est née en 1962 à Vallentuna et a grandi à Lulea (Suède). Elle a fait ses études à l'Académie des Beaux Arts d'Umea, où elle est ensuite devenue enseignante. Peintre et autrice de bandes dessinées, elle a publié son premier livre en 2002. Elle a participé à de nombreuses anthologies et a réalisé sept romans graphiques à ce jour. Son travail a été primé à deux reprises au festival de Kemi, en Finlande. Son premier livre publié en France, "Peindre sur le rivage" (Les Éditions de l'An 2, 2010) a été suivi du "Centre de la Terre" (çà et là, 2013), puis de "Hiver Rouge" (çà et là, 2015, Sélection Officielle Angoulême 2016), "Un soleil entre des planètes mortes" (çà et là, 2017) et "Au plus près" (çà et là, 2018) . Anneli Furmark vit à Umea.</p> ; janvier 2017; <p>Barbro, une suédoise d'une cinquantaine d'années mal dans sa peau, entame un voyage dans le nord de la Norvège pour rejoindre la ville de Tromsø, décor principal d'un classique de la littérature scandinave, <i>Alberte et Jacob</i> de Cora Sandel, qui l'obsède depuis de nombreuses années. Elle se rend à Tromsø comme en pèlerinage, pour se rapprocher du personnage principal du roman, Alberte, une jeune femme éprise de liberté prisonnière du carcan des mentalités provinciales rigides. Barbro découvre vite que la petite ville est devenue très différente de celle décrite dans le livre en 1926, mais la richesse et la pauvreté y sont aussi flagrantes qu'à cette époque. Barbro visite les lieux décrits dans le roman, déambule dans la ville et rencontre une autre femme fascinée par <i>Alberte et Jacob</i> avec laquelle elle va se lier d'amitié.</p> <p>Anneli Furmark entrelace l'histoire de Barbro avec celle d'Alberte, adaptant des extraits du roman de Cora Sandel et établissant un parallèle entre la jeune norvégienne qui s'affranchit des pesanteurs sociales de son époque et la suédoise mère de famille dont la personnalité mue au cours de son séjour. <i>Un Soleil entre des planètes mortes</i> montre comment certains livres peuvent littéralement changer la vie des gens.</p> <p>Ouvrage traduit avec le soutien du Swedish Arts Council</p> <p><strong>Sélection Prix Artémisia 2018</strong></p>;
La Famille Fun; <p>Format : 17x24cm, relié<br class='manualbr' />240 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-231-7</p>; Frisch, Benjamin ; <p>Benjamin Frisch est né en 1987 à Williamsburg en Virginie (États-Unis). Il a étudié la bande dessinée au Savannah College of Art and Design en Géorgie de 2005 à 2011, université où il a obtenu deux masters. Pendant ses études, Benjamin a également travaillé dans le journalisme pour la National Public Radio, pour le site Vocalo.org, ainsi que pour le site de satire politique Wonkette.com sur lequel, en 2010, il a publié sous forme de série la bande dessinée "Ayn Rand's Adventures in Wonderland". Après ses études, il s'installe à Austin au Texas pour concevoir son premier roman graphique, "La Famille Fun", publié en 2016 par Top Shelf (États-Unis) et çà et là (France). Benjamin Frisch a été accueilli en résidence à la Maison des Auteurs d'Angoulême de juillet 2014 à fin 2015.</p> ; novembre 2016; <p>Chez les Fun, tout le monde s'adore et les membres de la famille remercient chaque jour le ciel pour leur bonheur. Le père, Robert Fun, dessinateur d'un strip à succès dans lequel il met en scène sa propre famille et la mère, Marsha, femme au foyer modèle, ont quatre enfants, Robby, Molly, Mikey et J.T. Mais derrière cette façade de bonheur idéal se dissimulent de profondes fêlures. À la mort de la mère de Robert, l'édifice se craquelle et la famille Fun se décompose. Le père devient neurasthénique, la fille aînée a des visions de sa grand-mère décédée et se transforme en dévote, la mère tombe sous l'emprise d'un gourou et le fils aîné, Robby, se fait passer pour son père afin d'assurer les revenus de la famille. <br class='autobr' /> Satire extrêmement féroce et dérangeante de la famille idéale, <i>La Famille Fun</i> est aussi une charge violente contre la religion, contre certaines méthodes pédagogiques et contre les gourous du développement personnel... Pour accentuer cette satire, Benjamin Frisch joue sur des contrastes saisissants, entre le dessin coloré et rond des personnages rappelant le style graphique des strips américains des années 1950, et la noirceur des situations auxquelles les membres de la famille vont être confrontés.</p> <p><strong>Sélection Officielle Angoulême 2017</strong></p>;
Le remarquable et stupéfiant Monsieur Léotard; <p>Format : 17x24cm, relié<br class='manualbr' />136 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-230-0</p>; Campbell, Eddie / Best, Dan ; <p>Eddie Campbell est né en 1955 à Glasgow en Écosse. Il commence sa carrière d'auteur de bandes dessinées à la fin des années 70 au sein de la scène indépendante anglaise. Il collabore à la plupart des fanzines de l'époque, dont Fast Fiction ! , Gag ! ou Flick dans lesquels il publie notamment les premières histoires courtes de son alter ego Alec MacGarry.</p> <p>En 1986, il quitte l'Angleterre pour s'installer avec sa femme en Australie. A partir de la fin des années 1980 il participe à de nombreux magazines publiés par des éditeurs anglais et américains comme Knockabout , Fantagraphics ou Dark Horse Presents et crée le personnage de la série "Bacchus" qu'il utilisera pendant près de 15 années.</p> <p>En 1995, il crée sa propre structure d'édition, Eddie Campbell Comics , où il publiera l'intégrale de la série "Bacchus" ainsi que les quatre volumes de la série "Alec" (qui seront publiés en France chez çà et là entre 2007 et 2011). En 1989 avait débuté dans le magazine Taboo la parution de "From Hell" avec Alan Moore au scénario et Eddie Campbell au dessin. Après de nombreuses péripéties, les dépôts de bilans de deux éditeurs et près de dix années de parution irrégulière, le recueil de l'intégrale de "From Hell" deviendra l'un des plus grands succès du roman graphique aux États-unis et sera adapté en film en 2001.</p> <p>L'œuvre de Eddie Campbell a été récompensée par de nombreux prix à travers le monde. ll a notamment reçu des Eisner et Harvey Awards ainsi que le Prix de la Critique du Festival d'Angoulême pour "From Hell" avec Alan Moore en 2001. L'intégrale des "Alec", publiée en 2011 chez çà et là, était en Sélection Officielle du Festival d'Angoulême 2012.</p> / <p>Dan Best a écrit des scénarios pour Dark Horse Comics (The Amazing Adventures of the Escapist), pour l'anthologie DeeVee publiée par Top Shelf ainsi que pour de nombreuses publications australiennes. Il est associé dans un grand cabinet d'avocats australien et vit avec sa femme et ses deux filles dans sa ville natale, Ipswich dans le Queensland.</p> ; octobre 2016; <p>Le très athlétique Jules Léotard, né en 1838 et mort en 1870, est l'inventeur du trapèze volant et plus particulièrement de la voltige entre deux trapèzes. Il portait le maillot collant inventé pour ses besoins, nommé depuis le « léotard » et utilisé par les hommes en gymnastique artistique. Bien qu'il donne son nom à la bande dessinée d'Eddie Campbell et Dan Best, Jules Léotard meurt dès la page treize du récit suite à un accident de voltige. Entre alors en scène son jeune neveu, Étienne, qui prend l'identité de son célèbre oncle ainsi que la direction de son bigarré cirque itinérant. À partir de cet instant, la vie d'Étienne prend une tournure surréaliste au fil de ses déplacements en compagnie de cette troupe de cirque unique en son genre, peuplée de personnages ayant une très forte ressemblance avec les super-héros des temps modernes. Les membres de la petite équipe vont vivre des aventures rocambolesques à travers l'Histoire ; le siège de Paris par l'armée prussienne, l'exposition universelle de 1889, le vol de la Joconde, le naufrage du Titanic...<br class='autobr' /> Entre <i>Les Aventures du Baron de Münchhausen</i> et les Marvel comics, <i>Le remarquable et stupéfiant M. Léotard</i> est un jubilatoire récit picaresque peuplé de proto-super-héros dans cette Europe à l'aube du XXe siècle.</p> <p><strong>Sélection Officielle Angoulême 2017</strong><br class='autobr' /> <strong>Prix Millepages 2016</strong></p>;
Ce qui se passe dans la forêt; <p>Format : 17x24cm, broché<br class='manualbr' />184 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 18 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-228-7</p>; Sandgren, Hilding ; <p>Hilding Sandgren est né en 1984 et a grandi dans le Småland (province du sud de la Suède). Hilding vit aujourd'hui à Göteborg et travaille pour une association d'aide aux jeunes séropositifs. "L'une pour l'autre" est la suite de "Ce qui se passe dans la forêt (çà et là 2016), son premier roman graphique, qui a remporté plusieurs prix en Suède.</p> ; octobre 2016; <p>Aida Karlsson, une jeune suédoise de quatorze ans, vit à proximité d'une petite ville dans la région du Småland. Elle et ses amies, Tess et Marlène, sont en classe de cinquième et se retrouvent confrontées à de nombreux changements dans leurs relations avec les garçons ; nouvelles règles du jeu, nouveaux comportements, attouchements qui dégénèrent en agressions, relations amour/haine et cette frontière parfois ténue entre les simples jeux d'enfants et la violence... Les trois amies réalisent qu'elles vont devoir s'endurcir pour ne pas perdre leur place dans la nouvelle hiérarchie qui s'instaure dans ce monde où les adultes sont presque perçus comme une menace, un monde où elles ne peuvent compter que sur elles-mêmes.<br class='autobr' /> Dans ce premier livre, publié en 2014 en Suède, Hilda-Maria Sandgren dessine au crayon le récit sensible de ces prémices du passage à l'âge adulte, les rires et les blessures de l'enfance qui ne vont peut-être jamais tout à fait guérir. Elle retranscrit le temps qui s'écoule et ses bouleversements ; cette métamorphose des corps et des caractères reflétée par les changements de la nature au fil des saisons, avec de magnifiques dessins de paysages, les champs, les cours d'eau et les forêts où des drames se nouent parfois...</p>;
Cosplayers; <p>Format : 17x24cm, relié<br class='manualbr' />144 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-229-4</p>; Shaw, Dash ; <p>Dash Shaw est né en 1983 à Hollywood (Californie). Il a grandi en Virginie avant de partir vivre à New York où il suit les cours de la SVA (School of Visuel Arts) dont il sortira diplômé en 2005. Il est l'auteur de cinq romans graphiques, "Bottomless Belly Buttton" (Sélection Officielle Festival d'Angoulême 2009, Prix Millepages 2008), "Virginia", "Bodyworld", "New School" et "Doctors" et des deux recueils d'histoires courtes, et collabore régulièrement pour la revue Mome de Fantagraphics Books. Il est également réalisateur de courts métrages, il a notamment réalisé un clip pour le groupe Sigur Ros.<br class='manualbr' />Dash Shaw vit à Brooklyn où il vient de terminer un long-métrage d'animation produit par John Cameron Mitchell, "My Entire High School Sinking Into the Sea".</p> ; septembre 2016; <p>Annie et Verti sont devenues amies grâce à leur passion commune : le cosplay. Elles fabriquent elles-mêmes leurs costumes, afin d'incarner des personnages de mangas, de films ou encore de jeux vidéo ; elles participent ensemble à des concours, vont à des conventions, et tournent des vidéos qu'elles mettent en ligne. Les deux jeunes femmes prennent plaisir à se réapproprier des histoires, à en inventer des nouvelles, mais elles se heurtent constamment à une réalité qui les contrarie. Elles râlent contre les jurés qui votent toujours pour les filles en bikini, se moquent des commentaires haineux sur leur chaîne Youtube et doivent trouver comment se débarrasser des fans un peu trop collants...</p> <p>Dans "Cosplayers" Dash Shaw crée deux personnages de jeunes femmes très attachantes que le lecteur suit avec amusement au gré de leurs petites aventures quotidiennes dans le monde des fans de comics, de mangas et de jeux vidéos. Une immersion décalée et un brin ironique dans le microcosme fascinant de la culture geek.</p>;
Talc de Verre; <p>Format : 18x26cm, broché<br class='manualbr' />160 pages, n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 18 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-227-0</p>; Quintanilha, Marcello ; <p>Marcello Quintanilha est né en 1971 à Niterói (État de Rio de Janeiro). Autodidacte, il commence sa carrière de dessinateur en 1988 dans la bande dessinée d'horreur, puis travaille dans le dessin animé pendant une dizaine d'années. Il devient ensuite illustrateur pour de nombreux magazines et journaux brésiliens, et publie son premier livre en 1999, "Fealdade de Fabiano Gorila" d'après la vie de son père, joueur de football professionnel dans les années 1950.<br class='manualbr' />En 2002, il signe avec les éditions du Lombard pour réaliser les dessins de la série "Sept Balles pour Oxford" sur des textes de Jorge Zentner et Montecarlo (sept albums publiés à ce jour). En 2009, le recueil de nouvelles "Mes Chers samedis" (Sábado dos Meus Amores) est publié au Brésil. Son premier roman graphique, "Tungstène", publié en 2015 en France aux éditions çà et là, a remporté le Prix du Polar au Festival d'Angoulême 2016 avant d'être adapté au cinéma par le réalisateur Heitor Dhalia. "Talc de Verre" a ensuite été publié en France 2016, puis "L' Athénée" en 2017 et "Les Lumières de Niteroi" en 2018.</p> <p> Marcello Quintanilha a reçu de nombreux autres prix, notamment à la Biennale internationale de bande dessinée de Rio de Janeiro en 1991 et 1993. Son recueil "Mes chers samedis" a remporté le prix du meilleur dessinateur HQ Mix en 2009. <br class='manualbr' />Depuis 2002, il habite et travaille à Barcelone.</p> ; août 2016; <p>Rosangela souffre du syndrome de la femme parfaite. Cette habitante de Niteroi (État de Rio de Janeiro) est une dentiste reconnue, elle a son propre cabinet. Son mari, un cardiologue à succès, a bon caractère et est très amoureux d'elle. Ses enfants préadolescents étudient dans des écoles privées et sont des véritables petites merveilles. Elle a une belle voiture neuve et son compte bancaire est bien rempli…<br class='autobr' /> Le seul problème, c'est cette cousine aux magnifiques cheveux blonds. Cette cousine qui, en dépit d'être pauvre, de s'être fait plaquée par son mari et de vivre chez ses parents dans une banlieue sordide, fait face à ses problèmes avec une tranquillité d'esprit désarmante. Et surtout avec ce sourire toujours éclatant qui, aux yeux de Rosangela, semble refléter les feux de l'enfer. Obnubilée par cette cousine qui sourit sans arrêt à la vie, Rosangela remet sa vie en question et tombe dans une spirale autodestructrice.</p> <p>Après le brillant « Tungstène », primé à Angoulême 2016, Marcello Quintanilha revient avec un suspense psychologique virtuose, le portrait au scalpel d'une femme qui perd pied.</p> <p><strong>Prix du Meilleur roman graphique étranger, Splash Sagunt Comic Festival 2017, Espagne</strong></p>;
Sara; <p>Format : 17x24cm, broché<br class='manualbr' />140 pages, bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 18 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-226-3</p>; Anapurna ; <p>Née en 1990 à Palma de Majorque, Anapurna (Ana Sainz Quesada) est diplômée en beaux-arts de l'Université de Barcelone. Elle travaille dans différentes disciplines artistiques, notamment le dessin, la peinture et la gravure. Sa série de gravures « Intimités » a été exposée à la Staatliche Akademie des Beaux-Arts de Karlsruhe, en Allemagne. Anapurna a auto-édité plusieurs fanzines de bande dessinée dont « Refranes Intraducibles » (2014) et « Lettra Negra » (2015). Elle a également illustré le livre « Aqui viven leones » de Fernando Savater et Sara Torres. « Sara » est son premier roman graphique.<br class='autobr' /> Anapurna vit et travaille à Madrid.</p> ; juin 2016; <p><i>Sara </i> est le premier roman graphique d'une auteure espagnole, Anapurna (de son vrai nom Ana Sainz), récompensé par le Prix Fnac Salamandra en 2015. Dans ce récit, une jeune artiste, Sara, quitte l'Espagne pour suivre une formation dans un atelier de gravure à Karlsruhe en Allemagne, alors que son père vient tout juste de décéder. Elle débarque dans ce pays inconnu, maîtrisant très mal la langue. Encore sous le choc de la mort de son père, Sara n'est pas rassurée par son nouvel environnement. Elle vit chez Greta, une vieille allemande très douce mais un peu mystérieuse. La nuit, Sara entend des bruits inquiétant en provenance du sous-sol de la maison. Elle en vient à se demander si Greta n'est pas une dangereuse maniaque...</p> <p>Partiellement inspiré d'événements arrivés à l'auteur (le décès de son père et un séjour en Allemagne dans le cadre de ses études artistiques), <i>Sara </i> est un récit sur la frontière parfois ténue entre la raison et la folie, qui traite de la paranoïa, la perte d'un être cher et tragédie historique. Au diapason des pensées du personnage principal, les fines hachures du dessin remplissent tout l'espace des cases, contribuant à créer un climat étouffant et oppressant et la bichromie par petites touches contraste avec la noirceur des fantasmes de Sara et ses démons personnels. Un premier ouvrage remarquablement maîtrisé.</p>;
Nouvelles du front d’un père moderne; <p>Format : 16x23cm, broché<br class='manualbr' />160 pages, n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-225-6</p>; Dawson, Mike ; <p>Né en 1975 en Écosse, Mike Dawson vit aux États-Unis depuis l'âge de 11 ans. Son premier roman graphique, "Freddie et Moi" (éditions Rackham) racontait sa passion pour le groupe Queen. Il a collaboré à de nombreuses anthologies, notamment avec Alex Robinson ("De Mal en Pis"). "Ace-Face", son deuxième livre, est paru en 2011 chez çà et là et le suivant, "Troupe 142", en 2013. "Angie Bongiolatti" est paru début 2014. Son dernier livre « Nouvelles du front d'un père moderne » sort simultanément en France et aux États-Unis<br class='autobr' /> Mike Dawson vit dans à Fair Haven, dans le New Jersey avec sa femme Aliza et leurs deux enfants.</p> ; mai 2016; <p>« Il n'y a rien de pire qu'un livre sur l'éducation des enfants dans lequel l'auteur se présente comme un parent parfait, avec toutes les bonnes réponses. Mike Dawson n'a pas cette prétention. Élever des enfants dans nos sociétés modernes est devenu beaucoup plus compliqué au niveau social, politique et religieux que pendant les décennies précédentes. Mike n'a aucune certitude dans ce domaine, uniquement des craintes, et c'est la même chose pour tous les parents, ou ça devrait l'être. Ses conflits intérieurs font de ce livre un ouvrage à la fois divertissant et sincère. Nouvelles du front d'un père moderne est non seulement destiné aux parents mais aussi à tous ceux qui veulent réfléchir à l'influence que notre monde a sur les jeunes, et franchement, cela concerne tout le monde. »- Julia Wertz auteur de <i>L'attente infinie</i> et <i>Whiskeys & New York</i>.<br class='manualbr' />Au fil d'une douzaine d'histoires courtes, autobiographiques ou non, Mike Dawson nous livre un commentaire décalé et sensible sur des questions liées à l'éducation des enfants. Entre le choix des jouets, l'apprentissage du vélo et ses angoisses anticipées sur les futurs petits amis de sa fille, il met en évidence la difficulté de rester un parent zen dans un mode contrasté où les fusillades dans les écoles et les princesses Disney bénéficient de la même couverture médiatique.</p>;
Freedom Hospital; <p>Format : 17x24cm, broché<br class='manualbr' />288 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 23 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-224-9</p>; Sulaiman, Hamid ; <p>Né en 1986 à Damas, Hamid Sulaiman a obtenu un diplôme d'Art et Architecture de l'Université de Damas en 2009. Depuis, il se consacre à la peinture et au dessin. Le pacifisme et le rejet du pouvoir arbitraire sont les axes principaux de sa recherche artistique et du message qu'il délivre. Contraint de quitter son pays en 2011, il s'enfuit pour l'Égypte, puis vient s'installer à Paris. Son travail a été exposé à Londres, à Beyrouth, au Caire, à Vienne, Paris et Berlin,.. Certaines de ses œuvres sont été acquises par le British Museum. Il a participé à de nombreuses expositions à Paris dont « Artistes en création », à l'Institut du Monde Arabe à Paris. <br class='autobr' /> En 2014, il gagne le prix des jeunes talents de l'institution Culture Resource (Al-Mawred Al-Thaqafi), ONG culturelle arabe d'aide aux jeunes artistes et écrivains et une bourse d'écriture pour sa bande dessinée, "Freedom Hospital", qui retrace les premières saisons de la révolution syrienne. Il a également créé la scénographie du spectacle Winter Guests avec la Compagnie du Pas Suivant.<br class='manualbr' />Hamid Sulaiman est réfugié politique en France et vit à Paris.</p> ; avril 2016; <p><strong>Freedom Hospital</strong> est la première bande dessinée de Hamid Sulaiman, artiste plasticien syrien qui a fui son pays en 2011 et trouvé refuge en France après une année dans la clandestinité. Sulaiman s'inspire d'histoires vécues par des personnes de son entourage pour raconter les débuts de la guerre en Syrie, des premières manifestations pacifiques de 2011 jusqu'aux prémices de Daech. Son récit est centré sur le Freedom Hospital, un hôpital clandestin créé par une militante pacifique, Yasmine, dans une ville imaginaire semblable à beaucoup de petites villes de province syriennes … Dans cet hôpital cohabitent avec Yasmine une dizaine de personnages, malades et soignants, reflétant la diversité de la société syrienne, un kurde, un alaouite, une journaliste franco-syrienne, des membres de l'Armée libre et un islamiste radical. Leurs relations vont évoluer en fonction des événements. <br class='manualbr' />Engagement politique, trahisons, retournements d'alliance et l'horreur de la guerre sont au cœur de l'histoire de ce groupe d'individus pantins de l'histoire, pris dans une tourmente dont les enjeux les dépassent totalement. À travers ce terrible récit, mis en scène de façon expressionniste avec de très forts contrastes de lumière qui noient les hommes et la ville sous un déluge d'ombres et de lumière, Hamid Sulaiman pousse un cri de rage contre la guerre, pour l'amour et la paix.</p> <p><strong>Une coédition çà et là / ARTE Editions</strong></p> <p><strong>Prix du Public Pulp Festival 2017</strong></p> <p><strong>Sélection Prix France Info 2017 de la bande dessinée d'actualité et de reportage</strong></p>;
Retour à Bandung; <p>Format : 16x22cm, broché<br class='manualbr' />120 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 14 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-223-2</p>; Larasati, Tita ; <p>Née en 1972 à Jakarta, Dwinita « Tita » Larasati a suivi des études en design industriel à l'Institut de Technologies de Bandung où elle est désormais enseignante. Après un stage en Allemagne, elle part début 1998 aux Pays-Bas pour passer un doctorat. Elle reviendra vivre en Indonésie en 2007.<br class='autobr' /> Au cours de son séjour en Europe, elle se lance dans la bande dessinée et entame un journal dont elle envoie les pages, d'abord par fax, puis par email et enfin sous forme de blog, initialement aux personnes de son entourage pour les tenir au courant, puis à l'attention d'un lectorat grandissant. Ce sont ces pages qui seront ensuite publiées en livres, sous le titre Tita (quatre volumes à ce jour). En 2008, elle crée une structure d'édition, CAB (Curhat Anak Bangsa), où elle publie son propre travail mais également de nombreuses anthologies et histoires courtes d'autres auteurs, notamment en privilégiant les auteurs femmes. Elle a également réalisé l'adaptation en bande dessinée d'un roman indonésien, « Sepatu Dhalan » en 2013, participé aux 24 Hour Comics et à l'anthologie « Liquid City » (Image Comics) en 2014. De nombreuses expositions de son travail ont été organisées en Indonésie et elle a participé à l'exposition « Kita !! Japanese artists meet Indonesia ». Chef de file de la bande dessinée indonésienne, Tita Larasati a donné de nombreuses conférences et présentations, en Indonésie, au Japon et en Europe (la dernière à la Foire de Francfort 2015). Tita Larasati vit à Bandung.</p> ; mars 2016; <p>Tita Larasati est née 1972 à Jakarta, mais elle a fait ses études dans la petite ville de Bandung qui devient sa ville d'adoption. Diplômée d'une école d'ingénieur, elle part ensuite faire un doctorat aux Pays-Bas en 1998. Elle passera finalement neuf ans dans ce pays où elle se mariera avec un Hollandais et mettra au monde deux enfants. En 2007, Tita décide de revenir vivre à Bandung avec sa petite famille... C'est ce retour dans son pays et dans la ville de sa jeunesse qu'elle décrit dans <i>Retour à Bandung</i>, avec un regard à la fois occidental et indonésien, les petits riens du quotidien, la nourriture, les problèmes de circulation, le déphasage de ses enfants...</p> <p>Tita fait preuve de beaucoup d'humour, de poésie et de légèreté même dans les moments graves. Comme le décrit un autre grand spécialiste de l'autobiographie dessinée, Eddie Campbell, « Les charmantes et toujours accrocheuses histoires de Tita Larasati viennent d'une région du globe où les comic strips n'ont pas encore été accaparés par les névrosés. » Elle a connu un grand succès en Indonésie avec la publication de son journal en bande dessinée sous forme de blog sur le web, puis en série de livres.</p>;
Points de Chute; <p>Format : 16x23cm, broché<br class='manualbr' />152 pages bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-222-5</p>; Watson, Andi ; <p>Andi Watson est né en 1969 à Wakefield (Angleterre). Après des débuts dans le jeu vidéo, puis un passage par le dessin animé, il se consacre à la bande dessinée à partir de 1993 avec "Samouraï Jam" . Il crée ensuite la série "Skeleton Key" puis "Geisha", qui lui vaudra une nomination aux prestigieux Eisner Awards en 2000.</p> <p>Il est également l'auteur de plusieurs romans graphiques abordant avec finesse les relations entre hommes et femmes, dont "Breakfast After Noon" (nominé aux Eisner Awards en 2001), "Slow News Day", "Ruptures" et "Little Star". Dans un registre moins intimiste, il a également collaboré avec Marvel, DC et Dark Horse Comics, puis a réalisé plusieurs bandes dessinées pour enfants. Andi Watson vit à Worcester (Angleterre) avec sa femme et sa fille.</p> ; février 2016; <p>Chris, un jeune londonien, vit en colocation avec un ancien ami de fac, James. Chroniqueur de films pour un site web, Chris a une petite copine, Alex, qui fait partie avec James d'un groupe d'amis qui se connaissent depuis le lycée. À l'occasion des funérailles d'un certain Georges, Chris rencontre Una, qui s'avère être la jeune veuve du défunt. Attirée par cette femme, il la retrouve à plusieurs reprises. Au fur et à mesure qu'Una et Chris se rapprochent l'un de l'autre, la relation de celui-ci avec sa petite amie se détériore, il se sent de plus en plus à l'écart de leur petit groupe. Le malaise ne fait que s'accentuer quand Chris apprend qu'Una faisait auparavant partie de ce cercle et qu'ils ont tous rompus avec elle lorsqu'elle a épousé cet homme plus âgé. Una était la meilleure amie de la fille de Georges, avant de tomber amoureuse de lui et d'être exclue du groupe d'amis...</p> <p>Après <i>Slow News Day</i>, <i>Ruptures </i> et <i>Little Star</i>, on retrouve avec bonheur l'univers d'Andi Watson, ses histoires de couples en devenir ou en fin de vie, de jeunes adultes désemparés et un peu perdus, dans ce nouveau livre où le dessin se fait encore plus libre. Dans <i>Points de Chute</i> Andi Watson décrit les relations compliquées d'amis qui vivent chez les uns et les autres, les tensions, les relations amoureuses... Il livre une sorte de version en demi-teinte de la série <i>Friends</i>, grave et mélancolique, où les sentiments sont comme étouffés.</p>;
Cumbe; <p>Format : 17x24cm, relié<br class='manualbr' />168 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-221-8</p>; D’Salete, Marcelo ; <p>Né en 1979, Marcelo d'Salete est auteur de bandes dessinées, illustrateur et enseignant. Il a suivi des études de design graphique à l'université de Sao Paulo, il a un diplôme en beaux-arts et est titulaire d'une maîtrise en histoire de l'art. Il a illustré de nombreux livres jeunesse et participé à plusieurs anthologies et revues de bande dessinée, dont Front, Graffiti, Suda Mery K ! (Argentine) et Stripburger (Slovénie). Son travail a été présenté dans plusieurs expositions au Brésil, en Argentine et en Espagne. Cumbe, publié en 2014 au Brésil est son troisième livre, après deux autres recueils d'histoires courtes "Noite Luz" (Lumière de Nuit, 2008) et "Encruzilhada" (Carrefour, 2011).<br class='autobr' /> Marcelo d'Salete habite à Sao Paulo</p> ; janvier 2016; <p>Le Brésil a été l'un des principaux pays pratiquant l'esclavage, jusqu'à son abrogation en 1888. En provenance d'Angola et du Mozambique, les esclaves étaient essentiellement affectés à l'exploitation de la canne à sucre ou des mines d'or, mais aussi pour les taches ménagères dans le cas des femmes. Certains esclaves se révoltaient, prenaient les armes et se réfugiaient dans la jungle pour créer des communautés, appelées <i>quilombos</i>, ou <i>cumbe</i>, où ils vivaient en autarcie. À travers quatre nouvelles, en partie inspirées d'événements historiques, le dessinateur brésilien Marcelo d'Salete raconte des histoires d'esclaves marrons au 17e siècle, des hommes, femmes et enfants confrontés à leurs tortionnaires et décidés à se libérer du joug de l'esclavage à tout prix,..<br class='autobr' /> Dans la première histoire, intitulée <i>Calunga</i>, un jeune esclave tente de convaincre sa compagne de s'enfuir avec lui. Dans <i>Sumidouro </i> (Le Puit), une femme est prise entre deux feux ; violée par son maître et jalousée par la femme de celui-ci. Dans la nouvelle <i>Cumbe</i>, un groupe d'esclaves marrons fomente une rébellion. La dernière histoire, <i>Malungo</i>, est consacrée à des quilombolas qui reviennent dans une plantation pour se venger d'exactions.<br class='autobr' /> Troisième livre d'un auteur au trait affirmé, Cumbe retrace avec poésie et sensibilité un pan de l'histoire du Brésil encore méconnu.</p> <p><strong>Eisner Award 2018 de la meilleure bande dessinée étrangère</strong></p>;
Ruines; <p>Format : 18x26cm, relié<br class='manualbr' />330 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 28 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-220-1</p>; Kuper, Peter ; <p>Né en 1958 à Cleveland (États-Unis), Peter Kuper est l'auteur de nombreux ouvrages de bande dessinée portant un regard critique sur la société américaine. Il est notamment l'auteur de <i>Ruines</i> pour lequel il a remporté l'Eisner Award du meilleur roman graphique en 2016. Peter Kuper collabore fréquemment avec The New Yorker, Libération et Time Magazine. Depuis 1996, il est également le dessinateur attitré de la série <i>Spy vs Spy</i> publiée dans le mensuel MAD Magazine. Peter Kuper enseigne la bande dessinée à la School of Visual Arts de New York depuis plus de 25 ans ainsi qu'à l'université de Harvard. Il vit à New York avec sa femme et sa fille.</p> ; novembre 2015; <p><i>Ruines </i> est le cinquième ouvrage que Peter Kuper publie chez çà et là. Il met en scène deux trentenaires new-yorkais, qui vont tenter de sauver leur couple au bord de l'implosion en venant passer une année sabbatique à Oaxaca, une petite ville provinciale mexicaine. George et Samantha se retrouvent confrontés à une double crise : celle de leur relation affective, et la crise politique que connaît la ville au moment où des manifestations d'enseignants sont violemment réprimées par le gouverneur local. En fil rouge de ce récit et symbole de cet aller sans retour pour l'un des protagonistes, Peter Kuper suit la migration d'un papillon monarque depuis les États-Unis jusqu'à la région d'Oaxaca pour se reproduire, un parcours de plus de 4000 km qui est aussi l'occasion pour l'auteur de montrer les ravages causés par l'homme sur son environnement.</p> <p>Peter Kuper s'inspire largement des deux années qu'il a passées avec sa femme dans la ville d'Oaxaca, au sud du Mexique, et du soulèvement populaire dont ils furent témoins en 2006. <i>Ruines </i> capte magistralement les ombres et la lumière d'un pays à la fois soumis à d'énormes tensions internes et fermement ancré dans son histoire et sa culture, tissant ensemble drames personnels, politiques et écologiques, dans un<br class='autobr' /> portrait passionnant de la vie au sud du Rio Grande.</p> <p><strong>Prix Millepages 2015</strong><br class='autobr' /> <strong>Eisner Award 2016, Meilleur roman graphique</strong></p>;
Comment écrire un polar suédois sans se fatiguer; <p>Format : 13x20 cm, relié<br class='manualbr' />140 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 10 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-219-5</p>; Lange, Henrik ; <p>Henrik Lange est né en 1972 en Suède. Il commence sa carrière dans l'illustration et la bande dessinée au cours des années 1990. Il a réalisé de nombreux livres pour enfants et plusieurs bandes dessinées. En 2000, il a publié un roman graphique semi-autobiographique « Une nuit tout en rose ». Il a co-écrit "90 livres cultes à l'usage des personnes pressées" avec Thomas Wengelewski, puis publié "90 films à l'usage des personnes pressées", "90 autres livres à l'usage des personnes pressées" et "August Strindberg à l'usage des personnes pressées", premier volume d'une série consacrée aux grands auteurs de notre temps.<br class='autobr' /> Henrik Lange vit à Bollebygd en Suède où il prépare les prochains livres de la série "... à l'usage des personnes pressées".</p> ; octobre 2015; <p>Devant le succès de ses compatriotes écrivains, dont les polars se vendent par millions et sont adaptés à Hollywood, le dessinateur suédois Henrik Lange a décidé d'écrire et d'illustrer un précis d'écriture de polar ironique et décalé.</p> <p>Grâce à <i>Comment écrire un polar suédois sans se fatiguer</i>, vous apprendrez à construire à coup sûr une intrigue haletante et des personnages charismatiques ; à capitaliser sur l'engouement actuel pour la Scandinavie – ses cabanes en bois, ses forêts de pins et son alphabet bizarre. Vous bénéficierez de conseils pour faire durer votre carrière d'auteur : laisser des sous-intrigues non résolues pour optimiser vos chances d'écrire une suite, inclure dans votre livre les scènes qui sauront intéresser les producteurs de films… <br class='autobr' /> Enfin, comme rien ne vaut l'apprentissage par l'exemple, vous prendrez connaissance de quelques classiques du polar suédois, de Stieg Larsson à Henning Mankell en passant par Camilla Läckberg grâce à des résumés de romans policiers en quatre cases de bande dessinée.</p> <p>Avec ses dessins faussement simplistes et ses textes grinçants, <i>Comment écrire un polar suédois sans se fatiguer</i> est un petit livre malicieux, dans lequel Henrik Lange s'amuse des clichés inhérents au genre tout en lui rendant hommage.</p> <p><strong>Préface de Stéphane Bourgoin</strong></p>;
Déplacement, vol.1; <p>Format : 18x25cm, broché<br class='manualbr' />240 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-217-1</p>; Cotter, Joshua ; <p>Joshua Cotter est né en 1977 quelque part dans le fin fond du Missouri. Il a grandi dans la ferme de ses parents, à 3 km de Barnard, village de 234 habitants. Il suit un cursus artistique au Art Institue de Kansas City, puis devient designers d'auto-collant avant de se lancer dans l'illustration pour des journaux alternatifs locaux, puis et de créer un strip pour le Kansas City Star. En 2000 il commence à publier des mini comics. En 2003, il débute Les Gratte-Ciel du Midwest sous forme de fanzine et remporte le Isotope Award. L'éditeur AdHouse Books lui propose ensuite de publier le livre, qui sortira en 2008 aux États-Unis puis en 2011 chez çà et là.</p> ; octobre 2015; <p>Dans un futur proche, la Terre est surpeuplée et ses ressources s'épuisent rapidement. La navette spatiale Dawn Aquila est développée afin de permettre à une petite équipe de lancer la colonisation d'une planète habitable dans un système planétaire proche. La navette transportera également un « portail » qui permettra de voyager instantanément de l'ancienne Terre jusqu'à ce nouvel Eden. Parallèlement à la mise en place de ce projet, Internet a connu de profonds bouleversements et est désormais accessible télépathiquement par les 2/3 de la population mondiale, grâce à un serveur central. Mais peu avant le début du récit, la population terrestre, horrifiée, apprend que ce « serveur » est en fait un enfant. Un projet alternatif de serveur électronique est alors développé à bord de la deuxième Station Spatiale Internationale où la navette Dawn Aquila est amarrée. Quelques mois après l'arrivée à bord de la station de l'un des scientifiques impliqués dans ce projet, Melody McCabe, des tests de fonctionnement du portail provoquent un accident et l'intrusion d'une créature inhumaine dans la station.<br class='autobr' /> Space opera très ambitieux, <i>Déplacement </i> navigue entre le cyberpunk de William Gibson, la SF psychédélique de K Dick, avec une petite pincée de Lovecraft. Joshua Cotter entame un récit au long cours mêlant aventures et réflexions existentielles dans ce premier volume d'une série qui en comptera sept.</p>;
Trashed; <p>Format : 17x25 cm, broché<br class='manualbr' />240 pages bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-216-4</p>; Backderf, Derf ; <p>John « Derf » Backderf est né en 1959 à Richfield, une petite ville de l'Ohio où il passera toute son enfance. Après un bref passage dans une école d'art, il retourne chez lui et travaille un an comme éboueur, avant de recevoir une bourse pour l'université de l'Ohio où il suivra un cursus en journalisme tout en réalisant des illustrations pour le journal local. Une fois diplômé, Derf Backderf devient journaliste pour un quotidien de Floride, puis abandonne cette carrière pour se lancer dans la réalisation d'un strip, "The City" avec ses "True Stories", qui durera vingt-quatre ans et sera publiés dans près de 200 journaux et magazines américains.<br class='manualbr' />Le premier roman graphique de Derf Backderf, "Punk Rock & Mobile Homes" (publié en 2014 chez çà et là), a été consacré comme l'un des meilleurs romans graphiques de 2010 par le magazine Booklist. En 1994, Derf Backderf avait commencé à travailler sur la réalisation de "Mon ami Dahmer" ; le livre sera finalement publié en 2012 aux États-Unis, puis en 2013 en France. "Mon Ami Dahmer" a reçu le Prix Polar SNCF 2014, le Prix Révélation du Festival d'Angoulême 2014 et le Prix littéraire des lycéens de la région PACA 2015. Le troisième roman graphique de Derf Backderf, "Trashed", a été publié en 2015 en France et aux États-Unis. Le livre a reçu le Prix Tournesol 2016 de la bd écolo de l'année et a été sélectionné pour le Prix BD Fnac 2016.<br class='autobr' /> Derf Backderf a été nominé pour deux Eisner Awards et a reçu de très nombreuses récompenses pour son travail de dessinateur de presse, dont le prestigieux Robert F. Kennedy Journalism Award du dessin politique en 2006. Il vit à Cleveland (Ohio) avec sa femme Sheryl Harris (journaliste lauréate du Prix Pulitzer) et leurs deux enfants.</p> ; septembre 2015; <p>A 21 ans, J. B. se retrouve coincé de nouveau chez ses parents, dans un patelin du fin fond de l'Ohio. Il vient d'arrêter la fac et doit absolument trouver un travail pour ne plus avoir sa mère sur le dos en permanence. Suite à une annonce providentielle, il est engagé comme éboueur contractuel et est bientôt rejoint par Mike, un ancien copain de lycée. Ensemble, ils vont découvrir les joies du métier, se confronter aux habitants les plus dérangés de la ville, aux éboueurs de longue date, aux chiens errants et aux sacs poubelles mal fermés. Pendant une longue année, ils devront faire leur tournée quotidienne sous la pluie, la neige ou sous un soleil de plomb, persécutés en permanence par leur chef, l'infâme Will E.</p> <p>Après <i>Mon ami Dahmer</i> et <i>Punk Rock & Mobile Homes</i>, Derf Backderf change de registre tout en continuant à nous parler des petites villes de banlieue américaines… Librement inspiré de l'année qu'il a passée à travailler en tant qu'éboueur après sa dernière année de lycée, <i>Trashed</i> est à la fois un truculent récit parsemé d'anecdotes hilarantes, un portrait au vitriol de l'american way of life et un document édifiant sur les dommages collatéraux de la société de consommation.</p> <p><strong>Prix Tournesol 2016</strong><br class='manualbr' /><strong>Prix Lycéen de la BD Toulouse/Colomiers 2017, catégorie humour</strong><br class='manualbr' /><strong>Sélection Prix de la BD Fnac 2016</strong></p>;
Tungstène; <p>Format : 17x24 cm, broché<br class='manualbr' />186 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-215-7</p>; Quintanilha, Marcello ; <p>Marcello Quintanilha est né en 1971 à Niterói (État de Rio de Janeiro). Autodidacte, il commence sa carrière de dessinateur en 1988 dans la bande dessinée d'horreur, puis travaille dans le dessin animé pendant une dizaine d'années. Il devient ensuite illustrateur pour de nombreux magazines et journaux brésiliens, et publie son premier livre en 1999, "Fealdade de Fabiano Gorila" d'après la vie de son père, joueur de football professionnel dans les années 1950.<br class='manualbr' />En 2002, il signe avec les éditions du Lombard pour réaliser les dessins de la série "Sept Balles pour Oxford" sur des textes de Jorge Zentner et Montecarlo (sept albums publiés à ce jour). En 2009, le recueil de nouvelles "Mes Chers samedis" (Sábado dos Meus Amores) est publié au Brésil. Son premier roman graphique, "Tungstène", publié en 2015 en France aux éditions çà et là, a remporté le Prix du Polar au Festival d'Angoulême 2016 avant d'être adapté au cinéma par le réalisateur Heitor Dhalia. "Talc de Verre" a ensuite été publié en France 2016, puis "L' Athénée" en 2017 et "Les Lumières de Niteroi" en 2018.</p> <p> Marcello Quintanilha a reçu de nombreux autres prix, notamment à la Biennale internationale de bande dessinée de Rio de Janeiro en 1991 et 1993. Son recueil "Mes chers samedis" a remporté le prix du meilleur dessinateur HQ Mix en 2009. <br class='manualbr' />Depuis 2002, il habite et travaille à Barcelone.</p> ; août 2015; <p>Salvador de Bahia, Brésil, de nos jours. Les chemins de quatre habitants de la ville vont se croiser au pied du Fort de Notre-Dame de Monte Serrat, à l'occasion d'un fait divers. Cajù, un dealer à la petite semaine en galère, monsieur Ney, militaire à la retraite complètement névrosé et Richard, policier réputé mais mari exécrable en passe de se faire quitter par sa femme, Keira, se retrouvent tous impliqués dans un incident d'apparence anodine, mais qui va vite dégénérer en une situation dramatique.<br class='autobr' /> <i>Tungstène</i> est un polar d'une maîtrise confondante. Dans ce petit bijou noir, véritable mécanique de précision, les histoires des principaux protagonistes sont inextricablement liées les unes aux autres. Confrontés à une crise, ils se retrouvent poussés dans leurs retranchements, sur le point d'atteindre le point de rupture (le tunsgtène étant le métal ayant le plus haut point de fusion).</p> <p>Empruntant à la fois aux codes narratifs et visuels du comics, de la bd franco belge et du manga, Marcello Quintanilha met en scène avec maestria ce récit alternant scènes d'actions débridées et questionnements intérieurs, avec en toile de fond la réalité du Brésil d'aujourd'hui.</p> <p><strong>Fauve Polar Festival d'Angoulême 2016</strong><br class='manualbr' /><strong>Finaliste Grand Prix de la critique ACBD 2016</strong><br class='manualbr' /><strong>Sélection Prix de la BD FNAC 2016</strong><br class='manualbr' /><strong>Sélection Prix BD Quais du Polar 2016</strong><br class='manualbr' /><strong>Prix du meilleur scénario HQMIX 2014, Brésil</strong></p>;
La Jérusalem du pauvre; <p>Format : 15x21 cm, broché<br class='manualbr' />228 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-213-3</p>; Ranta, Ville ; <p>Ville Ranta est né en 1978 à Oulu en Finlande. Après des études littéraires à l'université d'Helsinki, il crée en 2000 une société d'édition indépendante, Asema, qui publiera notamment des ouvrages de Kati Kovacs et Jyrki Heikkinen. Il sort en 2003 son premier roman graphique, <i>Sade</i> (La Pluie) et en 2005, il collabore avec Lewis Trondheim pour la réalisation de l'album <i>Celebritiz</i>. Ville Ranta a depuis publié quatre autres bandes dessinées : <i>Papa est un peu fatigué</i>, <i>L'Exilé du Kalevala</i> et <i>Sept Saisons</i> chez çà et là et <i>Suite Paradisiaque</i> chez Rackham. Il est également dessinateur de presse, notamment pour le magazine Kirkko & Kaupunki et collabore régulièrement avec le plus grand quotidien finlandais, Helsingin Sanomat. En 2006, il a réalisé pour un magazine finlandais une bande dessinée mettant en scène Mahomet qui a provoqué un scandale et le licenciement du rédacteur en chef du magazine. <br class='autobr' /> Ville Ranta a reçu le Grand Prix du festival de Kemi 2006 et est lauréat 2014 du prestigieux Prix Finlande remis chaque année par le Ministère de la Culture à sept personnalités artistiques. Il vit à Oulu avec sa famille.</p> ; juin 2015; <p>Ville Ranta a 35 ans en 2013, il s'est séparé de sa femme, celle-ci a conservé la garde de leurs deux enfants et va déménager dans une autre ville. La nouvelle compagne de Ville, Rebekka, tombe enceinte alors que Ville avait décidé peu de temps auparavant de ne plus avoir d'enfants, suite à une résidence d'auteur à Matera, petite ville italienne surnommée la Jérusalem du Pauvre. Au fur et à mesure que la grossesse avance, la relations entre Ville et Rebekka se dégrade, Ville s'isole de plus en plus, à la fois attristé par le fait de ne plus vivre avec ses enfants et anxieux à l'idée de mener de front son métier d'artiste et la garde d'un nouveau bébé. La Jérusalem du pauvre est un roman graphique autobiographique contemplatif, dans lequel un rôle central est accordé à la narration improvisée, aux associations d'idées, et qui mélange allègrement les considérations terre à terre avec des envolées lyriques.<br class='manualbr' />« La Jérusalem du pauvre n'est pas un livre sur des secrets d'alcôve, ni un récit érotique, excitant ou encore l'histoire de notre époque. C'est une série de questions que je pose à la vie : pourquoi le génie est-il si difficile à trouver alors que la médiocrité et les hypermarchés sont absolument partout ? Pourquoi est-ce que je vieillis si vite ? Et surtout : pourquoi est-ce que je continue à faire des enfants ? » Ville Ranta</p>;
Hiver Rouge; <p>Format : 18x24cm, broché<br class='manualbr' />168 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 18 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-212-6</p>; Furmark, Anneli ; <p>Anneli Furmark est née en 1962 à Vallentuna et a grandi à Lulea (Suède). Elle a fait ses études à l'Académie des Beaux Arts d'Umea, où elle est ensuite devenue enseignante. Peintre et autrice de bandes dessinées, elle a publié son premier livre en 2002. Elle a participé à de nombreuses anthologies et a réalisé sept romans graphiques à ce jour. Son travail a été primé à deux reprises au festival de Kemi, en Finlande. Son premier livre publié en France, "Peindre sur le rivage" (Les Éditions de l'An 2, 2010) a été suivi du "Centre de la Terre" (çà et là, 2013), puis de "Hiver Rouge" (çà et là, 2015, Sélection Officielle Angoulême 2016), "Un soleil entre des planètes mortes" (çà et là, 2017) et "Au plus près" (çà et là, 2018) . Anneli Furmark vit à Umea.</p> ; juin 2015; <p><i>Hiver rouge</i> est une histoire d'amour en plein cœur de l'hiver suédois vers la fin des années 1970, dans une petite ville du nord du pays. Les sociaux-démocrates ont récemment perdu le pouvoir, divers groupes communistes s'activent au niveau national mais aussi dans les rues et les entreprises de la bourgade.</p> <p>Mère de trois enfants et employée à la section locale du parti social-démocrate, Siv tombe amoureuse d'un jeune maoïste, Ulrik, arrivé du sud de la Suède pour travailler à l'aciérie du coin tout en militant pour un groupuscule politique. Les enfants de Sirv observent ce qui se passent mais ne comprennent pas vraiment le petit manège des adultes. L'un des objectifs d'Ulrik est d'infiltrer le syndicat des ouvriers de l'aciérie, où travaille également Börje, le mari de Siv et militant social-démocrate. Quand le chef du groupe d'Ulrik découvre que celui-ci entretient une relation avec Siv, Ulrik est convoqué par les membres de son groupe et accusé de les espionner pour le compte de Börje. Ils obligent alors Ulrik à quitter la ville sur le champ, laissant Siv seule alors qu'elle vient de tout avouer à son mari et à ses enfants. <i>Hiver Rouge</i> est le récit de deux engagements qui vont se heurter : un amour passionnel et un militantisme politique aux répercussions dramatiques.</p> <p><strong>Sélection Officielle Festival d'Angoulême 2016</strong></p>;
Point de Fuite; <p>Format : 17x24 cm, broché<br class='manualbr' />160 pages bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-211-9</p>; Biagi, Lucia ; <p>Née en 1980 à Pise, Lucia Biagi est la cofondatrice et animatrice du label Amenità Comics et elle s'occupe avec son compagnon d'une librairie spécialisée bd à Turin, Belleville Comics. Point de Fuite (publié en 2014 en Italie chez Diabolo Edizioni) est sa deuxième bande dessinée, après Pets (Kappa Edizioni, 2009). Elle a également réalisé le reportage dessiné Japonize Me, un guide du manga publié sous forme d'ebook en 2014 (Zandegu). Lucia Biagi a fait partie des jeunes talents sélectionnés pour la mostra Futur Antérieur du Napoli Comicon de 2012.</p> ; mai 2015; <p>Sabrina est une jeune italienne de 25 ans au caractère bien trempé, elle vit chez ses parents dans une petite ville de province, mais passe le plus clair de son temps chez son petit ami, Stefano. Mal à l'aise dans son corps et dans sa vie, elle exprime parfois violemment son mal-être et se heurte à sa famille et à son entourage. Confrontée comme tous les italiens de sa génération à une terrible crise économique, elle affronte également une crise existentielle. Au seuil de l'indépendance et du monde adulte, elle ne se sent pas en mesure de faire face à ces changements. <br class='manualbr' />Un début décembre, une grossesse imprévue vient bouleverser la vie déjà passablement mouvementée de Sabrina. Elle décide d'avorter mais le rendez-vous à la clinique est fixé au mois de janvier, du fait des fêtes de fin d'année... Près de trente jours pendant lesquels Sabrina est soumise à des pulsions contradictoires, à l'angoisse et à la colère, se fait licencier et se sépare de son compagnon... Perturbée par tous ces événements, elle devra aussi composer avec les répercussions psychologiques de l'avortement avant de retrouver un équilibre. Lucia Biagi aborde le thème de l'avortement à travers un récit intimiste et nuancé, au-delà des tabous et des clivages idéologique, et revendique clairement la liberté de choix et l'absolu droit des femmes à décider de tout ce qui concerne leur corps et de leur vie.</p>;
Petit manuel du parfait réfugié politique; <p>Format : 13x20 cm, broché<br class='manualbr' />144 pages n&b et couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 14 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-210-2</p>; Neyestani, Mana ; <p>Né à Téhéran en 1973, Mana Neyestani a une formation d'architecte, mais il a commencé sa carrière en 1990 en tant que dessinateur et illustrateur pour de nombreux magazines culturels, littéraires, économiques et politiques. Il devient illustrateur de presse à la faveur de la montée en puissance des journaux réformateurs iraniens en 1999. En 2000, il publie son premier livre en Iran, "Kaaboos" (Cauchemar), qui sera suivi de "Ghost House" (2001) et "M. Ka's Love Puzzle" (2004). Catalogué comme dessinateur politique, Neyestani est ensuite contraint de faire des illustrations pour enfants. Celle qu'il a faite en 2006 a conduit à son emprisonnement et à sa fuite du pays. Entre 2007 et 2010, il vit en exil en Malaisie, en faisant des illustrations pour des sites dissidents iraniens dans le monde entier. Dans la foulée de l'élection frauduleuse de 2009, son travail est devenu une icône de la défiance du peuple iranien. En 2012, il publie en France le récit de son emprisonnement et de sa fuite d'Iran, "Une Métamorphose Iranienne" (coédition çà et là / Arte). Il publie ensuite en 2013 un recueil de dessins de presse, "Tout va Bien !", puis en 2015 son "Petit manuel du parfait réfugié politique" (çà et là / Arte).</p> <p>Mana Neyestani a remporté de nombreux prix iraniens et internationaux, plus récemment, le Prix du Courage 2010 du CRNI (Cartoonists Rights Network International ). Membre de l'association Cartooning for Peace, il a reçu le Prix international du dessin de presse, le 3 mai 2012, des mains de Kofi Annan et le Prix Alsacien de l'engagement démocratique en 2015.<br class='manualbr' />Mana Neyestani est réfugié politique en France depuis 2011 et vit à Paris avec sa femme.</p> ; avril 2015; <p>Après <i>Une métamorphose iranienne</i>, dans lequel l'auteur racontait avec retenue mais aussi une pointe de cynisme et d'humour son exil d'Iran, c'est à Paris que se déroule le nouvel ouvrage de Mana Neyestani. Suite à son arrivée en France début 2011, Mana et sa femme entament rapidement des démarches pour devenir réfugié politique. Après avoir testé de première main l'infernal système répressif iranien, Mana se trouve alors confronté à un univers certes beaucoup moins violent mais tout aussi kafkaïen pour les demandeurs d'asile, celui de l'administration française. Après un an et demis de tracasseries éreintantes, il parvient finalement à obtenir le statut tant convoité, ce qui en dit long sur les difficultés que peuvent rencontrer les demandeurs d'asile qui, pour la plupart, n'ont pas un dossier aussi documenté que le sien. Il décide alors d'en tirer un livre, entre bande dessinée autobiographique, autofiction et dessin de presse. <br class='manualbr' />Mana Neyestani raconte le quotidien d'un apprenti réfugié politique dans la ville-lumière, les tracasseries administratives poétiquement mises en scène, les fameux parisiens dont la réputation n'est plus à faire... Un <i>Petit manuel du parfait réfugié politique</i> à l'humour sec et tranchant.</p> <p><strong>Une coédition çà et là / ARTE Éditions</strong></p>;
Mes chers samedis; <p>Format : 21x28 cm, cartonné<br class='manualbr' />64 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-209-6</p>; Quintanilha, Marcello ; <p>Marcello Quintanilha est né en 1971 à Niterói (État de Rio de Janeiro). Autodidacte, il commence sa carrière de dessinateur en 1988 dans la bande dessinée d'horreur, puis travaille dans le dessin animé pendant une dizaine d'années. Il devient ensuite illustrateur pour de nombreux magazines et journaux brésiliens, et publie son premier livre en 1999, "Fealdade de Fabiano Gorila" d'après la vie de son père, joueur de football professionnel dans les années 1950.<br class='manualbr' />En 2002, il signe avec les éditions du Lombard pour réaliser les dessins de la série "Sept Balles pour Oxford" sur des textes de Jorge Zentner et Montecarlo (sept albums publiés à ce jour). En 2009, le recueil de nouvelles "Mes Chers samedis" (Sábado dos Meus Amores) est publié au Brésil. Son premier roman graphique, "Tungstène", publié en 2015 en France aux éditions çà et là, a remporté le Prix du Polar au Festival d'Angoulême 2016 avant d'être adapté au cinéma par le réalisateur Heitor Dhalia. "Talc de Verre" a ensuite été publié en France 2016, puis "L' Athénée" en 2017 et "Les Lumières de Niteroi" en 2018.</p> <p> Marcello Quintanilha a reçu de nombreux autres prix, notamment à la Biennale internationale de bande dessinée de Rio de Janeiro en 1991 et 1993. Son recueil "Mes chers samedis" a remporté le prix du meilleur dessinateur HQ Mix en 2009. <br class='manualbr' />Depuis 2002, il habite et travaille à Barcelone.</p> ; mars 2015; <p>Publié en 2009 au Brésil, <i>Mes Chers Samedis</i> est le premier recueil d'histoires courtes de Marcello Quintanilha, auteur et illustrateur brésilien très actif depuis ses débuts en 1988 pour des magazines et la presse brésilienne. Avec <i>Mes Chers Samedis</i>, il brosse le portrait de personnages issus des classes populaires brésiliennes, à travers quatre nouvelles étalées entre le début des années 1950 et la toute fin des années 1970. Au fil des histoires, il met en scène un amateur de football superstitieux habitant un bidonville de Rio et qui établit un rite pour faire gagner systématiquement son équipe favorite, un manutentionnaire travaillant dans un marché de fruits, mais déséquilibré mental et menacé de licenciement, un pêcheur du Nordeste s'improvisant professeur d'histoire pour les beaux yeux d'une jeune femme et enfin un employé de cirque dans la région de São Paulo qui se retrouve dans une très mauvaise posture suite à ses fanfaronnades.<br class='autobr' /> Marcello Quintanilha s'inspire de la commedia dell'arte et des tragi-comédies italiennes des années 1960 et retrouve la verve de ces films aux personnages haut en couleurs, rehaussée par des dessins aux couleurs flamboyantes.</p>;
Seule pour toujours; <p>Format : 15,5 x 21,5 cm, couverture souple<br class='manualbr' />104 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 12 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-208-9</p>; Prince, Liz ; <p>Liz Prince est née en 1981 à Boston (États-Unis). Après une enfance passée au Nouveau-Mexique, elle revient dans la région de Boston afin d'y suivre les cours de l'école des beaux-arts. Après avoir participé à des fanzines et quelques anthologies, elle auto-édite en 2005 un premier recueil d'histoires courtes, « Delayed Replays » (qui sera publié chez çà et là en 2007), suivi de « Tu m'aimeras encore si je fais pipi au lit ? » qui paraît en 2006 en France chez çà et là. Son premier roman graphique, « Garçon Manqué » (Tomboy) est publié en 2014 concomitamment en France et aux États-Unis et son nouveau recueil d'histoires courtes, « Seule pour toujours », paraîtra chez çà et là en février 2015. <br class='autobr' /> Liz Prince a remporté l'Ignatz Award 2005 du meilleur jeune talent pour « Tu m'aimeras encore si je fais pipi au lit ? ». Elle vit à Providence, dans le Massachusetts, avec ses deux chats, Wolfman et Dracula.</p> ; février 2015; <p>Après <i>Tu m'aimeras encore si je fais pipi au lit ?</i>, <i>Delayed Replays</i> et <i>Garçon Manqué</i>, Liz Prince revient avec un nouveau recueil de strips humoristiques consacrés, comme le titre l'indique, à sa vie sentimentale chaotique. Dans <i>Seule pour toujours</i>, Liz Prince, la reine de l'amourachement à vitesse supersonique décrit par le menu ses nombreuses déconvenues avec la gent masculine. Fascinée par les hommes barbus et à vestes à carreaux, Liz et son cœur d'artichaut se focalisent quasi-exclusivement sur les hipsters de la petite ville de Providence où elle habite, non loin de Boston, mais il lui arrive également de surfer intensivement sur les sites de rencontres pour tenter de trouver l'âme sœur, ou tout simplement quelqu'un avec qui aller voir le prochain concert de punk rock du coin. Mélangeant strips en trois cases ou en une planche et récits courts de quelques pages, Liz Prince reste cette adulescente au grand cœur hyper-attachante dont la vie a été quelque peu chamboulée suite à la notoriété croissante de son blog aux États-Unis mais qui hésite encore et toujours sur le comportement à avoir quand elle se retrouve coincée dans une file d'attente devant un barbu qui lui fait de l'œil.</p>;
Doctors; <p>Format : 18x24 cm, couverture souple<br class='manualbr' />96 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-207-2</p>; Shaw, Dash ; <p>Dash Shaw est né en 1983 à Hollywood (Californie). Il a grandi en Virginie avant de partir vivre à New York où il suit les cours de la SVA (School of Visuel Arts) dont il sortira diplômé en 2005. Il est l'auteur de cinq romans graphiques, "Bottomless Belly Buttton" (Sélection Officielle Festival d'Angoulême 2009, Prix Millepages 2008), "Virginia", "Bodyworld", "New School" et "Doctors" et des deux recueils d'histoires courtes, et collabore régulièrement pour la revue Mome de Fantagraphics Books. Il est également réalisateur de courts métrages, il a notamment réalisé un clip pour le groupe Sigur Ros.<br class='manualbr' />Dash Shaw vit à Brooklyn où il vient de terminer un long-métrage d'animation produit par John Cameron Mitchell, "My Entire High School Sinking Into the Sea".</p> ; janvier 2015; <p>Tammy Cho est docteur, mais dans un domaine un peu particulier : par l'intermédiaire du Charon, une machine révolutionnaire construite pas son père, elle se projette dans l'esprit de personnes tout juste décédées pour les ramener à la vie.... Une opportunité irrésistible pour ceux qui peuvent se le permettre, cependant, le répit accordé est de courte durée, les riches patients ramenés à la vie ayant seulement quelques jours pour faire leurs adieux à leur entourage, mettre leurs affaires - et notamment leurs testaments - en ordre, avant de mourir pour de bon. Ainsi, lorsque Mme Bell meurt des suites d'un accident de natation, elle est temporairement ressuscitée à la demande de sa fille, Laura. Mais la vie dans l'au-delà peut parfois s'avérer préférable à celle de notre monde et Mme Bell vit très mal ce retour forcé. Peu préoccupés par les états d'âme de ces patients, Tammy, son père et leur assistant William, continuent leur activité jusqu'à ce qu'une intervention du père de Tammy tourne mal et qu'elle soit obligée de se projeter dans l'esprit de celui-ci. <br class='manualbr' />Nouveau récit de Dash Shaw, le jeune prodige de la bande dessinée américaine, ce <i>Doctors </i> qui navigue entre science-fiction, thriller et drame familial est un ajout fascinant à une œuvre déjà impressionnante de diversité, avec <i>Virginia</i>, <i>Bottomless Belly Button</i>, <i>BodyWorld</i> et <i>New School</i>.</p> <p><strong>Sélection Officielle Festival d'Angoulême 2016</strong></p>;
Tsav 8; <p>Format : 19x26 cm, cartonné<br class='manualbr' />200 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 25 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-206-5</p>; Seliktar, Gilad ; <p>Gilad Seliktar, né en 1977 à Rehovot, en Israël, est illustrateur et auteur de bandes dessinées. Il a illustré de nombreux livres pour la jeunesse et son travail apparaît régulièrement dans les principaux journaux et magazines israéliens, ainsi que dans des anthologies du monde entier.<br class='autobr' /> Gilad est l'auteur du roman graphique « Pour qui te prends-tu ? » (2005), des "Démons de Mongol" (Atrabile, 2009) et le coauteur de "Ferme 54" (çà et là, 2008) avec sa soeur, l'écrivain Galit Seliktar. "Ferme 54" a été publié en France, en Espagne, en Italie et aux États-Unis, a fait partie de la Sélection Officielle du festival d'Angoulême en 2009 et de la liste des meilleurs livres de 2009 établie par Publishers Weekly.<br class='autobr' /> Gilad vit en Israël avec sa femme, Adi, leur fils Yonathan et leur chien Bambi.<br class='autobr' /> Il enseigne à la Bezalel Academy of Art and Design, à Jérusalem.</p> <p>"Un des artistes israéliens les plus importants " Rani Radzeli, Design Only</p> ; novembre 2014; <p><i>TSAV 8</i> est le nouveau roman graphique du dessinateur de <i>Ferme 54</i> (Sélection Officielle Angoulême 2011). Dans cet ouvrage autobiographique, Gilad Seliktar aborde un aspect particulier de l'armée israélienne : tous les Israéliens ayant fait leur service militaire (soit la quasi-totalité de la population adulte juive) sont obligatoirement réservistes jusqu'à l'âge de 40 ans, ce qui signifie qu'ils doivent effectuer chaque année une période de réserve d'un mois et qu'ils sont toujours mobilisables en cas de conflit.</p> <p>En novembre 2012, Gilad, reçoit un "Tsav 8", un ordre de mobilisation ; l'état d'urgence est décrété alors qu'une pluie de roquettes s'abat sur Israël et que l'armée prépare une intervention lourde dans la bande de Gaza, l'opération « Pilier de Défense ». Accompagné par un conducteur de bus, Gilad Seliktar est affecté à la distribution d'ordres de mobilisation à des réservistes à travers tout le pays. Une rencontre imprévue au cours de ce voyage lui remet en mémoire son propre service militaire - qu'il aurait préféré oublier - et notamment un incident avec un ancien compagnon d'armes qui s'était tatoué un dessin de Gilad sur le torse... Gilad Seliktar livre un récit personnel, parfois presque surréaliste et magnifiquement mis en images sur sa vie d'artiste en Israël, entre la survie, la guerre, et ses interrogations sur la création artistique.</p> <p>Gilad Seliktar a commencé ce projet en 2009, initialement pour aborder le thème du service militaire. Suite à sa mobilisation pendant l'opération "Pilier de Défense" de 2012 il a décidé d'intégrer cette expérience au livre. Il a terminé les dernières planches de Tsav 8 en août 2014, alors que la dernière intervention militaire à Gaza battait son plein, sans savoir s'il allait à nouveau être mobilisé... Une sinistre répétition d'événements qui illustre le cycle sans fin des violences dans la région.</p>;
L’Ere de l’égoïsme; <p>Format : 17x24 cm, broché<br class='manualbr' />240 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-205-8</p>; Cunningham, Darryl ; <p>Darryl Cunningham est né en 1960 en Angleterre et a fait ses études au Leeds College of Art. Il est dessinateur, sculpteur et photographe. Il a également travaillé comme aide soignant dans un service psychiatrique, où il a vécu les expériences décrites dans son premier livre, « Fables psychiatriques » (Blank Slate Books, 2010 / çà et là, mai 2013). Son deuxième livre, "Fables Scientifiques" (Science Tales) a été publié en avril 2012 chez Myriad Editions (Angleterre) et en mai 2012 chez çà et là.<br class='autobr' /> Il vit dans le Yorkshire.</p> ; octobre 2014; <p>Après la science (« Fables Scientifiques ») et la maladie mentale (« Fables Psychiatriques »), Darryl Cunningham se penche sur les relations entre la politique et l'économie, et plus précisément sur l'évolution des doctrines libérales et leur rôle dans le déclenchement de la crise de 2008, puis de la montée des extrêmes droites en Europe. Dans un premier temps, Cunningham brosse le portrait d'Ayn Rand, auteure américaine, - notamment de « La Grève » - relativement peu connue en France mais qui a été extraordinairement influente aux États-Unis. Ayn Rand est à l'origine de la doctrine de l'objectivisme et a influencé de très nombreux hommes politiques américains, dont les libertariens, mais aussi des personnes clés de l'administration qui jouèrent un rôle prédominant au moment de la crise de 2008. <br class='autobr' /> Cunningham décrit également dans le détail les mécanismes en cause dans cette crise et les ravages qu'elle a causés, parallèlement à un nouvel essor des politiques libérales et à la montée de l'individualisme dans nos sociétés. Son engagement est sans équivoque et il annonce clairement la couleur dans sa préface : "Dans des États démocratiques, où le droit de vote existe, nous sommes responsables d'avoir donné le pouvoir à ceux qui estiment vertueux de privilégier l'amoncellement d'argent au lieu de l'égalité de tous."</p>;
Garçon Manqué; <p>Format : 15x23 cm, broché<br class='manualbr' />256 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-204-1</p>; Prince, Liz ; <p>Liz Prince est née en 1981 à Boston (États-Unis). Après une enfance passée au Nouveau-Mexique, elle revient dans la région de Boston afin d'y suivre les cours de l'école des beaux-arts. Après avoir participé à des fanzines et quelques anthologies, elle auto-édite en 2005 un premier recueil d'histoires courtes, « Delayed Replays » (qui sera publié chez çà et là en 2007), suivi de « Tu m'aimeras encore si je fais pipi au lit ? » qui paraît en 2006 en France chez çà et là. Son premier roman graphique, « Garçon Manqué » (Tomboy) est publié en 2014 concomitamment en France et aux États-Unis et son nouveau recueil d'histoires courtes, « Seule pour toujours », paraîtra chez çà et là en février 2015. <br class='autobr' /> Liz Prince a remporté l'Ignatz Award 2005 du meilleur jeune talent pour « Tu m'aimeras encore si je fais pipi au lit ? ». Elle vit à Providence, dans le Massachusetts, avec ses deux chats, Wolfman et Dracula.</p> ; octobre 2014; <p>Liz Prince a grandi dans la banlieue de Santa Fé, au Nouveau Mexique, à la fin des années 1980. Elle n'était pas du tout girly et détestait s'habiller « en fille », mais elle n'était évidemment pas non plus un garçon, comme lui fit clairement comprendre le coach de base-ball de l'équipe junior locale. Elle était quelque part entre les deux. Et ce n'était pas une zone très confortable, avec les forces de l'école primaire, du collège, de ses parents, de ses amis et de ses amours qui la tiraillaient dans un sens ou dans l'autre... Petit à petit, au fur et à mesure de ses rencontres, elle apprend à composer avec les réactions de son entourage et à se construire une identité propre.</p> <p>Avec <i> Garçon manqué</i>, Liz Prince abandonne l'autobiographie en petits strips humoristiques qui l'a fait connaître aux États-Unis et en France (dans <i>Tu m'aimeras encore si je fais pipi au lit ?</i> et <i>Delayed Replays</i> parus chez çà et là en 2006 et en 2007 ) pour s'attaquer au récit long, et c'est une véritable réussite ! On retrouve avec plaisir l'humour mi-figue mi-raison et la dérision qui la caractérisent, auxquels s'ajoute une belle réflexion sur le genre et sur la perception de la féminité dans nos sociétés.</p>;
L’Enfant Inattendue; <p>Format : 20x28 cm, couverture cartonnée<br class='manualbr' />184 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 24 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-201-0</p>; Romberger, James / Van Cook, Marguerite ; <p>Né en 1958 aux États-Unis, James Romberger est un artiste américain connu pour ses représentations du Lower East Side de New York. Ses dessins au pastel figurent dans de nombreuses collections publiques et privées, ainsi que dans des musées (dont le Metropolitan Museum of Art). Ses expositions solo et collectives ont été montrées dans de nombreuses galeries, dont Ground Zero NY, la galerie Grace Borgenicht, Gracie Mansion, ainsi qu'au New Museum of Contemporary Art. Romberger est auteur de BD depuis le début des années 1980. Il a travaillé pour les principaux éditeurs américains, Marvel Comics, Image Comics et DC Comics. Ses deux derniers ouvrages parus sont Aaron and Ahmed (écrit par Jay Cantor), publié en 2011 chez DC Comics/Vertigo, et Post York, écrit et dessiné par Romberger sur une musique de Crosby (Uncivilized Books, 2012). "L'Enfant Inattendue" parait en 2014 simultanément aux États-Unis et en France.</p> / <p>Née en Angleterre, Marguerite Van Cook est une artiste, poétesse, musicienne, danseuse et réalisatrice de courts métrages. Elle a été l'une des figures de la scène punk londonienne et a notamment fait la première partie de la tournée « Give ‘Em Enough Rope/Sort it Out » des Clash, avec son groupe The Innocents. Elle est depuis trente ans l'une des actrices incontournables de la scène artistique de l'East Village à New York. Ses travaux pluridisciplinaires (photo, vidéo, peinture) sont exposés dans de nombreuses galeries et expositions d'art contemporain dans le monde entier. Elle a réalisé la mise en couleur du roman graphique "Seven Miles A Second", paru en 1994 aux États-Unis et en 2011 en France. "L'Enfant Inattendue" (The Late Child, 2014) est son premier livre en tant que scénariste.</p> ; octobre 2014; <p><i>L' Enfant Inattendue</i> est le portrait croisé d'une mère et de sa fille dans l'Angleterre de la deuxième moitié du XXe siècle en cinq tableaux retraçant des moments forts de leur vie, de la seconde guerre mondiale à 1968.</p> <p>Années 1940, Portsmouth, ville du sud de l'Angleterre, Hetty Martin adopte une petite fille alors que son mari est au front. A la fin du conflit, Hetty apprend que son mari est mort au combat. Elle va convaincre les autorités qu'elle peut s'occuper de la petite June alors qu'elle est veuve et sans revenus. Dix ans plus tard, Hetty donne naissance à Marguerite suite à une liaison cachée avec un homme marié. Cette situation est très mal acceptée dans un pays encore très conservateur. Hetty doit aller plaider sa cause au tribunal qui veut lui retirer la garde de la petite. Marguerite, élevée en ville, découvre la compagne anglaise à travers des séjours chez des amis de la famille et se passionne pour la faune et la flore. A l'approche de l'adolescence, elle séjourne en Normandie chez une amie française, les deux filles s'intéressent de près à la gent masculine...</p> <p>Ce récit autobiographique de Marguerite van Cook, magnifiquement mis en images par James Romberger, raconte l'histoire d'une enfant non désirée, mais aimée, dans une société réactionnaire, voire prédatrice envers les femmes, mais c'est également un hymne à la nature et à la sensualité.</p>;
Voix de la Nuit; <p>Format : 17x24 cm, broché<br class='manualbr' />364 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 24 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-203-4</p>; Lust, Ulli / Beyer, Marcel ; <p>Ulli Lust est née en 1967 à Vienne (Autriche) et vit depuis 1995 à Berlin, où elle a fait des études artistiques à la Kunsthochschule. Elle commence sa carrière comme illustratrice de livres pour enfants en 1993 et se lance dans la bande dessinée en 1998. Elle pratique la bande dessinée-reportage et réalise des illustrations pour de nombreux journaux ou magazines, notamment Le Monde diplomatique.</p> <p>Ulli Lust participe à l'anthologie de bandes dessinées,"Alltagsspionage"publiée chez Monogatari en 2001, puis elle réalise de nombreux ouvrages dont "Fashionvictims, Minireportagen aus Berlin" (2008, Avant-Verlag). Elle a participé au collectif "Pommes d'amour" (publié en 2008 chez Delcourt) et L'employé du Moi a édité en 2009 son récit érotico-mythique : « Airpussy ». Publié en 2009 en Allemagne, et en 2010 en France, « Trop n'est pas assez » (Heute ist der Letzte Tag vom rest Deines Lebens »), a remporté le Prix Révélation Angoulême 2011 et le Prix Artémisia 2011. "Voix de la Nuit" (Flughunde), a été publié en 2013 en Allemagne. En 2014, Ulli Lust a reçu le prestigieux Prix Max und Moritz de la meilleure artiste de bande dessinée de langue allemande.</p> <p>Ulli Lust est également la créatrice du site de publication online electrocomics.com où elle publie des e-books et des strips d'auteurs du monde entier.</p> / <p>Marcel BEYER, né en 1965 en Allemagne de l'Ouest, s'est installé à Dresde après la chute du Mur de Berlin. Il a commencé sa carrière littéraire en publiant des poèmes, puis en 1995 un premier roman, "Voix de la nuit" (1997, Calman-Lévy) et "Kaltenburg" (2010, Métailié). Dans chacun d'entre eux, Marcel Beyer revient sur les conséquences actuelles de la blessure profonde et inguérissable que le nazisme a infligée à l'Allemagne. Lorsqu'on lui demande pourquoi un jeune écrivain s'intéresse si intensément à des événements qui se sont déroulés bien avant sa naissance, il répond qu'il se demande toujours avec angoisse comment il se serait comporté s'il avait vécu à cette période-là, s'il aurait su vivre dans un régime totalitaire sans se compromettre avec le pouvoir.</p> ; septembre 2014; <p>Hermann Karnau est acousticien, une sorte d'archéologue des sons. La voix humaine est son obsession. En 1940, il décide d'explorer systématiquement ce phénomène et, repéré par les nazis, met son savoir-faire au service du IIIe Reich. Dans sa frénésie de prouver que la langue allemande est « quelque chose que l'on a dans le sang depuis la naissance », Karnau enregistre des centaines de voix, passant du râle des mourants sur le front russe au gargouillis de gorges ouvertes au bistouri et procède à des expérimentations scientifiques afin d'obtenir la voix aryenne la plus pure. Sa position l'amène à fréquenter Goebbels, le ministre de la propagande nazie et plus particulièrement l'aînée de ses six enfants, Helga. <br class='manualbr' />En avril 1945, l'Armée Rouge est dans Berlin. Un dernier carré de notables s'enferme dans le bunker d'Hitler avec Karnau et la famille d'Helga. Les voix de l'acousticien et de l'adolescente se font écho jusqu'à la fin, quand Karnau enregistre les derniers instants des enfants assassinés.</p> <p><i>Voix de La Nuit</i> a d'abord été un roman de Marcel Beyer (1997, Calmann-Levy). L'adaptation en bande dessinée par Ulli Lust (<i>Trop n'est pas Assez</i>, Prix Révélation Angoulême 2011) est un véritable tour de force narratif et graphique, combinant différents univers, plus réaliste pour l'ingénieur, plus coloré et fantaisiste pour Helga. Les deux mondes se rejoignant finalement dans la noirceur la plus profonde, marquant la folie d'un système abject.</p>;
Serpents et Echelles; <p>Format : 18x26 cm, cartonné simili cuir, jaquette quadri<br class='manualbr' />56 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-202-7</p>; Campbell, Eddie / Moore, Alan ; <p>Eddie Campbell est né en 1955 à Glasgow en Écosse. Il commence sa carrière d'auteur de bandes dessinées à la fin des années 70 au sein de la scène indépendante anglaise. Il collabore à la plupart des fanzines de l'époque, dont Fast Fiction ! , Gag ! ou Flick dans lesquels il publie notamment les premières histoires courtes de son alter ego Alec MacGarry.</p> <p>En 1986, il quitte l'Angleterre pour s'installer avec sa femme en Australie. A partir de la fin des années 1980 il participe à de nombreux magazines publiés par des éditeurs anglais et américains comme Knockabout , Fantagraphics ou Dark Horse Presents et crée le personnage de la série "Bacchus" qu'il utilisera pendant près de 15 années.</p> <p>En 1995, il crée sa propre structure d'édition, Eddie Campbell Comics , où il publiera l'intégrale de la série "Bacchus" ainsi que les quatre volumes de la série "Alec" (qui seront publiés en France chez çà et là entre 2007 et 2011). En 1989 avait débuté dans le magazine Taboo la parution de "From Hell" avec Alan Moore au scénario et Eddie Campbell au dessin. Après de nombreuses péripéties, les dépôts de bilans de deux éditeurs et près de dix années de parution irrégulière, le recueil de l'intégrale de "From Hell" deviendra l'un des plus grands succès du roman graphique aux États-unis et sera adapté en film en 2001.</p> <p>L'œuvre de Eddie Campbell a été récompensée par de nombreux prix à travers le monde. ll a notamment reçu des Eisner et Harvey Awards ainsi que le Prix de la Critique du Festival d'Angoulême pour "From Hell" avec Alan Moore en 2001. L'intégrale des "Alec", publiée en 2011 chez çà et là, était en Sélection Officielle du Festival d'Angoulême 2012.</p> / <p>Alan Moore, né en 1953 en Angleterre, est certainement l'un des plus grands scénaristes de bande dessinée au monde. Ses œuvres font aujourd'hui partie de l'histoire de ce medium :<br class='autobr' /> Watchmen, Lost Girls, V pour Vendetta, From Hell… Il a reçu au cours de son œuvre de nombreuses récompenses, dont l'Hugo Award, le<br class='autobr' /> Locus Award, le Bram Stocker Award, le Will Eisner Award et le Prix du meilleur album étranger du Festival International de la bande dessinée d'Angoulême, et ce à deux reprises. Son premier roman, Voice of the Fire, se déroule à Northampton, en Angleterre, où il est né et réside encore aujourd'hui.</p> ; août 2014; <p>« Nous écrivons de belles paroles et pensons que nous jouons le jeu suprême, mais durant tout ce temps, ce n'est qu'une partie de Serpents et Échelles. » Alan Moore</p> <p><i>Serpents et Échelles</i> est la troisième collaboration de Campbell et Moore après <i>From Hell</i> et <i>La Coiffe de Naissance</i> et une œuvre qui reste inédite à ce jour en langue française. Publié en 2001 au format comic-book par Eddie Campbell, <i>Serpents et Échelles</i> est adapté d'un spectacle donné à Londres en 1999, c'est également l'un des textes les plus poétiques d'Alan Moore. A travers les portraits de personnalités marquantes de l'histoire de l'Angleterre, il revisite la création de l'univers, de l'homme, et s'interroge sur les sources de l'art et de l'imaginaire des hommes et des artistes. Il poursuit également sa réflexion sur l'influence des lieux sur la psyché des personnes qui les habitent, et sur la nature des liens entre le monde réel et le monde magique. <br class='manualbr' />Ce très beau texte est, une fois encore, magnifiquement mis en image par Eddie Campbell qui connaît mieux que personne l'univers d'Alan Moore et conçoit des représentations graphiques en parfaite adéquation avec les images mentales du mage anglais.</p>;
Gast; <p>Format : 19x26 cm, broché<br class='manualbr' />176 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 23 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-99-5</p>; Swain, Carol ; <p>Carole Swain est née en 1962 à Londres, mais elle a grandi dans un petit village du Pays de Galles, dans un village où la population était un curieux mélange de baptistes hystériques et d'anciens hippies. Elle suit ensuite des études artistiques pour devenir peintre. En 1989 elle commence à auto éditer sa première bande dessinée "Way Out Strips" qui sera ensuite publiée par Fantagraphics. Elle a publié deux romans graphiques aux États-Unis et participé à de nombreuses anthologies du monde entier avant la publication de "Rock'n'Roll Life", en collaboration avec Bruce Paley chez çà et là en 2008, puis de "Foodboy" en 2010. "Gast" est publié simultanément en France (çà et là) et aux États-Unis (Fantagraphics) à l'été 2014 .<br class='manualbr' />Carol Swain vit actuellement au Pays de Galles.</p> ; août 2014; <p>Gast /ˈɡast/ <i>nom commun, féminin</i> (pluriel <i>geist</i>)<br class='manualbr' />Gallois : chienne (femelle du chien), également appliqué à certains bipèdes<br class='manualbr' />Vieil anglais : fantôme</p> <p>Helen est une jeune ornithologue amateur, vivant dans une communauté rurale du Pays de Galles. Lorsque Bill, un agriculteur du coin, lui raconte qu'un "oiseau rare" nommé Emrys s'est suicidé à la ferme de Cuddig, elle décide d'enquêter. Un des chiens de la ferme lui dit, en guise d'explication, que Emrys "n'avait pas de plumes et ne pouvait pas voler." Elle retrouve un vieux kit de maquillage dans une benne à ordures et découvre qu'il appartenait à Emrys. En faisant l'inventaire du contenu de la trousse, elle trouve une douille de cartouche de fusil de chasse. Au fil du récit, la vie intérieure d'Helen se révèle lentement à travers un mélange de détails naturalistes et d'événements fantasmagoriques dans ce lieu sauvage et magique où les animaux sont doués de la parole. Ses tentatives pour découvrir qui était réellement Emrys se transforment en une quête initiatique et aboutissent à son acceptation du monde tel qu'il est. <br class='manualbr' />Avec <i>Gast</i>, son quatrième roman graphique, Carol Swain atteint une véritable maturité artistique et livre une vision philosophique du monde, mise en scène de façon unique par un artiste dont l'univers est l'un des plus singuliers de la bande dessinée anglaise de ces dernières années.</p>;
Cratère XV; <p>Format : 14x18 cm, cartonné<br class='manualbr' />496 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 25 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-200-3</p>; Cannon, Kevin ; <p>Né dans le Minnesota en 1979, Kevin Cannon dessine des bandes dessinées depuis ses études d'art à Grinnell College. Il publiera d'ailleurs 100 épisodes d'un strip hebdomadaire pour le journal de la fac. Après avoir travaillé comme assistant de Zander Cannon (pas de lien de parenté), il crée en 2004 avec lui et avec Shad Tetosky la maison d'édition Big Time Attic où ils publieront essentiellement de la bande dessinée « non fiction » (documentaire). "Far Arden", son premier roman graphique, a été publié en 2009 aux États-Unis et a été sélectionné aux Eisner Awards en 2010. Il a été suivi par "Cratère XV" en 2013 aux États-Unis et 2014 en France. Kevin Cannon a également réalisé une mini bande dessinée dans le dernier roman de Benjamin Berton, "Le Nuage Radioactif" (Ring, 2014).</p> ; juin 2014; <p>La Guerre Froide comme vous ne l'avez encore jamais vue ! <i>Cratère XV </i> est la suite de <i>Far Arden</i>, étonnant récit d'aventure de 384 pages nominé pour un Eisner Award en 2009 et publié en France en 2012. Dans ce nouvel opus, Kevin Cannon tisse un récit entremêlant aventures, capes et épées, bases spatiales abandonnées, morses sanguinaires, astronautes fous, femmes fatales ambiguës, poursuites en voilier, pirates de Sibérie, l'Arctique comme enjeu de politique internationale et un troupeau d'orphelins surexcités. Mêlés à tout cela, on retrouve Army Shanks, notre vieux loup de mer encore sous le choc d'une perte dévastatrice et Wendy Byrd, une courageuse adolescente qui ne désire rien de plus qu'un aller-simple pour l'espace. <br class='autobr' /> Si vous avez soif de mystères, de sensations fortes et des frissons arctiques, mettez le cap sur le Cratère XV !</p> <p><strong>Sélection Pépite Bande Dessinée / Manga du Salon du Livre Jeunesse de Montreuil 2014</strong></p>;
Angie Bongiolatti; <p>Format : 15x24 cm, broché<br class='manualbr' />240 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 21 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-98-8</p>; Dawson, Mike ; <p>Né en 1975 en Écosse, Mike Dawson vit aux États-Unis depuis l'âge de 11 ans. Son premier roman graphique, "Freddie et Moi" (éditions Rackham) racontait sa passion pour le groupe Queen. Il a collaboré à de nombreuses anthologies, notamment avec Alex Robinson ("De Mal en Pis"). "Ace-Face", son deuxième livre, est paru en 2011 chez çà et là et le suivant, "Troupe 142", en 2013. "Angie Bongiolatti" est paru début 2014. Son dernier livre « Nouvelles du front d'un père moderne » sort simultanément en France et aux États-Unis<br class='autobr' /> Mike Dawson vit dans à Fair Haven, dans le New Jersey avec sa femme Aliza et leurs deux enfants.</p> ; juin 2014; <p>Après <i>Troupe 142</i> - le roman graphique de Mike Dawson sur des scouts en furie - l'auteur met de côté l'enfance et déplace cette fois son récit dans la grande ville et s'attarde sur le monde des jeunes adultes américains. Dans <i>Angie Bongiolatti</i>, nous suivons un groupe de jeunes New-Yorkais naviguant sur des pentes glissantes entre le travail, l'amitié, le sexe et la politique au tout début du XXIe siècle. Angie travaille dans une start-up où elle est productrice de programmes pédagogiques multimédias. Militante politique très engagée, elle est également l'objet de toutes les attentions de la part des hommes de son entourage, Matt, Malcom, Steve et Amol. Elle va devenir le fil conducteur des histoires de ces jeunes adultes, tout juste sortis de l'adolescence.<br class='manualbr' />Avec <i>Angie Bongiolatti</i>, Mike Dawson démontre une fois encore sa capacité à créer une multitude de personnages aux caractères finement décrits. Son nouveau livre explore avec honnêteté les motivations de l'engagement politique et dit à quel point cet acte peut être intime. Dans un monde rempli de gens qui luttent pour être meilleurs en dépit de leur inconfortable humanité, Dawson nous tend un miroir plein de douceur et de clémence.</p>;
Mes Cent Démons !; <p>Format : 24x15 cm, relié<br class='manualbr' />224 pages couleur<br class='manualbr' />Prix de vente : 24 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-90-2</p>; Barry, Lynda ; <p>Née en 1956 dans le Wisconsin, Lynda Barry est l'une des principales figure de la bande dessinée féminine aux États-Unis. Fille d'un charcutier irlando-norvégien et d'une immigrante philippine employée dans un hôpital de Richland, après des études artistiques à l'Evergreen State College d'Olympia où elle rencontre Matt Groening qui publie sa première histoire dans le journal du campus , elle entame une prolifique carrière de dessinatrice de comic strips en 1979. Elle est surtout connue pour sa bande dessinée hebdomadaire « Ernie Pook's Comeek » qui a été publiée pendant trente ans à travers les États-Unis et au Canada. Elle a également adapté son roman, "The Good Times are Killing Me" en pièce de théâtre. Lynda Barry est l'auteur de 17 livres, a travaillé en tant que commentateur pour la radio NPR, et collabore régulièrement à de nombreuses publications comme Esquire et Mother Jones Magazine. Elle est récipiendaire de nombreux prix, dont deux Eisner Awards pour ses romans graphiques "What It Is" (2008) et "Picture This" (2010). Elle vit dans la campagne du Rock County, dans le Wisconsin.</p> ; mai 2014; <p>Lynda Barry est l'une des illustratrices américaines les plus réputées dans son pays. Depuis 35 ans, elle réalise des comic strips publiés par des dizaines de journaux américains. <i>Mes Cent démons</i> est un ouvrage étonnant où Lynda Barry montre son talent unique pour parler de l'enfance avec naturel. Elle pratique avec bonheur l'autofiction, ou comme elle l'appelle, <i>l'autobifictionalographie</i>, et se met en scène sous les traits d'une gamine un peu gauche, un peu moche, aux cheveux roux incoiffables, parfaitement incapable de danser, mais mourant d'envie d'être cool. La structure du livre est construite autour d'un exercice de dessin asiatique qui consiste pour l'artiste à faire sortir de sa plume une centaine de démons intérieurs.</p> <p>Lynda Barry s'étend sur ses souvenirs dans de longues séquences narratives parfois douces et parfois douloureuses. Elle aborde aussi bien sa sensibilité aux odeurs des autres, sa consommation d'acide à l'âge de 16 ans, ou la couleur des poux que l'art de domestiquer les chiens victimes de violences. Elle retranscrit avec beaucoup d'acuité la cruauté et les plaisirs de l'enfance, remémorés avec floraison de détails et sans fard et aborde pour la première fois sa propre histoire après des années de strips qui lui ont permis de peaufiner un ton et un style inimitables. Le résultat est à la fois poignant et drôle...</p> <p><strong>Sélection Officielle Festival d'Angoulême 2015</strong></p> <p><strong> Sélection Prix Artémisia 2015</strong></p>;
La Machine à Influencer; <p>Format : 17x23 cm, broché<br class='manualbr' />208 pages bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-96-4</p>; Gladstone, Brooke / Neufeld, Josh ; <p>Brooke Glastone est née en 1955 à Long Island et a fait ses études à l'université de Standford. Après avoir couvert les médias pour The Washington Weekly, elle rejoint la radio publique NPR en 1987 en tant que productrice de plusieurs émissions. En 1992, elle est correspondante de la chaîne à Moscou et à son retour, en 1995, elle devient la première journaliste média de NPR, basée à New York. Depuis début 2000, elle produit et anime l'émission On the Media pour NPR, un magazine sur les médias suivi par des millions d'auditeurs et qui a remporté de nombreux prix. Elle collabore également avec The Washington Post, The Boston Globe, The Observe et Slate.</p> / <p>Josh Neufeld est né en 1967 à New York, ville où il réside encore, après avoir vécu en Californie mais aussi en Europe. Ce dessinateur de la mouvance indépendante underground a autopublié nombre de ses créations, en général des œuvres ancrées dans le réel. Il a notamment collaboré avec Harvey Pekar (pour lequel il a mis en image plusieurs scénarios d'"American Splendor"). En 2011, il a publié "La Nouvelle Orléans après le Déluge, A.D." (La Boîtes à Bulles) . En 2012/2013, Josh Neufeld a été sélectionné pour participer au prestigieux Knight-Wallace Fellowship in journalism de l'Université du Michigan. En 2014 sort en France "La Machine à Influencer", écrit par la journaliste radio Brooke Gladstone et dessinée par Neufeld, cet ouvrage recevra le Prix Spécial du Jury des Assises Internationales du Journalisme 2014.</p> ; avril 2014; <p>Pourquoi le chiffre de 50 000 victimes revient-il aussi souvent dans les médias américains ? Les journalistes devraient-ils annoncer leurs intentions de vote ? Internet radicalise t-il nos opinions ? Ce sont quelques-unes des questions soulevées par Brooke Gladstone, journaliste spécialiste des médias pour la radio publique américaine NPR. Avec l'aide du dessinateur de bande dessinée documentaire Josh Neufeld, elle retrace dans <i>La Machine à influencer</i> l'évolution des médias d'information et des pratiques journalistiques. Des premières dérives de l'information sous l'empire romain jusqu'aux errements des médias américains au moment de l'entrée en guerre contre l'Irak, Brooke Gladstone s'interroge et livre une grande leçon de journalisme.</p> <p>Passionnant manifeste, <i>La Machine à influencer</i> réfute les théories qui représentent les grands médias en tireurs de ficelles tout-puissants. De la censure aux journalistes "embedded" en zones de guerre, le livre recense les stratégies des politiques pour s'accommoder du quatrième pouvoir, décortique les différents biais qui affectent les journalistes, décrit le circuit des sondages et statistiques qui parviennent jusqu'à nous et explique comment nous en venons à croire ou rejeter certaines informations. Brooke Gladstone et Josh Neufeld nous fournissent ainsi des outils pour décrypter les médias et rester des consommateurs (voire des producteurs) d'information vigilants.</p> <p><strong>Préface de Daniel Schneidermann</strong></p> <p><strong> Prix Spécial "Éducation aux médias" des Assises Internationales du journalisme et de l'information 2014 </strong></p> <p><strong>Sélection Prix France Info de la Bande dessinée d'actualité et de reportage 2015</strong></p>;
Iron Bound; <p>Format : 21x19 cm, relié<br class='manualbr' />256 pages noir & blanc et couleur<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-97-1</p>; Leach, Brendan ; <p>Brendan Leach est né en 1979 à Staten Island, dans l'état de New York. Il a été soutenu par la prestigieuse la Fondation Xeric en 2010 et publiés dans plusieurs anthologies, dont Best American Comics 2011, Smoke Signal, Rabid Rabbit, et Ferocious Quarterly. Brendan vit et travaille actuellement à Brooklyn, NY.</p> ; mars 2014; <p>Newark, New Jersey, 1961. Eddie et Bento sont deux garçons en jean et blouson noir issus du quartier ouvrier de Ironbound. Le premier est un taiseux à la tête froide que l'on devine loyal et consciencieux, le second, un jeune chien fou braillard et arrogant qui a tendance à penser avec ses poings et son cran d'arrêt. Les deux sont de petites frappes qui, pour avoir un peu trop joué aux durs entre menus trafics et bagarres avec les gangs voisins, ont fini par frayer avec de vrais gangsters et mettre un pied dans la criminalité. Suite à un dérapage, ils sont recherchés par Dunham, un mystérieux policier…</p> <p>Après avoir recréé le New York d'un début de XXe siècle fantasmé dans <i>Chasseurs de Ptérodactyles</i>, Brendan Leach confirme son goût pour les univers rétros avec <i>Iron Bound</i>, un polar élégamment sixties et rock'n'roll. Au pied des buildings de Newark ou sur le front de mer d'Asbury Park, au bowling, au cinéma, dans les box des diners ou dans de belles voitures chromées, on y croise des voyous, des criminels et des flics corrompus, de gentilles filles amourachées de mauvais garçons et des bad girls hostiles à ces rivales possibles. <br class='autobr' /> Au fil d'une intrigue tendue et elliptique empruntant au roman noir, somptueux décors, visages et dégaines prennent forme et vie sous le trait nerveux et tremblé de Brendan Leach, qui joue avec les codes de l'époque d'Elvis pour nous livrer au final un roman graphique diablement original. Deux morceaux de rock'n'roll ont été composés spécifiquement pour <i>Iron Bound </i> : <a href="http://iknowashortcut.com/ironboundmusic/" class='spip_out' rel='external'>http://iknowashortcut.com/ironbound...</a></p>;
Punk Rock et mobile homes; <p>Format : 17x25 cm, broché<br class='manualbr' />160 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 19 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-95-7</p>; Backderf, Derf ; <p>John « Derf » Backderf est né en 1959 à Richfield, une petite ville de l'Ohio où il passera toute son enfance. Après un bref passage dans une école d'art, il retourne chez lui et travaille un an comme éboueur, avant de recevoir une bourse pour l'université de l'Ohio où il suivra un cursus en journalisme tout en réalisant des illustrations pour le journal local. Une fois diplômé, Derf Backderf devient journaliste pour un quotidien de Floride, puis abandonne cette carrière pour se lancer dans la réalisation d'un strip, "The City" avec ses "True Stories", qui durera vingt-quatre ans et sera publiés dans près de 200 journaux et magazines américains.<br class='manualbr' />Le premier roman graphique de Derf Backderf, "Punk Rock & Mobile Homes" (publié en 2014 chez çà et là), a été consacré comme l'un des meilleurs romans graphiques de 2010 par le magazine Booklist. En 1994, Derf Backderf avait commencé à travailler sur la réalisation de "Mon ami Dahmer" ; le livre sera finalement publié en 2012 aux États-Unis, puis en 2013 en France. "Mon Ami Dahmer" a reçu le Prix Polar SNCF 2014, le Prix Révélation du Festival d'Angoulême 2014 et le Prix littéraire des lycéens de la région PACA 2015. Le troisième roman graphique de Derf Backderf, "Trashed", a été publié en 2015 en France et aux États-Unis. Le livre a reçu le Prix Tournesol 2016 de la bd écolo de l'année et a été sélectionné pour le Prix BD Fnac 2016.<br class='autobr' /> Derf Backderf a été nominé pour deux Eisner Awards et a reçu de très nombreuses récompenses pour son travail de dessinateur de presse, dont le prestigieux Robert F. Kennedy Journalism Award du dessin politique en 2006. Il vit à Cleveland (Ohio) avec sa femme Sheryl Harris (journaliste lauréate du Prix Pulitzer) et leurs deux enfants.</p> ; février 2014; <p>Située au début des années 1980, dans la banlieue d'Akron, une ville de la Rust Belt frappée par la crise économique, <i>Punk Rock et mobile homes</i> est une comédie déjantée dans le milieu de la musique punk. Le personnage principal, Otto Pizcok, dit « Le Baron », est en terminale et vit dans le parc de mobile-homes appartenant à son grand-oncle. Gros balèze féru du Seigneur des Anneaux à la personnalité un peu borderline, il est à la fois admiré et incompris de ses camarades de classe. Grand fan de musique punk, il fréquente assidûment The Bank, la principale salle de concerts punk d'Akron, alors appelée « The New Liverpool ». <br class='manualbr' />Grâce à son impressionnant aplomb, Otto parvient à se débarrasser de son image de nerd pour devenir le guide/roadie de sommités du Punk telles que Joe Strummer ou les Ramones. Il devient même chanteur, et parvient à ses fins avec la gent féminine, mais il finit par péter les plombs en plein concert et, comble de l'horreur, se retrouve seul à l'approche du bal de fin d'année.</p> <p>Avec ses personnages baroques, ses dialogues et situations rocambolesques, <i>Punk Rock et mobile homes</i> est à mourir de rire, tout en étant un véritable documentaire sur la scène punk des années 1980, telle que Backderf l'a lui-même connue dans sa jeunesse.</p> <p><strong>Lauréat Prix Bulles Zik 2014</strong></p>;
Pompéi; <p>Format : 22x28 cm, relié<br class='manualbr' />144 pages une couleur<br class='manualbr' />Prix de vente : 24 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-94-0</p>; Santoro, Frank ; <p>Frank Santoro est né le 14 mai 1972 à Pittsburgh.<br class='autobr' /> Après des études artistiques au San Francisco Art Institute, il se lance en 1992 sous le pseudonyme de Sirk dans l'auto-édition d'un magazine d'illustrations photocopiées détournant l'imagerie populaire des années 30. Dix numéros de ce magazine seront publiés entre 1992 et 1994.</p> <p>Fasciné par le grand format des bandes dessinées publiées dans les pages du dimanche des quotidiens américains, Frank Santoro se lance dans un projet lui permettant d'expérimenter de nouvelles techniques de narration et de découpage des planches de bande dessinée. Il dessine Storeyville de janvier à juin 1995. Il imprime dans le Wisconsin 10 000 exemplaires de Storeyville au format des quotidiens américains, sur papier journal. Un petit nombre d'exemplaires seront vendus au cours de conventions mais la plus grande partie du tirage finira distribuée gratuitement dans des boîtes à lettres, des librairies ou encore des salles de cinéma de la région de Pittsburgh. En dépit de ces problèmes de distribution, Storeyville devient l'une des bandes dessinées de référence des années 1990. <br class='autobr' /> Quelques-unes des plus grandes figures de la bande dessinée indépendante américaine auront remarqué ce brillant ouvrage, et parmi eux Chris Ware, Seth et David Mazzucchelli.</p> <p>Frank Santoro délaisse ensuite la bande dessinée pendant une dizaine d'années et retourne à San Francisco en 1996 pour se consacrer à la peinture. Trois ans plus tard il déménage à New York où il travaille à la galerie Matthew Marks, puis pour le peintre Dorothea Rockburne. En 2001, il expose ses travaux à l'American Academy of Arts and Letters Invitational puis devient l'assistant du peintre italien Francesco Clemente. À partir de 2005, il renoue avec la bande dessinée et publie quelques histoires courtes. En 2007, PictureBox réédite Storeyville en reproduisant à l'identique le format de la version originale, mais sous couverture cartonnée. Il publie ensuite quelques histoires courtes publiées par PictureBox ou dans les revues Mome et Kramers Ergot. Il collabore régulièrement avec Dash Shaw sur les projets de dessins animés. Son dernier livre, Pompeii est publié en septembre 2013 chez PictureBox.<br class='autobr' /> Frank Santoro vit à Pittsburgh.</p> ; janvier 2014; <p>En l'an 79, le jeune Marcus travaille à Pompéi comme apprenti auprès du peintre Flavius qui mène une vie sentimentale mouvementée. Le Maître partage sa vie avec Alba mais fréquente également une princesse romaine dont il réalise le portrait, commande qui peut s'avérer déterminante pour sa carrière. Marcus, à la demande de Flavius, l'aide à garder cette liaison secrète. Le jeune apprenti, qui a quitté Paestum, sa ville natale, s'est installé à Pompéi avec Lucia, sa compagne, pour fonder une famille. Mais il se consacre exclusivement à son travail et Lucia s'interroge, songeant à rentrer à Paestum alors que Marcus s'y refuse.<br class='autobr' /> Leur quotidien est bouleversé lorsque le Vésuve entre en éruption. Flavius, avant de s'enfuir de Pompéi, charge Marcus de protéger le portrait de la princesse à tout prix. Épuisée par leurs querelles, Lucia décide de quitter Marcus qui parvient à la retrouver avant de se mettre à l'abri avec elle dans un palais. Ces conditions dramatiques vont finalement les rapprocher.<br class='autobr' /> Frank Santoro nous transporte en pleine Antiquité et, à travers une trame romanesque classique, raconte la relation apprenti/maître. En utilisant un découpage régulier en deux ou trois bandes, et différentes techniques de dessin : aquarelle, feutre, crayon, dont le trait devient parfois abstrait, il se livre également à une réflexion sur la nature même de l'illustration.</p>;
New School; <p>Format : 22x28 cm, relié avec dos toilé<br class='manualbr' />340 pages couleur<br class='manualbr' />Prix de vente : 34 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-93-3</p>; Shaw, Dash ; <p>Dash Shaw est né en 1983 à Hollywood (Californie). Il a grandi en Virginie avant de partir vivre à New York où il suit les cours de la SVA (School of Visuel Arts) dont il sortira diplômé en 2005. Il est l'auteur de cinq romans graphiques, "Bottomless Belly Buttton" (Sélection Officielle Festival d'Angoulême 2009, Prix Millepages 2008), "Virginia", "Bodyworld", "New School" et "Doctors" et des deux recueils d'histoires courtes, et collabore régulièrement pour la revue Mome de Fantagraphics Books. Il est également réalisateur de courts métrages, il a notamment réalisé un clip pour le groupe Sigur Ros.<br class='manualbr' />Dash Shaw vit à Brooklyn où il vient de terminer un long-métrage d'animation produit par John Cameron Mitchell, "My Entire High School Sinking Into the Sea".</p> ; novembre 2013; <p>Le nouveau roman graphique de Dash Shaw, entre anticipation et récit initiatique. Danny et son grand frère Luke, sont deux ados américains dont le père est rédacteur en chef d'un magazine consacré aux parcs d'attraction. Intrigué par une annonce parue dans ce magazine, Luke quitte le giron familial pour aller travailler sur le chantier d'un nouveau parc, Clockworld, en construction sur la mystérieuse île de X. Une année s'écoule, et la famille est sans nouvelle de Luke. Danny décide de partir à sa recherche et de rejoindre l'île...<br class='manualbr' />Il est accueilli par son frère qui a désormais une petite amie et ne ressemble plus du tout au boy-scout modèle qu'il était. Déstabilisé, Danny tente de convaincre son frère de revenir aux États-Unis. Il découvre un pays étrange, où personne ne parle anglais, et dont les habitants sont sous la coupe de Otis Sharpe, un scientifique mégalomane à l'origine du projet Clockworld (un parc regroupant des attractions historiques animées par des automates).</p> <p>Dash Shaw détourne les codes du roman d'apprentissage et plonge les protagonistes de <i>New School</i> dans un univers décalé, oppressant et mystérieux, coincés sur cette île peuplée d'habitants qu'ils ne comprennent pas, circulant dans des décors surréalistes, comme dans un épisode du <i>Prisonnier </i> qui aurait été filmé par David Lynch. Narration décalée, expérimentation graphique... Dash Shaw continue d'explorer brillamment les possibilités du média bande dessinée.</p>;
B+F; <p>Format : 25x38 cm, relié<br class='manualbr' />64 pages couleur<br class='manualbr' />Prix de vente : 19 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-92-6</p>; Benton, Gregory ; <p>Né en 1969 à New York, où il vit toujours, Gregory Benton est dessinateur de bandes dessinées et d'illustrations depuis 1993. Il a travaillé pour le magazine de bande dessinée politique World War 3 Illustrated, puis pour Vertigo, DC Comics, et les magazines Nickelodeon, Disney Adventures ou encore Entertainment Weekly. Ses illustrations ont été publiées notamment par The New York Times, The Village Voice et Fortune. Il a participé à de nombreuses anthologies de bande dessinées, et publié son premier livre, "Hummingbird" en 1996. "B+F" a reçu avant sa parution le prix d'excellence du Museum of Comic and Cartoon Art de New-York.</p> ; novembre 2013; <p>Conçu et réalisé en l'espace de quelques mois par Gregory Benton en « stream of consciousness » (écriture automatique), <i>B+F </i> est une expérience de lecture peu commune, une décoiffante invitation à un voyage onirique et fantastique. Le lecteur suit les pérégrinations d'une femme nue et d'un énorme chien jaune sur une planète dotée d'une flore luxuriante, peuplée de créatures dangereuses et de tribus sauvages. <br class='autobr' /> Couleurs éclatantes, récit sans parole, les somptueuses planches au grand format happent le regard et plongent le lecteur dans un enchaînement de péripéties où le dessin rond, presque disneyien, et les couleurs flamboyantes contrastent avec la violence de certaines situations. Dans ce conte fantastique, tout peut arriver, les personnages se font manger, régurgiter, découper pour renaître le page suivante et continuer leur périple à travers ce monde étrange.</p> <p>Gregory Benton réussit un véritable tout de force. Prolifique dessinateur américain, il a surtout travaillé en presse ou sur des histoires courtes. Après une première bande dessinée publiée en 1996, <i>B+F</i> est son deuxième ouvrage. Cette première co-édition franco-américaine pour les éditions çà et là, en association avec AdHouse, paraîtra simultanément aux États-Unis et en France en novembre 2013.</p> <p><strong> Une coédition AdHouse Books / Éditions çà et là</strong></p>;
Annie Sullivan & Helen Keller; <p>Format : 20x30 cm, relié<br class='manualbr' />96 pages couleur<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-91-9</p>; Lambert, Joseph ; <p>Joseph Lambert est né au Kansas en 1984. Il est diplômé du Center for Cartoon Studies et est l'auteur de « Je vais te mordre » (Ignatz Award 2011) publié en France en 2012 par Alter Comics. Il a participé à de nombreuses anthologies, comme Mome, The Best American Comics, Hey !, Nobrow ou Stripburger. Son deuxième ouvrage, « Annie Sullivan & Helen Keller » deux fois nominé pour les Eisner Awards 2013 a été publié en 2012 aux États-Unis.<br class='autobr' /> Joseph Lambert vit avec sa femme dans le Vermont.</p> ; octobre 2013; <p>Née en 1880 dans l'Alabama, la petite Helen Keller devient aveugle et sourde à l'âge de dix-neuf mois, probablement des suites d'une méningite. Elle devient alors incapable de communiquer avec son entourage, si ce n'est avec quelques gestes maladroits. Sa vie va être bouleversée à l'âge de six ans quand ses parents engagent Annie Sullivan comme gouvernante. Annie Sullivan, alors âgée de 20 ans, vient de finir ses études à l'Institut pour aveugles Perkins. Elle-même mal voyante, elle a appris à enseigner la langue des signes dans cette institution précurseur. Elle va prendre en charge l'éducation de Helen Keller, et au fil des mois elle va réussir non seulement à établir un contact avec l'enfant, mais à lui apprendre le langage des signes, puis l'écriture. Les deux femmes resteront amies à vie.</p> <p>Helen Keller deviendra une figure de la société américaine, écrivain féministe, elle mènera également un combat politique, sera membre du parti socialiste américain et créera une fondation. Complémentaire des livres ou films existant à propos d'Helen Keller, cette bande dessinée est centrée sur l'histoire de cette extraordinaire rencontre et sur les nombreux obstacles contre lesquels va buter Annie Sullivan dans une famille très conservatrice du Sud des États-Unis. Une incroyable leçon d'humanité, magnifiquement dessinée par Joseph Lambert.</p> <p><strong>Une coédition Çà et Là / Cambourakis.</strong></p> <p><strong>Prix BD de la différence 2013</strong><br class='manualbr' /><strong>Sélection Officielle Angoulême 2014</strong><br class='manualbr' /><strong>Sélection Prix de la BD Fnac 2014</strong><br class='manualbr' /><strong>Sélection Grand Prix de la Critique 2013</strong><br class='manualbr' /><strong>Sélection Prix Littéraire 2015 de la région PACA</strong><br class='manualbr' /><strong>Eisner Award 2013, catégorie Reality-based work</strong></p>;
Sept Saisons; <p>Format : 16x22 cm, relié<br class='manualbr' />272 pages couleur<br class='manualbr' />Prix de vente : 23 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-89-6</p>; Ranta, Ville ; <p>Ville Ranta est né en 1978 à Oulu en Finlande. Après des études littéraires à l'université d'Helsinki, il crée en 2000 une société d'édition indépendante, Asema, qui publiera notamment des ouvrages de Kati Kovacs et Jyrki Heikkinen. Il sort en 2003 son premier roman graphique, <i>Sade</i> (La Pluie) et en 2005, il collabore avec Lewis Trondheim pour la réalisation de l'album <i>Celebritiz</i>. Ville Ranta a depuis publié quatre autres bandes dessinées : <i>Papa est un peu fatigué</i>, <i>L'Exilé du Kalevala</i> et <i>Sept Saisons</i> chez çà et là et <i>Suite Paradisiaque</i> chez Rackham. Il est également dessinateur de presse, notamment pour le magazine Kirkko & Kaupunki et collabore régulièrement avec le plus grand quotidien finlandais, Helsingin Sanomat. En 2006, il a réalisé pour un magazine finlandais une bande dessinée mettant en scène Mahomet qui a provoqué un scandale et le licenciement du rédacteur en chef du magazine. <br class='autobr' /> Ville Ranta a reçu le Grand Prix du festival de Kemi 2006 et est lauréat 2014 du prestigieux Prix Finlande remis chaque année par le Ministère de la Culture à sept personnalités artistiques. Il vit à Oulu avec sa famille.</p> ; octobre 2013; <p>Dans son nouveau roman graphique, Ville Ranta dépeint l'âme des gens du Grand Nord, un travail déjà entamé dans <i>L'exilé du Kalevala</i>. Le récit de <i>Sept Saisons</i> se situe à Oulu, petite ville sur les rivages les plus septentrionaux de la mer Baltique au XIXème siècle, époque où la rigueur luthérienne du dogme du péché originel pèse sur la société. Alors que le mouvement piétiste gagne du terrain, les eaux calmes de la petite ville sont troublées par l'arrivée d'une jeune femme revendiquant son indépendance. <br class='manualbr' />Maria Piponius est originaire d'Oulu où elle revient après trois années d'absence pendant lesquelles elle a parcouru le monde en bateau. Elle rencontre Hans Nyman, journaliste et enseignant qui espère obtenir le poste de pasteur d'Oulu. Hans a perdu sa femme un an auparavant et est tourmenté par ses pulsions, alors que les rapports sexuels lui sont interdits. Esprits libres, Hans et Maria se retrouvent plongés dans les affres de la société luthérienne imprégnée d'interdits et de peur. <br class='manualbr' />Les aquarelles délicates de Ville Ranta mettent en valeur les différentes luminosités de ces saisons et contrastent avec la violence des sentiments de ces personnages historiques auxquels l'auteur invente une histoire intime romanesque.</p>;
L’été des Bagnold; <p>Format : 25x18 cm, relié<br class='manualbr' />80 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-88-9</p>; Winterhart, Joff ; <p>Né en 1974, Joff Winterhart est illustrateur, dessinateur d'animation et batteur dans son groupe, Bucky. Il a étudié le cinéma et le dessin animé à la Newport Arts School au sud du pays de Galles. En 2002, il a écrit et réalisé un court-métrage d'animation, « Violet and Turquoise », sélectionné pour le Festival International d'Edinburgh et qui a remporté de nombreux prix dont un Bafta. « Days of the Bagnold Summer », son premier livre, a été publié chez Jonathan Cape en 2012.<br class='autobr' /> off Winterhart vit à Bristol.</p> ; septembre 2013; <p>Cet été-là avait très mal commencé pour Daniel Bagnold, un jeune anglais de 15 ans. Au lieu d'aller passer ses vacances en Floride avec son père qu'il ne voit jamais, Daniel se retrouve coincé pour tout l'été avec sa mère Sue ; le cauchemar absolu pour cet ado peu habitué à passer des journées entières en tête à tête avec sa progénitrice. Les six semaines de congés vont s'écouler au rythme lent des parties de jeux vidéos, des discussions sans fin de Daniel avec son pote Kyle, et de ses tentatives de monter un groupe de Hard-Rock poétiquement nommé <i>SkullSlayer </i> (massacreur de crânes). Sue, 52 ans et bibliothécaire, est confrontée à la difficulté de communiquer avec son fils amorphe. Elle se remémore ses échecs successifs avec les hommes de sa vie : son père, GI américain retourné aux États-Unis quand elle avait sept ans, son « presque » petit ami du lycée mort dans un accident de mobylette, et son mari qui l'a quittée, la laissant seule avec leur fils encore bébé... <br class='manualbr' />Joff Winterhart décompose <i>L'été des Bagnold</i> en une suite de saynètes douces amères, souvent hilarantes, mais parfois empreintes de mélancolie. Il dresse le portrait remarquablement juste d'un ado et d'une mère célibataire, à la fois proches et terriblement embarrassés dans leur rapports.</p>;
Le Silence; <p>Format : 21x19 cm, broché<br class='manualbr' />192 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-87-2</p>; Mutard, Bruce ; <p>Né à Melbourne (Australie) en 1967, Bruce Mutard a commencé des études d'ingénieur avant de bifurquer vers le design au Swinburne Institute of Technology (Melbourne). Il est dessinateur de bandes dessinées depuis plus de vingt ans. Il a publié quatre romans graphiques : "The Bunker" (Image Comics, 2003), "The Sacrifice" (Allen & Unwin, 2008), "The Silence" (Allen & Unwin, 2009 et édition çà et là, 2013), et "A Mind of Love" (Black House Comics, 2011). Il collabore fréquemment avec des magazines australiens, dont Overland, Meanjin, The Australian Book Review and Tango et il a illustré plusieurs livres pédagogiques pour la série Australia's History de Macmillan Education.<br class='autobr' /> "Souffre Douleur", son nouveau roman graphique, paraît en première exclusivité en juin 2019 aux éditions çà et là. Bruce Mutard vit actuellement à Perth où il travaille sur une thèse sur la bande dessinée.</p> ; août 2013; <p>Choosy McBride travaille pour une galerie d'art contemporain de Sydney. Ancienne juriste, elle voit le monde de l'art comme un marché lié au jeu de l'offre et la demande. Son compagnon, Dmitri, peintre en pleine crise artistique, est lui désabusé par l'emprise de l'argent sur la création. Au détour d'une visite chez un riche collectionneur, Choosy tombe en arrêt devant une toile qui l'impressionne, mais la peinture n'est pas signée, et personne ne connaît son auteur. Bien décidée à trouver cette perle rare et à en tirer le plus grand profit possible, elle décide de partir à sa recherche, entraînant Dmitri avec elle au fin fond du Northern Queensland, une région peu peuplée du nord-est de l'Australie. De fil en aiguille, ils trouvent une ancienne église où sont exposées des toiles du mystérieux artiste, laissées à la disposition de ceux qui souhaitent se les approprier. La volonté du peintre de rester inconnu enrage Choosy et trouble profondément Dmitri. Leurs différences de points de vues vont s'accentuer au fur et à mesure que la quête avance.</p> <p>Avec <i>Le Silence</i>, l'auteur australien Bruce Mutard réussit le tour de force d'écrire un thriller artistique palpitant, où le suspense de la recherche du mystérieux peintre tient le lecteur en haleine jusqu'au dénouement final, tout en abordant les thèmes du rôle de l'art et des motivations de la création artistique.</p>;
Le Centre de la Terre; <p>Format : 17x24 cm, broché<br class='manualbr' />160 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 18 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-86-5</p>; Furmark, Anneli ; <p>Anneli Furmark est née en 1962 à Vallentuna et a grandi à Lulea (Suède). Elle a fait ses études à l'Académie des Beaux Arts d'Umea, où elle est ensuite devenue enseignante. Peintre et autrice de bandes dessinées, elle a publié son premier livre en 2002. Elle a participé à de nombreuses anthologies et a réalisé sept romans graphiques à ce jour. Son travail a été primé à deux reprises au festival de Kemi, en Finlande. Son premier livre publié en France, "Peindre sur le rivage" (Les Éditions de l'An 2, 2010) a été suivi du "Centre de la Terre" (çà et là, 2013), puis de "Hiver Rouge" (çà et là, 2015, Sélection Officielle Angoulême 2016), "Un soleil entre des planètes mortes" (çà et là, 2017) et "Au plus près" (çà et là, 2018) . Anneli Furmark vit à Umea.</p> ; août 2013; <p>En Islande, on raconte depuis la nuit de temps des histoires de personnes qui disparaissent sans laisser de trace, happées par la nature ou par les puissances magiques de l'île. Axel, un jeune Suédois de 16 ans ne croit pas à ces balivernes, et il est particulièrement remonté contre sa mère qui l'a obligé à participer à un voyage en Islande avec son petit ami Toralf qu'Axel n'apprécie guère. L'ado aurait de loin préféré partir en Thaïlande, ou rejoindre son père pour des vacances en Grèce... <br class='autobr' /> Coincé avec les deux adultes, l'ado mal dans sa peau prend son mal plus ou moins en patience. Le trio parcourt le pays et ses extraordinaires paysages, sa nature violente et spectaculaire, pendant que Toralf tente de nouer contact avec l'adolescent renfermé. Trois longues journées au cours desquelles Alex et Toralf se prennent le bec en permanence. Mais le voyage va tourner court suite à un dramatique incident, alors même que Toralf commençait a réussir à communiquer avec Axel...</p> <p>Dans ce nouveau livre de l'auteur de <i>Peindre sur le rivage</i> (L'An 2), on retrouve l'attrait d'Anneli Furmark pour la nature et les paysages nordiques, dans une fiction dramatique tout en nuances où les spectaculaires paysages islandais contrastent avec la relation des trois protagonistes, les non-dits qui laissent soudain jaillir des violentes éruptions de rancœur, à l'image des geysers de l'île.</p>;
Emile Zola à l’usage des personnes pressées; <p>Format : 12x18 cm, broché<br class='manualbr' />164 pages N&B<br class='manualbr' />Prix de vente : 9 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-85-8</p>; Lange, Henrik ; <p>Henrik Lange est né en 1972 en Suède. Il commence sa carrière dans l'illustration et la bande dessinée au cours des années 1990. Il a réalisé de nombreux livres pour enfants et plusieurs bandes dessinées. En 2000, il a publié un roman graphique semi-autobiographique « Une nuit tout en rose ». Il a co-écrit "90 livres cultes à l'usage des personnes pressées" avec Thomas Wengelewski, puis publié "90 films à l'usage des personnes pressées", "90 autres livres à l'usage des personnes pressées" et "August Strindberg à l'usage des personnes pressées", premier volume d'une série consacrée aux grands auteurs de notre temps.<br class='autobr' /> Henrik Lange vit à Bollebygd en Suède où il prépare les prochains livres de la série "... à l'usage des personnes pressées".</p> ; mai 2013; <p>Après <i>August Strindberg à l'usage des personnes pressées</i>, voici le deuxième volume d'une collection dédiée à la vie et à l'œuvre des grands auteurs de notre temps par Henrik Lange, auteur des <i>90 livres cultes à l'usage des personnes pressées</i>.</p> <p>La vie et l'œuvre d'Émile Zola comme vous ne l'avez encore jamais lue dans un livre presque sponsorisé par l'Éducation Nationale ! Ami d'enfance de Paul Cézanne, deux fois recalé au bac, naturalisé français à l'âge de 22 ans, la vie d'Émile Zola recèle quelques surprises. Vous saurez tout sur ses débuts comme attaché de presse pour Hachette, son combat pour un journalisme politique, la création de son grand œuvre <i> Les Rougon-Macquart</i> mais aussi ses frasques sentimentales et son engagement dans l'affaire Dreyfus et son célébrissime article <i>J'accuse</i>. Henrik Lange raconte la vie mouvementée de l'écrivain sous forme de saynètes humoristiques, restitue le contexte historique en montrant d'autres événements importants qui se sont déroulés pendant la vie de Zola et, bien évidemment, il résume ses principales œuvres, de <i>Germinal </i> à <i> Thérèse Raquin</i> en passant par <i>L'Assommoir</i>, sur le mode de ses 90 livres et 90 films cultes à l'usage des personnes pressées : en trois cases de bandes dessinées.</p>;
Fables Psychiatriques; <p>Format : 17x24 cm, broché<br class='manualbr' />192 pages N&B<br class='manualbr' />Prix de vente : 19 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-84-1</p>; Cunningham, Darryl ; <p>Darryl Cunningham est né en 1960 en Angleterre et a fait ses études au Leeds College of Art. Il est dessinateur, sculpteur et photographe. Il a également travaillé comme aide soignant dans un service psychiatrique, où il a vécu les expériences décrites dans son premier livre, « Fables psychiatriques » (Blank Slate Books, 2010 / çà et là, mai 2013). Son deuxième livre, "Fables Scientifiques" (Science Tales) a été publié en avril 2012 chez Myriad Editions (Angleterre) et en mai 2012 chez çà et là.<br class='autobr' /> Il vit dans le Yorkshire.</p> ; mai 2013; <p>Après la pseudo-science Darryl Cunningham se confronte dans<i> Fables Psychiatrique</i> aux préjugés sur les maladies mentales. Avec le même brio et sens de la synthèse que dans <i>Fables Scientifiques</i>, il analyse les a priori qui touchent les personnes atteintes de ces troubles.</p> <p><i>Fables psychiatriques</i> s'appuie sur l'expérience d'aide-soignant de Darryl Cunningham dans un service psychiatrique pour donner une image raisonnée du monde de la maladie mentale. Dans chaque chapitre, l'auteur explore un problème de santé mentale différent (troubles bi-polaires, dépressions, schizophrénie, etc ...), en décrivant l'expérience de la maladie mentale, tant du point de vue des malades que de leurs amis, de leurs parents et des soignants. Cunningham montre aussi comment la perception de la maladie mentale dans la société engendre une stigmatisation et une discrimination infondées, comme le mythe selon lequel les personnes schizophrènes sont plus susceptibles de commettre des crimes que les non-schizophrènes. Souffrant lui-même de dépression chronique, il démystifie habilement ces troubles, qu'une proportion importante de la population de nos sociétés vit au quotidien (selon l'OMS, le trouble mental serait la cause la plus importante d'invalidité de par le monde, et on estime qu'environ 15% de la population française souffre de troubles mentaux).</p>;
La coiffe de naissance; <p>Format : 16x25 cm, relié, couverture simili cuir avec jaquette<br class='manualbr' />56 pages N&B<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-81-0</p>; Campbell, Eddie / Moore, Alan ; <p>Eddie Campbell est né en 1955 à Glasgow en Écosse. Il commence sa carrière d'auteur de bandes dessinées à la fin des années 70 au sein de la scène indépendante anglaise. Il collabore à la plupart des fanzines de l'époque, dont Fast Fiction ! , Gag ! ou Flick dans lesquels il publie notamment les premières histoires courtes de son alter ego Alec MacGarry.</p> <p>En 1986, il quitte l'Angleterre pour s'installer avec sa femme en Australie. A partir de la fin des années 1980 il participe à de nombreux magazines publiés par des éditeurs anglais et américains comme Knockabout , Fantagraphics ou Dark Horse Presents et crée le personnage de la série "Bacchus" qu'il utilisera pendant près de 15 années.</p> <p>En 1995, il crée sa propre structure d'édition, Eddie Campbell Comics , où il publiera l'intégrale de la série "Bacchus" ainsi que les quatre volumes de la série "Alec" (qui seront publiés en France chez çà et là entre 2007 et 2011). En 1989 avait débuté dans le magazine Taboo la parution de "From Hell" avec Alan Moore au scénario et Eddie Campbell au dessin. Après de nombreuses péripéties, les dépôts de bilans de deux éditeurs et près de dix années de parution irrégulière, le recueil de l'intégrale de "From Hell" deviendra l'un des plus grands succès du roman graphique aux États-unis et sera adapté en film en 2001.</p> <p>L'œuvre de Eddie Campbell a été récompensée par de nombreux prix à travers le monde. ll a notamment reçu des Eisner et Harvey Awards ainsi que le Prix de la Critique du Festival d'Angoulême pour "From Hell" avec Alan Moore en 2001. L'intégrale des "Alec", publiée en 2011 chez çà et là, était en Sélection Officielle du Festival d'Angoulême 2012.</p> / <p>Alan Moore, né en 1953 en Angleterre, est certainement l'un des plus grands scénaristes de bande dessinée au monde. Ses œuvres font aujourd'hui partie de l'histoire de ce medium :<br class='autobr' /> Watchmen, Lost Girls, V pour Vendetta, From Hell… Il a reçu au cours de son œuvre de nombreuses récompenses, dont l'Hugo Award, le<br class='autobr' /> Locus Award, le Bram Stocker Award, le Will Eisner Award et le Prix du meilleur album étranger du Festival International de la bande dessinée d'Angoulême, et ce à deux reprises. Son premier roman, Voice of the Fire, se déroule à Northampton, en Angleterre, où il est né et réside encore aujourd'hui.</p> ; avril 2013; <p><i>La coiffe de naissance</i> est le récit de l'enfance de Alan Moore, l'une des ses rares – sinon unique – incursions dans le domaine de l'autobiographie, brillamment mise en image par Eddie Campbell. Alan Moore commence son récit par la mort de sa mère, quelques mois avant le spectacle. Il retrouve dans les affaires de la défunte un « birth caul », ou coiffe de naissance, morceau de membrane de la poche des eaux recouvrant parfois la tête des nouveaux nés. Impressionné par cette découverte, il confère à l'objet des propriétés magiques. C'est le point de départ d'une superbe réflexion sur la mémoire et l'enfance. Il suit les tracés visibles sur la coiffe pour remonter le temps et sa propre histoire, depuis le présent, jusqu'à sa naissance, donnant ainsi sa vision du monde, décrivant les liens entre la magie, l'enfance et la trame du temps.</p> <p><i>La coiffe de naissance</i> est l'adaptation d'un spectacle donné par Alan<br class='autobr' /> Moore en 1995 à l'occasion de ses 42 ans, peu après sa décision<br class='autobr' /> de devenir magicien. Fasciné par la beauté du texte de Alan Moore, Eddie Campbell convainc celui-ci de le laisser l'adapter en bande dessinée quelques années plus tard. Très inspiré, Campbell réalise alors ce qui reste ses plus belles pages à ce jour, un brillant mélange de techniques, des sources et de narrations qui forment un superbe écrin pour le texte de Moore.</p>;
Troupe 142; <p>Format : 16x23 cm, broché<br class='manualbr' />272 pages N&B<br class='manualbr' />Prix de vente : 21 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-82-7</p>; Dawson, Mike ; <p>Né en 1975 en Écosse, Mike Dawson vit aux États-Unis depuis l'âge de 11 ans. Son premier roman graphique, "Freddie et Moi" (éditions Rackham) racontait sa passion pour le groupe Queen. Il a collaboré à de nombreuses anthologies, notamment avec Alex Robinson ("De Mal en Pis"). "Ace-Face", son deuxième livre, est paru en 2011 chez çà et là et le suivant, "Troupe 142", en 2013. "Angie Bongiolatti" est paru début 2014. Son dernier livre « Nouvelles du front d'un père moderne » sort simultanément en France et aux États-Unis<br class='autobr' /> Mike Dawson vit dans à Fair Haven, dans le New Jersey avec sa femme Aliza et leurs deux enfants.</p> ; mars 2013; <p>Été 1995 : Alan s'est laissé convaincre par ses fils Jason et David<br class='autobr' /> de partir avec eux au camp scout de la forêt de Pinewood, dans<br class='autobr' /> le New-Jersey. Plutôt citadin, casanier et un peu laxiste, le voilà<br class='autobr' /> parachuté pour une semaine dans une institution régie par la<br class='autobr' /> hiérarchie et les traditions, qui glorifie la vie au grand air et en<br class='autobr' /> communauté. Dans ce petit théâtre à ciel ouvert, il va partager<br class='autobr' /> le quotidien des autres pères de famille, du personnel du camp et,<br class='autobr' /> surtout, d'une ribambelle d'ados surexcités qui ne manqueront pas<br class='autobr' /> d'éprouver la patience de leurs aînés. Au sein de la troupe 142,<br class='autobr' /> chacun va vivre des moments heureux, pénibles, cocasses ou<br class='autobr' /> douloureux, au rythme des repas, feux de camps, randos et autres<br class='autobr' /> cours de sculpture sur bois.<br class='manualbr' />Lui-même ancien scout, Mike Dawson porte un regard à la fois<br class='autobr' /> tendre et corrosif sur un mouvement qui offre à ses adeptes<br class='autobr' /> des journées inoubliables mais patauge parfois dans des idées<br class='autobr' /> rétrogrades. Par un trait vif et expressif et des dialogues d'un<br class='autobr' /> drôlerie irrésistible, il donne vie à des adolescents plus vrais que<br class='autobr' /> nature, qui masquent leurs complexes à coups de vannes et de<br class='autobr' /> brimades, et à des adultes qui essaient tant bien que mal de<br class='autobr' /> leur montrer l'exemple...</p>;
Mon ami Dahmer; <p>Format : 17x25 cm, broché<br class='manualbr' />224 pages N&B<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-80-3</p>; Backderf, Derf ; <p>John « Derf » Backderf est né en 1959 à Richfield, une petite ville de l'Ohio où il passera toute son enfance. Après un bref passage dans une école d'art, il retourne chez lui et travaille un an comme éboueur, avant de recevoir une bourse pour l'université de l'Ohio où il suivra un cursus en journalisme tout en réalisant des illustrations pour le journal local. Une fois diplômé, Derf Backderf devient journaliste pour un quotidien de Floride, puis abandonne cette carrière pour se lancer dans la réalisation d'un strip, "The City" avec ses "True Stories", qui durera vingt-quatre ans et sera publiés dans près de 200 journaux et magazines américains.<br class='manualbr' />Le premier roman graphique de Derf Backderf, "Punk Rock & Mobile Homes" (publié en 2014 chez çà et là), a été consacré comme l'un des meilleurs romans graphiques de 2010 par le magazine Booklist. En 1994, Derf Backderf avait commencé à travailler sur la réalisation de "Mon ami Dahmer" ; le livre sera finalement publié en 2012 aux États-Unis, puis en 2013 en France. "Mon Ami Dahmer" a reçu le Prix Polar SNCF 2014, le Prix Révélation du Festival d'Angoulême 2014 et le Prix littéraire des lycéens de la région PACA 2015. Le troisième roman graphique de Derf Backderf, "Trashed", a été publié en 2015 en France et aux États-Unis. Le livre a reçu le Prix Tournesol 2016 de la bd écolo de l'année et a été sélectionné pour le Prix BD Fnac 2016.<br class='autobr' /> Derf Backderf a été nominé pour deux Eisner Awards et a reçu de très nombreuses récompenses pour son travail de dessinateur de presse, dont le prestigieux Robert F. Kennedy Journalism Award du dessin politique en 2006. Il vit à Cleveland (Ohio) avec sa femme Sheryl Harris (journaliste lauréate du Prix Pulitzer) et leurs deux enfants.</p> ; février 2013; <p>Derf Backderf a passé son enfance à Richfield, petite ville de<br class='autobr' /> l'Ohio située non loin de Cleveland. En 1972, il entre au collège,<br class='autobr' /> où il fait la connaissance de Jeffrey Dahmer, un enfant solitaire<br class='autobr' /> au comportement un peu étrange. Les deux ados se lient d'amitié<br class='autobr' /> et font leur scolarité ensemble jusqu'à la fin du lycée. Jeffrey Dahmer deviendra par la suite l'un des pires serial killers de l'histoire des États-Unis. Son premier crime a lieu à l'été 1978,<br class='autobr' /> tout juste deux mois après la fin de leur année de terminale. Il<br class='autobr' /> sera suivi d'une série de seize meurtres commis entre 1987 et 1991. Arrêté en 1991, puis condamné à 957 ans de prison, Dahmer finira assassiné dans sa cellule en 1994.<br class='manualbr' /><i>Mon Ami Dahmer</i> est donc l'histoire de la jeunesse de ce tueur,<br class='autobr' /> à travers les yeux de l'un de ses camarades de classe. Précis et très documenté, le récit de Derf Backderf (journaliste de formation) décrit la personnalité décalée de Dahmer qui amuse les autres ados de cette banlieue déshumanisée typique de l'Amérique des années 1970. Dahmer enfant vit dans un monde à part, ses parent le délaissent, il est submergé par des pulsions morbides, fasciné par les animaux morts et mortifié par son attirance pour les hommes. Personnage fascinant, voire attachant car presque victime de son environnement, Dahmer vit une implacable descente aux enfers<br class='autobr' /> vers une folie irréversible.</p> <p><strong> Préface de Stéphane Bourgoin</strong></p> <p><strong>Prix Révélation - Festival d'Angoulême 2014</strong></p> <p><strong>Prix du Polar SNCF 2014</strong></p> <p><strong>Prix Littéraire 2015 des lycéens de la région PACA</strong></p> <p><strong>Sélection Prix France Info 2014 de la bd de reportage et d'actualité</strong></p> <p><strong>Sélection Prix de la BD Fnac 2014</strong></p> <p><strong>Sélection Prix Ouest-France - Quai des Bulles 2013</strong></p>;
Brigitte et la Perle cachée; <p>Format : 16x21 cm, broché<br class='manualbr' />196 pages, bichromie <br class='manualbr' />Prix de vente : 17 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-79-7</p>; Franz, Aisha ; <p>Aisha Franz est née en 1984 à Fürth en Allemagne. Elle voulait devenir patineuse artistique et faire des dessins animés à la Walt Disney, mais elle a finalement étudié l'illustration et la bande dessinée à l'École Supérieure d'Art et de Design de Kassel. Son premier livre "Alien" paraît en 2011 aux éditions Reprodukt et est immédiatement traduit en français chez çà et là sous le titre "Petite Terrienne". Par ailleurs, elle publie ses histoires dessinées dans des anthologies comme « Orang », « Kuti Kuti » et « Strapazin » et pratique l'auto-édition avec ferveur.</p> <p>Elle parcourt les festivals de bande dessinée les plus divers avec le collectif The Treasure Fleet, chargée d'une valise pleine de mini-BD.<br class='autobr' /> "Brigitte et la perle cachée" est l'intégrale d'une série de quatre mini-comics initialement auto-édités.</p> <p>Aisha Franz vit et travaille à Berlin.</p> ; janvier 2013; <p>L'Agent B. (pour Brigitte) est en charge de l'opération Margarita : elle doit voler le plan permettant de localiser une extraordinaire huître, qui produit les plus belles perles du monde. Mais ce plan est en possession de l'infâme Giovanni, un mafiosi sans scrupule. L'enquête de Brigitte la mènera à l'île de Huahine Nui où se trouve le repaire de Giovanni et de son maléfique bras droit, Ivan. Elle aura besoin de tout son savoir faire d'agent secret (séduction, double jeu, techniques de ninja) et de l'aide du bel agent T.12 pour tenter de mettre la main sur l'huître tant convoitée, tout en sauvant la femme de Giovanni, Moana, des griffes de ce dernier. <br class='autobr' /> Brigitte et l'Agent T.12 parviendront-ils à protéger Moana et son futur bébé de la colère de Giovanni ? Réussiront-ils à subtiliser la Margarita ? Brigitte saura-t-elle résister à l'attirance qu'elle ressent pour l'agent T.12 et qui met leur mission en danger ? Et est-elle vraiment le seul agent secret chien du service ?</p> <p>Avec <i>Brigitte et la perle cachée</i>, Aisha Franz réussit une malicieuse comédie d'aventure, un savoureux mélange des genres aux multiples rebondissements, quelque part entre Les 4 As, Ric Hochet et l'Inspecteur Canardo...</p>;
Les carnets d’un New-Yorkais; <p>Format : 18x24 cm, relié <br class='manualbr' />208 pages N&B et couleurs <br class='manualbr' />Prix de vente : 25 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-77-3</p>; Kuper, Peter ; <p>Né en 1958 à Cleveland (États-Unis), Peter Kuper est l'auteur de nombreux ouvrages de bande dessinée portant un regard critique sur la société américaine. Il est notamment l'auteur de <i>Ruines</i> pour lequel il a remporté l'Eisner Award du meilleur roman graphique en 2016. Peter Kuper collabore fréquemment avec The New Yorker, Libération et Time Magazine. Depuis 1996, il est également le dessinateur attitré de la série <i>Spy vs Spy</i> publiée dans le mensuel MAD Magazine. Peter Kuper enseigne la bande dessinée à la School of Visual Arts de New York depuis plus de 25 ans ainsi qu'à l'université de Harvard. Il vit à New York avec sa femme et sa fille.</p> ; novembre 2012; <p>Depuis le début des année 1980, Peter Kuper est l'un des principaux auteurs de bande dessinée de la scène indépendante américaine. Encore peu publié en France, il y est essentiellement connu pour son travail de dessinateur de bandes dessinées et de strips. Il livre avec ses <i>Carnets d'un New-Yorkais</i> un magnifique livre hybride, mélange d'illustrations, de collages, de photos et de bandes dessinées. Une splendide ode à cette ville unique où il habite depuis près de trente-cinq ans.</p> <p>"<i>Les Carnets d'un New-Yorkais</i> dressent un portrait de cette ville que j'aime, avec ses ombres et sa lumière. Plutôt qu'un récit chronologique, j'ai préféré juxtaposer ici deux aspects de la ville : sa surface miroitante et ses entrailles plus sombres – les clochards de Times Square et les skaters de Central Park, la dévastation du 11 septembre et l'effervescence du quotidien. Ce livre recueille trente-quatre années de réflexion sur vingt kilomètres d'île, au contact de huit millions d'habitants, dans une ville dont l'histoire ne cesse de s'écrire."<br class='autobr' /> Peter Kuper</p>;
Duncan le chien prodige, saison 1; <p>Format : 21x28 cm, relié <br class='manualbr' />400 pages N&B <br class='manualbr' />Prix de vente : 32 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-78-0</p>; Hines, Adam ; <p>Adam Hines est né en 1984 à Chicago (États-Unis).<br class='autobr' /> Après une enfance et des études généralistes dans une banlieue de l'Illinois, il s'inscrit au Pasadena Art Center en illustration, mais il abandonne après quelques semaines. Il a commencé à concevoir Duncan en 2002, à l'âge de 18 ans et il a terminé les dernières pages du premier volume en 2010. Il prévoit de réaliser les huit prochains volumes sur les vingt-cinq prochaines années (la parution du volume 2 étant prévue en 2018 ou 2019).<br class='autobr' /> Parmi ses influences il cite évidemment Chris Ware, mais également des auteurs plus surprenants de la part d'un jeune auteur américain, comme Edmond Baudoin, Dominique Goblet, Naoki Urasawa, Vincent Fortemps et Pierre Duba.<br class='autobr' /> Adam Hines vit en Californie du sud. Duncan le chien prodige est son premier livre.</p> ; novembre 2012; <p>Que se passerait-il si les animaux pouvaient parler ? Que nous diraient-ils ? Comment réagiraient-ils à leur condition ?</p> <p>L'histoire de <i>Duncan </i> se déroule dans un monde identique au nôtre, sauf que tous les animaux peuvent parler depuis l'Antiquité. Les humains dominent toujours la planète, mais de nombreuses bêtes ne sont pas satisfaites de cette situation et de leur relation déséquilibrée avec l'espèce humaine.<br class='autobr' /> Le personnage principal, l'agent du FBI Jack Hammond, enquête sur un attentat commis par un macaque psychotique membre d'une organisation terroriste animale qui a fait exploser une énorme bombe dans une université californienne, tuant des centaines d'étudiants. L'enquête fait ressurgir des souvenirs de Hammond, gravement blessé lors d'une précédente rencontre avec les terroristes... Parmi les autres protagonistes, on trouve Aron Vollman, un politicien humain qui manœuvre contre les bêtes, Voltaire, richissime mandrill en couple avec une journaliste humaine, mais également de nombreux animaux de tous les points du globe, qui livrent leurs réflexions sur leurs conditions de vie, dans l'attente d'un mystérieux chien mi-homme, mi-bête, Duncan.</p> <p><i>Duncan </i> est à la fois un habile et passionnant thriller d'anticipation et une réflexion poétique et politique sur la condition humaine, sur les relations de l'homme à la nature et au reste du règne animal. Chaque case de cet étonnant roman graphique de 400 pages est une pièce d'un énorme puzzle visuel et narratif. <i>Duncan</i> est un assemblage d'histoires dans l'histoire, d'histoires par dessus d'autres histoires (parfois littéralement) et d'anecdotes qui ne sont pas toujours directement liées mais qui forment un tout. Avec <i>Duncan</i>, Adam Hines se positionne comme un auteur avec lequel il faudra compter.</p> <p><strong>Prix du meilleur roman graphique 2010 du L.A. Times<br class='manualbr' />Lynd Ward Graphic Novel Prize 2010</strong></p>;
Far Arden; <p>Format : 13x18 cm, relié <br class='manualbr' />384 pages N&B <br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-76-6</p>; Cannon, Kevin ; <p>Né dans le Minnesota en 1979, Kevin Cannon dessine des bandes dessinées depuis ses études d'art à Grinnell College. Il publiera d'ailleurs 100 épisodes d'un strip hebdomadaire pour le journal de la fac. Après avoir travaillé comme assistant de Zander Cannon (pas de lien de parenté), il crée en 2004 avec lui et avec Shad Tetosky la maison d'édition Big Time Attic où ils publieront essentiellement de la bande dessinée « non fiction » (documentaire). "Far Arden", son premier roman graphique, a été publié en 2009 aux États-Unis et a été sélectionné aux Eisner Awards en 2010. Il a été suivi par "Cratère XV" en 2013 aux États-Unis et 2014 en France. Kevin Cannon a également réalisé une mini bande dessinée dans le dernier roman de Benjamin Berton, "Le Nuage Radioactif" (Ring, 2014).</p> ; octobre 2012; <p>Dans un port baleinier abandonné à la pointe nord-ouest de l'Île Devon, vit un homme aussi froid et impitoyable que l'Arctique... <br class='autobr' /> Army Shanks est un vieux loup de mer, il a sillonné les eaux dangereuses du Haut-Arctique canadien en long et en large. Mais il a une obsession : trouver la légendaire île de Far Arden pour tenir sa promesse d'y rejoindre son mentor, Simon Arctavius... Pour cela il doit récupérer son navire, l'Aeropagitica, avec le soutien de son ami Hafley, du petit orphelin Alistair Cavendish et d'un couple de jeunes étudiants en journalisme. Mais il y a un hic, Shanks n'a aucune idée de la localisation de Far Arden... et il doit faire face à quelques contretemps ; son ex petite amie Fortuna, le machiavélique professeur Bessehl, des ours blancs, sans compter l'ensemble de la RCAN, la Royal Canadian Arctic Navy lancé à sa poursuite !</p> <p>Trois cent quatre-vingt quatre pages d'une incroyable aventure combinant comédie, action, fantastique et drame !!! <i>Far Arden</i> est l'œuvre d'un auteur à l'imagination débridée, Kevin Cannon met en scène un nombre délirant de personnages, multiplie les retournements de situation, crée un monde hyper détaillé, délirant mais à la fois plausible, dans un récit inoubliable.</p>;
Sam Hill, 1924 : les débuts; <p>Format : 19x28 cm, relié, dos toilé<br class='manualbr' />144 pages bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 25 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-59-9</p>; Tommaso, Rich ; <p>Rich Tommaso est né en 1970 dans le New Jersey. Il étudie la bande dessinée à la Joe Kubert Art School, mais abandonne dès la fin de la première année. Il passe ensuite de nombreuses années à faire des pizza, tout en travaillant sur ses projets artistiques. Sa première bande dessinée a été publiée en 1997 chez Fantagraphics, il a ensuite réalisé de nombreux ouvrages publiés par Dark Horse, Alternative Comic et Top Shelf. Plusieurs fois nominé aux Eisner et aux Harvey Awards, il remporte un Eisner Award en 2008 avec James Sturm pour "Black Star - La véritable histoire de Satchel Paige" (Delcourt). Il a publié "Peter & Miriam" en 2010 en France, puis en 2012 aux États-Unis.<br class='autobr' /> Rich Tommaso vit à Atlanta.</p> ; octobre 2012; <p>Sam Hill naît en 1908 en Oklahoma d'un père shérif, Frank Hill, et d'une mère qui quittera rapidement son mari. Après plusieurs entreprises plus ou moins réussies dans le forage de pétrole et l'industrie alimentaire, le père de Sam achète l'hôtel Le Cavalier dans la petite ville de Big Spring, Texas. En 1924, Sam a 16 ans, il est devenu concierge de l'hôtel et mène ses études de front. Il tombe rapidement amoureux de Willa, la fille du détective de l'hôtel récemment embauché. Mais un nouveau client de l'hôtel au passé louche, Mr Thompson, et le shérif pourri de Big Spring vont entraîner tout ce beau monde dans une sombre affaire au terme de laquelle le père de Sam perdra l'hôtel et Sam devra quitter Willa pour aller chercher meilleure fortune ailleurs.<br class='autobr' /> Dans ce premier volume de la série <i>Sam Hill</i>, Rich Tommaso raconte la jeunesse d'un américain né au tournant du siècle et qui traverse les grands troubles de la première moitié du 20e siècle. Librement inspiré de la vie du romancier Jim Thompson (né en 1906 et mort en 1977), Sam Hill est la nouvelle série de Rich Tommaso. Bande dessinée historique sur une période charnière de l'histoire américaine (du Far West à la grande dépression, en passant par la prohibition), <i>Sam Hill</i> permet aussi à Tommaso de jouer avec les codes du roman de genre.</p>;
Cleveland; <p>Format : 18,5x25,5 cm, broché <br class='manualbr' />128 pages N&B <br class='manualbr' />Prix de vente : 17 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-75-9</p>; Pekar, Harvey / Remnant, Joseph ; <p>Harvey Pekar est né en 1939 à Cleveland dans une famille de commerçants issus de la communauté juive d'Europe de l'Est, il grandit avec le yiddish comme langue maternelle. En 1966, il commence à travailler aux archives d'un hôpital de Cleveland. Autodidacte et grand lecteur il suit avec ferveur l'éclosion de la bande dessinée underground, et sa rencontre avec Robert Crumb à la fin des années 60 le convainc de se lancer dans l'écriture d'histoires autobiographiques. Il commence à auto-éditer American Splendor en 1976. Le relatif succès de la série au début des années 80 et le style ultra polémique de Harvey Pekar lui permettent de devenir l'un des participants réguliers de la plus grande émission de talk-show aux Etats-Unis:Late Night with David Letterman. Il se fait débarquer suite à des remarques acerbes à propos de la société General Electric (propriétaire de la chaîne NBC qui diffusait l'émission). Harvey Pekar continue ensuite de publier American Splendor, tout en ayant une activité de journaliste free lance pour la presse et la radio, spécialisé dans son domaine de prédilection : le jazz. En 1995 il co-écrit avec sa femme Joyce Brabner un roman graphique sur son combat contre le cancer, Our Cancer Year.</p> <p>Harvey Pekar est décédé en juillet 2010 à Cleveland. Il avait pris sa retraite 2001, après avoir travaillé 35 ans dans le même hôpital de Cleveland. Il a toujours continué d'écrire des chroniques de livres, de disques ainsi que des nouvelles pour American Splendor.</p> / <p>Joseph Remnant est né en 1982. Artiste et illustrateur, il vit et travaille à Los Angeles.<br class='autobr' /> On peut croiser ses dessins dans Arthur Magazine, Juxtapox, Le New York Times. Il est également le créateur de la série Blindspot. <br class='autobr' /> Avant d'illustrer Cleveland, il a souvent collaboré avec Harvey Pekar dans Smith Magazine.</p> ; septembre 2012; <p>Décédé en juillet 2010, Harvey Pekar est l'un des pionniers de l'autobiographie en bande dessinée avec sa série <i>American Splendor</i>. <i>Cleveland </i> est le dernier projet auquel il a participé avant sa mort. Entièrement écrit par Pekar et dessiné par Joseph Remnant, <i>Cleveland </i> comporte une première partie consacrée à l'histoire de la ville de Cleveland, l'autre moitié est purement autobiographique, Harvey Pekar y retraçant son histoire dans cette ville où il a passé toute sa vie. Pekar décrit des événements historiques : le gain des World Series par l'équipe de baseball locale, l'incendie de la rivière Cuyahoga ou encore l'histoire de grandes figures de la ville. Mais il retrace également les grands moments de sa vie à travers des sites marquants de Cleveland, et donne la parole à des acteurs habituels de American Splendor, comme Toby le Nerd ou encore sa propre femme, Joyce Brabner.<br class='autobr' /> <i>Cleveland </i> est une véritable lettre d'amour à cette ville qui fut la muse de Harvey, un magnifique témoignage sur la grandeur et le déclin d'une grande ville industrielle. C'est aussi le livre-testament d'un grand auteur, magnifiquement servi par Joseph Remnant, jeune et talentueux dessinateur qui se classe d'entrée de jeu parmi les principaux illustrateurs associés à Pekar.</p>;
Dessous; <p>Format : 18,5x23,5 cm, broché <br class='manualbr' />208 pages N&B <br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-74-2</p>; Corman, Leela ; <p>Leela Corman est née en 1976. Elle a étudié la peinture, l'illustration et le graphisme dans une école d'art du Massachusetts.<br class='autobr' /> Aujourd'hui, elle travaille pour le New-York Times, New-york press, Rescue Magazine et beaucoup d'autres et elle est également danseuse du ventre. "Dessous" est son premier roman graphique,</p> ; août 2012; <p><i>Dessous </i> décrit la vie tumultueuse de deux sœurs issues de la communauté juive dans le Lower East Side de New York du début du 20ème siècle. <br class='autobr' /> Esther et Fanya sont deux sœurs jumelles, nées en 1900 dans ce quartier presque exclusivement composé d'immigrants en provenance d'Europe de l'Est et fraîchement débarqués aux États-Unis. Leur mère tient un atelier de confection et trompe allègrement son mari, un homme effacé. Les deux sœurs s'éloignent du giron familial dès l'adolescence, Fanya commence à travailler pour une avorteuse qui fera son éducation scolaire et politique. Esther, fascinée par des danseuses d'un théâtre burlesque local y prend des cours de danse tout en travaillant comme bonne à tout faire dans la maison close attenante. Les chemins des deux sœurs pourtant très liées l'une à l'autre vont progressivement diverger, Esther devient rapidement à la fois danseuse et prostituée, sous le nom de Delilah, connaît un grand succès auprès de la gente masculine fortunée et devient une actrice célèbre. Fanya va prendre la relève de l'avorteuse, et s'enfoncer dans la précarité, refusant de se marier avec son ami d'enfance, Sal. <br class='autobr' /> Avec <i>Dessous</i>, Leela Corman décrit les difficultés de cette population immigrante du début du 20ème siècle à la veille de la grande dépression, mais brosse surtout le magnifique portrait de deux femmes libres.</p> <p><strong>Prix Millepages 2013<br class='manualbr' />Sélection Prix Artémisia 2013</strong></p>;
Le Dramaturge; <p>Format : 23x14 cm, relié <br class='manualbr' />160 pages couleurs <br class='manualbr' />Prix de vente : 18 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-73-5</p>; Campbell, Eddie / White, Darren ; <p>Eddie Campbell est né en 1955 à Glasgow en Écosse. Il commence sa carrière d'auteur de bandes dessinées à la fin des années 70 au sein de la scène indépendante anglaise. Il collabore à la plupart des fanzines de l'époque, dont Fast Fiction ! , Gag ! ou Flick dans lesquels il publie notamment les premières histoires courtes de son alter ego Alec MacGarry.</p> <p>En 1986, il quitte l'Angleterre pour s'installer avec sa femme en Australie. A partir de la fin des années 1980 il participe à de nombreux magazines publiés par des éditeurs anglais et américains comme Knockabout , Fantagraphics ou Dark Horse Presents et crée le personnage de la série "Bacchus" qu'il utilisera pendant près de 15 années.</p> <p>En 1995, il crée sa propre structure d'édition, Eddie Campbell Comics , où il publiera l'intégrale de la série "Bacchus" ainsi que les quatre volumes de la série "Alec" (qui seront publiés en France chez çà et là entre 2007 et 2011). En 1989 avait débuté dans le magazine Taboo la parution de "From Hell" avec Alan Moore au scénario et Eddie Campbell au dessin. Après de nombreuses péripéties, les dépôts de bilans de deux éditeurs et près de dix années de parution irrégulière, le recueil de l'intégrale de "From Hell" deviendra l'un des plus grands succès du roman graphique aux États-unis et sera adapté en film en 2001.</p> <p>L'œuvre de Eddie Campbell a été récompensée par de nombreux prix à travers le monde. ll a notamment reçu des Eisner et Harvey Awards ainsi que le Prix de la Critique du Festival d'Angoulême pour "From Hell" avec Alan Moore en 2001. L'intégrale des "Alec", publiée en 2011 chez çà et là, était en Sélection Officielle du Festival d'Angoulême 2012.</p> / <p>Anglais, Darren White vit à Brisbane, Australie, depuis 20 ans, il y a rencontré Eddie Campbell en 1993. Il est l'éditeur de l'anthologie de bande dessinée australienne « DeeVee » (1997/2007), dans laquelle les premiers chapitres du « Dramaturge » ont été publiés. Darren White a écrit de nombreuses histoires courtes notamment pour le magazine Bacchus et pour Dark Horse Comics, et "Batman : Order of the Beasts" pour DC Comics, avec Eddie Campbell au dessin.</p> <p>"Le Dramaturge" (The Playwright) a été publié en avril 2010 chez Top Shelf (Etats-Unis)</p> <p>“At times painful and uncomfortable, this quiet character study details the playwright's state of relentless mental narration and succeeds on several levels, but its most potent component is the clearly recognizable and utterly naked humanity. “ Publishers Weekly</p> ; juin 2012; <p>Après le massif Alec, qui couvrait des décennies de sa propre vie, Eddie Campbell réalise cet ouvrage beaucoup plus modeste en taille, mais tout aussi magistral, consacré à un écrivain d'âge moyen, refoulé sexuel. Ce dramaturge a rencontré le succès en écrivant sur la vie, mais il échoue totalement à vivre la sienne. Le quotidien de ce personnage solitaire est dépeint dans une série de vignettes, un trajet dans l'autobus, l'encaissement d'un chèque, un déjeuner avec son agent, qui en général provoquent chez lui moult fantasmes sexuels. Peu à peu, il se trouve de nouveau en prise avec le monde en se rapprochant de sa famille dont il n'avait plus de nouvelles depuis qu'il avait utilisé l'histoire de ses proches comme matériau pour ses pièces. Il commence à développer des liens affectifs avec son entourage (son frère handicapé mental, l'aide-soignante de celui-ci), ce qui aura un effet délétère sur sa créativité. Eddie Campbell travaille à partir d'une histoire de son scénariste occasionnel, Daren White, et leur collaboration est sans faille. Sur les pages horizontales, comportant chacune deux ou trois cases peintes à l'aquarelle, le duo d'auteurs évite les dialogues et les bulles en faveur d'une narration omnisciente placée au-dessus des dessins, une approche qui reflète le détachement du dramaturge de la société. Une œuvre sensible et drôle mais qui laisse percer une pointe d'amertume.</p>;
Fables Scientifiques ; <p>Format : 17x24cm, relié <br class='manualbr' />160 pages couleurs <br class='manualbr' />Prix de vente : 18 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-71-1</p>; Cunningham, Darryl ; <p>Darryl Cunningham est né en 1960 en Angleterre et a fait ses études au Leeds College of Art. Il est dessinateur, sculpteur et photographe. Il a également travaillé comme aide soignant dans un service psychiatrique, où il a vécu les expériences décrites dans son premier livre, « Fables psychiatriques » (Blank Slate Books, 2010 / çà et là, mai 2013). Son deuxième livre, "Fables Scientifiques" (Science Tales) a été publié en avril 2012 chez Myriad Editions (Angleterre) et en mai 2012 chez çà et là.<br class='autobr' /> Il vit dans le Yorkshire.</p> ; mai 2012; <p><i>Fables Scientifiques</i> est une bande dessinée documentaire dans laquelle Darryl Cunningham déconstruit minutieusement certains des mythes qui entourent la science, souvent propagés par des conspirationnistes ou bien des média peu scrupuleux responsables de la viralité de ces théories fumeuses. Darryl Cunningham décode les fables qui ont façonné certains des thèmes les plus âprement débattus de ces cinquante dernières années. Il questionne dans le détail ces théories et se penche sur les controverses entourant le changement climatique, l'atterrissage sur la lune, le vaccin ROR (Rougeole, oreillons et rubéole), l'homéopathie, la théorie de l'évolution, la chiropractie et plus largement toute forme de négationnisme de la science, le dénialisme scientifique.<br class='autobr' /> Nourri des recherches approfondies et de nombreuses sources, la narration limpide, la ligne graphique sobre et l'utilisation d'illustrations photographiques permettent à Cunningham d'expliquer des questions complexes et controversées avec une facilité trompeuse. Fables scientifiques est une étape importante du journalisme d'investigation en bande dessinée</p> <p>« <i> Darryl Cunningham poursuit sa croisade en bande dessinée pour défaire les mensonges, les mythes et autres idées fausses avec ce nouveau livre qui défend la science ... Comme d'habitude, il le fait avec humour, charme, calme et beaucoup de persistance. </i> » Scott McCloud</p>;
August Strindberg à l'usage des personnes pressées; <p>Format : 12x18 cm broché<br class='manualbr' />160 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 9 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-72-8</p>; Lange, Henrik / Lange, Katarina ; <p>Henrik Lange est né en 1972 en Suède. Il commence sa carrière dans l'illustration et la bande dessinée au cours des années 1990. Il a réalisé de nombreux livres pour enfants et plusieurs bandes dessinées. En 2000, il a publié un roman graphique semi-autobiographique « Une nuit tout en rose ». Il a co-écrit "90 livres cultes à l'usage des personnes pressées" avec Thomas Wengelewski, puis publié "90 films à l'usage des personnes pressées", "90 autres livres à l'usage des personnes pressées" et "August Strindberg à l'usage des personnes pressées", premier volume d'une série consacrée aux grands auteurs de notre temps.<br class='autobr' /> Henrik Lange vit à Bollebygd en Suède où il prépare les prochains livres de la série "... à l'usage des personnes pressées".</p> / ; mai 2012; <p>Wikipédia : Johan August Strindberg, né le 22 janvier 1849 à Stockholm, mort le 14 mai 1912 à Stockholm, est un écrivain, dramaturge et peintre suédois. Il fait partie des auteurs suédois les plus importants et est un des pères du théâtre moderne. Ses œuvres se classent parmi deux courants littéraires majeurs : le naturalisme et l'expressionnisme. <br class='autobr' /> C'est bien, mais c'est un peu sec... à l'occasion du centenaire de la mort de Strindberg, Henrik Lange (épaulé par sa femme Katarina) a conçu un livre humoristique entièrement dédié à son compatriote. Il raconte la vie mouvementée du dramaturge sous forme de saynètes, restitue le contexte historique en montrant d'autres événements importants qui se sont déroulés pendant la vie de Strindberg et, bien évidemment, il résume les principales œuvres de Strindberg, du Cabinet Rouge à Mademoiselle Julie en passant par Inferno, sur le mode de ses 90 livres et 90 films cultes à l'usage des personnes pressées : en trois cases de bandes dessinées.</p>;
Journal d’un adieu ; <p>Format : 24 x 17 cm, broché <br class='manualbr' />80 pages Bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 13 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-68-1</p>; Scarnera, Pietro ; <p>Pietro Scarnera est né à Turin en 1979 et réside à Bologne, où il tra­vaille dans la communication et le journalisme. Il a réalisé des bandes dessinées et des illustrations pour Effeta, Il filo del Discorso ou encore Ottagono. En 2009, il a remporté le Prix Emilia Romagna pour jeunes auteurs du Festival Komi­kazen pour son premier livre, "Journal d'un Adieu". Pietro Scarnera a reçu le Fauve Révélation au Festival d'Angoulême 2016 pour "Une étoile tranquille - Portrait sentimental de Primo Levi" (éditions Rackham, 2015).</p> ; avril 2012; <p>Le père de Pietro Scarnera a passé cinq ans dans un état végétatif, de 2003 à 2008. Ces longues années deviennent, avec Journal d'un Adieu, un témoignage détaillé sur les conditions de vie de ces patients. Les couloirs et les chambres d'hôpital, les objets et les règles de vie d'une clinique, la présence sibylline des docteurs, servent de toile de fond à la tenta­tive du fils de recréer une relation avec le père, devenu une personne différente et méconnaissable. <br class='autobr' /> Un temps suspendu, au cours duquel se livre une bataille silencieuse pour sauver, du moins dans la mémoire de l'auteur, l'image de ce père tel qu'il était autrefois.</p> <p>Sobre et aussi rationnel que possible Pietro Scarnera évite de traiter cette situation de façon dramatique, et son style dépouillé convient à merveille à cet état d'esprit. Outre qu'il aborde un moment délicat dans la vie de l'auteur, <i>Le Journal d'un Adieu</i> touche des questions d'actualité, et nous fait réfléchir à la difficulté de vivre dans un tel état de solitude.</p>;
Petite terrienne; <p>Format : 20 x 15 cm, couverture souple<br class='manualbr' />208 pages N&B<br class='manualbr' />Prix de vente : 17 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-67-4</p>; Franz, Aisha ; <p>Aisha Franz est née en 1984 à Fürth en Allemagne. Elle voulait devenir patineuse artistique et faire des dessins animés à la Walt Disney, mais elle a finalement étudié l'illustration et la bande dessinée à l'École Supérieure d'Art et de Design de Kassel. Son premier livre "Alien" paraît en 2011 aux éditions Reprodukt et est immédiatement traduit en français chez çà et là sous le titre "Petite Terrienne". Par ailleurs, elle publie ses histoires dessinées dans des anthologies comme « Orang », « Kuti Kuti » et « Strapazin » et pratique l'auto-édition avec ferveur.</p> <p>Elle parcourt les festivals de bande dessinée les plus divers avec le collectif The Treasure Fleet, chargée d'une valise pleine de mini-BD.<br class='autobr' /> "Brigitte et la perle cachée" est l'intégrale d'une série de quatre mini-comics initialement auto-édités.</p> <p>Aisha Franz vit et travaille à Berlin.</p> ; avril 2012; <p>Que se passe-t-il quand soudain la gravité de la vie nous rattrape, sans nous laisser le moyen de se cacher ? Quand peu à peu la réalité, que nous craignons tant, finit par écraser nos rêves, ne nous laissant qu'un vague souvenir ? Nous nous retrouvons pris dans le cours des événements sans pouvoir avancer ni reculer, et finissons par ne plus distinguer ce qui est réel de ce qui ne l'est pas.</p> <p>Avec un sens aigu du non-dit Aisha Franz dessine la vie quotidienne d'une mère célibataire et de ses deux filles dans une petite ville allemande. La cadette fait la rencontre d'une créature extra terrestre peut-être imaginaire. Au même moment, la fille aînée vit ses premières expériences sexuelles avec un garçon sensiblement plus âgée qu'elle, et leur mère dépressive revit en boucle toutes les occasions manquées de sa vie. La petite réagit à un sentiment croissant de solitude et d'isolement, en accueillant en secret dans sa chambre cette étrange et silencieuse créature transparente qui va l'accompagner au cours de ses premiers émois.</p> <p>Premier roman graphique d'une jeune auteur allemande de 27 ans, Petite terrienne est une révélation. Aisha Franz fait avec brio la description du monde des jeunes filles en fleurs dans un ambiance étrange où le malaise s'insinue progressivement.</p>;
L'Odyssée de Zozimos, épisode 2; <p>format : 16 x 23<br class='manualbr' />236 pages noir et blanc<br class='manualbr' />prix de vente : 14 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-66-7</p>; Ford, Christopher ; <p>Christopher Ford, a commencé à gribouiller comme la plupart des enfants, pour passer le temps à l'école primaire, il a continué à gribouiller obsessivement pendant ses études à la NYU Film School. Après ses études, il a co-fondé le studio Waverly Films et a écrit et réalisé des clips vidéos et des publicités, notamment pour Fatboy Slim, Deathcab for Cutie, McDonald's et MTV. Il écrit actuellement un film d'horreur « Clown », produit par Eli Roth (réalisateur des « Hostel »).</p> ; avril 2012; <p>« L'Odyssée de Zozimos » où l'épopée d'un jeune prince en exil - Zozimos - qui entreprend un périple héroïque pour venger son père assassiné et reconquérir le royaume de Sticatha.</p> <p>Dans ce second volume, Zozimos et ses fidèles compagnons atteignent enfin l'île de Sticatha après avoir survécu - entre autres choses - à une forêt enchantée et à un désert sans fin. Zozimos retrouve également son amour Alexa, pour apprendre qu'elle n'est autre que sa demi-sœur (façon tragédie grecque). Mais pour retrouver son trône, Zozimos devra accomplir une nouvelle quête : aller jusqu'au bout du monde et rapporter la légendaire Plume d'Or. Lui et ses amis, les Zozinautes, vont entreprendre un dangereux périple, remplis d'embûches, et parviendront finalement à leur but (non sans quelques déboires et erreurs de jugement comme d'aller jusqu'au mauvais bout du monde). Zozimos devra ensuite affronter son maléfique oncle Nestor pour enfin libérer Sticatha.</p> <p>Entre la série des « Donjon » et « Le Journal d'un dégonflé », « L'Odyssée de Zozimos » mixe tous les ingrédients des contes et légendes grecques avec ceux du roman d'apprentissage pour ados. Christopher Ford réalise une trépidante comédie d'aventure. <strong>Le premier volume est dans la Sélection Jeunesse du Festival d'Angoulême 2012</strong>.<strong> {{}} </strong></p>;
Une Métamorphose iranienne; <p>Format : 17,5x24,5 cm, broché <br class='manualbr' />204 pages N&B <br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-65-0</p>; Neyestani, Mana ; <p>Né à Téhéran en 1973, Mana Neyestani a une formation d'architecte, mais il a commencé sa carrière en 1990 en tant que dessinateur et illustrateur pour de nombreux magazines culturels, littéraires, économiques et politiques. Il devient illustrateur de presse à la faveur de la montée en puissance des journaux réformateurs iraniens en 1999. En 2000, il publie son premier livre en Iran, "Kaaboos" (Cauchemar), qui sera suivi de "Ghost House" (2001) et "M. Ka's Love Puzzle" (2004). Catalogué comme dessinateur politique, Neyestani est ensuite contraint de faire des illustrations pour enfants. Celle qu'il a faite en 2006 a conduit à son emprisonnement et à sa fuite du pays. Entre 2007 et 2010, il vit en exil en Malaisie, en faisant des illustrations pour des sites dissidents iraniens dans le monde entier. Dans la foulée de l'élection frauduleuse de 2009, son travail est devenu une icône de la défiance du peuple iranien. En 2012, il publie en France le récit de son emprisonnement et de sa fuite d'Iran, "Une Métamorphose Iranienne" (coédition çà et là / Arte). Il publie ensuite en 2013 un recueil de dessins de presse, "Tout va Bien !", puis en 2015 son "Petit manuel du parfait réfugié politique" (çà et là / Arte).</p> <p>Mana Neyestani a remporté de nombreux prix iraniens et internationaux, plus récemment, le Prix du Courage 2010 du CRNI (Cartoonists Rights Network International ). Membre de l'association Cartooning for Peace, il a reçu le Prix international du dessin de presse, le 3 mai 2012, des mains de Kofi Annan et le Prix Alsacien de l'engagement démocratique en 2015.<br class='manualbr' />Mana Neyestani est réfugié politique en France depuis 2011 et vit à Paris avec sa femme.</p> ; février 2012; <p>Le cauchemar de Mana Neyestani commence en 2006, le jour où il dessine une conversation entre un enfant et un cafard dans le supplément pour enfants d'un hebdomadaire iranien. Le problème est que le cafard dessiné par Mana utilise un mot azéri. Les azéris, un peuple d'origine turc vivant au nord de l'Iran, sont depuis longtemps opprimés par le régime central. Pour certains, le dessin de Mana est la goutte d'eau qui fait déborder le vase et un excellent prétexte pour déclencher une émeute. Le régime de Téhéran a besoin d'un bouc émissaire, ce sera Mana. Lui et l'éditeur du magazine sont emmenés dans la Prison 209, une section non-officielle de la prison d'Evin, véritable prison dans la prison sous l'administration de la VEVAK, le Ministère des Renseignements et de la Sécurité Nationale. Ce n'est pas un endroit très agréable..
. Alors que le deux hommes subissent des semaines d'isolement et d'interrogatoires, les azéris organisent de nombreuses manifestations anti-gouvernementales. Les autorités font tirer sur les manifestants, faisant de nombreuses victimes. Pour les autorités, tout est de la faute de Mana.</p> <p>Au bout de deux mois de détention, Mana obtient enfin un droit de sortie temporaire. Il décide alors de s'enfuir avec sa femme. Après un long périple qui les fera passer par les Émirats Arabes Unis, La Turquie et la Chine, ils parviendront à atteindre la Malaisie pour s'y installer avant de rejoindre Paris en 2010. Bouleversant, <i>Une Métamorphose iranienne</i> est une plongée en apnée dans le système totalitaire kafkaïen mis en place par le régime iranien.</p> <p><strong>dBD Award du meilleur album étranger 2012<br class='manualbr' />Sélection Prix France Info 2013 de la bande dessinée de reportage</strong></p> <p><strong>Une Métamorphose iranienne est une coédition Arte Editions / çà et là.</strong></p>;
Neptune; <p>Format : 13x18 cm, relié <br class='manualbr' />160 pages N&B <br class='manualbr' />Prix de vente : 12 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-64-3</p>; Steinke, Aron Nels ; <p>Né en janvier 1981 à Portland (Oregon), Aron Nels Steinke a commencé à dessiner et à publier ses bandes dessinées grâce à une aide de la fondation Xeric en 2006. Il auto-édite sa série autobiographique Big Plans (5 volumes à ce jour), et il est l'auteur de plusieurs livres jeunesse, The Super Crazy Cat Dance, The Super-Duper Dog Park et Zoo Box (coécrit avec son épouse Ariel Cohn et paru en français aux éditions Jungle). Il a également participé à de nombreuses anthologies dont Not My Small Diary et Papercutter. <br class='autobr' /> Publié en 2009 aux États-Unis, Neptune est sa première histoire longue. Il a travaillé sur le projet pendant plus d'un an. Le livre est basé sur une histoire développée pour un dessin animé il y a plusieurs années, mais ce projet n'a jamais abouti. Plutôt que de laisser l'histoire dans un coin, il a décidé d'en faire une bande dessinée. Aron passe ses journées à enseigner en école primaire, et ses nuits à écrire et à dessiner son prochain livre. Il vit à Portland, dans l'Oregon avec sa femme et ses trois chats.</p> ; janvier 2012; <p>Neptune est l'histoire d'Erika, une jeune et aventureuse élève de CM2 , de son agité de petit frère Patrick (CE2) et de leur fidèle chien Neptune (non scolarisé). Le jour où Erika et Patrick ratent le bus de l'école, ils ne se doutent pas que des événements extraordinaires vont leur arriver. Entre une interminable marche jusqu'à l'école, des QCM surprise, un gigantesque ouragan et la perte de ses devoirs, Erika doit garder toute sa tête alors qu'elle tente de protéger son frère, son chien et peut-être même le monde entier.</p> <p>Aron Nels Steinke tisse une joyeuse et énergique histoire pleine de rebondissements, avec des moments de comédie, de l'aventure, de l'émotion, et même une chanson. Neptune est un livre pour enfants et adultes. Enseignant en école primaire, Steinke est assez lucide pour admettre que les élèves détestent l'école. C'est cette honnêteté et sa volonté d'explorer le point de vue de ses jeunes personnages qui donnent de la profondeur à son livre. A travers cette histoire présentée comme un conte, il montre des enfants confrontés à l'école, aux enseignants, à l'encadrement scolaire mais aussi les rapports entre élèves, et surtout leur impressionnante capacité à inventer des histoires fantastique sans éprouver le besoin de distinguer le réel de l'imaginaire.</p>;
Formose; <p>Format : 17x24 cm, broché <br class='manualbr' />256 pages N&B <br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-62-9</p>; Lin, Li-Chin ; <p>Li-Chin Lin est née à Taïwan en 1973. Après des études en histoire à Taïwan et une brève expérience professionnelle dans une société d'import-export, elle choisit de devenir illustratrice et quitte l'île pour faire des études artistiques en France à l'École Supérieure de l'Image d'Angoulême, puis à l'école d'animation La Poudrière à Valence. Elle réalise des courts métrage d'animation puis se lance dans la bande dessinée à partir de 2002 en collaborant à de nombreux fanzines et réalise en parallèle deux livres pour enfants pour un éditeur de Taïwan. Elle anime régulièrement des ateliers de bande dessinée pour collégiens. "Formose", son premier roman graphique, a reçu le Prix Littéraire des Lycéens de la Région Île-de-France en 2012. Son deuxième roman graphique, "Fudafudak" est paru en 2017 aux éditions çà et là.<br class='autobr' /> Li-Chin vit à Valence.</p> ; novembre 2011; <p>Au delà de l'affaire des frégates, Taïwan nous évoque en général peu de chose au regard de la complexité de son histoire et de sa culture. Li-Chin Lin, née en 1973 dans la campagne taïwanaise, et qui vit en France depuis dix ans, nous raconte son histoire. Elle aborde avec franchise et beaucoup de recul son enfance, tiraillée entre la culture de sa famille (ses grands parents parlent le japonais, souvenir des colonisateurs et langue honnie par le régime), ses envies (l'attrait du manga), et la doxa officielle. Elle montre comment le régime dictatorial du Kuomintang qui dirige l'île d'une main de fer quasiment sans interruption depuis l'arrivé de Chiang Kaï-Chek, pratique un endoctrinent quotidien de la population taiwanaise en générale et des enfants en particulier... Confrontée dès son plus jeune âge aux contradictions du régime, Li-Chin Lin appartient à la génération marquée par le soulèvement de Tian'anmen, qui sera amenée à remettre en question le culte de la personnalité de CKC et le parti unique. Son regard toujours révolté sur la corruption et les ambiguïtés qui gangrènent la société taïwanaise se combine avec un dessin influencé par les codes du manga, et une imagination graphique débridée.</p> <p>En janvier 2012 se sont tenues les élections présidentielles et législatives à Taïwan. Le Président sortant et candidat du Kuomintang, Ma Ying-Jeou, a été réélu avec 51% des voix.</p> <p><strong>Prix Littéraire des Lycéens de la Région Île-de-France 2013</strong></p>;
Alec, L'intégrale; <p>Format : 19x26cm, relié <br class='manualbr' />640 pages N&B <br class='manualbr' />Prix de vente : 32 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-58-2</p>; Campbell, Eddie ; <p>Eddie Campbell est né en 1955 à Glasgow en Écosse. Il commence sa carrière d'auteur de bandes dessinées à la fin des années 70 au sein de la scène indépendante anglaise. Il collabore à la plupart des fanzines de l'époque, dont Fast Fiction ! , Gag ! ou Flick dans lesquels il publie notamment les premières histoires courtes de son alter ego Alec MacGarry.</p> <p>En 1986, il quitte l'Angleterre pour s'installer avec sa femme en Australie. A partir de la fin des années 1980 il participe à de nombreux magazines publiés par des éditeurs anglais et américains comme Knockabout , Fantagraphics ou Dark Horse Presents et crée le personnage de la série "Bacchus" qu'il utilisera pendant près de 15 années.</p> <p>En 1995, il crée sa propre structure d'édition, Eddie Campbell Comics , où il publiera l'intégrale de la série "Bacchus" ainsi que les quatre volumes de la série "Alec" (qui seront publiés en France chez çà et là entre 2007 et 2011). En 1989 avait débuté dans le magazine Taboo la parution de "From Hell" avec Alan Moore au scénario et Eddie Campbell au dessin. Après de nombreuses péripéties, les dépôts de bilans de deux éditeurs et près de dix années de parution irrégulière, le recueil de l'intégrale de "From Hell" deviendra l'un des plus grands succès du roman graphique aux États-unis et sera adapté en film en 2001.</p> <p>L'œuvre de Eddie Campbell a été récompensée par de nombreux prix à travers le monde. ll a notamment reçu des Eisner et Harvey Awards ainsi que le Prix de la Critique du Festival d'Angoulême pour "From Hell" avec Alan Moore en 2001. L'intégrale des "Alec", publiée en 2011 chez çà et là, était en Sélection Officielle du Festival d'Angoulême 2012.</p> ; novembre 2011; <p>La série des <i>Alec </i> a été réalisée entre 1981 et 2002. Elle retrace de manière presque entièrement autobiographique la vie de son auteur, Eddie Campbell, qui apparaît dans les trois premiers volumes de la série sous le nom de Alec MacGarry. Après l'édition de <i>La Bande du King Canute</i> puis de <i>Graffiti Kitchen</i> en 2007, de <i>Comment devenir artiste</i> en 2008 et de <i>L'affaire du Trompinoptère </i> début 2011, les éditions çà et là publient maintenant l'intégrale de la série.</p> <p>Brillamment observées et exprimées avec finesse, les histoires d'Alec sont une version de la propre vie d'Eddie Campbell, à travers le filtre de son alter ego Alec MacGarry. Depuis de nombreuses années, nous assistons à la progression d'Alec (et d'Eddie) "de la bière au vin" - les folles nuits au pub, le désespoir existentiel, la chasse à l'amour, la quête de l'art, la métamorphose en chef de famille responsable et bien plus encore ! Les fantasmes bizarres d'Eddie et ses astuces métafictionnelles transforment la vie en art. La capacité hors-norme de l'auteur à la distanciation et son sens affuté de l'auto-dérision font du moindre événement une opportunité de faire de l'esprit. <i>Alec </i> est tout simplement un chef-d'œuvre de l'autobiographie visuelle et fait partie du patrimoine mondial de la bande dessinée.</p> <p><strong>Sélection Officielle du Festival d'Angoulême 2012</strong></p>;
Les Gratte-Ciel du Midwest; <p>Format : 23x16 cm, relié <br class='manualbr' />288 pages N&B et couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-63-6</p>; Cotter, Joshua ; <p>Joshua Cotter est né en 1977 quelque part dans le fin fond du Missouri. Il a grandi dans la ferme de ses parents, à 3 km de Barnard, village de 234 habitants. Il suit un cursus artistique au Art Institue de Kansas City, puis devient designers d'auto-collant avant de se lancer dans l'illustration pour des journaux alternatifs locaux, puis et de créer un strip pour le Kansas City Star. En 2000 il commence à publier des mini comics. En 2003, il débute Les Gratte-Ciel du Midwest sous forme de fanzine et remporte le Isotope Award. L'éditeur AdHouse Books lui propose ensuite de publier le livre, qui sortira en 2008 aux États-Unis puis en 2011 chez çà et là.</p> ; novembre 2011; <p><i>Les Gratte-Ciel du Midwest</i> est roman graphique singulier, un projet artistique semi-autobiographique, ancré à la fois dans la réalité et dans l'imaginaire d'un jeune garçon de dix ans, que l'on imagine être l'auteur. Au fil des 288 pages que composent cette histoire, Joshua Cotter décrit l'univers mental tourmentée de son alter-ego et le quotidien de sa vie de jeune pré-ado vivant au fin fond du Middle West, le cœur de l'Amérique rurale. Un enfant mal dans sa peau, un peu trop gros, rejeté par ses camarades de classe et qui se réfugie dans un monde imaginaire peuplé de robots. L'auteur utilise une iconographie foisonnante et des symboles récurrents tout au long du livre, savant mélange de scènes de la vie quotidienne, d'imagerie religieuse, de faux courriers de lecteurs ou de pastiches de publicités, le tout étant inextricablement lié. <br class='autobr' /> Le jeune personnage principal, qui n'est jamais nommé, présente tous les symptômes du mal-être propre à de nombreux ados, mais de façon particulièrement exacerbée, il traverse des événements de sa vie (décès de sa grand-mère, baptême, dénigrement de la part de son entourage) comme un fantôme. On décèle les marques d'une dépression infantile, tempérée par les relations parfois conflictuelles mais également empreintes d'une certaine tendresse avec son jeune frère, Jeffrey.<br class='autobr' /> <i>Les Gratte-Ciel du Midwest </i> est un livre unique qui marquera durablement les lecteurs qui sauront en trouver les clés de lecture.</p> <p><i>Skyscrapers from the Midwest</i> a reçu de nombreuses nominations pour des prix prestigieux : Ignatz Awards 2005, Eisner Awards 2007 et 2009, Harvey Awards 2009.</p>;
Chasseurs de Ptérodactyles; <p>Format : 35x26 cm, relié <br class='manualbr' />40 pages N&B <br class='manualbr' />Prix de vente : 17 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-61-2</p>; Leach, Brendan ; <p>Brendan Leach est né en 1979 à Staten Island, dans l'état de New York. Il a été soutenu par la prestigieuse la Fondation Xeric en 2010 et publiés dans plusieurs anthologies, dont Best American Comics 2011, Smoke Signal, Rabid Rabbit, et Ferocious Quarterly. Brendan vit et travaille actuellement à Brooklyn, NY.</p> ; octobre 2011; <p>New York, 1904. La patrouille des chasseurs de ptérodactyles pourchasse sans relâche les ptérodactyles qui terrorisent la population de la ville depuis des années. Eamon Sullivan, patrouilleur émérite, vient d'abattre l'un des derniers spécimens encore vivants. Son jeune frère, Declan, lui-aussi membre de la patrouille, mais en tant que simple guetteur, semble éprouver une certaine réticence à participer à cette dernière campagne de chasse,. Même s'il jalouse son frère et les attentions que lui valent ses exploits, Declan ne semble pas être prêt à porter la responsabilité de l'extinction de ces créatures. Mais suite à un accident,qui ressemble fortement à un sabotage, il doit remplacer son frère au pied levé...</p> <p>Chasseurs de Ptérodactyles est une petite perle, initialement éditée en 2010 sur du papier journal par son auteur, un jeune américain tout juste diplômé de la prestigieuse School of Visual Arts de New York. Brendan Leach fait montre d'une étonnante maîtrise graphique et d'un style déjà bien installé. Il créé un univers baroque de science fiction retro-futuriste, et parsème son récit de très belles trouvailles narratives et graphiques. Une jolie découverte et un auteur à suivre...</p>;
Seven miles a second; <p>Format : 21 x 31 cm, <br class='manualbr' />72 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-918034-03-2</p>; Wojnarowicz, David / Romberger, James / Van Cook, Marguerite ; <p>DAVID WOJNAROWICZ s'est imposé comme l'un des artistes américains incontournables des années 80. Il naît dans le New Jersey en 1954. Enfant battu et maltraité, il s'enfuit à New York, découvre son homosexualité, vit dans la rue, subsiste grâce à la prostitution occasionnelle. Il traverse les États-Unis en auto-stop. Pendant les années 80, il devient un artiste reconnu (photographe, vidéaste, peintre, sculpteur et écrivain). Il appartient au mouvement artistique de l'East Village et évolue dans le milieu alternatif new-yorkais (Nan Goldin, Richard Kern, Lydia Lunch, Kathy Acker...) Homosexuel militant, farouchement critique de la société américaine, il meurt du sida en 1992.</p> / <p>Né en 1958 aux États-Unis, James Romberger est un artiste américain connu pour ses représentations du Lower East Side de New York. Ses dessins au pastel figurent dans de nombreuses collections publiques et privées, ainsi que dans des musées (dont le Metropolitan Museum of Art). Ses expositions solo et collectives ont été montrées dans de nombreuses galeries, dont Ground Zero NY, la galerie Grace Borgenicht, Gracie Mansion, ainsi qu'au New Museum of Contemporary Art. Romberger est auteur de BD depuis le début des années 1980. Il a travaillé pour les principaux éditeurs américains, Marvel Comics, Image Comics et DC Comics. Ses deux derniers ouvrages parus sont Aaron and Ahmed (écrit par Jay Cantor), publié en 2011 chez DC Comics/Vertigo, et Post York, écrit et dessiné par Romberger sur une musique de Crosby (Uncivilized Books, 2012). "L'Enfant Inattendue" parait en 2014 simultanément aux États-Unis et en France.</p> / <p>Née en Angleterre, Marguerite Van Cook est une artiste, poétesse, musicienne, danseuse et réalisatrice de courts métrages. Elle a été l'une des figures de la scène punk londonienne et a notamment fait la première partie de la tournée « Give ‘Em Enough Rope/Sort it Out » des Clash, avec son groupe The Innocents. Elle est depuis trente ans l'une des actrices incontournables de la scène artistique de l'East Village à New York. Ses travaux pluridisciplinaires (photo, vidéo, peinture) sont exposés dans de nombreuses galeries et expositions d'art contemporain dans le monde entier. Elle a réalisé la mise en couleur du roman graphique "Seven Miles A Second", paru en 1994 aux États-Unis et en 2011 en France. "L'Enfant Inattendue" (The Late Child, 2014) est son premier livre en tant que scénariste.</p> ; octobre 2011; <p><i>7 miles a second</i>, roman graphique autobiographique, a été publié en 1996 aux États-Unis, soit quatre ans après la mort de David Wojnarowicz. Il s'agit de l'unique incursion du célèbre artiste et écrivain contemporain David Wojnarowicz dans la bande dessinée. <br class='autobr' /> Le projet, né en 1988, est le fruit de la collaboration entre trois amis, James Romberger, dessinateur, Marguerite Van Cook, coloriste, et David Wojnarowicz. Le livre n'étant pas terminé au moment de la mort de ce dernier en 1992, James et Marguerite ont achevé l'ultime chapitre en 1994.</p> <p>Découpé en trois parties, 7 Miles a second retrace la vie picaresque et quasi mythologique de David Wojnarowicz, l'existence hors du commun de l'artiste et de l'écrivain virtuoses, mise en scène et magnifiée dans ses ouvrages, se prêtant naturellement à une riche interprétation graphique. <i>7 miles a second</i> retrace son parcours depuis la fin de l'enfance, marquée par ses errances de jeune garçon livré à la prostitution occasionnelle dans un New York sauvage, jusqu'à sa lutte tragique contre le sida. Les deux premières parties, « Soif » et « Chiens errants » illustrent cette enfance v(i)olée, recomposant le tableau de cette déshérence en nous donnant à voir des anecdotes parfois déjà lues, autrement relatées, dans <i>Au bord du gouffre</i>. La troisième et dernière partie est consacrée à la fin de sa vie, à sa lutte personnelle, politique, et tragique contre le sida.</p> <p>La fulgurance des visions wojnarowicziennes, son imagination débridée, sont remarquablement traduites en images. Ce roman graphique nous offre une nouvelle façon de parcourir l'oeuvre de Wojnarowicz et d'être les témoins émus de la vie d'un homme et d'un artiste extraordinaires.<br class='autobr' /> Le texte, d'une beauté bouleversante, d'une poésie déchirante, frappe également par son énergie galvanisante, servie par les illustrations précises et surréalistes de Romberger, rehaussées des couleurs psychédéliques de Marguerite van Cook, qui véhiculent magnifiquement la radicalité d'une poésie singulière et jusqu'au-boutiste.</p> <p><strong>EN COEDITION AVEC LES EDITIONS LAURENCE VIALLET</strong></p>;
Anthologie American Splendor, Volume 3; <p>Format : 20x26 cm, broché <br class='manualbr' />204 pages n&b <br class='manualbr' />Prix de vente : 19 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-57-5</p>; Pekar, Harvey ; <p>Harvey Pekar est né en 1939 à Cleveland dans une famille de commerçants issus de la communauté juive d'Europe de l'Est, il grandit avec le yiddish comme langue maternelle. En 1966, il commence à travailler aux archives d'un hôpital de Cleveland. Autodidacte et grand lecteur il suit avec ferveur l'éclosion de la bande dessinée underground, et sa rencontre avec Robert Crumb à la fin des années 60 le convainc de se lancer dans l'écriture d'histoires autobiographiques. Il commence à auto-éditer American Splendor en 1976. Le relatif succès de la série au début des années 80 et le style ultra polémique de Harvey Pekar lui permettent de devenir l'un des participants réguliers de la plus grande émission de talk-show aux Etats-Unis:Late Night with David Letterman. Il se fait débarquer suite à des remarques acerbes à propos de la société General Electric (propriétaire de la chaîne NBC qui diffusait l'émission). Harvey Pekar continue ensuite de publier American Splendor, tout en ayant une activité de journaliste free lance pour la presse et la radio, spécialisé dans son domaine de prédilection : le jazz. En 1995 il co-écrit avec sa femme Joyce Brabner un roman graphique sur son combat contre le cancer, Our Cancer Year.</p> <p>Harvey Pekar est décédé en juillet 2010 à Cleveland. Il avait pris sa retraite 2001, après avoir travaillé 35 ans dans le même hôpital de Cleveland. Il a toujours continué d'écrire des chroniques de livres, de disques ainsi que des nouvelles pour American Splendor.</p> ; septembre 2011; <p>« La vie ordinaire, c'est un truc assez complexe », voilà la devise de Harvey Pekar, auteur de la mythique série American Splendor.<br class='autobr' /> Au début des années 1960, Harvey Pekar rencontre Robert Crumb et découvre la bande dessinée underground. Fasciné par les possibilités offertes par ce médium, il développe un projet de série autobiographique et, incapable de dessiner, il convainc Crumb et un dessinateur local, Garry Dumm, d'illustrer les premières histoires. En 1976 il décide d'auto-éditer la série American Splendor, à laquelle la fine fleur de la scène indépendante américaine va participer. Il révolutionne ainsi le genre et crée la première série de bande dessinée autobiographique.</p> <p>Ce dernier volume de l'anthologie consacrée à la série de Harvey Pekar couvre les années 1993 à 2004. Pekar y décrit notamment son combat contre un cancer lymphatique au début des années 1990, ses conflits avec sa dernière femme, Joyce Brabner, son départ à la retraite, mais aussi son regain de notoriété au moment de la sortie du film American Splendor, avec la verve qui le caractérise.</p> <p>Les histoires de ce volume sont toutes écrites par Harvey Pekar et sont dessinées par une pléiade d'auteurs parmi lesquels Gary Dumm, Frank Stack, Joe Sacco, Jim Woodring, Robert Crumb, Ed Piskor et Gerry Shamray. Harvey Pekar est décédé en juillet 2010.</p>;
O Pribjehi - Histoires; <p>Format : 23 x 16<br class='manualbr' />360 pages trichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 28 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-54-4</p>; Borkovcova, Maza / Hajska, Marketa / Masek, Vojtech ; <p>Masa Borkovcova est née en 1977 et diplômée en études sur la civilisation Rom de la Faculté des Arts de l'université Charles à Prague. Elle est l'auteur d'une étude sur la langue romani : L'ethnolecte romani dans la langue tchèque. Elle a participé à de nombreuses recherches sur la question Rom et enseigne le romani en lycée et à la Faculté des Arts de Prague.</p> / <p>Née en 1976, Marketa Hajska est diplômée d'anthropologie à la Faculté des Sciences Humaines de l'Université Charles à Prage. Elle a participé à de nombreux projets sur les Roms et sur l'éducation multiculturelle. Elle travaille également pour l'ONG Clovek v Tsini sur des projets d'aide au développement des campements de Roms slovaques.</p> / <p>Né en 1977, Vojtech Masek est auteur de bandes dessinées. Il fait partie du collectif Monstrkabaret Freda Brunolda et est co-auteur avec Dzian Baban de plusieurs bandes dessinées depuis 2004, dont Sloni v Marienbadu, Posledni Chobotango et Hanka. Il a également collaboré à une série de performances théâtrales entre 2004 et 2010.</p> ; août 2011; <p>Markéta Hajská, anthropologue, et Máša Bořkovcová, ethnologue - spécialistes de la question Rom - ont rencontré Ferko, Keva et Albína lors d'une enquête sur les Roms de République tchèque et de Slovaquie. Elles ont décidé de raconter leurs histoires. Parce qu'« il faut commencer à parler des Roms en tant qu'individus et pas seulement en tant qu'ethnie ». Le dessinateur Vojtech Masek a mis ces récits en images, en travaillant d'après les photos, films et témoignages audios enregistrés au cours de ces rencontres.</p> <p>Le personnage principal du premier récit, Ferko, est un sexagénaire fauché qui se prétend issu de la famille tzigane la plus riche de Slovaquie. Keva, une jeune Rom Praguoise de vingt ans aux prises avec les discriminations, est au centre de la deuxième partie. La dernière histoire est celle d'Albína, 40 ans, femme battue et mère de sept enfants, qui finit par s'enfuir avec son amant tchèque. « Ce n'est pas une histoire politiquement correcte, précise le quotidien <i>Lidové Noviny</i>. Les auteurs ne censurent pas les aspects les plus sombres, comme la violence et la drogue. » En mettant en scène ces vies bancales, « la trilogie fait prendre conscience de l'ampleur de la dette de la société tchèque envers les Roms », estime le magazine <i>Respekt</i>.</p> <p><i>O Pribjehi – Histoires</i> est un triple récit édifiant, une étude en profondeur du quotidien des Roms en Slovaquie et en République tchèque, deux pays à forte population Rom.</p>;
En mer; <p>Format : 17x13 cm, relié <br class='manualbr' />144 pages N&B <br class='manualbr' />Prix de vente : 13 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-56-8</p>; Weing, Drew ; <p>Drew Weing est né en 1978 en Virginie, il est diplômé du Savannah College of Art and Design. Son premier roman graphique, En mer (Set to sea), a été publié à l'été 2010 aux États-Unis par Fantagraphics Books. Le livre a reçu un excellent accueil critique, notamment de la prestigieuse radio NPR, du New York Magazine et de l'association des bibliothécaires américains (ALA). Drew est également connu pour son webcomic Pup. Il réalise des illustrations pour les magazines jeunesse Nickelodeon et Disney Adventures et vient de publier Les effroyables missions de Margo Maloo chez Dargaud. Drew vit à Athens, (Géorgie) avec sa femme, l'illustratrice Eleanor Davis.</p> ; août 2011; <p>Dans un endroit que l'on imagine être l'Amérique ou l'Angleterre du 17e siècle, un colosse, poète sans le sous en manque d'inspiration, écume les bars d'un port. Kidnappé pour servir de matelot dans un navire en route pour Hong-Kong, il se frotte à la dure réalité de la vie en mer. Le navire se fait attaquer par des pirates, et au cours du combat qui s'ensuit, le Poète montre une bravoure et une force hors du commun. Il est fait second du navire et entame une vie de marin qui le mène sur tous les continents et toutes les mers. Aguerri par des années de voyages, il trouve finalement l'inspiration et écrit enfin un recueil de poèmes qu'il envoie à un éditeur. Le livre connaît un énorme succès.</p> <p><i>En Mer</i> est le premier roman graphique de Drew Weing. Magnifiquement illustré dans un style délicat et détaillé en hommage direct aux gravures de Gustave Doré, c'est aussi un clin d'œil au personnage de Popeye de E.C. Segar. <i>En Mer</i>, c'est à la fois le souffle épique de la grande aventure et une balade maritime racontée en rimes visuelles. Au rythme d'une case par page, et de cent quarante-quatre pages, Drew Weing, installe une narration poétique pour ce petit bijou unique et hors du temps.</p>;
90 autres livres cultes à l'usage des personnes pressées; <p>Format : 12x18 cm broché<br class='manualbr' />196 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 9 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-53-7</p>; Lange, Henrik ; <p>Henrik Lange est né en 1972 en Suède. Il commence sa carrière dans l'illustration et la bande dessinée au cours des années 1990. Il a réalisé de nombreux livres pour enfants et plusieurs bandes dessinées. En 2000, il a publié un roman graphique semi-autobiographique « Une nuit tout en rose ». Il a co-écrit "90 livres cultes à l'usage des personnes pressées" avec Thomas Wengelewski, puis publié "90 films à l'usage des personnes pressées", "90 autres livres à l'usage des personnes pressées" et "August Strindberg à l'usage des personnes pressées", premier volume d'une série consacrée aux grands auteurs de notre temps.<br class='autobr' /> Henrik Lange vit à Bollebygd en Suède où il prépare les prochains livres de la série "... à l'usage des personnes pressées".</p> ; juin 2011; <p>Suite au succès critique et public de <i>90 livres cultes à l'usage des personnes pressées</i> en mars 2010 de <i>90 films cultes à l'usage des personnes pressées</i> en octobre 2010, Lange s'attaque cette année à 90 autres livres cultes et nous livre de nouveaux résumés poilants en quatre cases de bande dessinée, du <i>Monde Selon Garp</i> de John Irving au <i>Baron Perché</i> d'Italo Calvino en passant par <i>En Attendant Godot</i> de Samuel Beckett.</p>;
Ace-face / Les aventures de Jack et Max; <p>Format : 22 x 16,5<br class='manualbr' />140 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 13 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-52-0</p>; Dawson, Mike ; <p>Né en 1975 en Écosse, Mike Dawson vit aux États-Unis depuis l'âge de 11 ans. Son premier roman graphique, "Freddie et Moi" (éditions Rackham) racontait sa passion pour le groupe Queen. Il a collaboré à de nombreuses anthologies, notamment avec Alex Robinson ("De Mal en Pis"). "Ace-Face", son deuxième livre, est paru en 2011 chez çà et là et le suivant, "Troupe 142", en 2013. "Angie Bongiolatti" est paru début 2014. Son dernier livre « Nouvelles du front d'un père moderne » sort simultanément en France et aux États-Unis<br class='autobr' /> Mike Dawson vit dans à Fair Haven, dans le New Jersey avec sa femme Aliza et leurs deux enfants.</p> ; mai 2011; <p>Hommage humoristique aux séries de super héros des années 1980 de Marvel et DC Comics, cette seconde bande dessinée de Mike Dawson (après Freddie et Moi) est un double livre.</p> <p>Au recto le lecteur découvrira les grandes étapes de la vie de Colin Turney alias Ace-Face, né en 1948 en Angleterre, sans bras, et qui sera doté par un oncle scientifique d'appendices en fer terriblement puissants mais surtout très embarrassants. Une fois adulte, Colin prend la mesure des responsabilités qui viennent avec ses pouvoirs et prend le nom de Ace-Face en hommage au Who avant d'aller affronter les forces du mal et les poivrots du coin. Ace-Face deviendra le plus grand super-héros du Swinging London des années 1960. Après la naissance de son fils, Colin prend sa retraite et devient enseignant aux États-Unis pour profiter de la vie de famille...</p> <p>Au verso, Les Aventures de Jack & Max, deux jeunes frères particulièrement turbulents et dotés de fantastiques super-pouvoirs, l'un peut téléporter tout ce qu'il veut et l'autre est télékinésiste. Malheureusement les deux gamins utilisent leurs pouvoirs essentiellement pour se battre l'un contre l'autre au grand désespoir de leurs super parents.</p>;
L'Odyssée de Zozimos, épisode 1; <p>format : 15,5 x 22,5<br class='manualbr' />212 pages noir et blanc<br class='manualbr' />prix de vente : 13 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-50-6</p>; Ford, Christopher ; <p>Christopher Ford, a commencé à gribouiller comme la plupart des enfants, pour passer le temps à l'école primaire, il a continué à gribouiller obsessivement pendant ses études à la NYU Film School. Après ses études, il a co-fondé le studio Waverly Films et a écrit et réalisé des clips vidéos et des publicités, notamment pour Fatboy Slim, Deathcab for Cutie, McDonald's et MTV. Il écrit actuellement un film d'horreur « Clown », produit par Eli Roth (réalisateur des « Hostel »).</p> ; avril 2011; <p><i>L'Odyssée de Zozimos</i> où l'épopée d'un jeune prince en exil - Zozimos - qui entreprend un périple héroïque pour venger son père assassiné et reconquérir le royaume de Sticatha.</p> <p>Zozimos est aidé dans sa quête par Atrukos l'homme-grenouille (littéralement), la farouche guerrière Alexa dont Zozimos est un peu amoureux mais qui l'ignore totalement, sa petite amie un peu trop collante Asteria, et son oncle Nestor, un vieux guerrier qui lui enseigne l'art de la guerre. Bien sûr, il y a également un certain nombre de dieux et de monstres qui s'évertuent à mettre Zozimos hors-course, des divinités issues du panthéon grec classique mais aussi des rois fantômes, des nuages diaboliques, des moutons mangeurs d'hommes jusqu'à des stylos géants qui descendent du ciel pour gribouiller sur le tissu de la réalité, en somme le quotidien d'une aventure mythologique.</p> <p>Entre la série des « <i>Donjon</i> » et <i> Le Journal d'un dégonflé</i>, <i>L'Odysée de Zozimos </i> mixe tous les ingrédients des contes et légendes grecques avec ceux du roman d'apprentissage pour ados. Christopher Ford réalise une trépidante comédie d'aventure.<br class='autobr' /> _<br class='manualbr' /><strong>Sélection Jeunesse du Festival d'Angoulême 2012</strong></p>;
Lucky in Love, tome1; <p>Format : 17x22 cm, relié<br class='manualbr' />120 pages bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 14 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-49-0</p>; DeStefano, Stephen / Chieffet, George ; <p>Stephen DeStefano est dessinateur professionnel depuis l'âge de 15 ans. Il a dessiné des bandes dessinées dès les années 1980 pour DC, Marvel, Dark Horse, Oni et Fantagraphics. En 1992, il a commencé à travailler dans l'animation pour la série Ren et Stimpy. Depuis, il a collaboré avec Universal, Warner Bros, Cartoon Network et Nickelodeon. Il réside actuellement à Hoboken, New Jersey, avec sa femme Siobhan.</p> / <p>Diplômé de littérature à l'université de Greensboro (Caroline du Nord), George Chieffet a donné des cours de "fiction writing" dans de nombreuses universités. Il a publié plus de soixante-quinze poèmes dans des revues littéraires ainsi que plusieurs nouvelles. Il a également collaboré à l'écritures de trois pièces de théatre. <br class='manualbr' />George Chieffet vit à River Vale dans le New Jersay avec sa femme Eden.</p> ; mars 2011; <p>"J'avais quinze ans en 1942, et je mesurais 1m60, ce qui est le plus grand que j'aie jamais été. J'avais les cheveux d'un noir de jais et un sourire aussi grand que le jour."</p> <p>Co-créé par George L. Chieffet (aux textes) et le dessinateur Stephen DeStefano, <i>Lucky in Lov</i>e pourrait presque être présenté comme le pendant humoristique des classique de la bande dessinée de guerre. Élégamment dessiné dans un style rétro noir et blanc en hommage à Milt Gross et aux classiques du dessin animé des années 1930, <i>Lucky in Love</i> est un roman d'apprentissage qui suit son héros, Lucky Testaduda, de ses années adolescentes à Hoboken - la Petite Italie du New Jersey - à son recrutement dans l'armée de l'air et son expérience de la guerre.</p> <p><i>Lucky in Love</i> montre ce qui arrive quand un jeune homme fougueux mélange ses fantasmes érotiques et les mythes du cinéma américain. Passant des années 1940 à nos jours, le livre met en évidence le contraste entre l'univers fantasmatique de Lucky et la réalité plus sombre de la Seconde Guerre mondiale et de ses premières expériences sexuelles. En fin de compte, les aventures de Lucky sur son chemin vers l'âge adulte en feront un héros très différent de celui qu'il avait rêvé d'être...</p>;
L'Affaire du Trompinoptère; <p>Format : 18x24 cm, broché<br class='manualbr' />160 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-47-6</p>; Campbell, Eddie ; <p>Eddie Campbell est né en 1955 à Glasgow en Écosse. Il commence sa carrière d'auteur de bandes dessinées à la fin des années 70 au sein de la scène indépendante anglaise. Il collabore à la plupart des fanzines de l'époque, dont Fast Fiction ! , Gag ! ou Flick dans lesquels il publie notamment les premières histoires courtes de son alter ego Alec MacGarry.</p> <p>En 1986, il quitte l'Angleterre pour s'installer avec sa femme en Australie. A partir de la fin des années 1980 il participe à de nombreux magazines publiés par des éditeurs anglais et américains comme Knockabout , Fantagraphics ou Dark Horse Presents et crée le personnage de la série "Bacchus" qu'il utilisera pendant près de 15 années.</p> <p>En 1995, il crée sa propre structure d'édition, Eddie Campbell Comics , où il publiera l'intégrale de la série "Bacchus" ainsi que les quatre volumes de la série "Alec" (qui seront publiés en France chez çà et là entre 2007 et 2011). En 1989 avait débuté dans le magazine Taboo la parution de "From Hell" avec Alan Moore au scénario et Eddie Campbell au dessin. Après de nombreuses péripéties, les dépôts de bilans de deux éditeurs et près de dix années de parution irrégulière, le recueil de l'intégrale de "From Hell" deviendra l'un des plus grands succès du roman graphique aux États-unis et sera adapté en film en 2001.</p> <p>L'œuvre de Eddie Campbell a été récompensée par de nombreux prix à travers le monde. ll a notamment reçu des Eisner et Harvey Awards ainsi que le Prix de la Critique du Festival d'Angoulême pour "From Hell" avec Alan Moore en 2001. L'intégrale des "Alec", publiée en 2011 chez çà et là, était en Sélection Officielle du Festival d'Angoulême 2012.</p> ; mars 2011; <p>Enfin publiée en France, la série des <i>Alec </i> est l'une des références du roman graphique anglo-saxon. Dans cette série autobiographique, Eddie Campbell se met en scène sous les traits de Alec MacGarry et relate sa lente maturation vers le métier d'auteur de bandes dessinées. Après l'édition de <i>La Bande du King Canute</i>,de <i>Graffiti Kitchen</i> et de <i>Comment devenir Artiste</i>, les éditions çà et là clôturent la publication de cette série pionnière.</p> <p>Dans ce quatrième et dernier volume, <i>L'affaire du trompinoptère</i>, Eddie Campbell, qui approche de la cinquantaine, est confronté à de nouveaux soucis : comment acheter une maison, gérer une maison d'édition, ou encore s'occuper d'une famille. A travers une série d'histoires courtes, Campbell se dépeint avec beaucoup d'ironie et de distance en auteur, fils, père, mari, dessinateur de tribunal, ou encore insomniaque confronté à ses démons (personnifiés par une créature à l'appendice nasal proéminent). L'ensemble de ces réflexions très personnelles forme un tout cohérent, les méditations d'un artiste qui trouve autant d'intérêt à cogiter sur la raison d'être d'un bout d'herbe dans le postérieur de son chat que sur les répercussions de la gloire hollywoodienne sur ses finances et sa vie de famille.</p>;
Anthologie American Splendor, Volume 2; <p>Format : 20x26 cm, broché<br class='manualbr' />204 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-42-1</p>; Pekar, Harvey ; <p>Harvey Pekar est né en 1939 à Cleveland dans une famille de commerçants issus de la communauté juive d'Europe de l'Est, il grandit avec le yiddish comme langue maternelle. En 1966, il commence à travailler aux archives d'un hôpital de Cleveland. Autodidacte et grand lecteur il suit avec ferveur l'éclosion de la bande dessinée underground, et sa rencontre avec Robert Crumb à la fin des années 60 le convainc de se lancer dans l'écriture d'histoires autobiographiques. Il commence à auto-éditer American Splendor en 1976. Le relatif succès de la série au début des années 80 et le style ultra polémique de Harvey Pekar lui permettent de devenir l'un des participants réguliers de la plus grande émission de talk-show aux Etats-Unis:Late Night with David Letterman. Il se fait débarquer suite à des remarques acerbes à propos de la société General Electric (propriétaire de la chaîne NBC qui diffusait l'émission). Harvey Pekar continue ensuite de publier American Splendor, tout en ayant une activité de journaliste free lance pour la presse et la radio, spécialisé dans son domaine de prédilection : le jazz. En 1995 il co-écrit avec sa femme Joyce Brabner un roman graphique sur son combat contre le cancer, Our Cancer Year.</p> <p>Harvey Pekar est décédé en juillet 2010 à Cleveland. Il avait pris sa retraite 2001, après avoir travaillé 35 ans dans le même hôpital de Cleveland. Il a toujours continué d'écrire des chroniques de livres, de disques ainsi que des nouvelles pour American Splendor.</p> ; novembre 2010; <p>Au début des années 60, Pekar, critique de jazz et collectionneur de vieux disques, rencontre Robert Crumb et découvre la bande dessinée underground. Fasciné par les possibilités offertes par ce medium, il développe un projet de série autobiographique et, incapable de dessiner, il convainc Crumb et un dessinateur local, Garry Dumm, d'illustrer les premières histoires. En 1976 il décide d'auto-éditer la série <i>American Splendor</i>, à laquelle la fine fleur de la scène indépendante américaine va participer.</p> <p>Ce deuxième volume de l'anthologie consacrée à la série de Harvey Pekar couvre les années 1983 à 1991. Pekar connait une quarantaine mouvementée : il divorce de sa seconde femme, en épouse une troisième et acquiert enfin un semblant de notoriété grâce à sa participation au talk show <i>Late Night with David Letterman</i> , avant de se faire virer pour avoir critiqué trop ouvertement les propriétaires de la chaîne. On retrouve avec bonheur la verve du créateur de la première série de bande dessinée autobiographique, qui influencera par la suite de nombreux auteurs et sera adaptée au cinéma en 2003 (le film <i>American Splendor</i> remportera le Grand Prix du Festival de Sundance et sera sélectionné au Festival de Cannes cette année-là).</p> <p>Les histoires de ce volume sont toutes écrites par Harvey Pekar et sont dessinées par une pléiade d'auteurs parmi lesquels Gary Dumm, Frank Stack, Val Mayerik, Gerry Shamray et Greg Budgett. Le troisième et dernier volume de l'anthologie <i>American Splendor</i> qui couvrira les années 1992 à 2001 paraîtra en octobre 2011.</p>;
Elmer; <p>Format : 18x23 cm, broché<br class='manualbr' />144 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 14 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-48-3</p>; Alanguilan, Gerry ; <p>Né en 1968 à San Pablo City (Philippines), Gerry Alanguilan est décédé en 2019. En 1990 il obtient son diplôme d'architecte, mais il se consacre rapidement à la bande dessinée. A partir de 1996, il commence à travailler régulièrement pour des éditeurs américains, notamment Image, Marvel ou encore DC Comics, et il se fait un nom en tant qu'encreur de nombreuses séries, telles que "X-Men", "Wolverine", "Superman" ou "Batman". En parallèle de sa carrière d'encreur, il a auto-édité aux Philippines plusieurs bandes dessinées, notamment "Elmer" qui sera ensuite nominé aux Eisner Awards 2011 et remportera le Prix Asie de la Critique ACBD ainsi que le Prix Ouest France - Quai des Bulles 2011.</p> ; novembre 2010; <p>Octobre 2003. La vie de Jake Gallo est un enfer, il n'arrive pas à trouver de travail, son père vient de faire une crise cardiaque, Son frère Freddie est devenu une star du cinéma, mais le plus difficile à avaler, ce sont les frasques sentimentales de sa sœur May qui s'est mise en tête d'épouser... un humain. Car les Gallo, comme les autres poules et coqs du monde entier, sont subitement devenus conscients en 1979 au grand désarrois de l'espèce humaine. Suite au décès de son père, Jake va découvrir l'histoire de sa famille et de son père, Elmer, qui fait partie de la génération des coqs qui ont dû apprendre à cohabiter avec les hommes.</p> <p><i>Elmer </i> est l'histoire d'une famille de gallinacés qui lutte pour survivre dans un environnement hostile. Un véritable drame familial dans un monde où toute une catégorie de la population est ostracisée par la classe dominante, et où tous vivent dans un état de défiance mutuelle. A la fois drôle et émouvant, Gerry Alanguilan, maîtrise de bout en bout avec une candeur enthousiasmante cette parabole maquillée en chronique délirante. Philippin, il a auto édité <i>Elmer </i> entre 2006 et 2008. <i>Elmer </i> est le premier roman graphique philippin a être traduit en France.</p> <p><strong>Prix Asie de la Critique 2011, décerné par l'ACBD</strong><br class='manualbr' /><strong>Prix Quai des Bulles - Ouest France Saint Malo 2011</strong><br class='manualbr' /><strong>Nominé pour le Prix des Libraires de BD 2011</strong><br class='manualbr' /><strong>Nominé pour le Prix de la meilleure BD de SF - Utopiales 2011</strong></p>;
Trop n'est pas assez; <p>Format : 17x23 cm, relié<br class='manualbr' />464 pages bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 27 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-69-8</p>; Lust, Ulli ; <p>Ulli Lust est née en 1967 à Vienne (Autriche) et vit depuis 1995 à Berlin, où elle a fait des études artistiques à la Kunsthochschule. Elle commence sa carrière comme illustratrice de livres pour enfants en 1993 et se lance dans la bande dessinée en 1998. Elle pratique la bande dessinée-reportage et réalise des illustrations pour de nombreux journaux ou magazines, notamment Le Monde diplomatique.</p> <p>Ulli Lust participe à l'anthologie de bandes dessinées,"Alltagsspionage"publiée chez Monogatari en 2001, puis elle réalise de nombreux ouvrages dont "Fashionvictims, Minireportagen aus Berlin" (2008, Avant-Verlag). Elle a participé au collectif "Pommes d'amour" (publié en 2008 chez Delcourt) et L'employé du Moi a édité en 2009 son récit érotico-mythique : « Airpussy ». Publié en 2009 en Allemagne, et en 2010 en France, « Trop n'est pas assez » (Heute ist der Letzte Tag vom rest Deines Lebens »), a remporté le Prix Révélation Angoulême 2011 et le Prix Artémisia 2011. "Voix de la Nuit" (Flughunde), a été publié en 2013 en Allemagne. En 2014, Ulli Lust a reçu le prestigieux Prix Max und Moritz de la meilleure artiste de bande dessinée de langue allemande.</p> <p>Ulli Lust est également la créatrice du site de publication online electrocomics.com où elle publie des e-books et des strips d'auteurs du monde entier.</p> ; novembre 2010; <p>A l'été 1984, deux jeunes punks autrichiennes de dix-sept ans, Ulli et Edi décident sur un coup de tête de partir passer quelques semaines en Italie, sans papiers d'identité, avec pour seul bagage leurs sacs de couchage et les vêtements qu'elles ont sur le dos. Leur voyage durera deux mois, et les mènera de Vienne à Vérone, en passant par Rome et Naples pour terminer en Sicile...</p> <p><i>Trop n'est pas assez</i> est le récit autobiographique de cette aventure, à travers les quelques bonnes rencontres et les très nombreuses galères de Ulli et Edi. Après un départ presque bucolique à travers les Alpes, leur parcours se transforme progressivement en cauchemar : les deux femmes sont confrontées à une constante violence sexuelle, des macs italiens jusqu'aux mafiosi siciliens. Elles continueront leur voyage jusqu'au bout, envers et contre tout.</p> <p>Ulli Lust raconte ce trip initiatique sur le mode de la tragi-comédie, sans aucune complaisance, avec beaucoup de retenue et une bonne dose d'humour. Publié en octobre 2009 en Allemagne, <i>Trop n'est pas assez</i> a connu un énorme succès critique depuis sa parution.</p> <p><strong>Prix Artémisia 2011</strong><br class='manualbr' /><strong>Fauve d'Angoulême - Prix de la Révélation 2011</strong></p>;
90 films cultes à l'usage des personnes pressées; <p>Format : 12x18 cm, broché<br class='manualbr' />196 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 9 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-45-2</p>; Lange, Henrik / Wengelewski, Thomas ; <p>Henrik Lange est né en 1972 en Suède. Il commence sa carrière dans l'illustration et la bande dessinée au cours des années 1990. Il a réalisé de nombreux livres pour enfants et plusieurs bandes dessinées. En 2000, il a publié un roman graphique semi-autobiographique « Une nuit tout en rose ». Il a co-écrit "90 livres cultes à l'usage des personnes pressées" avec Thomas Wengelewski, puis publié "90 films à l'usage des personnes pressées", "90 autres livres à l'usage des personnes pressées" et "August Strindberg à l'usage des personnes pressées", premier volume d'une série consacrée aux grands auteurs de notre temps.<br class='autobr' /> Henrik Lange vit à Bollebygd en Suède où il prépare les prochains livres de la série "... à l'usage des personnes pressées".</p> / <p>Thomas Wengelewski est né en 1970 dans le Wisconsin. Il y passe son enfance mais vend rapidement son âme au diable et part pour New York, où il va commettre, entre autres félonies, le magazine satirique Rotten Apple. Il travaille en ce moment dans le secteur de l'édition à New York. Tom peaufine actuellement à son plan de conquête du monde, si vous êtes gentil avec lui, il vous donnera peut-être Aruba ou bien Bora Bora.</p> ; octobre 2010; <p>Suite au succès critique et public de <i>90 livres cultes à l'usage des personnes pressées</i>, la fine équipe du premier opus, Henrik Lange (Suède) et Thomas Wengelewski (États-Unis), remet le couvert et s'attaque au 7ème art. Considérant que la durée moyenne d'un long métrage est de 90 minutes, il vous sera beaucoup plus aisé de consacrer votre temps à la lecture de <i>90 films cultes</i> afin de vous construire la culture cinéphile dont vous aviez toujours rêvée. Du <i>Voleur de bicyclette</i> de Vittorio De Sica à <i>Délivrance</i> de John Boorman, en passant par des chefs-d'œuvre du patrimoine cinématographique mondial comme <i>Dirty Dancing</i> de Emile Ardolino et <i>Showgirls</i> de Paul Verhoeven, <i>90 films cultes</i> à l'usage des personnes pressées complètera avantageusement dans votre bibliothèque l'intégrale des fiches de <i>Monsieur Cinéma</i> de Pierre Tchernia.</p>;
Working, une adaptation graphique; <p>Format : 20x25 cm, broché avec rabats<br class='manualbr' />224 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-43-8</p>; Pekar, Harvey / Buhle, Paul ; <p>Harvey Pekar est né en 1939 à Cleveland dans une famille de commerçants issus de la communauté juive d'Europe de l'Est, il grandit avec le yiddish comme langue maternelle. En 1966, il commence à travailler aux archives d'un hôpital de Cleveland. Autodidacte et grand lecteur il suit avec ferveur l'éclosion de la bande dessinée underground, et sa rencontre avec Robert Crumb à la fin des années 60 le convainc de se lancer dans l'écriture d'histoires autobiographiques. Il commence à auto-éditer American Splendor en 1976. Le relatif succès de la série au début des années 80 et le style ultra polémique de Harvey Pekar lui permettent de devenir l'un des participants réguliers de la plus grande émission de talk-show aux Etats-Unis:Late Night with David Letterman. Il se fait débarquer suite à des remarques acerbes à propos de la société General Electric (propriétaire de la chaîne NBC qui diffusait l'émission). Harvey Pekar continue ensuite de publier American Splendor, tout en ayant une activité de journaliste free lance pour la presse et la radio, spécialisé dans son domaine de prédilection : le jazz. En 1995 il co-écrit avec sa femme Joyce Brabner un roman graphique sur son combat contre le cancer, Our Cancer Year.</p> <p>Harvey Pekar est décédé en juillet 2010 à Cleveland. Il avait pris sa retraite 2001, après avoir travaillé 35 ans dans le même hôpital de Cleveland. Il a toujours continué d'écrire des chroniques de livres, de disques ainsi que des nouvelles pour American Splendor.</p> / <p>Paul Buhle est une figure de la gauche radicale américaine, co fondateur des New Students for a Democratic Society et l'auteur de plus de trente ouvrages sur l'histoire du radicalisme politique aux États-Unis. Il a également édité une dizaine de bande dessinées biographiques ou historiques avec notamment Harvey Pekar, Peter Kuper, et Sabrina Jones. Enfin, Paul Buhle est est le coauteur avec Howard Zinn et Mike Konopacki d'Une Histoire Populaire de l'Empire américain, paru en 2009 aux éditions Vertige Graphic.</p> ; septembre 2010; <p>Louis « Studs » Terkel (1912-2008) s'est rendu célèbre comme journaliste de radio et comme auteur de nombreux ouvrages d'histoires orales qui constituent l'une des sources documentaires les plus riches et les plus saisissantes sur l'histoire des États-Unis au XXe siècle. C'est l'une des grandes figures de la gauche radicale américaine. Monstre sacré du journalisme radiophonique, il a reçu le Prix Pulitzer en 1984.</p> <p>Publié en 1974 aux Etats-Unis, et en 2005 en France, <i>Working</i> est l'un des livres les plus connus de Studs Terkel. Il est composé d'entretiens avec 70 personnes sur leur expérience du travail et les sentiments qu'il leur inspire, avec la liberté, la verve et l'intelligence que Terkel partage avec les personnes qu'il interviewe. <i>Working</i> est ainsi un témoignage d'une qualité exceptionnelle sur l'histoire sociale des États-Unis. <i>Working</i>, une adaptation graphique, regroupe une sélection de vingt-huit entretiens extraits du livre original, représentant un large spectre de métiers et une grande diversité de relations au travail. Dirigée par Paul Buhle, et réalisée par une grande variété d'auteurs dont Harvey Pekar et Peter Kuper, l'adaptation est complémentaire du livre original. Chaque auteur apporte son propre regard et son univers graphique, et met ainsi en relief les témoignages des personnes interviewées. Cette adaptation est également une excellente introduction aux travaux de Terkel.</p> <p>Harvey Pekar a écrit la majorité des histoires présentes dans cette adaptation de Working. Harvey Pekar est le pionner de la bande dessinée autobiographique avec sa série American Splendor initiée en 1976 aux Etats-Unis (Anthologie American Splendor volume 1, publié en septembre 2009 aux éditions çà et là et Bob et Harv prévu courant 2010 aux éditions Cornélius).</p> <p>Dix-huit illustrateurs ont participé à l'adaptation en bande dessinée de Working. Il s'agit d'auteurs de la scène indépendante américaine, avec notamment Peter Kuper (auteur de Arrête d'oublier de te souvenir publié par les éditions çà et là en 2009), Gary Dumm (dessinateur d'une grande partie des histoires de American Splendor), Sabrina Jones (illustratrice de Isadora Duncan : A Graphic Biography) et Sahron Rudahl (auteur de The Graphic Biography of Emma Goldman), mais également des auteurs issus du comics de super héros comme Danny Fingeroth (ancien éditeur de Marvel et scénariste de Daredevil et Iron Man dans les années 90) ou encore Bob Hall (dessinateur de la série Les Vengeurs pour Marvel Comics dans les années 1980).</p> <p><strong> <i>Working, une adaptation graphique</i> est une coédition des Éditions Amsterdam et des Éditions çà et là. Les ouvrages de Studs Terkel sont disponibles aux Éditions Amsterdam.</strong></p>;
Ma Mère était une très belle femme, édition augmentée; <p>Format : 20x23 cm<br class='manualbr' />108 pages couleurs <br class='manualbr' />Prix de vente : 19 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-44-5</p>; de Villiers, Karlien ; <p>Karlien de Villiers est née au Cap en 1975.<br class='autobr' /> Après l'obtention d'un diplôme en design graphique à l'Université de Stellenbosch, elle publie ses premières histoires courtes dans le magazine BitterComix édité par son ancien professeur Anton Kannemeyer, alias Joe Dog. Au cours d'un séminaire à Johannesburg, elle rencontre l'illustratrice suisse Anna Sommer qui la présente aux éditions Arrache Cœur. Meine Mutter war eine schöne Frau ( Ma mère était une très belle femme ), son premier roman graphique, est paru en 2006 chez cet éditeur.<br class='manualbr' />Karlien de Villiers vit aujourd'hui dans la région du Cap. Elle enseigne le dessin dans la section des Beaux Arts de l'Université de Stellenboch et travaille sur son prochain roman graphique "Femmes Sauvages".</p> ; septembre 2010; <p><i>Ma Mère était une très belle femme</i> est le récit autobiographique de Karlien de Villiers, née en 1975 en Afrique du Sud. Elle y raconte sa jeunesse de petite blanche dans une famille d'afrikaners "bon teint", c'est-à-dire racistes, au moment où le régime de l'apartheid commence à s'effondrer.<br class='manualbr' />A travers le portait de sa famille, déchirée par les conflits entre ses parents, l'auteur décrit en creux le régime de l'apartheid et les mécanismes d'un système de racisme organisé ; endoctrinement des enfants, poids des institutions religieuses ultra conservatrices… On ne peut s'empêcher de faire le parallèle entre le cancer des poumons qui va rapidement emporter sa mère et une société gangrenée par le racisme étatique et les violences intercommunautaires.</p> <p>L'édition augmentée de <i>Ma Mère était une très belle femme</i> (dont la version d'origine publiée en juin 2007 est désormais épuisée) contient un nouveau chapitre de douze pages : un entretien avec Karlien de Villiers sur la genèse du livre, illustré par des photos de famille, des extraits du carnet de croquis de Karlien et des ébauches de planches.</p>;
L'exilé du Kalevala; <p>Format : 16x22 cm, cartonné<br class='manualbr' />288 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-40-7</p>; Ranta, Ville ; <p>Ville Ranta est né en 1978 à Oulu en Finlande. Après des études littéraires à l'université d'Helsinki, il crée en 2000 une société d'édition indépendante, Asema, qui publiera notamment des ouvrages de Kati Kovacs et Jyrki Heikkinen. Il sort en 2003 son premier roman graphique, <i>Sade</i> (La Pluie) et en 2005, il collabore avec Lewis Trondheim pour la réalisation de l'album <i>Celebritiz</i>. Ville Ranta a depuis publié quatre autres bandes dessinées : <i>Papa est un peu fatigué</i>, <i>L'Exilé du Kalevala</i> et <i>Sept Saisons</i> chez çà et là et <i>Suite Paradisiaque</i> chez Rackham. Il est également dessinateur de presse, notamment pour le magazine Kirkko & Kaupunki et collabore régulièrement avec le plus grand quotidien finlandais, Helsingin Sanomat. En 2006, il a réalisé pour un magazine finlandais une bande dessinée mettant en scène Mahomet qui a provoqué un scandale et le licenciement du rédacteur en chef du magazine. <br class='autobr' /> Ville Ranta a reçu le Grand Prix du festival de Kemi 2006 et est lauréat 2014 du prestigieux Prix Finlande remis chaque année par le Ministère de la Culture à sept personnalités artistiques. Il vit à Oulu avec sa famille.</p> ; juin 2010; <p>Médecin de campagne coincé à Kajaani, une petite ville reculée de la Finlande du 19e siècle, Elias Lönnrot a l'impression d'être enfermé dans une prison. Sa famille démunie le harcèle et l'ivrognerie des notables locaux lui est devenue insupportable. Il est endetté, stressé, et de plus, impliqué dans une vague liaison avec une paysanne mariée. Leur relation dévoilée au grand jour, il panique et envisage de s'enfuir en Russie.<br class='manualbr' />Pour créer le héros de son roman graphique, Ville Ranta s'est inspiré d'une personnalité historique finlandaise, Elias Lönnrot (1802-1886) qui fut médecin de campagne, poète, et auteur du recueil des poèmes chantés qui constituent Le Kalevala, l'épopée nationale finlandaise. Le héros du présent ouvrage porte son nom, mais cette histoire est presque entièrement imaginée.</p> <p><i>L'exilé du Kalevala</i> est un récit sur le besoin obsessionnel d'être un honnête homme, les questionnements et la tendance inconsciente de Lönnrot à gâcher sa propre vie.</p> <p><strong>Sélection Officielle Angoulême 2011</strong></p>;
Foodboy; <p>Format : 19x26 cm, broché<br class='manualbr' />84 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 13 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-39-1</p>; Swain, Carol ; <p>Carole Swain est née en 1962 à Londres, mais elle a grandi dans un petit village du Pays de Galles, dans un village où la population était un curieux mélange de baptistes hystériques et d'anciens hippies. Elle suit ensuite des études artistiques pour devenir peintre. En 1989 elle commence à auto éditer sa première bande dessinée "Way Out Strips" qui sera ensuite publiée par Fantagraphics. Elle a publié deux romans graphiques aux États-Unis et participé à de nombreuses anthologies du monde entier avant la publication de "Rock'n'Roll Life", en collaboration avec Bruce Paley chez çà et là en 2008, puis de "Foodboy" en 2010. "Gast" est publié simultanément en France (çà et là) et aux États-Unis (Fantagraphics) à l'été 2014 .<br class='manualbr' />Carol Swain vit actuellement au Pays de Galles.</p> ; mai 2010; <p>Situé au Pays de Galles, une région encore relativement sauvage, isolée de tout et frappée par la crise des années 1980, <i>Foodboy</i> dissèque l'amitié de deux hommes dont les modes de vie deviennent de plus en plus différents. Gareth, un jeune gallois, rassemble de la nourriture pour son ami Ross qui vit en ermite, complètement retiré de la civilisation. A travers une série de flash-back, Carol Swain montre l'évolution de leur relation, leur vie avec des hippies, la glande quotidienne et les événements marquants comme le souvenir d'une altercation avec un prêcheur à l'occasion d'une réunion municipale. Lorsque Ross commence à montrer des signes de troubles du comportement et le désir de s'éloigner des contingences de la vie en société, Carol Swain délaisse la description picaresque pour nous plonger dans une histoire sur la perte d'humanité. Alternant réalisme documentaire et fantastique, <i>Foodboy</i> traite du rapport au monde qui nous entoure et de la résistance des liens d'amitiés qui unissent deux amis d'enfance alors que leurs chemins se séparent.</p> <p>« Une histoire humaine, sauvage et sensible... sombre et plein de vie, comme la terre, <i>Foodboy</i> est un petit chef d'œuvre, le parfait exemple de ce dont la bande dessinée moderne est capable, lorsqu'elle s'en donne les moyens. » Alan Moore.</p>;
Peter et Miriam; <p>Format : 16x24 cm à l'italienne, relié<br class='manualbr' />104 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 13 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-38-4</p>; Tommaso, Rich ; <p>Rich Tommaso est né en 1970 dans le New Jersey. Il étudie la bande dessinée à la Joe Kubert Art School, mais abandonne dès la fin de la première année. Il passe ensuite de nombreuses années à faire des pizza, tout en travaillant sur ses projets artistiques. Sa première bande dessinée a été publiée en 1997 chez Fantagraphics, il a ensuite réalisé de nombreux ouvrages publiés par Dark Horse, Alternative Comic et Top Shelf. Plusieurs fois nominé aux Eisner et aux Harvey Awards, il remporte un Eisner Award en 2008 avec James Sturm pour "Black Star - La véritable histoire de Satchel Paige" (Delcourt). Il a publié "Peter & Miriam" en 2010 en France, puis en 2012 aux États-Unis.<br class='autobr' /> Rich Tommaso vit à Atlanta.</p> ; avril 2010; <p>Miriam Capaldi et Peter Martinelli sont amis depuis le début de l'école primaire et plus précisément depuis le 26 juillet 1977, quand Miriam, sept ans, a rencontré pour la première fois Peter, huit ans. C'est le début d'une amitié sans faille, qui connaîtra néanmoins des hauts et des bas, ainsi que quelques non-dits de taille. De la primaire au collège, puis au lycée et à la fac, <i>Peter et Miriam</i> retrace sur une vingtaine d'années la relation parfois compliquée de ces deux jeunes américain du New Jersey.</p> <p>Rich Tommaso imbrique subtilement des histoires se déroulant à différentes périodes, de l'enfance jusqu'à l'entrée dans l'âge adulte. Il décrit aussi des personnages secondaires hauts en couleurs comme Roy Franco, ex photographe militaire, ancien caméraman de Russ Meyer, et sujet d'un documentaire réalisé par Peter pour son école de cinéma. Ce premier volume sera suivi d'autres qui auront pour protagonistes les deux même personnages, et également leur entourage familial. Véritable étude de caractère, <i>Peter et Miriam</i> brosse par petites touches le portrait sensible de deux ados et des années 1980.</p>;
90 livres cultes à l'usage des personnes pressées; <p>Format : 12x18 cm broché<br class='manualbr' />196 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 9 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-37-7</p>; Lange, Henrik ; <p>Henrik Lange est né en 1972 en Suède. Il commence sa carrière dans l'illustration et la bande dessinée au cours des années 1990. Il a réalisé de nombreux livres pour enfants et plusieurs bandes dessinées. En 2000, il a publié un roman graphique semi-autobiographique « Une nuit tout en rose ». Il a co-écrit "90 livres cultes à l'usage des personnes pressées" avec Thomas Wengelewski, puis publié "90 films à l'usage des personnes pressées", "90 autres livres à l'usage des personnes pressées" et "August Strindberg à l'usage des personnes pressées", premier volume d'une série consacrée aux grands auteurs de notre temps.<br class='autobr' /> Henrik Lange vit à Bollebygd en Suède où il prépare les prochains livres de la série "... à l'usage des personnes pressées".</p> ; mars 2010; <p>Vous avez mis des années à peaufiner le sourire niais que vous arborez dès que quelqu'un mentionne Proust ou Joyce devant vous. Vous êtes persuadé que <i>L'Histoire de Pi</i> est un une émission de télé-réalité et <i>1984</i> vous évoque Duran Duran ou la création de Canal +. Nous sommes là pour vous sauver ! 90 livres cultes à l'usage des personnes pressées est la solution idéale pour ceux qui n'ont pas le temps de lire toutes les pages de <i>Gatsby le Magnifique</i> ou <i>d'Orgueil & Préjugé</i>. Nous vous proposons <i>La Nausée</i> résumée en cinq phrases. <i>Mort d'un commis voyageur</i> en trois cases de bande dessinée. Bref, nous vous offrons la crédibilité littéraire dont vous rêviez pour vos dîners en ville, tout ça en moins de temps qu'il n'en faut pour épeler <i>L'ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche</i>.</p>;
Storeyville; <p>Format : 28x40 cm cartonné<br class='manualbr' />46 pages couleurs<br class='manualbr' />Prix de vente : 23 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-36-0</p>; Santoro, Frank ; <p>Frank Santoro est né le 14 mai 1972 à Pittsburgh.<br class='autobr' /> Après des études artistiques au San Francisco Art Institute, il se lance en 1992 sous le pseudonyme de Sirk dans l'auto-édition d'un magazine d'illustrations photocopiées détournant l'imagerie populaire des années 30. Dix numéros de ce magazine seront publiés entre 1992 et 1994.</p> <p>Fasciné par le grand format des bandes dessinées publiées dans les pages du dimanche des quotidiens américains, Frank Santoro se lance dans un projet lui permettant d'expérimenter de nouvelles techniques de narration et de découpage des planches de bande dessinée. Il dessine Storeyville de janvier à juin 1995. Il imprime dans le Wisconsin 10 000 exemplaires de Storeyville au format des quotidiens américains, sur papier journal. Un petit nombre d'exemplaires seront vendus au cours de conventions mais la plus grande partie du tirage finira distribuée gratuitement dans des boîtes à lettres, des librairies ou encore des salles de cinéma de la région de Pittsburgh. En dépit de ces problèmes de distribution, Storeyville devient l'une des bandes dessinées de référence des années 1990. <br class='autobr' /> Quelques-unes des plus grandes figures de la bande dessinée indépendante américaine auront remarqué ce brillant ouvrage, et parmi eux Chris Ware, Seth et David Mazzucchelli.</p> <p>Frank Santoro délaisse ensuite la bande dessinée pendant une dizaine d'années et retourne à San Francisco en 1996 pour se consacrer à la peinture. Trois ans plus tard il déménage à New York où il travaille à la galerie Matthew Marks, puis pour le peintre Dorothea Rockburne. En 2001, il expose ses travaux à l'American Academy of Arts and Letters Invitational puis devient l'assistant du peintre italien Francesco Clemente. À partir de 2005, il renoue avec la bande dessinée et publie quelques histoires courtes. En 2007, PictureBox réédite Storeyville en reproduisant à l'identique le format de la version originale, mais sous couverture cartonnée. Il publie ensuite quelques histoires courtes publiées par PictureBox ou dans les revues Mome et Kramers Ergot. Il collabore régulièrement avec Dash Shaw sur les projets de dessins animés. Son dernier livre, Pompeii est publié en septembre 2013 chez PictureBox.<br class='autobr' /> Frank Santoro vit à Pittsburgh.</p> ; novembre 2009; <p><i>"La première fois que j'ai lu Storeyville a été l'un des moments clés de ma vie d'auteur de bandes dessinées, je considère ce livre comme l'une des étapes importantes du développement de ce medium."</i> Extrait de la préface de Chris Ware</p> <p>Initialement auto-édité par Frank Santoro en 1995 au format des quotidiens américains et sur papier journal, <i>Storeyville</i> a été encensé dès sa parution par les principaux auteurs de la bande dessinée indépendante américaine, et notamment Chris Ware, Seth et David Mazzuchelli. <i>Storeyville</i> décrit la quête initiatique de Will Good, un jeune hobo issu de l'Amérique de la Grande Dépression. Condamné à la débrouille, acoquiné avec des petites frappes, et coincé dans les faubourgs de Pittsburgh, Will est impatient de déguerpir à la première occasion. Lorsqu'il apprend que son ancien mentor - un noir américain appelé Révérend Rudy - a été aperçu à Montréal, Will s'embarque dans une traversée de l'est des Etats-Unis.</p> <p><i>Storeyville </i> est construit sur la trame du traditionnel récit d'apprentissage en hommage aux grands auteurs classiques américains. Storeyville fait ainsi écho aux nouvelles de Mark Twain, John Steinbeck et Jack London. Au regard du relatif classicisme de la trame de l'histoire, le dessin de <i>Storeyville</i> est étonnamment avant-gardiste. Les illustrations et la composition des pages, réalisées dans un style brut qui tend parfois vers l'abstraction, s'inspirent à la fois des principes de l'improvisation jazz et de l'écriture automatique.</p>;
Étoile du Chagrin 2; <p>Format : 15x15 cm cartonné<br class='manualbr' />256 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 13 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-35-3</p>; Strzepek, Kazimir ; <p>Kazimir Strzepek, est né à Hawaï en 1978. C'est l'un des auteurs les plus en vue de la scène indépendante américaine. Il a auto-édité "The Mourning Star" en trois partie avant que Bodega éditions ne publient le recueil qui constitue le premier volume de la série. Il a participé à de nombreuses anthologies dont True Porn, Moxie, My Sweet et Papercutter.<br class='manualbr' />"The Mourning Star" (Étoile du Chagrin) a été nominé aux Eisner Awards en 2007 et a remporté un Ignatz Award la même année.<br class='manualbr' />Kazimir Strzepek vit à Seattle où il travaille dans le secteur du jeu vidéo.</p> ; octobre 2009; <p>Après la collision avec une comète et l'effondrement de leur civilisation, les survivants d'une planète dévastée combattent pour leur survie. Les suppôts de l'Ordre, sous la férule de Maître Grène, tyrannisent la population et l'ensemble des clans de la planète, mais une mystérieuse organisation organise la résistance...</p> <p>Le deuxième volume de la série <i>Etoile du Chagrin</i> dévoile un peu plus les intentions et les origines des principaux protagonistes de la série et notamment Le Tueur Coupeur, Klavir et Face de couteau dont les chemins ne se sont toujours pas croisés. Kazimir Strzepek imbrique de multiples histoires dans un récit d'aventure post-apocalyptique extraordinairement détaillé et d'une imagination débridée dans la tradition des meilleurs ouvrages du genre. Il dévoile au fur et à mesure des épisodes de la série les pièces d'un gigantesque puzzle (plus de mille deux cent pages sont prévues jusqu'à la conclusion de la série).</p>;
Arrête d'oublier de te souvenir; <p>Format : 16x24 cm cartonné<br class='manualbr' />236 pages bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 21 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-34-6</p>; Kuper, Peter ; <p>Né en 1958 à Cleveland (États-Unis), Peter Kuper est l'auteur de nombreux ouvrages de bande dessinée portant un regard critique sur la société américaine. Il est notamment l'auteur de <i>Ruines</i> pour lequel il a remporté l'Eisner Award du meilleur roman graphique en 2016. Peter Kuper collabore fréquemment avec The New Yorker, Libération et Time Magazine. Depuis 1996, il est également le dessinateur attitré de la série <i>Spy vs Spy</i> publiée dans le mensuel MAD Magazine. Peter Kuper enseigne la bande dessinée à la School of Visual Arts de New York depuis plus de 25 ans ainsi qu'à l'université de Harvard. Il vit à New York avec sa femme et sa fille.</p> ; octobre 2009; <p>Publié en 2007 par le très prestigieux Crown Publishing Group, <i>Arrête d'oublier de te souvenir</i> est le livre le plus personnel de Peter Kuper, auteur récompensé par de nombreux prix pour ses illustrations de presse et ses adaptations de Franz Kafka et de Upton Sinclair.</p> <p><i>Arrête d'oublier de te souvenir</i> est l'auto parodie de la vie d'un auteur de bande dessinée, un parfait exemple d'auto fiction. Kuper se représente sous les traits d'un illustrateur embourgeoisé, pour une discussion avec le lecteur sur sa découverte du sexe, de la drogue, des dysfonctionnements de l'administration Bush et un vaste exposé sur les problèmes existentiels de l'Auteur, confronté à son quotidien de mari et de père...</p> <p>Au cours du livre, Kuper juxtapose le quotidien de sa vie, et notamment la grossesse de sa femme et ses conséquences, avec la présentation de séquences de flashback sur sa jeunesse, séquences dont il est à la fois le présentateur et un spectateur critique. Couvrant une longue période, de 1972 à 2005, les séquences autobiographiques sont l'occasion de citer de nombreuses références culturelles, de la découverte des Pink Floyd aux classiques de la bande dessinée, de <i>Popeye</i> à <i>Crazy Kat</i> en passant par <i>Mad Magazine</i> auquel Kuper collabore. L'actualité politique est également très présente, à travers un regard extrêmement critique sur les mandats des Bush (père et fils), ce qui ne surprend pas de la part de cet auteur qui compte parmi les dessinateurs américains les plus engagés. Un grand roman autobiographique.</p>;
Anthologie American Splendor, Volume 1; <p>Format : 20x26 cm broché<br class='manualbr' />190 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 19 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-33-9</p>; Pekar, Harvey ; <p>Harvey Pekar est né en 1939 à Cleveland dans une famille de commerçants issus de la communauté juive d'Europe de l'Est, il grandit avec le yiddish comme langue maternelle. En 1966, il commence à travailler aux archives d'un hôpital de Cleveland. Autodidacte et grand lecteur il suit avec ferveur l'éclosion de la bande dessinée underground, et sa rencontre avec Robert Crumb à la fin des années 60 le convainc de se lancer dans l'écriture d'histoires autobiographiques. Il commence à auto-éditer American Splendor en 1976. Le relatif succès de la série au début des années 80 et le style ultra polémique de Harvey Pekar lui permettent de devenir l'un des participants réguliers de la plus grande émission de talk-show aux Etats-Unis:Late Night with David Letterman. Il se fait débarquer suite à des remarques acerbes à propos de la société General Electric (propriétaire de la chaîne NBC qui diffusait l'émission). Harvey Pekar continue ensuite de publier American Splendor, tout en ayant une activité de journaliste free lance pour la presse et la radio, spécialisé dans son domaine de prédilection : le jazz. En 1995 il co-écrit avec sa femme Joyce Brabner un roman graphique sur son combat contre le cancer, Our Cancer Year.</p> <p>Harvey Pekar est décédé en juillet 2010 à Cleveland. Il avait pris sa retraite 2001, après avoir travaillé 35 ans dans le même hôpital de Cleveland. Il a toujours continué d'écrire des chroniques de livres, de disques ainsi que des nouvelles pour American Splendor.</p> ; septembre 2009; <p>« La vie ordinaire, c'est un truc assez complexe », voilà la devise de Harvey Pekar, auteur de la mythique série <i>American Splendor</i>.</p> <p>Au début des années 60, Pekar, critique de jazz et collectionneur de vieux disques, rencontre Robert Crumb et découvre la bande dessinée underground. Fasciné par les possibilités offertes par ce medium, il développe un projet de série autobiographique et, incapable de dessiner, il convainc Crumb et un dessinateur local, Garry Dumm, d'illustrer les premières histoires. En 1976 il décide d'auto-éditer la série, à laquelle la fine fleur de la scène indépendante américaine va participer.</p> <p>Avec <i>American Splendor</i>, Harvey Pekar décrit le quotidien de la middle-class américaine, à travers sa propre expérience d'archiviste dans un hôpital public et ses relations sentimentales mouvementées, sans rien cacher de son caractère colérique ou des ses troubles maniaco-dépressifs. Il réalise également les portraits de personnages croisés ici et là et brosse un tableau désabusé de Cleveland, ville industrielle touchée de plein fouet par la crise des années 70. En se mettant ainsi en scène, Harvey Pekar, anti-héros d'une Amérique désenchantée après le choc du Vietnam, révolutionne le genre et créée la première série de bande dessinée autobiographique, qui influencera par la suite de nombreux auteurs et sera adapté au cinéma en 2003 (le film <i>American Splendor</i> remportera le Grand Prix du Festival de Sundance et sera sélectionné au Festival de Cannes cette année-là).</p> <p>L'anthologie <i>American Splendor</i> rassemblera en trois volumes les meilleures histoires réalisées entre 1976 et 2006 et toute inédites en France. Le premier volume regroupe des histoires publiées entre 1976 et 1982, écrites par Harvey Pekar et dessinées par Gary Dumm, Robert Crumb, Gerry Shamray, Greg Budgett et Kevin Brown.</p> <p><strong>Sélection Patrimoine, Festival d'Angoulême 2010</strong></p>;
Etoile du Chagrin 1 1/2; <p>Format : 15x23 cm broché<br class='manualbr' />24 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 2,50 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-32-2</p>; Strzepek, Kazimir ; <p>Kazimir Strzepek, est né à Hawaï en 1978. C'est l'un des auteurs les plus en vue de la scène indépendante américaine. Il a auto-édité "The Mourning Star" en trois partie avant que Bodega éditions ne publient le recueil qui constitue le premier volume de la série. Il a participé à de nombreuses anthologies dont True Porn, Moxie, My Sweet et Papercutter.<br class='manualbr' />"The Mourning Star" (Étoile du Chagrin) a été nominé aux Eisner Awards en 2007 et a remporté un Ignatz Award la même année.<br class='manualbr' />Kazimir Strzepek vit à Seattle où il travaille dans le secteur du jeu vidéo.</p> ; septembre 2009; <p>Après la collision avec une comète et l'effondrement de leur civilisation, les survivants d'une planète dévastée combattent pour leur survie. Les suppôts de l'Ordre, sous la férule de Maître Grène, tyrannisent la population et l'ensemble des clans de la planète.</p> <p>Le présent récit est une histoire courte narrant un épisode mentionné dans le premier volume de la série : l'épique bataille de Gangaran, et la sanglante partie de cartes qui a précédé la bataille, opposant le sombre Face de Couteau au redoutable général des forces défendant la ville.... C'est également l'occasion de retrouver l'un des personnages clés de la série : le Tueur Coupeur au moment de son intégration au sein d'une mystérieuse confrérie.</p> <p>Kazimir Strzepek imbrique de multiples histoires dans un récit d'aventure post-apocalyptique extraordinairement détaillé et d'une imagination débridée. Il dévoile au fur et à mesure les pièces d'un gigantesque puzzle (plus de 1200 pages sont prévues jusqu'à la conclusion de la série vers 2015). Parution du volume 2 en octobre 2009.</p>;
Virginia; <p>Format : 17x17 cm cartonné<br class='manualbr' />100 pages monochromes<br class='manualbr' />Prix de vente : 12 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-31-5</p>; Shaw, Dash ; <p>Dash Shaw est né en 1983 à Hollywood (Californie). Il a grandi en Virginie avant de partir vivre à New York où il suit les cours de la SVA (School of Visuel Arts) dont il sortira diplômé en 2005. Il est l'auteur de cinq romans graphiques, "Bottomless Belly Buttton" (Sélection Officielle Festival d'Angoulême 2009, Prix Millepages 2008), "Virginia", "Bodyworld", "New School" et "Doctors" et des deux recueils d'histoires courtes, et collabore régulièrement pour la revue Mome de Fantagraphics Books. Il est également réalisateur de courts métrages, il a notamment réalisé un clip pour le groupe Sigur Ros.<br class='manualbr' />Dash Shaw vit à Brooklyn où il vient de terminer un long-métrage d'animation produit par John Cameron Mitchell, "My Entire High School Sinking Into the Sea".</p> ; mai 2009; <p>Virginia démissionne de son job de bibliothécaire dans l'Illinois pour se rendre à la Nouvelle-Orléans au chevet de sa mère mourante. Elle y rencontre Dick, un jeune musicien qui lui rappelle son petit ami de l'école élémentaire, décédé au cours d'un tragique accident. La femme et le jeune homme rejoue des scènes de cette ancienne histoire dans une vaine tentative de rafistoler ce passé trouble. <i>The Mother's Mouth</i> est une histoire d'amour non romantique où les frontières entre la réalité, les rêves et les réminiscences du passé disparaissent progressivement.</p> <p>Publié en octobre 2006 aux Etats-Unis, <i>The Mother's Mouth</i> a été sélectionné aux prestigieux Eisner Awards en 2007.</p>;
Bottomless Belly Button (nombril sans fond); <p>Format : 16x22 cm broché<br class='manualbr' />720 pages monochromes<br class='manualbr' />Prix de vente : 30 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-30-8</p>; Shaw, Dash ; <p>Dash Shaw est né en 1983 à Hollywood (Californie). Il a grandi en Virginie avant de partir vivre à New York où il suit les cours de la SVA (School of Visuel Arts) dont il sortira diplômé en 2005. Il est l'auteur de cinq romans graphiques, "Bottomless Belly Buttton" (Sélection Officielle Festival d'Angoulême 2009, Prix Millepages 2008), "Virginia", "Bodyworld", "New School" et "Doctors" et des deux recueils d'histoires courtes, et collabore régulièrement pour la revue Mome de Fantagraphics Books. Il est également réalisateur de courts métrages, il a notamment réalisé un clip pour le groupe Sigur Ros.<br class='manualbr' />Dash Shaw vit à Brooklyn où il vient de terminer un long-métrage d'animation produit par John Cameron Mitchell, "My Entire High School Sinking Into the Sea".</p> ; novembre 2008; <p>Après quelques 40 années de vie commune, Maggie et David Loony choquent leurs trois enfants en leur annonçant qu'ils se préparent à divorcer. Leur explication est des plus simples : « nous ne nous aimons plus ». Cette annonce lance une réunion de famille de 6 jours dans la maison proche de la mer (et peut-être hantée) de Maggie et David.<br class='manualbr' />Le fils aîné, Dennis qui n'accepte pas la décision de ses parents est également confronté à ses propres problèmes de couple. Claire, la cadette, élève seule sa fille de 16 ans et semble ne pas réagir au divorce. Enfin, Peter, le benjamin de la famille, un aspirant réalisateur paralysé par ses angoisses, se lance dans une aventure romantique avec une mystérieuse monitrice de colonie de vacance.</p> <p><strong>Sélection Officielle du Festival d'Angoulême 2009</strong><br class='manualbr' /><strong>Prix Millepages, meilleur comics 2008</strong><br class='manualbr' /><strong>Top 10 des Meilleures BD de 2008, Chronic'art</strong><br class='manualbr' /><strong>Top 10 des Meilleures BD de 2008, Technikart</strong><br class='manualbr' /><strong>Sélection pour le Prix BD 2009 du journal Libération</strong></p>;
Etoile du Chagrin; <p>Format : 16x16 cm cartonné<br class='manualbr' />216 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 12,50 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-29-2</p>; Strzepek, Kazimir ; <p>Kazimir Strzepek, est né à Hawaï en 1978. C'est l'un des auteurs les plus en vue de la scène indépendante américaine. Il a auto-édité "The Mourning Star" en trois partie avant que Bodega éditions ne publient le recueil qui constitue le premier volume de la série. Il a participé à de nombreuses anthologies dont True Porn, Moxie, My Sweet et Papercutter.<br class='manualbr' />"The Mourning Star" (Étoile du Chagrin) a été nominé aux Eisner Awards en 2007 et a remporté un Ignatz Award la même année.<br class='manualbr' />Kazimir Strzepek vit à Seattle où il travaille dans le secteur du jeu vidéo.</p> ; novembre 2008; <p>Après une collision avec une comète et l'effondrement de leur civilisation, les survivants d'une planète dévastée combattent pour leur survie. Les suppôts de l'Ordre, sous la férule de Maître Grène, tyrannisent la population et l'ensemble des clans de la planète. Deux rescapés, Wilm et Klavir entament une quête pour retrouver une personne disparue pendant qu'un olibrius amnésique - qui s'avère être une véritable machine de guerre - erre sans but dans le désert, massacrant tout ce qui croise son chemin. <br class='manualbr' />Kazimir Strzepek imbrique de multiples histoires dans un récit d'aventure post-apocalyptique extraordinairement détaillé et d'une imagination débridée. <i>Etoile du Chagrin</i> est une série en 6 volumes (parution du prochain volume en octobre 2009).</p>;
Rock'n'Roll Life; <p>Format : 18x24 cm<br class='manualbr' />120 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 14 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-28-5</p>; Paley, Bruce / Swain, Carol ; <p>Bruce Paley est né en 1949 à New York. Après diverses pérégrinations décrites dans Rock'n'Roll Life, il émigre en Angleterre où il vit désormais avec sa compagne Carol Swain. Il est journaliste pour la presse musicale et l'auteur d'un ouvrage sur Jack l'Eventreur ; The Simple Truth édité en 1996 et réédité plusieurs fois depuis.</p> / <p>Carole Swain est née en 1962 à Londres, mais elle a grandi dans un petit village du Pays de Galles, dans un village où la population était un curieux mélange de baptistes hystériques et d'anciens hippies. Elle suit ensuite des études artistiques pour devenir peintre. En 1989 elle commence à auto éditer sa première bande dessinée "Way Out Strips" qui sera ensuite publiée par Fantagraphics. Elle a publié deux romans graphiques aux États-Unis et participé à de nombreuses anthologies du monde entier avant la publication de "Rock'n'Roll Life", en collaboration avec Bruce Paley chez çà et là en 2008, puis de "Foodboy" en 2010. "Gast" est publié simultanément en France (çà et là) et aux États-Unis (Fantagraphics) à l'été 2014 .<br class='manualbr' />Carol Swain vit actuellement au Pays de Galles.</p> ; octobre 2008; <p>Bruce Paley a 18 ans en 1967, l'année du Summer of Love. Il va être aux premières loges du grand mouvement protestataire américain de la fin des années 60. Après s'être fait jeté hors de chez lui par son père, Bruce entame un trip désordonné à travers les Etats-Unis. En l'espace d'une douzaine d'années - pour la plus grande partie passées sur la route - Bruce croise le chemin de tous ceux qui caractérisent cette période ; hippies, flics tortionnaires, ploucs intégristes, stars du Rock et panthères noires. Et il se frotte aux substances en tout genre pour se retrouver junkie, accro à l'héro dans les années 70. <br class='manualbr' /><i>Rock'Roll Life</i> illustre un pan de l'histoire américaine, vu de l'intérieur. A travers son expérience, Bruce Paley brosse le tableau d'une jeunesse défoncée, en marge de l'american way of life.</p>;
Alec, comment devenir artiste; <p>Format : 18x24 cm<br class='manualbr' />128 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 15 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-27-8</p>; Campbell, Eddie ; <p>Eddie Campbell est né en 1955 à Glasgow en Écosse. Il commence sa carrière d'auteur de bandes dessinées à la fin des années 70 au sein de la scène indépendante anglaise. Il collabore à la plupart des fanzines de l'époque, dont Fast Fiction ! , Gag ! ou Flick dans lesquels il publie notamment les premières histoires courtes de son alter ego Alec MacGarry.</p> <p>En 1986, il quitte l'Angleterre pour s'installer avec sa femme en Australie. A partir de la fin des années 1980 il participe à de nombreux magazines publiés par des éditeurs anglais et américains comme Knockabout , Fantagraphics ou Dark Horse Presents et crée le personnage de la série "Bacchus" qu'il utilisera pendant près de 15 années.</p> <p>En 1995, il crée sa propre structure d'édition, Eddie Campbell Comics , où il publiera l'intégrale de la série "Bacchus" ainsi que les quatre volumes de la série "Alec" (qui seront publiés en France chez çà et là entre 2007 et 2011). En 1989 avait débuté dans le magazine Taboo la parution de "From Hell" avec Alan Moore au scénario et Eddie Campbell au dessin. Après de nombreuses péripéties, les dépôts de bilans de deux éditeurs et près de dix années de parution irrégulière, le recueil de l'intégrale de "From Hell" deviendra l'un des plus grands succès du roman graphique aux États-unis et sera adapté en film en 2001.</p> <p>L'œuvre de Eddie Campbell a été récompensée par de nombreux prix à travers le monde. ll a notamment reçu des Eisner et Harvey Awards ainsi que le Prix de la Critique du Festival d'Angoulême pour "From Hell" avec Alan Moore en 2001. L'intégrale des "Alec", publiée en 2011 chez çà et là, était en Sélection Officielle du Festival d'Angoulême 2012.</p> ; août 2008; <p>Réalisée entre 1981 et 2001, la série des <i>Alec</i> retrace la vie d'Alec MacGarry, alter ego d'Eddie Campbell. Après l'édition de <i>La Bande du King Canute</i>, puis de <i>Graffiti Kitchen</i>, les éditions çà et là continuent la publication de cette série pionnière avec le troisième volume, <i>Comment devenir Artiste</i>. Pièce maitresse de la série, <i>Comment devenir Artiste</i> est entièrement consacré au métier d'artiste et à une géniale description de l'histoire de la bande dessinée jusqu'à la fin du 20ème siècle, par celui qui a participé à l'émergence du "graphic novel" dans le monde anglo-saxon au début des années 80.<br class='manualbr' /><i>Alec, Comment devenir Artiste</i> est tout à la fois essai, autobiographie, précis d'histoire ou encore recueil de critiques littéraires. Cet ouvrage a été nominé pour un Harvey Award en 2002.</p>;
Ferme 54; <p>Format : 18x25 cm<br class='manualbr' />128 pages, bichromie<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-26-1</p>; Seliktar, Galit / Seliktar, Gilad ; <p>Soeur de Gilad, est née en Israël en 1970. Elle a reçu une bourse du Ministère de l'Education pour le premier atelier de poésie arabo-hébraïque. Galit Seliktar a publié des textes de prose et de poésies dans les journaux littéraires Mitaam , Helicon, Masmerim et Iton 77, ainsi que dans les quotidiens Ha'aretz et Ma'ariv. Sa nouvelle "Le poisson de Dieu" a été sélectionnée pour le concours des nouvelles organisé par Ha'aretz en 2005.<br class='manualbr' />Elle vit avec son mari et sa fille en Israël, au Caire et à New York.</p> / <p>Gilad Seliktar, né en 1977 à Rehovot, en Israël, est illustrateur et auteur de bandes dessinées. Il a illustré de nombreux livres pour la jeunesse et son travail apparaît régulièrement dans les principaux journaux et magazines israéliens, ainsi que dans des anthologies du monde entier.<br class='autobr' /> Gilad est l'auteur du roman graphique « Pour qui te prends-tu ? » (2005), des "Démons de Mongol" (Atrabile, 2009) et le coauteur de "Ferme 54" (çà et là, 2008) avec sa soeur, l'écrivain Galit Seliktar. "Ferme 54" a été publié en France, en Espagne, en Italie et aux États-Unis, a fait partie de la Sélection Officielle du festival d'Angoulême en 2009 et de la liste des meilleurs livres de 2009 établie par Publishers Weekly.<br class='autobr' /> Gilad vit en Israël avec sa femme, Adi, leur fils Yonathan et leur chien Bambi.<br class='autobr' /> Il enseigne à la Bezalel Academy of Art and Design, à Jérusalem.</p> <p>"Un des artistes israéliens les plus importants " Rani Radzeli, Design Only</p> ; mai 2008; <p><i>Ferme 54</i> rassemble trois histoires partiellement autobiographiques, abordant des périodes marquantes de la vie d'une jeune femme élevée dans une zone rurale d'Israël, au cours des années 70 et 80. L'enfance, à travers un drame familial, puis l'adolescence au moment de la première guerre du Liban et finalement l'entrée dans l'âge adulte avec le service militaire dans les territoires occupés. Ces histoires décrivent magistralement la dimension souterraine dérangeante de l'adolescence, les traumatismes et les profonds bouleversements qui se dissimulent sous la superficielle tranquillité d'une jeunesse à la campagne. Bien que cette enfance israélienne se déroule dans l'ombre de la guerre et de l'occupation, elle reflète des sentiments, des passions et des expériences universelles.</p> <p><i>Ferme 54</i> est le premier ouvrage de Galit et Gilad Seliktar (qui sont frère et sœur) à être publié en France.</p> <p><strong>Sélection Officielle du Festival d'Angoulême 2009</strong></p>;
Elles ne vont pas se fumer toutes seules ; <p>Format : 10x15 cm<br class='manualbr' />112 pages noir & rouge <br class='manualbr' />Prix de vente : 10 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-24-7</p>; Flake, Emily ; <p>Emily Flake est née en juin 1977. C'est une illustratrice de presse renommée dont le travail est publié entre autres par McSweeney's, The National, The New York Times, et même dans The Wall Street Journal . Son comic strip hebdomadaire "Lulu Eightball"est publié par une dizaine de magazines, dont un en Islande. Elle a été n°1 sur la "must list" de Entertainment Weekly pour la sortie du recueil des strips de "Lulu Eghtball".<br class='manualbr' />Emily Flake vit à New York où il lui est plus en plus difficile d'assouvir sa passion.</p> ; avril 2008; <p>"A l'âge de vingt et un ans, j'ai promis à une inconnue rencontrée dans un café que j'aurai arrêté de fumer pour mes vingt-neuf ans. Et pourquoi pas ? Après tout, il me restait encore des années entières à fumer devant moi. Mais le temps passe vite quand on se ruine la santé, et avant que je ne puisse dire ouf, le jour fatidique était arrivé.<br class='manualbr' />Elles ne vont pas se fumer toutes seules est le témoignage illustré de ma relation avec la cigarette, de ma première taffe à la c'est-jamais-vraiment-la-dernière bouffée… et tout ce qu'implique le fait d'être amoureuse d'un vice monstrueux."<br class='manualbr' />Emily Flake</p> <p>Emily Flake brosse en 112 vignettes le portrait d'une fumeuse certes angoissée par son accoutumance à la cigarette et les implications sur sa santé, mais qui aime fumer. Elle passe en revue l'historique de l'évolution du comportement vis-à-vis des dangers avérés de la cigarettes, l'impact sur ses relations sociales, mais au final ses illustrations sont une déclaration d'amour à la cigarette.</p>;
110 pour cent; <p>Format : 15x21 cm<br class='manualbr' />136 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 10,50 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-25-4</p>; Consiglio, Tony ; <p>Antonio Gilligan Consiglio est né à Brooklyn le 28 mai 1970. Après avoir eu de nombreux jobs ( la plupart du temps dans des épiceries !) il rejoint la New York School of Visual Arts où il suit les cours de Will Eisner et rencontre son futur acolyte Alex Robinson. Il auto édite Double Cross , une série autobiographique plusieurs fois nominée aux Ignatz Awards. Double Cross deviendra l'une des plus longues séries auto publiées aux Etats-Unis avec 39 numéros sur une dizaine d'années. Un recueil d'histoires de Double Cross est publié en 2002 par Top Shelf (éditeur de Craig Thompson, Alex Robinson et Liz Prince).</p> <p>Depuis quelques années, Tony Consiglio vit dans la banlieue de Phoenix (Arizona) avec sa femme Chris, où il prépare la sortie de son prochain roman graphique.</p> ; février 2008; <p>Trois femmes sont unies par une passion dévorante pour le boys-band 110%. Membres du FUPA110 (Fans Un Peu Agées de 110%), Sasha, Cathy, et Gerty échappent ainsi à leur quotidien un peu morose : les maris taciturnes, les enfants geignards et les collègues de travail sadiques. Complètement monomaniaques, elles sont prêtes à tout pour obtenir des photos inédites ou des fringues usagées de leurs idoles…Et elles n'hésitent pas à se battre avec des préados pour obtenir les meilleures places aux concerts du groupe.</p> <p>Le ton est humoristique mais Tony Consiglio laisse rapidement poindre le côté assez pathétique de la vie de femmes un peu larguées. Il dresse le portait férocement drôle de cette Amérique obsédée par le culte des pseudo-célébrités… Un phénomène qui a malheureusement traversé l'Atlantique.</p>;
La Fille de Mendel ; <p>Format : 17x24 cm<br class='manualbr' />240 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-36990-234-8<br class='autobr' /> (réédition janvier 2017)</p>; Lemelman, Martin ; <p>Martin Lemelman est né le 26 octobre 1950 à New York de parents survivant de la Shoah. Il a été élevé dans l'arrière-boutique d'une confiserie de Brooklyn. Il est illustrateur free lance depuis 1976. Ses principaux clients sont Children's Television Workshop, les éditions Scholastic, Parent's Magazine Press, Crayola et la Jewish Publication Society. Il a illustré plus de 30 livres pour enfants et son travail a été publié dans de nombreux magazines, du New York Times Book Review au Sesame Street Magazine.</p> <p>Martin est enseignant dans le département de Communication Design de l'université de Kutztown. Il vit à Allentown en Pennsylvanie avec sa femme Monica et leur quatre enfants.</p> ; novembre 2007; <p>Gusta Lemelman est née en 1922 à Germakivka, une petite ville polonaise où vivait une importante communauté juive. Près de 70 ans plus tard, elle décide de faire le récit à son fils Martin des terribles événements qui se déroulèrent pendant la seconde guerre mondiale. A l'issue de la guerre, Gusta sera l'une des rares survivantes de sa famille, après s'être terrée pendant 18 mois dans un trou creusé dans la forêt.</p> <p>Peu de temps après le décès de sa mère, Martin - qui est illustrateur de livres pour enfants - décide de retranscrire cette histoire en intégrant illustrations, photos et documents d'époque. Le résultat est ce récit émouvant et authentique, où la voix de la mère et les illustrations du fils se combinent pour créer une œuvre intensément personnelle mais à portée universelle.</p> <p><strong>Préface de Serge Klarsfeld</strong><br class='autobr' /> <strong><br class='autobr' /> <i>La Fille de Mendel</i> fait partie des œuvres présentées dans le cadre de l'exposition <i>Shoah et Bande Dessinée</i> du Mémorial de la Shoah (Paris, janvier-octobre 2017)</p> <p>Ouvrage publié avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah</strong></p>;
Dans les sables mouvants ; <p>Format : 15x22 cm<br class='manualbr' />272 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-21-6</p>; Penfold, Rosalind B. ; <p>Rosalind B. Penfold est un pseudonyme. Elle raconte son histoire dans "Les Sables Mouvants".</p> ; octobre 2007; <p><i>Dans les sables mouvants</i> est un témoignage brut. Celui d'une trentenaire canadienne qui choisit de tenir un journal en bande dessinée pour décrire l'enfer qu'elle vit avec son compagnon. Elle y détaille les dix années de violences physiques et psychologiques subies, l'infernal tourbillon dans lequel elle se sent emportée et le long chemin pour parvenir à se défaire des liens qui la retiennent et s'enfuir.</p> <p>Un récit édifiant mais passionnant de Rosalind B.Penfold (qui vit désormais cachée), publié en 2005 au Canada, puis dans une dizaine de pays dont l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne et la Pologne, où il est utilisé par les associations de défense des droits des femmes.</p> <p>Pour en savoir plus : <a href="http://www.friends-of-rosalind.com" class='spip_out' rel='external'>friends-of-rosalind.com</a></p>;
Alec, Graffiti Kitchen; <p>Format : 18x24 cm<br class='manualbr' />144 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 15 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-20-9</p>; Campbell, Eddie ; <p>Eddie Campbell est né en 1955 à Glasgow en Écosse. Il commence sa carrière d'auteur de bandes dessinées à la fin des années 70 au sein de la scène indépendante anglaise. Il collabore à la plupart des fanzines de l'époque, dont Fast Fiction ! , Gag ! ou Flick dans lesquels il publie notamment les premières histoires courtes de son alter ego Alec MacGarry.</p> <p>En 1986, il quitte l'Angleterre pour s'installer avec sa femme en Australie. A partir de la fin des années 1980 il participe à de nombreux magazines publiés par des éditeurs anglais et américains comme Knockabout , Fantagraphics ou Dark Horse Presents et crée le personnage de la série "Bacchus" qu'il utilisera pendant près de 15 années.</p> <p>En 1995, il crée sa propre structure d'édition, Eddie Campbell Comics , où il publiera l'intégrale de la série "Bacchus" ainsi que les quatre volumes de la série "Alec" (qui seront publiés en France chez çà et là entre 2007 et 2011). En 1989 avait débuté dans le magazine Taboo la parution de "From Hell" avec Alan Moore au scénario et Eddie Campbell au dessin. Après de nombreuses péripéties, les dépôts de bilans de deux éditeurs et près de dix années de parution irrégulière, le recueil de l'intégrale de "From Hell" deviendra l'un des plus grands succès du roman graphique aux États-unis et sera adapté en film en 2001.</p> <p>L'œuvre de Eddie Campbell a été récompensée par de nombreux prix à travers le monde. ll a notamment reçu des Eisner et Harvey Awards ainsi que le Prix de la Critique du Festival d'Angoulême pour "From Hell" avec Alan Moore en 2001. L'intégrale des "Alec", publiée en 2011 chez çà et là, était en Sélection Officielle du Festival d'Angoulême 2012.</p> ; octobre 2007; <p>Enfin publiée en France, la série des <i>Alec</i> est une référence du roman graphique anglo-saxon. Eddie Campbell (le co-auteur de <i>From Hell</i> avec Alan Moore) s'y met en scène sous les traits de Alec MacGarry et relate sa lente maturation vers le métier d'auteur de bandes dessinées.</p> <p>Après l'édition de <i><a href='https://www.caetla.fr/Alec-la-Bande-du-King-Canute' class='spip_in'>La Bande du King Canute</a></i>, les éditions çà et là continuent la publication de cette série pionnière avec le second volume, <i>Graffiti Kitchen</i>. Eddie Campbell y aborde la vie sentimentale très tumultueuse du jeune Alec MacGarry qui débouchera in fine sur son mariage et son exil (in)volontaire en Australie.</p> <p>Dans <i>Graffiti Kitchen</i>, Eddie Campbell laisse encore un peu de côté tout ce qui concerne son métier de dessinateur, même si le lecteur entrevoit des aspects de sa vie professionnelle à travers l'épique voyage de Alec autour du globe pour participer à la convention de bande dessinée de San Diego, ou la visite de Neil Gaiman en Australie. L'auteur prépare le terrain pour son prochain volume, <i><a href='https://www.caetla.fr/Alec-comment-devenir-artiste' class='spip_in'>How to be an Artist</a></i>, qui sera entièrement consacré à sa vocation…</p>;
Pictures of You ; <p>Format : 17x23 cm<br class='manualbr' />88 pages noir&blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 11 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-19-3</p>; Hurd, Damon / Gill, Tatiana ; <p>Damon Hurd est né en 1979 à Waterton, état de New-York (Etats-Unis). Il est l'auteur de cinq romans graphiques, dont My Uncle Jeff nominé aux Eisner Awards en 2003. Il vit à Brooklyn avec sa femme, Kathryn.</p> / <p>Tatiana Gill est née en 1975 à Seattle, état de Washington (Etats-Unis). Elle a auto-édité plus d'une douzaine de "mini-comix" et participé à plusieurs anthologies de la scène indépendante américaine, dont Kerosene et Stereoscomics.<br class='manualbr' />Tatiana Gill vit à Seattle.</p> ; juin 2007; <p><i>Pictures of You</i> met en scène deux adolescents , Anna et Miles, un an avant qu'ils ne se rencontrent devant une boutique de disque pour acheter le dernier Cure . Miles vit replié sur lui-même et passe le plus clair de son temps avec sa meilleure amie, dont il est secrètement amoureux. De son côté, Anna tente par tous les moyens d'échapper à l'enfer qu'est devenue sa vie familiale et se lie avec Ethan un jeune musicien sur le point de partir à l'université. Leurs chemins ne vont faire que se croiser...</p> <p><i>Pictures of You</i> est le second volet de la trilogie entamée avec A Strange Day (édité en 2005 par çà et là). Damon Hurd approfondit le portait de ces deux ados attachants, mal dans leur peau et dans leur vie. Il décrit avec justesse cette phase où le mal-être est permanent et les relations amoureuses particulièrement douloureuses, dans une histoire mise en images avec sensibilité par Tatiana Gill.</p>;
Delayed Replays; <p>Format : 16x11 cm<br class='manualbr' />80 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 6,50 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-17-9</p>; Prince, Liz ; <p>Liz Prince est née en 1981 à Boston (États-Unis). Après une enfance passée au Nouveau-Mexique, elle revient dans la région de Boston afin d'y suivre les cours de l'école des beaux-arts. Après avoir participé à des fanzines et quelques anthologies, elle auto-édite en 2005 un premier recueil d'histoires courtes, « Delayed Replays » (qui sera publié chez çà et là en 2007), suivi de « Tu m'aimeras encore si je fais pipi au lit ? » qui paraît en 2006 en France chez çà et là. Son premier roman graphique, « Garçon Manqué » (Tomboy) est publié en 2014 concomitamment en France et aux États-Unis et son nouveau recueil d'histoires courtes, « Seule pour toujours », paraîtra chez çà et là en février 2015. <br class='autobr' /> Liz Prince a remporté l'Ignatz Award 2005 du meilleur jeune talent pour « Tu m'aimeras encore si je fais pipi au lit ? ». Elle vit à Providence, dans le Massachusetts, avec ses deux chats, Wolfman et Dracula.</p> ; mai 2007; <p>Avec ce second recueil de comic strips après <i><a href='https://www.caetla.fr/Tu-m-aimeras-encore-si-je-fais' class='spip_in'>Tu m'aimeras encore si je fais Pipi au Lit ?</a></i>, Liz Prince continue d'explorer l'intimité du couple et donne également à voir des instantanés de sa vie de jeune illustratrice en plein trip régressif. Et comme elle est souvent en proie au doute quant à ses choix sentimentaux - et a par ailleurs des relations pour le moins chaotiques avec son cha t- l'ensemble est plus que réjouissant. <br class='manualbr' />Ses <i>Delayed Replays</i> ("diffusions en différée") sont la chronique pleine d'humour et de sensibilité des petits riens du quotidien.</p>;
Nuits Blanches; <p>Format : 16x23 cm<br class='manualbr' />128 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 12 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-16-2</p>; Orff, Joel ; <p>Joel Orff est né en 1962 à Stillwater, dans le Minnesota (Etats-Unis).<br class='manualbr' />Il a passé la plus grande partie de son enfance à réaliser des recueils de bandes dessinées de 32 pages en agrafant des comic strips découpés dans le journal local de sa petite ville natale. Depuis, ses illustrations et histoires courtes ont été publiées par de nombreux magazines et anthologies, dont "Tattoo Comix" de Artisti Allibratori Associati (Italie), "Fahrenheit Magazine" (Danemark), "The Comix Compendium" de Mangajin Books (Canada) et "The Stranger", un hebdomadaire de Seattle.<br class='autobr' /> Le premier livre de Joel Orff, Strum and Drang : Great Moments in Rock 'n' Roll (édité en 2003 par Alternative Comics), a été nominé aux YALSA 2004 (prix décernés par l'ALA, American Library Association).<br class='manualbr' />Il vit à Minneapolis, dans le Minnesota.</p> ; mars 2007; <p>Jack, un jeune étudiant américain réquisitionné par l'armée, est sur le point de partir pour le combat, qu'on imagine en Irak. Il se remémore les derniers moments passés avec une jeune femme rencontrée sur le campus peu avant son départ.<br class='manualbr' />Leur histoire tout juste amorcée laisse poindre les regrets, les "si seulement"…<i>Nuits Blanches</i> est le récit de ces dernières nuits passées ensemble au cours de la période la plus froide de l'année, dans la ville de Duluth, Minnesota.</p> <p>On retrouve dans <i>Nuits Blanches</i> l'univers particulier de Joel Orff, cet auteur américain atypique, adepte d'un rythme lancinant, qui pratique un dessin faisant la part belle au noir, au diapason d'une histoire fortement teintée de mélancolie et traversée d'éclairs oniriques.</p>;
Le Cancer de Maman; <p>Format : 20,5x15 cm<br class='manualbr' />128 pages noir & blanc et couleurs <br class='manualbr' />Prix de vente : 14 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-15-5</p>; Fies, Brian ; <p>Brian Fies est journaliste free-lance. Il vit en Californie du Nord avec sa femme, ses filles jumelles et ses trois chats. Le Cancer de Maman est son premier roman graphique.</p> ; février 2007; <p><i>Le Cancer de Maman</i> est le journal de Brian Fies, un journaliste scientifique, dont la mère manifeste un jour des symptômes préoccupants. Le diagnostique est rapide : elle a un cancer des poumons métastasé et une tumeur au cerveau.</p> <p>Le journal suit l'évolution du cancer de cette femme de 60 ans, sans pathos ni exhibitionnisme, et décrit le quotidien de la maladie, les angoisses et interrogations de la malade et de sa famille dont la cohésion est mise à l'épreuve.</p> <p>L'auteur pointe le discours parfois hésitant voire incohérent des médecins, les méandres du suivi médical et des procédures tâtonnantes. Au delà d'une expérience cathartique, Brian Fies a une véritable volonté d'informer et de sensibiliser, ce qui fait la force de ce témoignage.</p> <p>Publié à l'origine sur le site internet de l'auteur, <i>Le Cancer de Maman</i> a gagné un Eisner Award en 2005 dans la catégorie "bandes dessinées numériques" avant d'être publié par Harry N. Abrams.</p>;
Alec, la Bande du King Canute ; <p>Format : 18x24 cm<br class='manualbr' />148 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 15 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-14-8</p>; Campbell, Eddie ; <p>Eddie Campbell est né en 1955 à Glasgow en Écosse. Il commence sa carrière d'auteur de bandes dessinées à la fin des années 70 au sein de la scène indépendante anglaise. Il collabore à la plupart des fanzines de l'époque, dont Fast Fiction ! , Gag ! ou Flick dans lesquels il publie notamment les premières histoires courtes de son alter ego Alec MacGarry.</p> <p>En 1986, il quitte l'Angleterre pour s'installer avec sa femme en Australie. A partir de la fin des années 1980 il participe à de nombreux magazines publiés par des éditeurs anglais et américains comme Knockabout , Fantagraphics ou Dark Horse Presents et crée le personnage de la série "Bacchus" qu'il utilisera pendant près de 15 années.</p> <p>En 1995, il crée sa propre structure d'édition, Eddie Campbell Comics , où il publiera l'intégrale de la série "Bacchus" ainsi que les quatre volumes de la série "Alec" (qui seront publiés en France chez çà et là entre 2007 et 2011). En 1989 avait débuté dans le magazine Taboo la parution de "From Hell" avec Alan Moore au scénario et Eddie Campbell au dessin. Après de nombreuses péripéties, les dépôts de bilans de deux éditeurs et près de dix années de parution irrégulière, le recueil de l'intégrale de "From Hell" deviendra l'un des plus grands succès du roman graphique aux États-unis et sera adapté en film en 2001.</p> <p>L'œuvre de Eddie Campbell a été récompensée par de nombreux prix à travers le monde. ll a notamment reçu des Eisner et Harvey Awards ainsi que le Prix de la Critique du Festival d'Angoulême pour "From Hell" avec Alan Moore en 2001. L'intégrale des "Alec", publiée en 2011 chez çà et là, était en Sélection Officielle du Festival d'Angoulême 2012.</p> ; janvier 2007; <p>Enfin publiée en France, la série des <i>Alec</i> est une référence du roman graphique anglo-saxon. Eddie Campbell (le co-auteur de <i>From Hell</i> avec Alan Moore) s'y met en scène sous les traits de Alec MacGarry et relate sa lente maturation vers le métier d'auteur de bandes dessinées.</p> <p>Le premier volume de la série, <i>La Bande du King Canute</i>, débute à la fin des années 70 alors que Alec, jeune homme d'une vingtaine d'années est employé dans une aciérie du sud de l'Angleterre. L'auteur relate sa rencontre avec celui qui deviendra son mentor en beuveries et pantalonnades : Danny Grey, grutier et camionneur dans la même entreprise que lui. Eddie Campbell décrit avec minutie, beaucoup de recul et d'humour, le quotidien de ce duo improbable et de leur bande d'amis dans des histoires qui commencent ou finissent souvent au pub The King Canute où la bière coule à flot et les conversations sont la plupart du temps décousues..</p> <p>Au-delà d'être un passionnant témoignage sur l'Angleterre des années 70, <i>La Bande du King Canute</i> est avant tout un fascinant aperçu de la vie d'un artiste en construction, sur sa lente maturation, "de la bière au vin", qui se poursuivra dans les volumes suivants.</p>;
Points de Vues 2; <p>Format : 17x17 cm<br class='manualbr' />128 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 12 euros<br class='manualbr' />ISBN 10 : 2-916207-11-2<br class='manualbr' />ISBN 13 : 978-2-916207-11-7</p>; Kuper, Peter ; <p>Né en 1958 à Cleveland (États-Unis), Peter Kuper est l'auteur de nombreux ouvrages de bande dessinée portant un regard critique sur la société américaine. Il est notamment l'auteur de <i>Ruines</i> pour lequel il a remporté l'Eisner Award du meilleur roman graphique en 2016. Peter Kuper collabore fréquemment avec The New Yorker, Libération et Time Magazine. Depuis 1996, il est également le dessinateur attitré de la série <i>Spy vs Spy</i> publiée dans le mensuel MAD Magazine. Peter Kuper enseigne la bande dessinée à la School of Visual Arts de New York depuis plus de 25 ans ainsi qu'à l'université de Harvard. Il vit à New York avec sa femme et sa fille.</p> ; novembre 2006; <p><i>Points de Vues 2</i> est le second recueil des comic strips de Peter Kuper publiés par le New York Times . Editées aux Etats-Unis sous le titre <i>Mind's Eye</i> ("l'oeil de l'esprit"), ces histoires courtes sans paroles sont une nouvelle occasion pour Peter Kuper de laisser libre cours à son regard incisif, tout en rendant hommage à Franz Masereel et Lynd Ward, les maîtres du récit muet en gravure sur bois.</p> <p>Dans <i>Points de Vues 2</i>, Peter Kuper brosse un portrait parfois humoristique et souvent acerbe de ses concitoyens new-yorkais, avec un accent particulier sur les travers de la société de consommation, ce qui ne saurait surprendre de la part de cet auteur, co-fondateur en 1979 de la revue de bande dessinée politique <i>World War 3 Illustrated</i>.</p>;
Papa est un peu fatigué; <p>Format : 16x18 cm<br class='manualbr' />144 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 15 euros<br class='manualbr' />ISBN 10 : 2-916207-12-0<br class='manualbr' />ISBN 13 : 978-2-916207-12-4</p>; Ranta, Ville ; <p>Ville Ranta est né en 1978 à Oulu en Finlande. Après des études littéraires à l'université d'Helsinki, il crée en 2000 une société d'édition indépendante, Asema, qui publiera notamment des ouvrages de Kati Kovacs et Jyrki Heikkinen. Il sort en 2003 son premier roman graphique, <i>Sade</i> (La Pluie) et en 2005, il collabore avec Lewis Trondheim pour la réalisation de l'album <i>Celebritiz</i>. Ville Ranta a depuis publié quatre autres bandes dessinées : <i>Papa est un peu fatigué</i>, <i>L'Exilé du Kalevala</i> et <i>Sept Saisons</i> chez çà et là et <i>Suite Paradisiaque</i> chez Rackham. Il est également dessinateur de presse, notamment pour le magazine Kirkko & Kaupunki et collabore régulièrement avec le plus grand quotidien finlandais, Helsingin Sanomat. En 2006, il a réalisé pour un magazine finlandais une bande dessinée mettant en scène Mahomet qui a provoqué un scandale et le licenciement du rédacteur en chef du magazine. <br class='autobr' /> Ville Ranta a reçu le Grand Prix du festival de Kemi 2006 et est lauréat 2014 du prestigieux Prix Finlande remis chaque année par le Ministère de la Culture à sept personnalités artistiques. Il vit à Oulu avec sa famille.</p> ; novembre 2006; <p>Extrait des carnets autobiographiques de Ville Ranta, <i>Papa est un peu fatigué</i> décrit une période difficile de sa vie sur les plans professionnels et personnels, au moment de la naissance de sa fille Fiinu. Sa femme ayant repris ses études, Ville Ranta doit rapidement s'occuper seul de Fiinu qui commence à manifester des symptômes préoccupants (somnolence, déshydratation...) : la petite est diabétique. Ville éprouve les pires difficultés à concilier ses activités artistiques et la prise en charge de sa fille.</p> <p><i>Papa est un peu fatigué</i> est le journal d'un papa artiste au foyer, de la dépression et de la confrontation avec la maladie.</p>;
Tu m’aimeras encore si je fais pipi au lit ?; <p>Format : 11x16 cm<br class='manualbr' />80 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 7 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-10-0</p>; Prince, Liz ; <p>Liz Prince est née en 1981 à Boston (États-Unis). Après une enfance passée au Nouveau-Mexique, elle revient dans la région de Boston afin d'y suivre les cours de l'école des beaux-arts. Après avoir participé à des fanzines et quelques anthologies, elle auto-édite en 2005 un premier recueil d'histoires courtes, « Delayed Replays » (qui sera publié chez çà et là en 2007), suivi de « Tu m'aimeras encore si je fais pipi au lit ? » qui paraît en 2006 en France chez çà et là. Son premier roman graphique, « Garçon Manqué » (Tomboy) est publié en 2014 concomitamment en France et aux États-Unis et son nouveau recueil d'histoires courtes, « Seule pour toujours », paraîtra chez çà et là en février 2015. <br class='autobr' /> Liz Prince a remporté l'Ignatz Award 2005 du meilleur jeune talent pour « Tu m'aimeras encore si je fais pipi au lit ? ». Elle vit à Providence, dans le Massachusetts, avec ses deux chats, Wolfman et Dracula.</p> ; octobre 2006; <p>Ce qui avait débuté comme une simple expérience de journal intime en bande dessinée est rapidement devenu le premier livre en solo de Liz Prince.</p> <p>Cette chronique autobiographique, légère et acidulée, est constituée de courtes saynètes de la vie d'un jeune couple. Liz Prince décrit de façon très juste les petits moments de bonheur souvent mignons et parfois très intimes de sa relation amoureuse, sans jamais tomber dans la mièvrerie.</p> <p>Elle fait partager aux lecteurs ces instantanés très personnels qui sont le propre du quotidien de tous les couples.</p> <p>Liz Prince a reçu pour cet ouvrage un Ignatz Award dans la catégorie "prix du meilleur jeune talent" en 2005.</p>;
Little Star; <p>Format : 16x24 cm<br class='manualbr' />160 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 20 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-09-4</p>; Watson, Andi ; <p>Andi Watson est né en 1969 à Wakefield (Angleterre). Après des débuts dans le jeu vidéo, puis un passage par le dessin animé, il se consacre à la bande dessinée à partir de 1993 avec "Samouraï Jam" . Il crée ensuite la série "Skeleton Key" puis "Geisha", qui lui vaudra une nomination aux prestigieux Eisner Awards en 2000.</p> <p>Il est également l'auteur de plusieurs romans graphiques abordant avec finesse les relations entre hommes et femmes, dont "Breakfast After Noon" (nominé aux Eisner Awards en 2001), "Slow News Day", "Ruptures" et "Little Star". Dans un registre moins intimiste, il a également collaboré avec Marvel, DC et Dark Horse Comics, puis a réalisé plusieurs bandes dessinées pour enfants. Andi Watson vit à Worcester (Angleterre) avec sa femme et sa fille.</p> ; septembre 2006; <p>Simon Adams n'est pas l'un de ces pères distants et froids. C'est un papa jeune et moderne, "impliqué", qui donnerait tout pour sa fille. Pour le prouver il a déjà sacrifié sa carrière de graphiste, sa fierté et des pans entiers de sa santé mentale.</p> <p>Mais en dépit de son amour pour sa petite famille, Simon reste humain. Malgré les meilleurs intentions il se retrouve parfois perdu et désorienté par les conflits entre ses propres aspirations, les besoins de sa petite fille et ceux de sa femme.</p> <p>Andi Watson se plonge dans le désarroi des jeunes pères confrontés au manque de sommeil, et aux nouvelles responsabilités tout en devant faire face à des problèmes relationnels et professionnels suite à la naissance de leur premier enfant.</p> <p>Publié aux Etats-Unis en avril 2006, <i>Little Star</i> est le tout nouveau roman graphique de Andi Watson.</p>;
Chelsea in Love; <p>Format : 17x24 cm<br class='manualbr' />192 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 21 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-08-7</p>; Chelsea, David ; <p>David Chelsea est né en 1959 à Portland dans l'Oregon (Etats-Unis). Après des études écourtées à la New York Visual School of Arts , il devient illustrateur de presse. Son travail est publié dans le New York Observer , The New York Times , The Wall Street Journal et dans de nombreuses autres publications.</p> <p>A partir de 1992, il se consacre à son roman graphique autobiographique David Chelsea in Love qui sera publié en 1993 par Eclipse et nominé ensuite aux prestigieux Eisner Awards et Harvey Awards. Il publiera ensuite Welcome to the Zone (1995) et Perspective ! A Guide for Comic Book Artists (1997), qui deviendra rapidement un ouvrage de référence pour les jeunes dessinateurs américains et dont la version française vient de sortir en France aux éditions Eyrolles.</p> <p>Il se consacre désormais à sa carrière d'illustrateur de presse et vit à Portland avec sa femme et ses deux filles.</p> ; mai 2006; <p>Situé dans le New York des années 80, <i>Chelsea in Love</i> est la chronique autobiographique des mésaventures amoureuses d'un jeune dessinateur de bandes dessinées vivant dans le East Village.</p> <p>Eté 1980, David Chelsea ne parvient pas à trouver de petite amie à New York et doit faire de fréquents voyages dans sa ville natale, Portland, afin d'apaiser ses frustrations sexuelles. Au cours de l'une de ces visites, il s'amourache de Minnie, une jeune femme complètement névrosée. Après quelques hésitations, elle le rejoint à New York pour entamer avec lui une relation chaotique.</p> <p><i>Chelsea in Love</i> est un regard sincère, parfois cru mais toujours drôle, sur la vie de jeunes artistes et pseudo artistes new-yorkais.</p> <p>Cet ouvrage a été nominé en 1992 aux Eisner Awards et aux Harvey Awards.</p>;
Ruptures; <p>Format : 16x24 cm<br class='manualbr' />56 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 10 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-07-0</p>; Watson, Andi ; <p>Andi Watson est né en 1969 à Wakefield (Angleterre). Après des débuts dans le jeu vidéo, puis un passage par le dessin animé, il se consacre à la bande dessinée à partir de 1993 avec "Samouraï Jam" . Il crée ensuite la série "Skeleton Key" puis "Geisha", qui lui vaudra une nomination aux prestigieux Eisner Awards en 2000.</p> <p>Il est également l'auteur de plusieurs romans graphiques abordant avec finesse les relations entre hommes et femmes, dont "Breakfast After Noon" (nominé aux Eisner Awards en 2001), "Slow News Day", "Ruptures" et "Little Star". Dans un registre moins intimiste, il a également collaboré avec Marvel, DC et Dark Horse Comics, puis a réalisé plusieurs bandes dessinées pour enfants. Andi Watson vit à Worcester (Angleterre) avec sa femme et sa fille.</p> ; mai 2006; <p>Une petite ville de province en Angleterre. <br class='manualbr' />Au cours d'une soirée un peu trop arrosée, deux jeunes adultes, Richard Binfield dit "Binny" et Debby couchent ensemble alors qu'ils ne se connaissent pas.</p> <p>Par la suite, les deux tourtereaux vont apprendre à se connaître, et rapidement déchanter en découvrant les petites manies de Binny, le mauvais caractère de Debby, et surtout la capacité de celle-ci à cacher l'existence d'un second petit ami.</p> <p>Andi Watson nous livre avec cette "nouvelle graphique" une subtile chronique des petits malentendus et des gros mensonges au sein des couples qui se font et se défont.</p>;
Pedro et Moi; <p>Format : 16x24 cm<br class='manualbr' />192 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 23 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-06-3</p>; Winick, Judd ; <p>Judd Winick est né en 1970 à Long Island (Etats-Unis). <br class='manualbr' />Il a commencé sa carrière de dessinateur de bandes dessinées à 16 ans en publiant un comic strip, Nuts & Bolts, dans un journal hebdomadaire local. Après plusieurs échecs professionnels, il participe au casting de l'émission The Real World sur MTV et est choisi pour participer à la troisième saison, expérience qu'il relatera par la suite dans Pedro & Moi .</p> <p>En 1995, il relance sa carrière de dessinateur avec un nouveau comic strip, Frumpy the Clown , qui sera publié dans trente quotidiens nationaux. A partir de 1998 il commence l'écriture de Pedro & Moi , publié en 2000 et récompensé par de nombreux prix.</p> <p>Il est également l'auteur de la série Barry Ween Boy Genius, de la série jeunesse Hilo (Grafiteen/Milan), producteur de dessins animés et scénariste de nombreuses séries pour Marvel et DC telles que X-Men, Batman ou Superman.<br class='manualbr' />Il vit à San Francisco avec sa femme et son fils.</p> ; avril 2006; <p>1993. Judd Winick , un jeune auteur de bandes dessinées, se présente au casting de l'émission <i>The Real World</i>, le reality show de la chaîne MTV dans lequel sept personnes partagent une maison durant six mois. Judd est sélectionné pour participer à la troisième saison de l'émission<i> : Real World San Francisco</i>.</p> <p>A son arrivée, il se lie d'amitié avec Pedro Zamora, 22 ans, d'origine cubaine, homosexuel et séropositif depuis l'âge de 17 ans. Pedro va utiliser l'émission pour sensibiliser les américains à la prévention et la lutte contre le SIDA avant de mourir des suites de la maladie, peu après la fin du tournage.</p> <p><i>Pedro & Moi</i> est le récit de cette histoire vraie. C'est un formidable témoignage d'amitié, contre les préjugés et l'ignorance. C'est aussi la description parfois brutale de la réalité de la séropositivité au quotidien, et une véritable source d'information sur le VIH et le SIDA, plus que jamais d'actualité.</p>;
Au Fil de l’Eau; <p>Format : 16x23cm<br class='manualbr' />128 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 17 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-05-6</p>; Orff, Joel ; <p>Joel Orff est né en 1962 à Stillwater, dans le Minnesota (Etats-Unis).<br class='manualbr' />Il a passé la plus grande partie de son enfance à réaliser des recueils de bandes dessinées de 32 pages en agrafant des comic strips découpés dans le journal local de sa petite ville natale. Depuis, ses illustrations et histoires courtes ont été publiées par de nombreux magazines et anthologies, dont "Tattoo Comix" de Artisti Allibratori Associati (Italie), "Fahrenheit Magazine" (Danemark), "The Comix Compendium" de Mangajin Books (Canada) et "The Stranger", un hebdomadaire de Seattle.<br class='autobr' /> Le premier livre de Joel Orff, Strum and Drang : Great Moments in Rock 'n' Roll (édité en 2003 par Alternative Comics), a été nominé aux YALSA 2004 (prix décernés par l'ALA, American Library Association).<br class='manualbr' />Il vit à Minneapolis, dans le Minnesota.</p> ; février 2006; <p>Deux amis d'enfance qui s'étaient perdus de vue, sont réunis pour une nuit à l'endroit où ils passaient auparavant leurs vacances d'été. Ils sont tous les deux à un moment difficile de leur vie : Jim, jeune artiste sans emploi, sort d'une rupture et Emily est une jeune mère récemment divorcée. Ils passent une dernière soirée ensemble avant le départ d'Emily qui va refaire sa vie à Denver dans le Colorado.<br class='manualbr' />En se promenant dans ces lieux riches en souvenirs partagés, ils se remémorent des instants de leur amitié passée. Cette longue conversation révèle les traces de leurs amoures adolescentes.</p> <p><i>Au fil de l'eau</i> est le récit du souvenir empreint de nostalgie de cette relation qui continue encore de les troubler. La narration et les dialogues tout en retenue de Joel Orff sont complémentaires de son dessin suggestif qui tend par instant vers le surréalisme.</p>;
Slow News Day; <p>Format : 17x25cm<br class='manualbr' />160 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 22 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-02-5</p>; Watson, Andi ; <p>Andi Watson est né en 1969 à Wakefield (Angleterre). Après des débuts dans le jeu vidéo, puis un passage par le dessin animé, il se consacre à la bande dessinée à partir de 1993 avec "Samouraï Jam" . Il crée ensuite la série "Skeleton Key" puis "Geisha", qui lui vaudra une nomination aux prestigieux Eisner Awards en 2000.</p> <p>Il est également l'auteur de plusieurs romans graphiques abordant avec finesse les relations entre hommes et femmes, dont "Breakfast After Noon" (nominé aux Eisner Awards en 2001), "Slow News Day", "Ruptures" et "Little Star". Dans un registre moins intimiste, il a également collaboré avec Marvel, DC et Dark Horse Comics, puis a réalisé plusieurs bandes dessinées pour enfants. Andi Watson vit à Worcester (Angleterre) avec sa femme et sa fille.</p> ; novembre 2005; <p>Katharine Washington, jeune américaine diplômée en journalisme, débarque un jour à la rédaction du Mercury, le quotidien local de Wheatstone, petite ville de province anglaise. Le directeur éditorial la nomme stagiaire de Owen, l'unique journaliste du quotidien. Celui-ci prend son boulot très au sérieux et apprécie moyennement qu'on lui colle une stagiaire dans les pattes. D'autant plus qu'il a déjà beaucoup de difficultés avec la nouvelle direction, qui préfère utiliser les pages du journal pour vendre de la publicité plutôt que pour publier des articles. Après des débuts difficiles, Katharine et Owen parviennent à un modus vivendi, jusqu'à ce qu'Owen découvre que Katharine est en Angleterre uniquement pour les besoins d'un repérage pour un projet de sitcom mettant en scène un personnage anglais.<br class='manualbr' />Avec <i>Slow News Day</i>, Andi Watson se penche une nouvelle fois sur la difficulté des relations entre hommes et femmes, à travers le portrait attachant de personnages insatisfaits et pris dans leurs contradictions.</p>;
Peine perdue; <p>Format : 17x22cm<br class='manualbr' />88 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 16 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-03-2</p>; Doherty, Catherine ; <p>Catherine Doherty est née en 1965 à Toronto (Canada).<br class='manualbr' />Catherine Doherty s'est intéressée à la bande dessinée le jour où elle a découvert les planches de son père rangées dans la cave de leur maison. Ses premières illustrations sont publiées dans différents magazines de la presse gay dont Diva (Londres) et Siren (Toronto), puis elle se consacre à Peine Perdue, qui sera édité en 2000 par Fantagraphics Books. Sous le nom de Tucker, elle est également chanteuse du groupe de country music The Jane Waynes.<br class='manualbr' />Elle vit à Toronto où elle se consacre désormais à la musique et à son travail d'illustratrice free-lance.</p> ; novembre 2005; <p>Premier et unique livre (à ce jour) de Catherine Doherty, <i>Peine Perdue</i> est le récit très largement autobiographique de la recherche de sa mère biologique par une dessinatrice canadienne. <br class='manualbr' />A travers l'histoire de cette fille adoptée, l'auteur relate les étapes d'une véritable quête étalée sur trois longues années. Cette histoire poignante est soutenue par une narration alternant d'une part un récit en bande dessinée sans dialogues et d'autre part la présentation de documents officiels redessinés (lettres de l'administration, courriers entre la mère et la fille…).</p> <p>Avec cet ouvrage, Catherine Doherty lève un voile pudique sur une expérience personnelle émouvante qui se conclut sur une note douce-amère.<br class='manualbr' />Cet ouvrage a été nominé aux Eisner Awards en 2001.</p>;
Petites créatures; <p>Format : 18x18cm<br class='manualbr' />64 pages noir & blanc<br class='manualbr' />Prix de vente : 15 euros<br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-04-9</p>; Otsamo, Pentti ; <p>Pentti Otsamo est né en 1967 à Oulu (Finlande).<br class='autobr' /> Auteur de bandes dessinées humoristiques et de comic strips pour des journaux finlandais, il a également participé à de nombreuses anthologies, dont RefleXerier (1994), Gare du Nord (1997) et Allt för konsten 3 (2002). Il est l'auteur d'histoires courtes à tonalité réaliste publiées dans Drawn & Quarterly Magazine et Drawn & Quarterly Showcase depuis 1995. Petites Créatures, son premier roman graphique, a d'abord été édité au Canada en 1998, puis en Finlande et en Suède. <br class='manualbr' />Il vit à Maaninka (Finlande) avec sa femme et ses trois enfants.</p> ; novembre 2005; <p>La vie d'un jeune couple est bouleversée par une grossesse imprévue. Joël, designer de personnages de jeux vidéo ne se sentant pas près pour la paternité, éprouve des sentiments contradictoires à cette annonce. Anna, jeune peintre venant de décrocher une subvention, est elle beaucoup plus enthousiaste à l'idée de cette naissance qui s'inscrit, pour cette adepte d'ésotérisme, dans le « grand schéma de la vie ». L'ambivalence des sentiments de Joël va le conduire à s'éloigner d'Anna. Le récit se conclut par le dénouement tragique de cette grossesse. <br class='manualbr' />Pentti Otsamo brosse avec <i>Petites Créatures</i> le portrait sans fard et sans concessions d'un couple fragile, dans un ouvrage servi par une narration simple et fluide.</p>;
Points de Vues; <p>100 pages, N&B, couverture cartonnée<br class='manualbr' />Format : 17 x 17 cm<br class='manualbr' />Prix : 16 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-00-1</p>; Kuper, Peter ; <p>Né en 1958 à Cleveland (États-Unis), Peter Kuper est l'auteur de nombreux ouvrages de bande dessinée portant un regard critique sur la société américaine. Il est notamment l'auteur de <i>Ruines</i> pour lequel il a remporté l'Eisner Award du meilleur roman graphique en 2016. Peter Kuper collabore fréquemment avec The New Yorker, Libération et Time Magazine. Depuis 1996, il est également le dessinateur attitré de la série <i>Spy vs Spy</i> publiée dans le mensuel MAD Magazine. Peter Kuper enseigne la bande dessinée à la School of Visual Arts de New York depuis plus de 25 ans ainsi qu'à l'université de Harvard. Il vit à New York avec sa femme et sa fille.</p> ; octobre 2005; <p><i>Points de Vues</i> rassemble les premiers comic strips à avoir jamais été publiés dans le New York Times . Publiées sous le nom de Eye of the Beholder , littéralement " l'œil de l'observateur " et entièrement réalisées à la carte à gratter, ces histoires courtes sans paroles sont une nouvelle occasion pour Peter Kuper de laisser libre cours à son regard critique, tout en rendant hommage à Franz Masereel et Lynd Ward, les maîtres du récit en gravure sur bois. Dans <i>Points de Vues</i>, Peter Kuper brosse un portrait parfois humoristique et souvent acerbe de ses concitoyens new-yorkais, avec un accent particulier sur les travers de la société de consommation, ce qui ne saurait surprendre de la part de cet auteur, co-fondateur en 1979 de la revue de bande dessinée politiqu<i>e World War 3 Illustrated</i>.</p> <p>Un second volume de <i><a href='https://www.caetla.fr/Points-de-Vues-2' class='spip_in'>Points de Vues</a></i> sera édité au deuxième semestre 2006 par les Editions çà et là.</p>;
A Strange Day; <p>Format : 17x23 cm, broché<br class='manualbr' />48 pages n&b<br class='manualbr' />Prix de vente : 13 euros <br class='manualbr' />ISBN : 978-2-916207-01-8</p>; Hurd, Damon / Gill, Tatiana ; <p>Damon Hurd est né en 1979 à Waterton, état de New-York (Etats-Unis). Il est l'auteur de cinq romans graphiques, dont My Uncle Jeff nominé aux Eisner Awards en 2003. Il vit à Brooklyn avec sa femme, Kathryn.</p> / <p>Tatiana Gill est née en 1975 à Seattle, état de Washington (Etats-Unis). Elle a auto-édité plus d'une douzaine de "mini-comix" et participé à plusieurs anthologies de la scène indépendante américaine, dont Kerosene et Stereoscomics.<br class='manualbr' />Tatiana Gill vit à Seattle.</p> ; octobre 2005; <p>Chronique d'une journée particulière, <i>A Strange Day</i> décrit la rencontre entre deux jeunes gens écorchés vifs, Anna et Miles, qui sèchent les cours pour aller acheter le dernier disque des Cure. Miles est d'un naturel taciturne mais Anna, jeune fille extravertie,<br class='autobr' /> aura à coeur de le faire sortir de sa coquille et de l'amener à se confier à elle. Première association de Damon Hurd et de Tatiana Gill, <i>A Strange Day</i> est le récit sans mièvrerie et tout en sensibilité des émois de deux adolescents.</p>;